Titre trompeur

Je parlais dans le dernier billet d’un phénomène que j’avais constaté dans mes archives audiovisuelles : l’usage anachronique de certains termes par les conservateurs de l’INA dans le renseignement des notices qui accompagnent chaque programme.
J’avais mentionné l’exemple du terme « patrimoine » qui a été abusivement employé pour qualifier des sujets à une époque où le terme n’était pas d’un usage courant.

L’occasion m’est donnée d’illustrer ce billet par une vidéo :

Il s’agit d’une émission tirée de la collection de programmes « Voyage sans passeport ». Ce titre de collection est une métaphore de ce que permet la télévision : découvrir le monde sans bouger de son fauteuil. Intéressante manière de mettre en scène la prouesse technologique que représente la télévision à cette époque de relative découverte de l’objet.

Sur le site ina.fr la vidéo est titrée « Patrimoine africain : les Turkana ». Or quand on regarde la vidéo de bout en bout, elle ne comporte aucun titre (ni vu ni prononcé) autre que le titre de collection, invariablement présenté d’une émission à l’autre sur un carton introductif et conclusif.

Je crois pouvoir affirmer avec certitude que le titre « Patrimoine africain » est une reconstruction, un nom donné à posteriori par les personnels de l’INA lorsqu’il a fallu nommer chaque émission pour les différencier les unes des autres. J’évoquais ce travail de renseignement des notices dans le précédent billet également. Ce qui me permet d’être aussi certain de ce que j’affirme provient du visionnage. Il ne faut guère plus de cinq minutes pour comprendre son contenu : l’émission, au titre pourtant touristique ou géographique, est une émission ethnographique. Une tribu, les Turkana, est présentée dans ses pratiques agricoles, son mode de vie, son artisanat. Le « patrimoine » auquel le titre fait référence est donc la production artisanale (vannerie, poterie, etc.). Autrement dit, un patrimoine immatériel. Or en 1958, le concept de patrimoine immatériel n’existait pas, et même le concept de patrimoine culturel matériel dans son sens moderne était encore très flou et le terme peu employé.

Encore une fois, le traitement de cette archive et le renseignement de sa notice [1] sont anachroniques. Si cette émission avait eu un titre au moment de sa production ou en 1958 au moment de sa diffusion, elle n’aurait pas comporté le mot « patrimoine ». Ce sont les personnels de l’INA qui y ont vu du patrimoine. A y regarder de plus près d’ailleurs, on pourrait peut être reprocher le choix de ce terme à un autre. On comprend que le mot patrimoine ait été employé lorsqu’on écoute le commentaire évoquer la transmission de ces pratiques anciennes, les traditions, les méthodes ancestrales. La tribu des Turkana est dépositaire d’un savoir qui devient, dans les représentations des occidentaux que nous sommes, un patrimoine. Un autre titre aurait tout à fait pu être choisi, je trouve en tout cas celui ci un peu trompeur.

 

Si je devais prolonger ce billet, je parlerais de ce que les usages divers et multiples du terme « patrimoine » me posent comme problème. Je suis pour partie prisonnier de la manière dont mes contemporains – mais aussi les contemporains de mes archives – utilisent le mot. Or la définition de patrimoine ne fait pas consensus, ni en France ni dans le monde. De fait, le voir employé pour des objets et des situations parfois très différentes rend compliqué ma manière d’appréhender le sujet. Victime de l’inflation patrimoniale et de la banalisation du terme, j’ai commencé par avoir une conception beaucoup trop large du terme, et mon directeur a du me recadrer pour faciliter la suite du travail.
Quand on travaille aussi à saisir la manière dont la notion de patrimoine a impregné les esprits des Français, comment elle a été construite (à travers la télévision dans mon cas), on se retrouve vite parasité par le temps présent. C’est aussi dans ce sens que je parlais précédemment de biais de la notice, qui a une position intermédiaire entre le chercheur et sa source, et qui témoigne des représentations d’une autre époque que celle de l’archive.

[1] Car les renseignements que comprend chaque page de vidéo sur le site ina.fr sont des métadonnées qui ont été  récupérées des notices de programmes de la base de données accessible ordinairement depuis l’intérieur des locaux, professionnels ou des centres de consultation (inathèque).


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.