Lettre à mes camarades récemment élu•e•s

Cher•e•s camarades,

Ca y est. Vous voilà élu•e•s.
Après l’avoir souhaité, peut-être même rêvé, certainement après avoir angoissé à la perspective de ne pas l’être. L’aspiration de la majorité des thésard•es va désormais être votre quotidien dès septembre prochain. Quel soulagement cela doit être, quelle satisfaction également. Ils•elles ont de la chance, vos futur•e•s collègues, vos futur•e•s étudiant•e•s.

Pour ma part, je rédige ces quelques lignes pas seulement pour vous féliciter mais aussi pour vous adresser ce message.

N’oubliez pas de prendre soin de vous. Vous avez pu voir au cours des années passées les exigences du métier qui est désormais le vôtre, la pression qu’il comporte, les frustrations qu’il génère, les angoisses qu’il peut faire naître. Gardez vos priorités intactes, ne cédez rien aux injonctions qui vont peser sur vous. Et ainsi vous pourrez pleinement aimer ce métier qui vous a fait rêver sans qu’il vous dévore.

N’oubliez pas d’où vous venez. Rappelez-vous que vous avez été doctorant•e•s puis docteur•e sans poste. Souvenez-vous de ces interrogations et de ces doutes quand votre avenir était encore incertain. Gardez en vous un peu de votre candeur et de votre idéalisme au moment de prendre vos fonctions. Ne laissez pas les titres qui vont accompagner vos nouvelles responsabilités (directeur•trice de telle structure, membre de tel comité…) vous éloigner de l’image que vous vous faisiez d’un•e maître•sse de conférence idéal•e. Soyez celui•celle que vous auriez aimé avoir pendant vos études.

N’oubliez pas nos combats. Vous avez lutté, vous avez manifesté, vous avez soutenu, ou simplement râlé (je le sais, j’étais là, un verre entre nous). Ne laissez pas le confort de votre situation de demain éteindre l’ardeur de vos envies d’hier. Ne laissez pas les contraintes du quotidien endormir la fureur de vos colères légitimes. Battez vous (chaque jour si possible) pour qu’advienne l’université et la société que vous avez souhaitées. Et quand il le faudra, stoppez tout, pour souffler, pour nous rassembler, pour mieux lutter.

Devant vos aînés, parlez, proposez, refusez, discutez, nuancez, mais ne vous taisez pas. N’oubliez pas ce que vous avez pensé (et dit, j’étais présent, encore une fois) des mandarins, et n’oubliez pas votre vœu de ne jamais en devenir un. Gardez à cœur les missions de service public de l’université et le rôle social du chercheur, et ne les sacrifiez pas pour vos ambitions personnelles.

Et puis ne nous oubliez pas nous, qui ne sommes pas encore à votre place. N’oubliez pas notre numéro de téléphone, pensez à nous pour vos projets de recherches et vos événements scientifiques, et payez nous des verres à l’occasion.

A propos de la thèse (2) Un rite de passage

Un rite de passage

En écho au précédent billet de cette série « à propos de la thèse », je voudrais aborder ce sentiment qui ne s’est affirmé que tardivement chez moi : celui de vivre la thèse comme un rite de passage.

La thèse, je l’ai d’abord vue comme un aboutissement. Continuer la lecture de « A propos de la thèse (2) Un rite de passage »

Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ?

Je fais régulièrement le constat que nous ne sommes pas nombreux dans la communauté historienne à travailler sur les médias. Je le vois particulièrement sur internet où, entre twitter et le blogging scientifique, les historiens des médias sont rares, surtout à côté des sociologues, sémiologues, chercheurs et sciences de l’information et de la communication. Je me sens parfois seul avec mes problématiques historiennes et mes sources audiovisuelles. Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ? »

A propos de la thèse (1) Même si l’envie n’est pas là

Même si l’envie n’est pas là

Tous les docteurs et doctorants que j’ai croisé me l’ont confirmé : la rédaction est la partie la plus difficile de la thèse. J’ai d’ailleurs constaté avec amusement qu’ils/elles s’enquièrent plus volontiers de mon état d’esprit et de l’avancement de ma thèse depuis qu’ils savent que j’ai entamé la rédaction – et il me semble qu’ils le fassent avec cette légère pointe de compassion mêlée de pitié caractéristique de ceux-qui-sont-passés-par-là, mais il est possible que j’affabule. Continuer la lecture de « A propos de la thèse (1) Même si l’envie n’est pas là »

Patrimoine et télévision

Le carnet s’appuie sur une thèse de doctorat en histoire contemporaine qui croise deux objets : l’histoire de la télévision et le patrimoine matériel (bâti et artistique). Le sujet de thèse est inséré dans un projet pluridisciplinaire autour du patrimoine matériel (Labex Patrima). Continuer la lecture de « Patrimoine et télévision »