La sélection des programmes (2/2)

Lire la 1ère partie sur mes intentions préalables à la sélection.

Dans mon planning prévisionnel, la sélection des 100 extraits devant figurer dans le futur site TvPatMat devait être réalisée au cours des quatre premiers mois du projet. J’en ai fait ma priorité de novembre jusqu’au terme de l’année 2016. Où en suis-je donc au début de ce cinquième mois?

La sélection fut longue pour plusieurs raisons. Parce qu’il m’a fallu:

1. Établir une liste préliminaire

Les sources parmi lesquelles j’avais à choisir les 100 extraits me sont connues (pour rappel, ce sont celles de mon doctorat, à quoi s’ajoutent des documents inédits des décennies 2000 et 2010). Je suis parti du principe que les extraits les plus pertinents pour ce projet seraient pour partie ceux que j’ai analysés le plus finement dans ma thèse. La relecture de mon manuscrit m’a en effet permis de récolter de nombreuses références (en plus de me remémorer des éléments et donc de nourrir ma réflexion sur le projet que je mène).
J’ai aussi sollicité mes souvenirs. Même plus d’un an après ma soutenance, j’ai encore en mémoire une large partie de mon corpus. Il est amusant d’ailleurs que des images de programmes me reviennent régulièrement en tête, y compris d’émissions auxquelles je n’ai pas accordé de longs développements dans mon manuscrit. Je n’en suis pas au point de rêver de mes archives, mais, éveillé, j’ai en tête plein d’images associées au patrimoine. Je suis encore capable de retrouver assez rapidement un programme sur la base du souvenir d’une séquence vue ou d’une phrase entendue.
Dès les premières semaines j’ai donc été en mesure d’établir une liste de près de 70 références potentiellement utiles pour le projet. Cette liste devait être confirmée par des critères plus solides, et aussi complétée.

2. Visionner

Il s’est avéré indispensable de procéder à un nouveau visionnage des extraits. Dans le futur site, chaque extrait fera l’objet d’une notice descriptive ; je savais qu’un visionnage systématique serait à prévoir, mais je ne pensais pas devoir l’anticiper dès la sélection des 100 documents.
Ce visionnage a parfois confirmé mon sentiment et m’a permis de valider la majorité des références que j’avais relevées. A d’autres reprises il a révélé que, finalement, l’extrait n’était pas pertinent pour le projet. Même si ce n’était pas le but premier, ces visionnages ont été l’occasion d’enrichir mes notes pour la rédaction des futures notices descriptives (je présenterai le template des notices dans un prochain billet).

3. Rechercher

Ma liste étant insuffisante, il m’a fallu chercher d’autres extraits pour atteindre l’objectif fixé. C’est là que les critères que j’avais exposés dans le précédent billet se sont révélés utiles. Une partie de ma recherche s’est donc focalisée sur la nécessité de rééquilibrer le corpus des 100 programmes. Par exemple en cherchant un extrait relevant d’une région française encore absente de la liste, d’un type de patrimoine jusque là sous-représenté. Idem pour les genres télévisuels: si j’ai déjà des extraits pour représenter le sport et les jeux télé, il me reste à en trouver un qui représentera les programmes religieux et les programmes jeunesses (car oui, le patrimoine est présent dans tous ces genres télévisuels).

4. Comparer et choisir

J’ai à l’heure actuelle 142 références dans ma liste. Trop, il faut donc faire un trier. Le visionnage a permis de faire émerger les points forts et les faiblesses de chaque extrait. Et lorsque deux ou trois programmes sont équivalents, je les compare pour me décider. A nouveau je mobilise mes critères pour cela. Quelques exemples de mes dilemmes et mes choix:

  • La collection C’est la vie est présente trois fois, or les émissions sont un peu redondantes ; je décide de ne garder que l’extrait qui me semble le plus utile au projet.
  • J’ai également relevé deux références pour Les dossiers de l’écran ; cette fois ci je les garde toutes les deux car elles sont suffisamment différentes et intéressantes pour le justifier.
  • Je voulais que le patrimoine maritime soit représenté, et un seul extrait y suffirait car cette catégorie est très marginale à la télévision ; j’ai relevé un sujet de JT de 2014 sur l’Hermione mais finalement je lui préfère un numéro de 1982 de Thalassa sur la restauration des vieux gréements (et fait ainsi coup double puisque cela permet à ce magazine notable d’être représenté).
  • Il me faut au moins un extrait pour pouvoir parler des émissions au ton « carte postale » sur le patrimoine local français ; je sais que tous ces sujets se ressemblent beaucoup, et que leur multiplication n’apportera rien, je transige donc à deux extraits pour illustrer cela.
  • Idem pour le motif récurrent du petit village. Trois extraits suffiront cette fois. Dans ce cas comme dans le précédent, je les choisis dans des régions géographiques différentes et avec des problématiques différentes pour introduire de la variété malgré leur trait commun.

J’ai ainsi cherché le plus possible à ce qu’un même extrait puisse être utilisé dans deux sections différentes du site ; pour cela il fallait opérer des croisement entre différents critères (type de patrimoine, situation géographique, genre télévisuel, époque de diffusion, sujet développé).
Je me suis enfin aperçu que j’avais parfois cédé à un travers que j’avais pressenti: celui de choisir des exemples emblématiques, représentatifs, pertinents, mais aussi parfois clichés. Par exemple, pour Vivre en France, le choix s’est réduit entre deux numéros, un sur la Mayenne, l’autre sur le Cher. Dans mes notes, l’un des arguments en faveur du Cher est qu’il est beaucoup plus cliché que celui sur la Mayenne. Ce que j’entends par cliché, c’est que l’émission convoque des représentations extrêmement communes sur le patrimoine, et qu’elle est  un peu caricaturale dans sa manière de montrer le rapport des populations avec leur patrimoine local. Pour autant ce caractère cliché est très présent à la télévision, et donc lui même représentatif d’une assez grande partie de mon corpus. Il a donc un intérêt pour le dossier. A moins que je n’aie cédé à mon mauvais esprit et ne la retienne que pour avoir le plaisir d’être critique sur une émission aux choix discutables?

J’avais émis dans le premier billet la crainte de passer sous silence les programmes trop marginaux de mon corpus. La sélection actuelle confirme cette crainte. Avec seulement 100 extraits à choisir, je ne peux pas me permettre le luxe de garder des programmes à l’intérêt limité. Mon but est que les visiteurs du site visionnent les vidéos et que mon éclairage leur apporte quelque chose. Les extraits doivent être utiles au projet, utiles à ma démonstration, utiles au visiteur.

Bilan

En l’état, il y a plus de 30 documents définitivement sélectionnés, et 30 autres que je suis enclin à conserver (seules des nécessités d’ajustement pourraient me faire reconsidérer ce choix). Il me reste donc plus ou moins 30 extraits à sélectionner ; or ma liste de références identifiées parmi lesquelles choisir en contient encore une soixantaine.
Ainsi je n’ai pas arrêté ma liste définitive de 100 extraits à la date à laquelle je le souhaitais ; néanmoins j’y vois un avantage : cela me permet de garder une marge de manœuvre pour plus tard. La rédaction des contenus pourrait faire émerger la nécessité de modifier à la marge ma sélection, ou alors un impondérable pourrait survenir, ce qui n’est pas rare dans la recherche (par exemple une demande tardive d’un de mes partenaires institutionnels). J’estime que j’aurai arrêté la totalité de la liste au plus tard au printemps.

NB: la carte dans la colonne de droite rend compte de ma sélection à l’heure actuelle (elle sera actualisée) et permet de voir la répartition géographique des extraits.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire, chercheur post-doctoral UVSQ-FSP Patrima.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *