Du producteur au consommateur

Si on me demandait du tac-au-tac « Qu’est-ce qu’un•e chercheur•se? », je répondrais probablement que c’est un•e professionnel•le du savoir. Définition forcément insatisfaisante mais qui a l’avantage de recouvrir deux aspects qui à mon avis sont fondamentaux: la mise au jour et l’exposition. C’est un•e professionnel•le à la fois de la production de savoir et de sa transmission.

La production de savoir est au cœur de ce métier. C’est lorsque, armé de sa méthode et confronté à son terrain / ses sources / ses échantillons etc. / un•e chercheur•se accomplit un « acte de science », lequel aboutit à un surcroit de compréhension d’un phénomène social / historique / géologique / etc. Son travail ne s’arrête pas là toutefois. Il•elle partage ensuite le fruit de son travail de différentes façons: sous la forme d’un article ou d’un ouvrage pour ses paris, par des communications orales ou dans un cours pour les étudiant•e•s et doctorant•e•s. Ces différentes manières lui permettent de rendre le produit de la recherche profitable d’abord aux membres de son sous-champ disciplinaire. Ce n’est généralement que par l’intermédiaire d’autres canaux ou d’autres acteurs que cette connaissance est ensuite portée au reste de la société. Les chercheur•se•s qui s’adressent directement au « public profane » existent mais ils•elles sont peu nombreux•ses. Surtout, cette forme de transmission au-delà du monde universitaire ne semble pas être considérée comme une partie intégrante de la profession de chercheur•se.

Deux points de vue se confrontent ici.

On peut d’un côté considérer qu’ « à chacun son métier ». Ainsi, celui de chercheur•se se bornera aux activités que j’ai décrites plus haut. La transmission du savoir à un public large (plus large que celui des étudiant•e•s et des universitaires) relèverait alors d’une autre profession, que l’on appellera vulgarisation ou popularisation. Porter la connaissance à un public non-universitaire réclame en effet des savoirs-faire particuliers et un positionnement différent de celui de chercheur•se, ce qui justifierait sa prise en charge par une toute autre corporation. Les professionnels de la vulgarisation ont d’ailleurs généralement une formation scientifique mais ne se revendiquent pas comme chercheurs•ses, et ont une expérience directe des médias et de la communication.

D’un autre côté, on peut envisager que le métier de chercheur•se comporte également une part de valorisation/popularisation. Dans ce cas, chacun aurait une petite responsabilité dans la diffusion du fruit de ses propres travaux au-delà du cercle de ses pairs. Selon le goût et les moyens de chacun, sous la forme qui lui plait (conférences publiques, textes dans des magazines, chroniques radiophoniques, vidéos sur internet, etc.).

A titre personnel, je penche en faveur de cette seconde option. Sans pour autant nier l’existence d’une profession de vulgarisateurs/popularisateurs bien plus experts que moi quand il s’agit de parler de sciences à un public profane, je revendique ma part de responsabilité dans la diffusion de ce que je produis par ma recherche. Même si je suis sollicité par des médias pour éclairer des sujets qui relèvent de mon domaine d’expertise (donc des professionnels de la médiation à un public large) j’estime aussi devoir un peu contribuer à partager moi-même mon savoir.

Après avoir cherché quelques années le canal le plus adapté à mes compétences et à mon goût, j’ai opté pour la création d’un podcast. Il porte naturellement sur la télévision et se destine à un public indéfini. Chaque épisode sera dédié à un sujet différent qui permet de renseigner l’auditeur curieux sur l’histoire de ce média, tout en comprenant mieux certains aspects de ce qu’est la télévision aujourd’hui. C’est une manière pour moi de prolonger mon travail de recherche car j’entends l’articuler à ma pratique professionnelle. Je ne souhaite pas que les épisodes soient des résumés de manuels ou d’autres de mes lectures, mais qu’ils résultent  directement d’un travail personnel sur des sources. Les épisodes que j’ai écrit ont tous nécessité que je me replonge dans les archives. C’est ainsi que j’y propose aux auditeurs•trices des extraits sonores d’archives télévisuelle et que j’y lis des archives textuelles extraites spécialement pour le podcast (documents professionnels, presse, magazines télé…). Cela me parait important afin de faire comprendre l’importance centrale des sources dans le travail de l’historien•ne, en plus de permettre à chacun de se familiariser avec les tons, les voix, les ambiances. Et qui sait, peut-être que cela permettra aussi d’interpréter autrement que moi la source.

Avec ce podcast je tente de remplir un vide dans le champ audiovisuel et de satisfaire la curiosité de mes contemporains. Je m’applique un principe que je crois fécond: je fais le podcast que j’aimerais écouter moi-même. Pour autant je ne vise pas un public de niche, à savoir celui des spécialistes de ce sujet. Je me doute bien, à l’inverse, que ce que j’offre ne touchera pas un public de masse – je ne vise pas des millions d’écoutes de toute manière. Je n’ai de toute manière pas souhaité faire trop de concessions aux modes du moment et aux formats habituels (par exemple le ton de Youtube) car le produit fini ne m’aurait pas ressemblé. Malgré quoi je m’astreins à certaines contraintes pour atteindre un public plus large. Je m’efforce de faire court – un quart d’heure maximum –, de prendre un ton accessible, ni trop radiophonique ni trop professoral, et de rythmer l’écoute par des inserts sonores et des archives. J’entends proposer un petit programme plaisant et instructif qui pourrait s’écouter comme on écoute la radio, tout en offrant plusieurs niveaux de lecture selon l’intérêt de l’auditeur et son degré de familiarité avec le sujet. Bien sûr, après un épisode seulement je suis encore en rodage, et j’espère atteindre rapidement l’équilibre tant souhaité entre exigence et accessibilité.

Je prévois de réaliser dix épisodes à raison d’un par mois. De fait, je pourrais faire un point sur cette expérience d’un an et juger de la pertinence de ce format pour diffuser mon travail et m’adresser à un autre public que mes étudiant•e•s ou mes pairs. J’espère, avant tout, y prendre du plaisir, et intéresser quelques personnes à la riche histoire du « petit écran ».

Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ?

Je fais régulièrement le constat que nous ne sommes pas nombreux dans la communauté historienne à travailler sur les médias. Je le vois particulièrement sur internet où, entre twitter et le blogging scientifique, les historiens des médias sont rares, surtout à côté des sociologues, sémiologues, chercheurs et sciences de l’information et de la communication. Je me sens parfois seul avec mes problématiques historiennes et mes sources audiovisuelles. Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ? »