Ecrire l’histoire de la télévision

Cette présentation à caractère historiographique est une contribution personnelle destinée à éclaircir le champ pour des lecteurs intéressés. Ce billet n’est pas une synthèse de travaux sur l’historiographie que j’aurais condensés. Il n’est pas davantage une bibliographie pour l’étude de la télévision (que je pourrai ajouter dans un second temps).
Ce billet est donc le reflet de ma vision de ce champ, laquelle vision est certainement marquée par mon appartenance institutionnelle et mon parcours intellectuel (historien du culturel, chercheur au CHCSC, membre de la SPHM , collaborateur du Temps des médias).


La première tendance repérable dans l’étude de la télévision par les historiens décrit un mouvement qui, parti du champ politique, s’en émancipe progressivement. La deuxième tendance qui structure ce champ voit la télévision être de moins en moins considérée comme un miroir de la société et de plus en plus comme un acteur. De fait, les programmes de télévision en viennent à être étudiés non plus comme source pour d’autres sujets, mais pour leur intérêt propre. Les lignes suivantes vont préciser ces tendances en présentant l’évolution de l’histoire de la télévision, en cherchant à identifier des jalons et des renouvellements, et en soulignant ses principaux objets de recherche.

Tout émane du politique

Le point de départ en histoire est le séminaire organisé par Jean-Noël Jeanneney et Monique Sauvage à l’IEP de Paris, inauguré en 1977[1]. L’institution où il se tient est un premier indicateur de la prégnance des problématiques qui vont, jusqu’aux années 1990, marquer les études sur la télévision. Un historien du politique, René Rémond, avait préalablement donné une impulsion significative en considérant que la télévision, parmi d’autres médias, pouvait être une source pour l’étude du politique. Également, dans les années 1980, l’émergence de l’étude du « temps présent » incite à se saisir des médias les plus récents, c’est à dire la radio et la télévision, sans que les questionnements ne soient forcément différents de ceux qui occupaient jusque là les spécialistes de la presse.

La télévision est arrivée sur le métier de l’historien comme source, elle y a toutefois acquis tardivement une légitimité comme objet d’étude. Un premier renouvellement a lieu à partir du moment où la télévision est étudiée pour elle-même. Mais avant les programmes, c’est l’institution qui préoccupe les chercheur.es.

Une histoire politique et institutionnelle

Les premiers travaux sur la télévision sont centrés sur les relations avec le pouvoir et c’est assez largement une histoire des institutions qui a été faite. L’ouvrage de référence de Jérôme Bourdon[2] sur la télévision sous le général de Gaulle, publié en 1990, s’inscrit dans cette tendance qui se fonde sur le politique.
Christian Brochand[3], qui n’est pas historien, publie à partir de 1994 une somme monumentale sur l’histoire de la radio et la télévision qui illustre que la priorité était alors à l’étude des institutions et de l’équipement. Les professions étaient incluses, en revanche les programmes étaient peu analysés.
Du fait de la présence obsédante du pouvoir politique, c’est une histoire singulière des médias audiovisuels qui a été écrite (radio et télévision étant souvent étudiées ensemble). Les premiers travaux sur la période RTF-ORTF font apparaitre la télévision comme une entreprise médiatique différentes des autres du fait de ses rapports privilégiés avec l’État. Le passage au « double secteur » (comme l’écrit Jean-Noël Jeanneney) à partir de 1982 normalise, en quelque sorte, la télévision au regard des autres médias.

Les travaux cités, de manière assez classique, s’intéressent aux organisations et aux dirigeants, exploitent des sources écrites conservées aux archives nationales (procès verbaux, notes internes, documents officiels, courriers). On trouve encore aujourd’hui cette approche chez des sociologues des médias. Pour exemple, l’ouvrage de référence du sociologue Benoit Lafon sur l’histoire de la télévision régionale[4] se concentre sur l’histoire de l’institution et de ses professionnels et n’accorde qu’une place limitée aux programmes.

L’étude des programmes

Après les institutions et les professions, les programmes vont être de plus en plus au centre des travaux de recherche. Leur production et leur diffusion seront plus aisément étudiées, mais l’analyse de la réception sera plus tardive. Les problèmes méthodologiques liés étant apparus très tôt aux chercheurs, l’étude de la réception a longtemps été repoussée.
S’ouvre l’époque, pourrait-on résumer, de l’approfondissement de l’étude des contenus médiatiques. On assiste à une entreprise quasi méthodique d’étude des programmes par grand genre: l’information, l’histoire, la fiction… Au début des années 2000, on peut dire qu’il existe un socle bibliographique solide pour les études sur les programmes.

Si l’étude institutionnelle de la télévision semblait ne pas pouvoir contourner la question du pouvoir, l’étude des programmes de la période RTF-ORTF, quant à elle, a longtemps été préoccupée par la notion de service public. Cette notion n’était pourtant pas absence des premiers travaux mais elle avait été introduite de manière un peu biaisée dans la mesure où la télévision était vue à l’aune de ses rapports avec le politique. Le service public audiovisuel s’est longtemps confondu avec le monopole d’État sur les ondes, et donc avec l’ingérence du pouvoir. L’ouvrage d’Évelyne Cohen et Marie-Françoise Lévy paru en 2007[5], par exemple, a permis de replacer la notion de service public au centre de l’étude aussi bien de la télévision, de ses acteurs, de ses programmes et de son public, sans se focaliser sur les rapports avec le gouvernement.

La culture, lancinante question

De même, le sujet de la culture a longtemps occupé les historien.nes travaillant sur les programmes. Quelle place occupe la culture? Les programmes télévisés ont-ils transmis la culture comme ils étaient tenus de le faire? Et de quelle culture parle-t-on?
Dérivant de l’idée d’un service public audiovisuel et donc des missions qui lui étaient dévolues (fixées dans la loi), le contenu culturel des programmes était une interrogation légitime des historien.nes. Ce contenu culturel continue d’être questionné même s’il se fait moins prégnant aujourd’hui – par exemple sous la forme d’une réflexion sur la « télévision de qualité ».
La préoccupation pour la culture à la télévision a peut-être eu pour conséquence de glorifier la période qui s’étend des années 1950 au milieu des années 1970, quand l’impératif culturel s’est fait le plus aigu, et quand les professionnels s’y sont consacrés avec le plus d’abnégation et de passion (semble-t-il, à lire la bibliographie). Observée à l’aune de la culture, l’histoire de la télévision est celle d’un long déclin (sur le sujet, voir ce billet). L’importance de la culture dans ces premières décennies est renforcée par les témoignages souvenirs des réalisateurs, journalistes et producteurs de cette période, qui entretiennent son idéalisation[6].

Un « saut » culturel

Un autre temps important est le moment où se rencontrent histoire des médias et histoire culturelle, plutôt dans la première moitié des années 2000. Les travaux sur la « culture médiatique » ont été l’un des premiers chantiers de l’histoire culturelle sur les médias. Parler de culture médiatique a bien sûr des implications particulières mais présente l’avantage de ne pas isoler la télévision des autres médias et de la replacer dans un environnement communicationnel.
Comme d’autres sujets, l’approche de l’histoire culturelle a permis de renouveler l’étude des médias en revenant sur des périodes, genres, programmes, qui avaient déjà été étudiés[7]. On peut distinguer deux tendances dans cette approche culturaliste: d’abord les travaux du type « étude de la représentation de [tel sujet] à la télévision », qui renvoient à des questionnements tels que « étude de la médiatisation de… ». La deuxième tendance, encore un peu moins explorée me semble-t-il, s’interroge sur les effets des médias sur les représentations de [tel sujet] dans la société (même si des thèses s’attachent à combler ce manque, comme celle d’Alexandre Borrell sur la représentation des banlieues au journal télévisé).

Quand la revue Le Temps des Médias est lancée en 2003, elle acte du fait que l’histoire des médias est désormais un domaine légitime qui mobilise de nombreux.ses chercheur.es aux approches diverses. Si son projet et son noyau la relient fortement à l’approche politique (ses membres fondateurs en témoignent), la revue porte la marque du tournant culturel. Elle consacre d’ailleurs de moins en moins de place à l’économie des médias pour accorder plus de page aux représentations. Pour autant ses numéros sont éclectiques et présentent des articles sur les questions de pouvoirs, des problématiques économiques, de représentations, de métiers, de publics… écrits autant par des historien.nes, sociologues, spécialistes de médias et chercheur.es en SIC.

Les différents champs d’étude de la télévision

Plusieurs branches ou pôles sont apparus progressivement dans l’histoire de la télévision, le premier étant le pôle politique. On peut aussi, et c’est ma manière d’appréhender le champ, raisonner par types d’approches ou par objet:

  • une approche qui est l’héritière du chantier pionnier de Jean-Noël Jeanneney et qui s’intéresse aux questions de pouvoir, aux usages politiques de la télévision, et à la communication politique. Un foyer de cette recherche se situe au Laboratoire Communication et Politique (LCP-IRISSO, CNRS) autour d’Isabelle Veyrat-Masson. Médias, politique et société sont les mots clés des travaux de cette première approche, qui n’oublie pas pour autant d’analyser les programmes.
  • L’approche « communicationnelle » ensuite. On penserait plus facilement à des chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication qu’à des historiens ici. Pourtant cette approche ne recouvre pas complètement ce que font les chercheurs en SIC. Un de ses sous-ensembles concerne l’histoire des techniques de l’audiovisuel, héritiers des historien.nes de la radiodiffusion, et dont Cécile Méadel est par exemple une représentante (Mines Paris Tech).
  • L’approche « socio-historique », une branche importante qui porte notamment son attention sur les professions. Chronologiquement, les travaux ont porté d’abord sur les dirigeants de la télévision et les ministres de tutelle, sur les réalisateurs puis sur les journalistes. Les tenants de cette approche n’ont pas totalement rompu leurs liens avec les études politiques, approche qui voisine par ailleurs avec la sociologie des médias.
  • Une approche par les programmes. Ce sont les travaux qui étudient des genres (les émissions historiques, les documentaires, les reportages, les émissions politiques…) ou des collections. Plusieurs monographies ont ainsi été publiées au début des années 2000. Depuis, les questionnements se sont précisés et les programmes sont appréhendés avec des problématiques nouvelles et mobilisent des concepts (par exemple la question du genre dans la fiction sérielle, comme dans la thèse de Taline Karamanoukian).
  • L’étude des publics et de la réception a longtemps été un chantier suscitant beaucoup d’attentes et tout juste esquissé dans les années 2000-2010, c’est pourquoi je ne parlerais pas encore d’approche, plutôt de domaine de préoccupation. La thèse de Géraldine Poels (2013)[8]est le premier travail d’ampleur sur la questions des publics de la télévision, dont on guette les prolongements.

J’ai le sentiment que toutes ces approches voisinent, se croisent, se fécondent aussi et qu’elles ne sont pas si cloisonnées que ma liste pourrait le laisser penser. Les approches auront bien sûr leurs spécificités: telle mobilisera l’économie des médias, telle autre sera nourrie par les études sur la culture de masse, etc. Les travaux de Valérie Schafer (CNRS-ISCC) sur l’internet des années 1990-2000 croise ainsi des réflexions sur les contenus, la communication et l’archivage des sources numériques.

Je signale pour finir le congrès de la Société Pour l’Histoire des Médias https://congressphm2016.wordpress.com/ qui s’est tenu en mai 2016 qui devrait être prolongé par une publication. En organisant leurs discussions autour de la problématique « penser l’histoire des médias », les organisateur.trices ont voulu dresser un état des lieux de la recherche, notamment pour s’interroger sur la spécificité de l’histoire des médias en tant que champ séparé, spécificité n’étant peut-être plus aussi pertinente que par le passé. Les textes inédits qui devraient être rassemblés suite à ces journées devraient permettre de dégager des perspectives, notamment pour l’histoire de la télévision. Enfin, une évolution qui sera peut-être significative à l’avenir: le Comité d’Histoire de la Télévision, fondé en 1980 par des historien.nes (dont René Rémond et Jean-Noël Jeanneney) et par des professionnels (Jean d’Arcy, Henri de France, Wladimir Porché, Pierre Sabbagh et Pierre Tchernia), est devenu en 2015 l’Observatoire de l’Audiovisuel et du Numérique. Cet intitulé pourrai être lu comme un programme en soi ; mon interprétation est qu’un cycle pourrait s’achever, l’histoire de la télévision prenant ses distances d’avec l’histoire de la radio dont elle a longtemps semblé être une émanation, pour se tourner vers les nouveaux médias et s’adapter à l’ère de post-télévision. Cela, en tout cas, ne marque en rien un point final à l’étude de la télévision par les historien.nes.


[1] Source: préface à Sauvage Monique et Veyrat-Masson Isabelle, Histoire de la télévision française: de 1935 à nos jours, Paris, France, Nouveau Monde éditions, 2012, p. 7.

[2] Bourdon Jerôme, Histoire de la télévision sous de Gaulle, Paris, Anthropos INA, 1990.

[3] Brochand Christian et Comité d’histoire de la radio, Histoire générale de la radio et de la télévision en France. Tome I. 1921-1944, Paris, La Documentation Française, 1994.
Brochand Christian, Histoire générale de la radio et de la télévision en France. Tome II. 1944-1974, Paris, La Documentation Française, 1994.
Brochand Christian, Histoire générale de la radio et de la télévision en France. Tome III. 1974-2000, Paris, La Documentation Française, 2006.

[4] Lafon Benoît, Histoire de la télévision régionale: de la RTF à la 3, 1950-2012, Bry-sur-Marne, INA, 2012.

[5] Cohen Évelyne et Lévy Marie-Françoise, La télévision des Trente Glorieuses : culture et politique, Paris, CNRS éd, 2007.

[6] Voir Poels Géraldine, « Télévision: l’invention de l’âge d’or », Le Temps des médias, 27, 2016/2 (à paraître).
Voir aussi les sources quand elles sont publiées, comme les livres de souvenirs de pionniers de la télévision ; par exemple ma recension de l’un d’eux: (Collectif), 50 ans de télévision, Paris, France, Le Passeur éditeur, 2014, parue dans Le Temps des Médias.

[7] Voir ce texte initialement paru dans le bulletin de l’Association pour le Développement de l’Histoire Culturelle: Ambroise-Rendu Anne-Claude, « Les frontières (et leurs perméabilités) entre l’histoire culturelle et l’histoire des médias », in (Collectif) Dix ans d’histoire culturelle: état de l’art, Villeurbanne, France, Presses de l’ENSSIB, 2011.

[8] Poels Géraldine, Les trente glorieuses du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années 1950 aux années 1980, Bry-sur-Marne, INA éditions, 2015, 414 p.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *