« Le retour de la France moche »

En lisant le titre que le journaliste Luc Le Chatelier a donné à un billet de blog sur le site de Télérama, immédiatement ma thèse a ressurgi devant mes yeux. Le billet en question alerte des conséquences de la loi dite « Macron », accusée d’aller dans le sens du lobby publicitaire qui réclame un assouplissement des règles d’affichages. La loi doit en effet faciliter leur multiplication sur des territoires jusqu’à présent épargnés, notamment ruraux.

Le titre du billet est-il une référence à La France défigurée, le magazine de Michel Péricard et Louis Bériot qui fut la première émission de la télévision française consacrée à l’écologie ? Continuer la lecture de « « Le retour de la France moche » »

La tempête de 1999 (3/3)

(billets 1/3 et 2/3)

La tempête de décembre 1999 est le dernier drame du XXe siècle à avoir affecté le patrimoine. Il y avait eu au cours du siècle plusieurs événements « traumatiques » très médiatisés et qui ont donné lieu à une vive émotion dans le public : Continuer la lecture de « La tempête de 1999 (3/3) »

La tempête de 1999 (2/3)

(Billet 1/3)
Du point de vue du travail de thèse, la tempête est un exemple intéressant de ces petits objets qui se révèlent plus riches à mesure qu’on les analyse. Alors que je n’avais pas de problématique particulière en approchant ce sujet, j’ai au final quelques observations intéressantes à fournir. La possibilité d’une étude quantitative a permis de poser des questions plus poussées, et la représentation cartographique (en dépit de mes failles méthodologiques) m’a conduit à une analyse interrégionale que je n’aurais pas envisagée au départ.

Continuer la lecture de « La tempête de 1999 (2/3) »

La tempête de 1999 (1/3)

La période sur laquelle je mène mes recherches pour ma thèse s’achève en 1999, pour deux raisons : l’une d’elles porte les noms de Lothar et Martin[1]. La tempête de 1999 est un événement marquant de l’histoire récente de la France, et a aussi marqué d’une certaine façon l’histoire du patrimoine. Continuer la lecture de « La tempête de 1999 (1/3) »

Montrer le populaire

Comme pour toute autre œuvre que le chercheur approche comme une source, les acteurs d’une émission doivent faire l’objet d’une étude. Si les auteurs d’un programme de télévision sont à considérer en priorité, les producteurs, réalisateurs, journalistes et présentateurs ne sont pas toujours les participants exclusifs d’une émission. D’autres intervenants peuvent aussi se prêter à une étude. A la différence que, bien que partie prenante du contenu d’une émission, ils sont extérieurs au processus de production. Continuer la lecture de « Montrer le populaire »

Sciences et Patrimoine

Les manières de traiter du patrimoine à la télévision ne sont pas si variées quand on se cantonne au genre du documentaire[1]. On distingue l’approche historique, l’approche géographique et touristique, l’approche ethnologique, l’approche journalistique, auxquels on ajoutera l’approche scientifique.

Qu’entend-on avec cette énumération d’ « approches » ? Continuer la lecture de « Sciences et Patrimoine »

Images de la modernité

De tous les éléments contextuels de mon sujet, le plus important est sans doute la croissance économique des Trente Glorieuses et la modernisation de la France qui l’accompagne. L’urbanisation, l’industrialisation, la rénovation urbaine sont des éléments de contextes indispensables pour comprendre les mouvements de réaction en faveur de la sauvegarde des monuments et quartiers anciens, mais aussi de l’environnement et des paysages. Continuer la lecture de « Images de la modernité »

Le traumatisme des Halles

J’avais lu de manière abondante que l’affaire des Halles de Paris avait profondément marqué les Parisiens et même les Français. La destruction programmée des pavillons, puis la concrétisation et le chantier du forum des Halles, avaient été mal vécus, suscité des oppositions et engendré une grande nostalgie du quartier ancien des Halles. Continuer la lecture de « Le traumatisme des Halles »