Manières de lire, manières de comprendre

J’ai constaté aujourd’hui que la discipline dans laquelle on s’inscrit nous entraine parfois à lire les travaux d’autres disciplines selon nos habitudes de lecture, et donc de les décoder selon nos dénominations et nos catégories propres.

Ainsi, sans m’en rendre compte, au moment de rédiger une note de bas de page, j’ai malgré moi reformulé le contenu de l’ouvrage de Nathalie Heinich[1] en employant des termes d’historien. J’ai écrit ceci : “l’enquête de la sociologue Nathalie Heinich sur les pratiques des personnels de l’Inventaire général.” (que j’aurais en fait pu compléter par “enquête sur les pratiques et les représentations des personnels”).

De son côté, que ce soit en quatrième de couverture ou dans l’avant propos, l’auteur définit son travail comme une “sociologie des valeurs” et une “sociologie du travail” (elle précise en distinguant d’une sociologie des professions), enquête employant les méthodes de la “sociologie pragmatique”.
Je dois avouer que la distinction entre sociologie du travail et sociologie des professions est loin d’être claire pour moi même si j’aurais tendance à voir dans la première une place plus importante accordée aux manière d’exercer son travail, avec une part plus grande accordée à l’individu (et l’intérêt, à un moment dans l’ouvrage, pour l’actorialité, me met sur cette voie). De même, j’ignore ce que peut être une sociologie pragmatique, même si je crois en déceler des traits dans l’enquête sur le terrain menée par l’auteur, aux côtés des personnels de l’Inventaire hors de leurs bureaux et dans les villages, carnet en main et sac sur le dos, enquête dans laquelle elle se met en scène en posant des questions (et en les rapportant), en photographiant les personnels. Un fort investissement de l’auteur aux côtés de son objet, qui n’oublie pas pour autant les buts qu’il s’est fixé ni sa formation scientifique – comparée aux praticiens du patrimoine qu’elle côtoie.

Je pense que c’est mon incompréhension devant la manière dont l’auteur a défini son travail qui m’a poussé à proposer une reformulation, employant des termes que je maitrise et qui me permettaient de rendre compréhensible cette démarche. Vraisemblablement, avoir fait de l’histoire sociale du travail n’éclaire pas sur la sociologie du travail.
Peut être même que l’interprétation que j’en donne n’est pas la bonne. Peut être que mes substitutions de termes et mes reformulations sont fausses. La lecture de l’ouvrage m’a en tout cas permis de “traduire” que cette sociologue s’est intéressée à ce que les historiens appellent les pratiques et les représentations, sans savoir si ces termes sont pertinents au regard de la discipline sociologique.

Plus largement, je m’interroge maintenant devant cette translation que j’ai opérée sans m’en rendre compte. Ce cloisonnement disciplinaire (nous sommes bien historien, sociologue ou civilisationniste avant de nous définir comme “humanisants”) nous conduit-il à passer à côté d’une partie du sens des travaux des praticiens d’autres disciplines ? Pouvons-nous, à défaut d’avoir une formation pluridisciplinaire et d’être de parfaits érudits, appréhender complètement les écrits d’autres chercheurs ? Et ce même en l’absence de jargon disciplinaire souvent segmentant, pratique consciente ou inconsciente d’exclusion (l’ouvrage de Nathalie Heinich est de ce point de vue très clair et d’une lecture tout à fait accessible). Il y a néanmoins toujours, derrière les mots et les formulations, les non-dits et les propos implicites qui ne sont compréhensibles que par “ceux qui savent”, ceux qui partagent la formation et la manière de penser, de travailler, de produire. Ces non-dits et ces références sont particulièrement visibles dans les réactions du public lors d’un colloque, où l’on peut facilement repérer ceux qui sont extérieurs à la discipline. Or ces références masquées, nous les plaçons sans doute aussi de manière inconsciente, parce que nous sommes habitués à réfléchir et à écrire d’une certaine manière, conditionnée par notre formation et nos lectures.
A côté du vocabulaire disciplinaire, elles contribuent à rendre moins intelligible notre propos pour les “autres”.

Cette question pourrait m’inquiéter dans la mesure où ma bibliographie sur le patrimoine émane d’une variété impressionnante de chercheurs (économistes, sociologues, ethnologues, historiens, historiens de l’art, juristes, architectes) et de non-chercheurs (personnels des institutions du patrimoine, enquêteurs). A dire vrai, la bibliographie sur la télévision est à tout juste moins diverse puisque l’objet intéresse historiens, sociologues, sémiologues, ce qui pose le même problème.

[1] HEINICH, Nathalie, La fabrique du patrimoine : “de la cathédrale à la petite cuillère”, Paris, Éd de la Maison des sciences de l’homme, 2009


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

2 réflexions sur « Manières de lire, manières de comprendre »

  1. Bonjour, je découvre votre carnet et ce billet “manière de lire, manière de comprendre”. D’abord merci de nous faire partager votre travail et les doutes qui l’accompagnent.
    Le patrimoine est par excellence un sujet pluri-disciplinaire. Dans la liste des différentes approches, vous citez “économistes, sociologues, ethnologues, historiens, historiens de l’art, juristes, architectes”, vous ne mentionnez pas les chercheurs en Sciences de l’information et de la communication (la liste n’est sûrement pas exhaustive). En SIC, nous travaillons aussi beaucoup sur le patrimoine et ses représentations dans les médias, les discours, sur la patrimonialisation, la circulation des objets culturels dans la société, etc… et nous constatons bien sûr également ce cloisonnement disciplinaire. Aussi dans un souci d’ouverture et de curiosité nous avons lancé à Toulouse un groupe de réflexion et de débat autour des notions communes en SIC et en Histoire (voir le carnet Com’ en histoire : http://cehistoire.hypotheses.org/ ).
    Bon courage pour la suite
    Patrick Fraysse

    1. Bonjour, merci pour ce commentaire.
      Je n’ai effectivement pas mentionné les SIC dans ce billet mais je ne les ai pas oubliées pour autant. J’ai par mes contacts eu connaissance de certains travaux, j’ai notamment lu et rencontré Katharina Niemeyer, et les chercheurs en SIC sont ceux que je croise le plus dans des colloques, presque plus que les historiens.
      Je vous remercie d’avoir mentionné ce carnet qui je l’espère me donnera de nouvelles références de travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search