Entretien avec Jean-Christophe Piot

J-Ch PiotJean-Christophe Piot est journaliste depuis 20 ans, titulaire d’un DEA d’histoire des religions romaines, et anime depuis 2013 un blog consacré à l’histoire. Il travaille avec francetvinfo, la revue Hemisphere, le magazine Swissquote et In Vivo.
Pour éclairer mes recherches, je l’ai interrogé sur sa pratique de la vulgarisation de l’histoire.

Quelle définition donne-tu à la popularisation du savoir – car je crois que tu préfères ce terme ?

Oui, je le préfère ce terme, qui est la francisation du terme anglais « popularizing ». Je le préfère à celui de « vulgarisation » qui me déplaît à cause de sa connotation un peu dépréciative. Il manque une dimension présente dans popularisation, qui traduit l’idée de donner accès à quelque chose de complexe au plus grand nombre. Et puis aujourd’hui, la « vulgarisation », tout le monde s’en est emparé, le terme ne veut plus dire grand-chose.

Est-ce que tu as l’expérience de la popularisation du savoir dans une autre discipline ?

Oui, je fais aussi des papiers sur des « sciences dures », tout ce qui est biologie et médecine. Les publications pour lesquelles je travaille s’adressent à un public de non-spécialistes qui ont une appétence pour les sciences. Moi je me situe à l’articulation du spécialiste et de ces curieux. Par exemple, j’interroge des chercheurs en biologie dont je dois rapporter les propos. Le lecteur ne pourra jamais approcher la complexité de la production du savoir scientifique. Mon rôle c’est d’extraire la moelle du sujet, de sauter les étapes de la construction du savoir, et donner au public des informations exactes et à jours, mais débarrassées des aspects les plus complexes du travail de recherche qui a mené vers elles. C’est le même principe que j’applique à l’histoire.

Est-ce que tu appréhendes pour autant l’histoire différemment ?

Oui. La médecine, c’est du travail, alors que l’histoire, c’est une passion personnelle. La rédaction du billet pour le blog c’est mon petit plaisir, c’est la bouffée d’oxygène par rapport au flux d’articles que j’écris la semaine. Même si c’est aussi un travail pour lequel je suis rémunéré.

Quel public as-tu en tête quand tu écris ? Je pense plutôt à ton blog qu’aux livres que tu vas bientôt sortir.

Oui, pour les livres c’est différent, les prochains sortiront dans une collection à destination des collégiens. Le public était identifié dès la commande. Celui du blog est plus large, même s’il a changé avec le temps. Pour caricaturer, je vise le lectorat Télérama. Ce ne sont pas seulement des passionnés mais aussi des curieux. Il est très compliqué d’aller au-delà de ce cercle. Et quand on écrit, il est difficile de ne pas penser d’abord à public qui nous ressemble, dans mon cas à des gens qui ont un petit bagage universitaire, qui sont intéressés par l’histoire … Ce qui ne m’empêche pas d’essayer de casser le mur. Je m’efforce surtout de ne pas tomber dans l’élitisme.

Comment choisis-tu tes sujets ?

J’évite les sujets d’une grande complexité théorique ou technique. Principalement parce que je n’ai pas assez de place pour les développer sur le blog, ou alors je le ferais mal. Ensuite, il faut que j’aime le sujet dont je parle. Je ne sais pas si c’est une règle que je m’applique mais je le constate, j’écris toujours sur des sujets qui me plaisent. J’ai conscience que cela peut mener à un défaut, celui d’avoir une approche plus émotionnelle. J’ai remarqué que je pouvais avoir de l’indulgence pour des personnages. Un autre danger serait aussi de rendre les sujets trop légers par une narration un peu distante ou amusée.

J’ai conscience d’écrire sur des sujets qui sont déjà traités ailleurs, dans d’autres émissions ou publications, ou alors des sujets repris par la pop culture. Je pars d’un sujet que les gens croient connaitre et j’essaie de revenir à la réalité, de recadrer, notamment en revenant aux sources. J’essaie aussi d’apporter aussi du recul aux lecteurs. Par exemple dans mon billet sur les animaux-soldats, je sais que beaucoup de gens ont entendu parler au moins vaguement des éléphants ou des dauphins entrainés par l’armée américaine. Ce n’est pas là que je cherche à leur apprendre quelque chose, ces exemples servent davantage à les accrocher. Par contre, quand je développe le cas moins connu des chauves-souris utilisées par l’aviation américaine pour incendier des maisons lors de la guerre du Pacifique, je pense que je peux faire découvrir quelque chose aux lecteurs.

J’ai aussi déjà écrit sur des sujets totalement inédits, dont je savais qu’ils ne seraient pas connus du public. Dans ces cas-là je dois mettre plus de pédagogie et je fais un effort supplémentaire de narration car il faut aller chercher les gens. Là, je me lâche vraiment sur l’écriture parce que je cherche à compenser le manque de connaissances du lecteur par un style plus relâché et plus attractif. Je vise l’effet « waouh! ».

Comment t’y prends-tu pour écrire, quels choix fais-tu dans l’écriture, dans la langue ?

J’aime bien écrire en essayant de susciter un sourire. J’ai conscience que ce que je publie, ce n’est pas une lecture qu’on ferait en prenant des notes, mes textes ne seront pas repris dans un colloque universitaire. Je le vois comme un loisir intelligent. Quand j’écris pour le blog, je ne cherche pas à rendre la lecture complexe, au contraire. Autant que possible, j’essaie d’éviter le jargon ou le vocabulaire technique et d’éviter d’adopter un niveau de langue trop prétentieux. Typiquement, entre deux termes possibles, je vais choisir non pas le plus simple mais le plus répandu. Avec le recul, je distingue vraiment deux grands types de billets : il y a les billets polémiques qui sont proches d’un article d’opinion, et les billets plus casual, que j’écris de façon « normale ». Le style sera un peu différent, le propos aussi, mais dans tous les cas mes billets prennent la forme de papiers assez classiques. J’applique la règle des 5W : « qui » « quoi » « comment » « où » « pourquoi », mais aussi « avec qui », etc. Là, c’est l’école du journalisme.

Ensuite, plein de choses font varier la façon dont j’écris. Principalement, le style change en fonction du sujet et de sa gravité. Je ne m’autorise pas la même liberté sur les sujets sensibles. Pour autant je pense de la même façon quoi que j’écrive, le seul changement sera dans le placement de toute une série de curseurs. Plus ou moins d’ironie, plus ou moins de références à la pop culture…

Il y a aussi des stratagèmes pour réussir à se faire comprendre. Terry Pratchett parle à ce sujet de « mensonges pour enfants » : pour faire comprendre une idée complexe, on peut utiliser une métaphore extrêmement simple. Même si elle n’a guère de lien avec le sujet d’origine, elle donnera l’impression d’avoir compris quelque chose, même de façon un peu floue. C’est l’image du chat de Schrödinger qui, quand on l’entend, donne le sentiment qu’on a saisi quelque chose de la physique quantique alors qu’en fait… Pour expliquer la relativité du temps, Einstein s’amusait à dire « imaginez que vous passez 5 minutes dans les bras de votre amoureuse et cinq minutes à griller dans une poêle : ce sont les mêmes minutes, mais elles vous paraîtront plus longues… ». J’essaie quand même de ne pas tomber dans la facilité.

Avec le temps, je m’autorise à utiliser beaucoup plus de références à la pop-culture, souvent en légende de photos par exemple. C’est facile, mais je sais que ça fonctionne. Je ne m’adresse pas à l’intelligence analytique du lecteur, j’essaie plutôt de taper sur un référentiel commun. Je m’astreins quand même à une certaine modération, au risque de tomber dans l’abus de références qui est un peu trop courant aujourd’hui.

Ceux qui te lisent connaissent ton goût pour l’humour, c’est important dans ton écriture ?

Oui, j’ai tendance à chercher l’humour, mais je constate que je ne suis pas le seul. Pour moi tout dépend du sujet. J’ai remarqué que j’ai tendance à utiliser beaucoup plus d’humour noir avec les sujets anciens, parce que j’ai moins d’empathie. On ne raconte pas l’assassinat de JFK comme celui de César. C’est une tendance que j’ai retrouvée chez d’autres auteurs et chez des historiens. C’est aussi le style d’écriture de Cracked, le magazine américain. En revanche, si ça ne m’amuse pas moi, je n’essaie pas de faire rire les autres. Faire rire sur 14-18 serait difficile.  Je crois que la proximité temporelle rend la chose difficile. Surtout que les commémorations ont ravivé l’intérêt du public pour cette guerre, les gens développent une émotion instinctive qui fait que c’est plus difficile de les faire rire. Et je ne suis pas là pour heurter.

On n’écrit pas un billet de blog comme on écrit un livre. Tu te limites de toi-même dans la taille j’imagine ?

Les billets du blog font autour de 1000 mots, entre 4000 et 6000 signes. Franceinfo n’a jamais réellement donné de consignes, ils me laissent une grande liberté, d’autant qu’ils ont pu voir que c’est ce qui fonctionne. Au début ils m’incitaient à m’aligner sur les articles à la mode, en faisant 7 ou 10 points à la suite. J’ai pris de la liberté avec cette forme, même si je garde le séquençage en points pour éviter les gros pavés. Avec le temps, les billets se sont un peu allongés. Maintenant que j’ai un lectorat, je ne suis plus obligé de trop me limiter. Cet été, j’ai sorti une série de billets sur les grands faux de l’histoire. Comme c’était l’été, je me suis dit que les gens auraient un peu plus de temps pour lire, alors je me suis permis de faire plus long, et les billets ont bien marché.

Est-ce que ça veut dire que les billets sont surtout lus au moment publication ?

Oui, le pic de fréquentation survient dans les premières heures de publication. Quand je publie un billet, je me retrouve sur la homepage de Francetvinfo. Mais quelques heures seulement, après d’autres titres apparaissent et la priorité reste évidemment à l’actualité. Donc la fréquentation baisse après les premières heures. Il y a pourtant plein de billets intemporels qui pourraient être remis en avant sur les origines de Noël ou de la Saint Valentin mais le web impose une nouveauté permanente. Au départ la ligne du blog, ce devait être de rebondir sur l’actualité pour apporter des éclairages historiques. Aujourd’hui j’ai plutôt tendance à utiliser la référence à l’actualité comme moyen d’accrocher le lecteur. Dans le billet sur les animaux-soldats, j’utilise l’exemple récent des aigles qui chassent les drones, mais je passe rapidement à d’autres cas plus originaux ou intéressants.

Ta profession de journaliste aide-t-elle dans ton travail de popularisation ?

Je vois des ressemblances entre les deux : le journalisme a aussi pour fonction de faire connaître un sujet, d’en élargir l’audience, et d’essayer de le trouver ce dénominateur commun qui fera que l’info parle à tout le monde. Le but idéal serait de parler à tout le monde, dans un cas comme dans l’autre.

Aussi, je passe ma vie devant un clavier. Je n’arrête jamais d’écrire, sauf quand je fais de la prise d’info. Après toutes ces années je n’ai plus aucune barrière avec l’écriture. Alors que j’ai vu chez certains chercheurs, notamment dans les sciences dites dures, un blocage avec l’écrit. Ils pensent qu’ils auront du mal à expliquer par écrit un sujet à des gens, surtout s’ils sont non spécialistes. Avec le journalisme, j’ai une accoutumance à l’écrit, et l’habitude de me mettre au service du lecteur. Je n’ai donc pas de peur ou d’inquiétude particulières. Je sais maintenant que je peux réussir à toucher un lectorat, à l’intéresser, à lui faire plaisir. Je ne mets pas d’enjeu particulier non plus derrière ce que je fais, je ne cherche pas absolument à donner une leçon, mais j’ai envie que le lecteur retienne quelque chose. Et puis je veux réussir à faire plaisir à des gens. Quand je parle d’histoire, je le vois avant tout comme mon métier, pas comme une quelconque mission.

Quel rôle penses-tu que la popularisation / vulgarisation / médiation joue dans la société ?

Je la conçois comme une manière de contribuer au débat public. Elle apporte un éclairage sur le présent, en donnant des précédents historiques elle pousse à un certain relativisme, elle amène à réfléchir en apportant un peu de profondeur : ce qui nous paraît si nouveau ne l’est finalement pas si souvent.

Et puis ça permet de revenir à certaines bases scientifiques pour échapper à certains clichés, installés avec le temps. Je pense au cas de Jeanne d’Arc qui est intéressant. Son nom est est connu de tous, mais tout le monde ne sait pas qu’il y a eu des querelles au sujet de sa représentation, car pendant très longtemps on ne savait pas à quoi elle ressemblait. Elle n’a pas toujours été la Jeanne d’Arc de la statue rue de Rivoli à Paris où le FN aime se rassembler, son image s’est figée bien longtemps après sa mort. Des fois, expliquer l’histoire, c’est aussi briser quelques illusions chez les gens, et dans le même temps leur montrer la complexité des choses. C’est aussi ce qui me plait. Je crois vraiment qu’on puisse arriver à une certaine modestie par l’histoire, parvenir à sortir des jugements à l’emporte-pièce. C’est aussi une façon de tempérer les passions. En revanche, je m’interdis de donner des leçons de morale, je ne veux pas utiliser l’histoire.

Ceux qui te lisent sur twitter savent pourtant que tu n’hésites pas à partager tes opinions politiques.

Oui. Dans la colonne de droite du blog il y a mon compte twitter, je ne me cache pas, les lecteurs savent qui je suis. Pour autant sur le blog je suis plus mesuré, je n’ai pas la même liberté de ton dans un papier que sur twitter. C’est une question d’intégrité, je ne cache pas mes opinions politiques. C’est dans les billets plus polémiques, plus d’opinion, que je les fais ressortir. Les polémiques sur Lorànt Deutsch ou sur le roman national par exemple. Mais je ne me considère pas non plus comme un polémiste, je me modère. C’est quand même sur ces billets que je me fais le plus troller, même si j’ai aussi vu des trolls ailleurs, comme dans un billet sur Philippe Pétain. Sur certains sujets, 90% des commentaires ne passent pas la modération, parce que Franceinfo intervient.

Comment tu situes la vulgarisation par rapport à l’école, la recherche, la télévision, etc. ?

Elle existe à côté de tout cela, sans prendre leur place. La vulgarisation ne doit pas non plus faire du scolaire, son but n’est pas de transmettre un savoir de la même manière qu’un programme : c’est davantage du saupoudrage culturel. Et puis notre public n’est pas contraint, chacun vient chercher ce qu’il veut. La vulgarisation doit essayer de trouver le juste milieu entre les savoirs académiques et l’histoire telle qu’elle est représentée dans la culture pop. Elle peut produire quelque chose de plus juste historiquement qu’une fiction historique. On est comme le comédien devant le public, on est le médiateur d’un texte qu’on n’a pas écrit. Le vrai boulot de vulgarisateur, c’est d’être modeste, parce qu’il ne fabrique pas l’histoire, pour reprendre le titre de l’émission de France Culture. Il est là pour donner quelques rappels, montrer où en est la recherche. Ce n’est pas moi qui cherche, donc je ne peux pas m’approprier les découvertes de la recherche, ce point-là est très important pour moi.

Est-ce que tu lis des universitaires pour préparer ton travail ?

Je lis beaucoup la presse magazine orientée histoire, dans laquelle publient des historiens. Leurs articles me dirigent ensuite vers des bouquins. Je passe par recommandations de magazines, d’historiens, et même de twitter. Je lis beaucoup, et pas mal d’ouvrage récents. Je me dirige aussi vers les historiens qui sont réputés pour avoir un style agréable : Bruno Dumézil, Ian Kershaw. Même quand leurs écrits sont un peu anciens, sinon carrément dépassés : Jerphagnon, Duby, Ferro… Je lis aussi des sources, les auteurs de l’Antiquité et de la période moderne, des sources littéraires comme Rabelais. Ce sont des lectures que j’accumule dans un coin de ma tête et qui vont me donner des idées pour mes billets.

Tu lis aussi des sources historiques ?

J’ai publié un longread sur un soldat de 14-18, un jeune homme d’une famille de Lille engagé volontaire qui avait 17 ans en 1914. Mon article a été réalisé à partir des carnets de cet homme, qui a écrit sur sa vie au front. Son expérience de la guerre est vraiment intéressante, on voit par exemple changer son rapport à la mort de ses camarades. Ses carnets sont très touchants. C’est un homme qui est revenu de la guerre mais qui a perdu son fils en Indochine, ce qui est tragique et cruel, mais aussi d’une féroce ironie. Et moi, pour raconter cette histoire, j’ai utilisé les ressorts de l’émotion. Je voulais sortir de la narration froide. Quand on a un matériau pareil, une histoire pareille, c’est une chance, il faut donner de la chair à ce personnage. Quelque part, on raconte des fictions. Personne ne peut réaliser ce qu’il a vécu, alors je m’autorise à utiliser l’empathie et l’émotion pour tenter de m’en approcher. Ce travail m’a pris six mois. En parallèle de la lecture de ses carnets, j’ai mobilisé de la documentation, des cartes, j’ai aussi utilisé les bases de données sur les militaires de 14-18. Paradoxalement, ce travail de vérification et de mise à plat m’a permis de sortir de l’émotion pour y revenir ensuite dans l’écriture.

Quelles sont les évolutions que tu vois poindre dans ton métier ?

Je me rends compte que le visuel devient de plus en plus important, surtout sur le web. J’envisage de recourir davantage à l’information visuelle, aux infographies… La datavisualisation marche très bien aujourd’hui, je crois qu’elle peut faciliter la compréhension des sujets. Par exemple quand je compare la puissance de deux flottes ennemies, je pourrais recourir au visuel pour exprimer la différence de tonnage. Je peux aussi faire cette comparaison à l’écrit, mais le visuel risque de mieux marcher. Il faut tester. Cela n’empêche pas que je reste attaché à l’écrit, et que je crois qu’on peut avoir un public même en s’y cantonnant.

Cet entretien a fait l’objet d’un billet complémentaire sur le carnet Devenir Historien.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire, chercheur post-doctoral UVSQ-FSP Patrima.

1 pensée sur “Entretien avec Jean-Christophe Piot”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *