Comment présenter une source audiovisuelle?

Il n’existe pas, à ma connaissance, de norme de présentation unifiée des sources audiovisuelles. J’ai d’ailleurs été étonné de constater que les revues, qui adressent presque toutes des consignes rédactionnelles, omettent systématiquement la possibilité de citer de telles sources. Or il me semble que c’est là une lacune. Cette absence dénote, à mon sens, que les sources audiovisuelles ne sont malheureusement pas encore considérées à l’égal d’autres plus anciennement utilisées dans la recherche. Chaque auteur•e est donc libre de présenter une source comme il•elle l’entend. Et si on observe des différences, il me semble qu’elles résultent de traditions disciplinaires, chaque auteur•e prenant modèle les notes de bas de page des ouvrages qu’il•elle a lus. On observe encore malgré tout dans certains articles une présentation a priori arbitraire telle que « journal du 10 août 1966 » ou « épisode 1177 ». Même s’il est toujours possible d’accommoder la présentation selon les corpus ou les méthodes, une harmonisation a minima parait possible et même souhaitable. Les lignes qui suivent sont une proposition qui me semble correspondre aux usages et nécessités de la discipline historique, et pourront dans le même temps ne pas sembler si saugrenues à nos collègues de SIC, études cinématographiques et histoire de l’art.

Continuer la lecture de « Comment présenter une source audiovisuelle? »

Les couvertures de magazines télé

Calendrier de l’avent des magazines télé.

Tout le mois de décembre, j’ai proposé sur twitter un calendrier de l’avent dévoilant chaque jour une couverture de magazine télé sur le thème de Noël. Très tôt, ces périodiques ont proposé chaque année des couvertures spéciales pour les semaines de réveillons, ornées pour l’occasion d’une illustration ou d’une photographie sur le thème des fêtes de fin d’année (Télé 7 Jours a en plus instauré la tradition d’encadrer sa couverture d’un liseré d’or brillant).

Continuer la lecture de « Les couvertures de magazines télé »

Du producteur au consommateur

Si on me demandait du tac-au-tac “Qu’est-ce qu’un•e chercheur•se?”, je répondrais probablement que c’est un•e professionnel•le du savoir. Définition forcément insatisfaisante mais qui a l’avantage de recouvrir deux aspects qui à mon avis sont fondamentaux: la mise au jour et l’exposition. C’est un•e professionnel•le à la fois de la production de savoir et de sa transmission.

Continuer la lecture de « Du producteur au consommateur »

La sélection des programmes (2/2)

Lire la 1ère partie sur mes intentions préalables à la sélection.

Dans mon planning prévisionnel, la sélection des 100 extraits devant figurer dans le futur site TvPatMat devait être réalisée au cours des quatre premiers mois du projet. J’en ai fait ma priorité de novembre jusqu’au terme de l’année 2016. Où en suis-je donc au début de ce cinquième mois? Continuer la lecture de « La sélection des programmes (2/2) »

La sélection des programmes 1/2

Le futur site du projet TvPatMat doit comprendre un total de 100 vidéos, consistant en extraits d’émissions diffusées depuis 1950 à la télévision française. Mon corpus de thèse est évidemment mobilisé ici même s’il sera complété par les programmes des années 2000. L’avantage de ma situation (à savoir travailler dans le prolongement de ma thèse) me permet de directement sélectionner les extraits parmi les programmes d’un corpus que je connais déjà.
C’est de ce processus de sélection, déjà bien entamé, qu’il est question dans ce billet, et je souhaite faire part de mes interrogations. (Je passe pour le moment sous silence des contraintes qui pourraient contrarier ma sélection, dont je ferai état en temps voulu). Continuer la lecture de « La sélection des programmes 1/2 »

Travailler sur les représentations du patrimoine: le cas des programmes de télévision

Ce texte est tiré d’une communication donnée à Lausanne, au Centre SCH, le 20 novembre 2015. Continuer la lecture de « Travailler sur les représentations du patrimoine: le cas des programmes de télévision »

Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ?

Je fais régulièrement le constat que nous ne sommes pas nombreux dans la communauté historienne à travailler sur les médias. Je le vois particulièrement sur internet où, entre twitter et le blogging scientifique, les historiens des médias sont rares, surtout à côté des sociologues, sémiologues, chercheurs et sciences de l’information et de la communication. Je me sens parfois seul avec mes problématiques historiennes et mes sources audiovisuelles. Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ? »

Montrer le populaire

Comme pour toute autre œuvre que le chercheur approche comme une source, les acteurs d’une émission doivent faire l’objet d’une étude. Si les auteurs d’un programme de télévision sont à considérer en priorité, les producteurs, réalisateurs, journalistes et présentateurs ne sont pas toujours les participants exclusifs d’une émission. D’autres intervenants peuvent aussi se prêter à une étude. A la différence que, bien que partie prenante du contenu d’une émission, ils sont extérieurs au processus de production. Continuer la lecture de « Montrer le populaire »

Entretien avec les personnels de l’inathèque

Au mois de juillet, j’ai été contacté par la responsable des collections de l’inathèque qui avait remarqué que les billets de ce carnet étaient rédigés par un de leurs usagers. Trois billets en particulier avaient attiré l’attention de l’institution et avaient été diffusés en interne. Continuer la lecture de « Entretien avec les personnels de l’inathèque »

Images, sons et paroles

Dans une communication faite il y a quelques mois (publiée depuis) je me suis intéressé aux usages du son à la télévision. Des deux dimensions audiovisuelles de la télévision, la bibliographie est concentrée principalement, on le comprend aisément, sur l’image. Un récent colloque sur les bruits et les sons avait été pour moi l’occasion de réfléchir à la place du son à la télévision. Continuer la lecture de « Images, sons et paroles »

Couleurs ou noir et blanc ?

La France défigurée est une émission qui débute le 19 juin 1971 sur la deuxième chaine. En passant sur la première chaine le 29 septembre 1972[1], l’émission passe de la couleur au noir et blanc.
Le choix de changer la chaine de diffusion était sans nul doute lié à la volonté de la proposer à un plus grand nombre de spectateurs puisque tous n’étaient pas équipés pour recevoir la seconde chaine. [2] L’émission connaît rapidement un vif succès et le public français a sans doute souhaité qu’elle ne soit plus réservée aux possesseurs de postes de télévision récents. Continuer la lecture de « Couleurs ou noir et blanc ? »

Titre trompeur

Je parlais dans le dernier billet d’un phénomène que j’avais constaté dans mes archives audiovisuelles : l’usage anachronique de certains termes par les conservateurs de l’INA dans le renseignement des notices qui accompagnent chaque programme.
J’avais mentionné l’exemple du terme “patrimoine” qui a été abusivement employé pour qualifier des sujets à une époque où le terme n’était pas d’un usage courant. Continuer la lecture de « Titre trompeur »

Les notices de l’inathèque (2)

Dans le précédent billet, j’expliquais ce qu’est une « notice » de l’inathèque. Je vais maintenant préciser leur utilité, les problèmes que posent certaines d’entre elles. Plusieurs questions me sont venues à force de lire ces notices et j’ai fini par être curieux de la manière dont elles sont été renseignées par les personnels de l’INA. Continuer la lecture de « Les notices de l’inathèque (2) »

Les notices de l’inathèque (1)

Ce billet sera divisé en deux en raison de sa longueur. Les remarques préalables qui devaient me servir à expliquer ce qu’est une “notice” de l’inathèque ont pris une place plus longue que prévue. Or cela constitue tout de même un aperçu pas inutile sur le travail concret de la recherche (au sens premier) dans les fonds de l’INA, et justifie de constituer un billet séparé.

Comment travaille-t-on à l’inathèque quand on est chercheur et apprenti chercheur ? Ce billet se propose d’y répondre à travers l’étude d’un outil de recherche développé par l’INA (qui doit ici être vu comme un centre d’archives) et qui devient également source pour le chercheur : il s’agit de la notice de programme. Continuer la lecture de « Les notices de l’inathèque (1) »