Les notices de l’inathèque (2)

Dans le précédent billet, j’expliquais ce qu’est une « notice » de l’inathèque. Je vais maintenant préciser leur utilité, les problèmes que posent certaines d’entre elles. Plusieurs questions me sont venues à force de lire ces notices et j’ai fini par être curieux de la manière dont elles sont été renseignées par les personnels de l’INA.

Notice de programme imprimée
Notice de programme imprimée.

J’avais invité à voir la notice comme l’équivalent, à l’INA, d’une fiche inventoriant le contenu d’un carton d’archives. A la différence que si une fiche concerne plusieurs documents, une notice concerne toujours un document unique (et on ne parlera ici que des archives audiovisuelles). Les notices peuvent donc être considérées au premier abord comme un élément du dispositif d’archivage, un outil développé par les conservateurs de l’INA.
Or elles sont bien davantage et le chercheur leur trouvera plusieurs usages.

La notice est fort utile puisqu’elle donne des renseignements qui sont invisibles dans le programme, comme le noms des journalistes, producteurs, réalisateurs. Pour peu que le générique ait été coupé, impossible d’avoir ces noms en regardant l’archive. J’y trouve aussi très souvent les noms des différents intervenants interrogés face caméra dans les émissions. Ceux-ci ne sont pas toujours nommés à l’écran et on se retrouve bien démuni quand il s’agit de les citer et qu’on ne peut les qualifier. Si ces informations sont invisibles à l’écran et pourtant présentes dans la notice, cela me fait dire que les rédacteurs des notices ont eu accès à des sources complémentaires (peut être même internes à l’INA) pour les renseigner.

De multiples informations contenues dans ces notices sont, outre un renseignement en soi, utiles une fois entrées dans la base de données du chercheur pour un traitement quantitatif des programmes. Des informations telles que le canal de diffusion, l’heure de programmation, la durée des programmes, la récurrence m’ont permis par le passé de calculer la part de programmes de mon corpus correspondant à une indicateur (par exemple la programmation hebdomadaire). Le plus intéressant est encore de croiser les données : les programmes d’un quart d’heure sont ils davantage programmés avant ou après le JT de 20h ? Pour un même genre, les émissions du samedi soir sont elles en moyenne plus longues que les autres soirs de semaine ? Un feuilleton quotidien a-t-il plus de chance d’être en 36 épisodes ou en 52 ? Etc. les exemples peuvent être multipliés selon les besoins du chercheur.

Par ailleurs, les notices les plus riches d’un point de vue qualitatif, les plus utiles il faut bien le dire, sont celles qui comportent un résumé du programme. Ce résumé peut être excessivement court ou bien long et détaillé. Les plus longs s’étalent sur des dizaines de lignes et décrivent les différentes séquences d’un programme, les scènes d’une fiction ou les différents sujets s’il s’agit d’un magazine.
Un tel résumé est utile à la sélection de l’échantillon à visionner. Tous les programmes recensés dans la base de données de l’INA ne sont pas consultables, je l’ai dit dans un précédent billet. Or le chercheur peut être guidé dans son choix de programmes à voir par le résumé de la notice qui lui permet de préjuger de l’utilité de le visionner ou non. En l’absence de résumé, l’utilisateur peut s’en remettre à une autre source pour sa sélection, ou procéder à un échantillonnage classique.

Tous les programmes n’ont pas droit à ce traitement ; il va sans dire qu’un programme long (une heure à une heure trente) se prêtent bien davantage à un long résumé qu’une petite émission intercalaire ou un épisode d’un quart d’heure d’un feuilleton quotidien. Il y a aussi une part de subjectivité dans le renseignement des notices. Les programmes privilégiés sont souvent les plus populaires, c’est à dire ceux dont les personnels de l’INA ont jugé qu’ils intéresseraient le plus les chercheurs. Les programmes qui font partie de l’histoire de la télévision française, de la « mémoire audiovisuelle » comme le dit l’INA, bénéficient de notices bien renseignées. Mais d’autres aussi en bénéficient, sans préjuger de leur qualité ou de leur utilité pour la recherche.

Des fiches parmi les plus intéressantes sont celles où la rubrique « séquences » est renseignée : il s’agit d’une partie descriptive également mais qui s’attache moins au discours et au dispositif qu’aux images. On y trouve les descriptions visuelles de plusieurs séquences du programme. Par exemple « séquence d’une réunion du conseil général ; plans du clocher ; séquence sur la place du marché avec un conseiller municipal ».
Le langage y est cinématographique en décrivant souvent des « pano » (panoramiques) ou des « PL » (plan large). Il y a même, je dois l’avouer, des abréviations que je n’ai pas encore su décrypter (« DP » notamment qui revient souvent).

Autre partie intéressante des notices, la rubrique « descripteurs » qui répond au principe généralisé maintenant des « tags » : c’est l’équivalent à l’INA des mots-clés qui sont associés à un programme et censés compléter leur description. Pour prendre l’exemple d’une émission, La France défigurée du 21/09/1971 comporte les descripteurs suivants : « France, rivière (Saône), environnement, protection de la nature, nuisance, carrière d’extraction, sablière, décharge, ordure, bulldozer, Louis de Funès, polémique, paysage, vue aérienne » Les renseignements comportent ainsi souvent des indications de localité, de monuments, de paysages, de contenu. Les descripteurs sont donc souvent redondants par rapport à d’autres rubriques de la notice : « résumé », « séquences » et « personnes ». Un des reproches que je peux formuler à ces descripteurs est qu’ils sont trop hétérogènes et mettent sur le même plan des éléments trop disparates, variant beaucoup d’une notice à l’autre, et mettant sur le même plan des renseignements de nature totalement différente. J’ai l’impression que les instructions n’ont pas été particulièrement claires à l’attention des personnels de l’INA – c’est d’ailleurs la partie la moins souvent renseignée des notices. Je dirais même que qualitativement, ce n’est pas la plus intéressante. Le choix des indicateurs en complique le traitement et je préfère m’en remettre à d’autres rubriques de la notice.
Comme je l’ai dit, la sélection des fiches à renseigner inclut une part de subjectivité, c’est à dire que les personnels de l’INA ont opéré en amont une sélection de notices à rédiger, sélection basée sur un jugement (à priori ou en connaissance des travaux de chercheurs) de ceux qui nécessitaient une telle notice. De nombreuses autres émissions ont aussi une notice correctement renseignée.

Je me suis fait préciser par un personnel de l’INA le sens de la mention « saisie de la fiche bulle » qui figure souvent dans la section « commentaire » au bas des notices. Cela signifie que la notice est recopiée d’une fiche manuscrite plus ancienne, qu’un personnel de l’INA avait rédigée auparavant. Quelques fois, cette « fiche bulle » a même été rédigée au moment de la première diffusion du programme, pendant le visionnage ! Autrement dit certains résumés sont des archives en soi, en ceci qu’elles témoignent du travail de l’INA ou des services antérieurs de l’ORTF qui avaient les mêmes missions. Malheureusement, rien de permet de savoir sur la notice la date de sa rédaction ce qui est dommage, en partie pour ce que je vais dire plus loin.

La plupart des fiches cependant sont postérieures à la date de diffusion et constituent donc une relecture du programme. Car il y a bien un travail de réinterprétation de l’archive qui, me semble-t-il, est à l’œuvre dans la rédaction de ces notices. Et je m’appuie ici sur l’observation de mon corpus, plus précisément des notices de l’émission La France défigurée. Il y a très souvent, voire systématiquement, le terme « polémique » dans les descripteurs des émissions. Cela se comprend quand on regarde ladite émission qui évoque souvent des sujets sensibles et des situations de polémiques autour de projets d’aménagement. Le problème que cela me pose est multiple : d’abord, le discours de l’émission ne parle pas toujours de « polémiques », il s’agit donc d’une interprétation du rédacteur de la notice, voire d’une surinterprétation. Après visionnage, je ne suis pas convaincu que le terme polémique s’applique à toutes les situations exposées à l’écran. De plus, la répétition du terme donne, je trouve, une connotation péjorative au programme dans son ensemble.

Un autre problème similaire s’est posé à moi aux tous débuts de ma recherche et a trait également à la manière dont les notices sont renseignées. Travaillant sur les programmes patrimoniaux, j’ai assez logiquement commencé par entrer le terme « patrimoine » dans la base de données de l’inathèque. Or les résultats ont dépassé – largement – les contours de mon sujet. Une partie des résultats concernait des documents témoignant du travail de l’INA de constitution de la mémoire télévisuelle, donc d’un « patrimoine » télévisuel. J’ai immédiatement éliminé ces résultats inutiles. Le plus problématique a été de sélectionner les programmes qui correspondaient à la définition de mon sujet. L’INA était ici victime de l’inflation patrimoniale et de la banalisation du terme que l’on observe depuis plusieurs décennies. Le mot « patrimoine » a tendance à être associé à une multitude de sujets, jusqu’à être devenir parfois – abusivement – un synonyme d’ « art ». Le terme est, on le sait, d’un usage facile, en même temps que sa définition se révèle compliquée. Eminemment subjectif, chacun peut en avoir un usage différencié. Or c’est ce que j’ai pu constater ici : les personnels de l’inathèque ont fini par associer ce terme à des situations dans lesquelles il ne s’applique pas. Pour être plus précis, les rédacteurs des notices font un usage anachronique du terme en l’appliquant à des programmes qui datent d’une période où le mot « patrimoine » n’était pas couramment employé. Il fut un temps où l’expression « monuments historiques » lui était préférée. Or quand j’ai cherché « monuments historiques » dans la base de l’INA, les résultats ont été extrêmement maigres.
Ce que j’en déduis, c’est que les personnels de l’INA ont préféré se rapporter à leurs propres représentations plutôt que de chercher à retranscrire celles des producteurs et des participants des émissions qu’ils ont visionnées. Les rédacteurs des notices ont vu du patrimoine là où les contemporains voyaient des monuments historiques.
Ce glissement est problématique pour le chercheur car dans ce cas précis, il doit prendre en compte davantage le temps présent que l’époque contemporaine de ses archives. Je pense arriver à la même conclusion avec le terme « environnement », d’un usage bien plus récent que les programmes des années 1960, ne s’étant diffusé qu’au cours des années 1970 à la télévision (de ce que j’en ai vu jusqu’à présent), ou encore le terme « aménagement ».

La recherche dans la base de donnée doit donc être réfléchie, pensée, remaniée, ce que j’ai constaté de manière tout à fait empirique. C’est ainsi que pour vérifier si je n’étais pas passé à côté de certains programmes, j’ai aussi entré les mots « art » et « architecture », qui donnent naturellement une quantité impressionnante de résultats (surtout pour des termes d’un emploi aussi aisé et qui s’appliquent à une multitude de situations et de programmes). Résultats qu’il a fallu ensuite trier, car le patrimoine ne recouvre pas l’ensemble de ces deux domaines.

Si cela peut compliquer le travail de recherche dans à l’inathèque (même si je ne pense pas que tous les sujets soient concernées), il n’est pas inintéressant de ce poser toutes ces questions. Le chercheur se retrouve à décrypter la façon dont les notices sont renseignées et à imaginer des moyens d’en contourner les défauts. La notice retrouve ici sa dimension d’intermédiaire, entre le chercheur et le fonds, que je signalais dans le précédent billet. Cela fait aussi côtoyer virtuellement le chercheur et le conservateur de l’INA, quand le premier doit réfléchir au travail du second.

Plus largement, cela pose au chercheur – extérieur à l’institut – la question des méthodes de travail des personnels de l’INA. Quelles consignes ont-ils reçues pour ce travail de rédaction de notices ? Et quelle est leur volonté : souhaitent-ils être le plus objectif possible ou bien cherchent-il à souligner, dans leur résumé, les éléments qu’ils considèrent les plus utiles au chercheur ?
Bien sûr, certaines notices comportent des erreurs, les fautes orthographiques y sont en trop grand nombre pour une institution professionnelle, de même qu’on y trouve des perles de confusion et d’incompréhension.

Peut être un jour un travail de recherche sera-t-il entrepris sur l’INA et les pratiques de ses personnels, voire une enquête sur les personnels au travail, comme l’a fait sur un tout autre sujet Nathalie Heinich avec les personnels de l’Inventaire général.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

2 réflexions sur « Les notices de l’inathèque (2) »

  1. Chef du service Ina THEQUE, service de consultation Ina sur le site de la Bnf, je serais très intéressée par une rencontre avec vous.
    En effet, je suis en mesure de répondre à toutes vos interrogations quant à la constitution DES fonds d’archives audiovisuelles et écrites consultables et je suis également très intéressée par le parcours initiatique du chercheur dans ces fonds.
    Je suis joignable au 01 53 79 80 11.
    Un échange nous serait donc très profitable, à l’un comme à l’autre. Merci de votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search