La tempête de 1999 (3/3)

http://www.larousse.fr/encyclopedie/images/Temp%C3%AAte_Versailles_1990/1009740

(billets 1/3 et 2/3)

La tempête de décembre 1999 est le dernier drame du XXe siècle à avoir affecté le patrimoine. Il y avait eu au cours du siècle plusieurs événements « traumatiques » très médiatisés et qui ont donné lieu à une vive émotion dans le public :

  • L’acquisition de ruines en France pour construire le musée des Cloisters de New-York (années 1920-1930)
  • Les crues de l’Arno qui ont inondé Florence (1966)
  • La marée noire du Torrey Canyon (1967)
  • La démolition des Halles de Paris (1969-1971)
  • Le traumatisme de la fin du port du Havre (1973)
  • L’incendie du parlement de Bretagne à Rennes (1994)
  • La tempête de 1999

Ce n’est pas à l’ensemble du traitement médiatique de la tempête que ce billet est dédié. Il se focalisera sur la place de l’émotion dans le traitement des dégâts subits par le patrimoine, et servira de test à l’hypothèse des traumatismes comme étapes de la construction de la conscience patrimoniale en France dans les médias.

L’émotion engendrée par la tempête

Dans les deux à trois semaines qui sont suivi le passage des ouragans, les équipes des JT ont été faire l’état des lieux dans toute la France. Or il n’y a pas d’émotion seulement dans les séquences où les sinistrés décrivent les pertes matérielles qu’ils ont subis : les sujets sur le patrimoine ont eux aussi fait l’objet de séquences émotionnelles

Le JT de TF1 ne nous épargne pas l’émotion des jardiniers du domaine de Versailles devant les conséquences de l’ouragan :
« L’émotion est grande ce matin chez les jardiniers et tous les employés du domaine. »
nous dit le commentaire. Le jardinier en chef, interrogé sur le sujet, le confirme :
« J’ai vu des jardiniers ce matin qui en venant prendre leur travail avaient les larmes aux yeux, oui. Bien sûr. On ne peut pas ne pas comment dire… ce sont des années de travail complètement détruit (sic)[1]. »[2]
On notera avec intérêt pareille démonstration d’émotion au sujet du patrimoine naturel, pas seulement à Versailles mais aussi dans la Drôme, où la perte d’un arbre semble avoir produit un choc. Un cèdre vieux de 180 ans, haut de 30 mètres et en faisant 10 de circonférence, a été arraché. Le caractère patrimonial de l’arbre nous est signifié dans le lancement du sujet :
« L’une des images qui restera pour symboliser l’ampleur de cette catastrophe naturelle est celle de la mort du vieux cèdre d’Albon dans la Drôme. »
Le propriétaire le confirme :
« [il] fait partie du patrimoine local et également du patrimoine départemental puisque le département de la Drôme l’avait classé comme monument remarquable[3]. »
Au bord des larmes, le propriétaire compare sa perte à celle d’un membre de sa famille.

Dans un reportage sur le château de la Roche Courbon, en région Poitou-Charentes, le président de la société du château raconte son émotion quand il a constaté les dégâts :
« Alors ça, vous me posez la question de ce que j’ai ressenti, c’est assez difficile à dire. Mais c’est la mort de quelque chose qu’on aime, c’est un peu comme une personne. Les bâtiments, c’est pas très grave, malgré le désastre relativement important – 20m2 d’ardoise c’est quand même beaucoup – mais ça ça se reconstruit. Mais la forêt ? La forêt, elle se répare pas. Elle s’est faite en quelques centaines d’années, en quelques millénaires peut être, la forêt elle était du temps des Gaules, c’est ce que dit Loti et c’est totalement vrai. Combien de générations ? 6 générations, 5 générations ? – pour la refaire ?[4] »

L’analogie humaine et la référence à la vie et à la mort du patrimoine ne sont pas inédits en 1999, j’ai déjà pu les observer fréquemment quand une pièce du patrimoine est menacée de disparaitre. Cette manière de parler d’objets inanimés me semble être d’une part le signe d’un attachement fort aux monuments, d’autre part est un procédé servant à renforcer le caractère tragique de la perte – et surtout d’en convaincre l’interlocuteur.
Mais encore, les journalistes de télévision, qui recherchent autant que possible les expressions d’émotion et les situations touchantes, ont très probablement choisi de retenir dans leurs sujets ces séquences où des amateurs de patrimoine sont saisis par l’émotion. De sorte que l’impression qui se dégage du visionnage de ces extraits est celle d’un drame.

Cependant, l’émotion cohabite, à la même période, avec une approche plus pragmatique du bilan sur le patrimoine. Il est en effet fréquent que les sujets quantifient la perte et donnent une estimation en francs du montant des dégâts[5]. Recherchant un effet d’accumulation, certains sujets font un déroulé des coûts, par exemple pour une région[6], ou pour un groupe de monuments[7]. Cette insistance sur les sommes à débourser – et sur l’urgence qu’il y a à les verser[8] – interroge. Il serait restrictif de n’y voir qu’une manière de souligner la valeur matérielle du patrimoine endommagé. Il est possible que cela participe de la volonté de quantifier les dégâts, à la manière de l’estimation en hectares des surfaces forestières dévastées. Il est probable, enfin, que les journalistes soient inquiets quant aux usages de l’argent public.

De l’émotion à l’empathie

Cette catastrophe naturelle a ceci d’intéressant qu’elle a touché tout le territoire et qu’une majorité de communes a été affecté – même si toutes n’ont pas vu leur patrimoine saccagé. Elle a joué le rôle d’une piqure de rappel pour les Français en leur rappelant que le patrimoine est fragile, qu’il leur est précieux, et surtout que le patrimoine est partout et prend des formes variées.
Etant un événement d’ampleur nationale, dans chaque commune, les habitants ont été affectés par les dégâts de la tempête ; les quelques réactions émotionnelles cités ci-dessus renvoient à un attachement au patrimoine de proximité. La télévision a permis d’amener l’émotion à un niveau partagé, non seulement en traitant du patrimoine national (Versailles, Valmy, le Panthéon), mais aussi et en faisant connaître au reste des Français le sort de petits patrimoines locaux peu connus[9]. Il se peut que la télévision contribue à une forme de cohésion du public autour d’un objet partagé comme le patrimoine : le sort de l’église de Villy-le-Maréchal n’aura peut-être ému que les résidents de la commune, elle aura aussi peut-être, par un phénomène d’empathie, rappelé à chacun les dégâts subits par l’église de leur village ou du monument de leur quartier. L’émotion peut servir à bâtir un discours, reste à déterminer si son emploi, à la télévision, peut être « constructif » et nourrir une réflexion, ou si il au contraire pour effet d’annihiler les capacités de réflexion de l’observateur.

A la faveur de la tempête, un regain d’intérêt pour le patrimoine

Il est intéressant de voir réapparaitre, avec la tempête, une vague de préoccupation pour le patrimoine, en particulier naturel. Le patrimoine naturel, qui était apparu dans les années 1970, avait connu sa plus grande exposition au cours de cette décennie. Après quoi, les grands travaux déclinant également, la visibilité du sujet avait décliné. Ce regain d’intérêt pour le patrimoine d’une manière général doit être interrogé. A Villy-le-Maréchal, où la toiture de l’église du XXVIème siècle a été endommagée, le maire témoigne de l’émotion de ses administrés :
« J’ai été très étonné de voir des habitants du village qui fréquentent pas spécialement l’église, pratiquement la larme à l’œil devant la destruction du patrimoine…[10] »
Ce type de réaction, s’il s’avère qu’il était largement partagé en France, serait tout à fait révélateur du fonctionnement de la préoccupation patrimoniale. La passion des Français pour le patrimoine (tout comme celle qu’ils manifestent pour l’histoire) passe pour être un sentiment durable et stable depuis les années 1980 (décennie qui marque le début du succès populaire du patrimoine). Or la télévision permet de percevoir l’irrégularité de ce sentiment, construit d’abord autour de polémiques (depuis les Cloisters jusqu’aux Halles), et qui se réactive depuis à chaque événement traumatique. Les médias, qui amplifient la résonnance d’événements impromptus dans l’espace public, provoquent des sortes de « spasmes » dans l’opinion publique, qui est invitée à concentrer son attention sur les sujets qui font l’actualité. Le patrimoine, qui est également capable de susciter l’événement, ferait lui aussi l’objet de pareils « spasmes » d’attention, qui conduiraient à un regain d’intérêt pour les monuments et les paysages. S’établirait alors un jeu d’éloignement et de proximité entre les Français et le patrimoine à la faveur des rythmes médiatiques et de la récurrence du sujet dans l’actualité. Je dois désormais pousser cette réflexion autour des « traumatismes » du patrimoine et mettre en résonnance tous les drames précédemment cités, notamment pour voir le rôle joué par la télévision.

Conclusion générale

La télévision, au final, a contribué à faire de la tempête le drame national que la mémoire a retenu. Pour les journalistes, le patrimoine a servi de témoin pour souligner l’importance des dégâts et pour les quantifier. En plus de dénombrer les hectares ravagés et les Français coupées du réseau EDF, il est « parlant » de décrire les dommages sur un édifice et d’en évaluer le coûts des réparations en centaines de milliers de francs (voire en millions). C’est en étant fondu dans un traitement plus large des conséquences de la tempête que le patrimoine a lui aussi fait partie de ce drame.
Le patrimoine joue ici son rôle de marqueur des communautés : la tempête a certes affecté l’ensemble du territoire métropolitain et des Français, et le patrimoine permet de revendiquer, localement, une part de ce drame partagé.
Il faudrait mener un travail sur la mémoire de cette tempête pour savoir ce qui reste du souvenir de ces trois journées de décembre 1999 et de mesurer, au-delà des personnes disparues, des résidences englouties et des forêts balayées, quelle part représente le patrimoine dans cette mémoire.


[1] « Intempéries/tempête/dégâts au château de Versailles », TF1 13h, 27/12/1999, TF1.

[2] L’émotion était présente dans les sujets sur la tempête, y compris bien sûr dans les sujets n’ayant rien à voir avec le patrimoine. Les notices font état régulièrement de personnes très affectées, « choquées » « en larmes » « éclatant en sanglots ».

[3] « Le débardage d’un cèdre de 1820 au Château d’Albon », JT Rhône Alpes Midi, 04/01/2000.

[4] « Dégâts patrimoine », On en reparlera demain, 14/01/2000, FR3 Poitou Charentes.

[5] « Patrimoine et monuments historiques très gravement touchés lors de la très violente tempête », JT midi Reims, 30/12/1999 ; « Dégâts patrimoine », Magazine : On en reparlera demain, 14/01/2000, FR3 Poitou Charentes ; « Monuments historiques », 19/20, 27/12/1999, France 3.

[6] « Les dégâts de la tempête sur le patrimoine à Bussières et Pruns », JT Auvergne Midi, 13/01/2000.

[7] « Survol dégâts patrimoine/tempête », JA2 20h, 10/01/2000, France 2.

[8] Le propriétaire du château (privé) de Saint Jean De Beauregard dans l’Essonne réclame rapidement les sommes nécessaires car les réparations sont à accomplir « d’urgence » selon lui.

[9] Les JT nationaux ne traitent effectivement pas uniquement des grands monuments ni même du patrimoine parisien.

[10] « Patrimoine et monuments historiques très gravement touchés lors de la très violente tempête », 30/12/1999, JT midi Reims.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.