La tempête de 1999 (1/3)

La période sur laquelle je mène mes recherches pour ma thèse s’achève en 1999, pour deux raisons : l’une d’elles porte les noms de Lothar et Martin[1]. La tempête de 1999 est un événement marquant de l’histoire récente de la France, et a aussi marqué d’une certaine façon l’histoire du patrimoine. Je considère qu’il s’agit du dernier grand événement national du XXe siècle a avoir affecté le patrimoine, en plus d’être un drame aux conséquences tant humaines que matérielles. Je ne dis pas que la tempête de 1999 a été un traumatisme national, mais que son retentissement a été important car l’ensemble du territoire français a été affecté. Outre la couverture forestière, le patrimoine bâti a également été durement affecté par cet épisode météorologique. D’un point de vue médiatique, la tempête a un grand intérêt puisqu’elle est l’occasion de remettre le patrimoine à l’honneur.

Médiatisation de l’événement

Brièveté et intensité du suivi de la tempête

La recherche des sujets de journaux identifiés par le mot clé « tempête » fournit les résultats représentés dans le graphique suivant.

Figure 1 Couverture de la tempête au cours du mois qui l'a suivie (comparaison éditions nationales et régionales)
Figure 1 Couverture de la tempête au cours du mois qui l’a suivie (comparaison éditions nationales et régionales)

L’essentiel de la couverture de la tempête par les JT a lieu du 26 au 29 décembre, le pic survient le 28 soit le troisième et dernier jour pendant lequel les deux ouragans ont traversé le pays. Après une baisse importante de la couverture au bout de quelques jours, expliquée par le week-end (celui-ci concordant avec le jour de l’an), l’intérêt pour le sujet repart à la hausse la première semaine de janvier dès que les JT sont en mesure de faire un bilan à l’échelle de tout le territoire national[2]. Par la suite, on constate un creux à chaque fin de semaine qui indique que les JT de week end sont, soit plus courts (avec moins de sujets sur la tempête), soit consacrent moins de temps d’antenne à la tempête qu’en semaine.

Les JT nationaux traitent quotidiennement de la tempête jusqu’au 27 janvier, après quoi le sujet n’est plus présent chaque jour au sommaire des journaux. L’intérêt reste légèrement supérieur en régions même si la couverture se réduit aussi à la fin du mois de janvier. Ces trente-huit jours consécutifs compris le 25 décembre 1999 et le 31 janvier 2000 (inclus) sont propices à une étude du traitement de la tempête, même si nous relèverons aussi ponctuellement des sujets postérieurs.

Ce rythme s’avère être assez courant face à pareille actualité et la courbe décrite n’est guère originale : un pic soudain suivi d’une lente diminution, signifiant un recul de l’intérêt pour le sujet. J’avais pu l’observer aussi pour des catastrophes naturelles précédentes. La différence notable tient au nombre de sujets produits sur la tempête de 1999, très important, et qui s’explique par l’ampleur de la catastrophe.

Traitement par chaînes

Rien d’original non plus dans le traitement par chaines. Les différences nous renvoient à des remarques que nous avons déjà formulées au sujet des journées du patrimoine : les deux premières chaines à un niveau équivalent, FR3 national loin derrière, et une forte couverture dans les éditions régionales des JT de la troisième chaine.

Figure 2 Répartition des sujets de JT entre les trois éditions nationales de TF1, France 2 et France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000)
Figure 2 Répartition des sujets de JT entre les trois éditions nationales de TF1, France 2 et France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000)

L’écart de traitement entre TF1 et France 2 est faible. Si je voulais l’expliquer, je postulerais qu’il est du à des volontés différentes des rédactions. En accord avec un idéal de service public, France 2 a peut-être souhaité informer de manière plus fréquente et plus détaillée les téléspectateurs des régions touchées sur les opérations de remise en état des infrastructures endommagées. En revanche, on est remarque la faiblesse du traitement dans les éditions nationales de la troisième chaine. Nous émettons l’hypothèse que les rédactions nationales et régionales de France 3 se répartissent les sujets selon le principe suivant : ce qui relève des régions a tendance à être traité en régions. Nous avions déjà observé pareille répartition pour les sujets relatifs au patrimoine et lors des journées du patrimoine. Cela explique aussi que la tempête suscite un intérêt sur une plus longue période sur les antennes régionales de la Trois, alors qu’il décline dès le mois de février dans les éditions nationales.

Après l’événement : quels rythmes médiatiques ?

Suivi de la tempête

En dépit de l’importance accordée sur le moment à l’événement, il est à son tour chassé par l’actualité et, dès le mois de février, les sujets sur la tempête déclinent fortement. On relève toutefois des sujets occasionnels tout au long de l’année en parallèle des nombreux travaux de remise en état du territoire et des monuments.

Figure 3 Nombre de sujets "tempête" sur l'ensemble de l'année 2000
Figure 3 Nombre de sujets « tempête » sur l’ensemble de l’année 2000

 Les JT n’ont toutefois pas fait le suivi de l’ensemble des monuments endommagés, pas même pour les grands monuments historiques[3]. Nous nous sommes toutefois intéressés au cas de Versailles, intéressant parce que particulièrement médiatisé. C’est un véritable récit feuilletonnant auquel se livrent les JT : Ainsi, le point de départ est le bilan des dégâts par les jardiniers ; les JT permettent ensuite de suivre la remise en état du domaine jusqu’à l’effacement des dommages par les jardiniers. Le parc est rouvert trois semaines après la tempête, l’occasion pour France 2 de recueillir les impressions des visiteurs[4]. Un sujet du mois de mars expose la façon dont les jardiniers ont procédé pour reboiser le parc à partir d’un document d’archive de l’architecte de Marie-Antoinette [5]. De plus, plusieurs sujets ont couvert une opération de solidarité avec le château de Versailles : ayant découvert les images du domaine dévasté, des Américains se sont mobilisés pour venir en aide aux Français[6]. Une collecte organisée en Georgie a rassemblé des fonds pour offrir des essences de bois rares afin de remplacer les arbres déracinés[7]. La télévision fait ici la démonstration de sa capacité non seulement à diffuser rapidement les images d’un drame mais aussi à internationaliser une cause.

Retour sur l’événement un an après

Comme le montre le graphique précédent, le mois de décembre 2000 marque un regain d’intérêt pour la tempête avec 89 sujets dans les trois JT nationaux. On en vient immédiatement à émettre l’hypothèse d’un effet « anniversaire » un an après. Toutefois, pareil traitement n’est pas courant pour les catastrophes naturelles[8]. Les sujets « commémoratifs » à la télévision portent habituellement sur des thématiques différentes, relevant des grandes ruptures politiques[9], des grandes avancées (les « conquêtes » chez Dayan et Katz[10]), des grands drames ou des grandes pertes. Cela indiquerait donc que la tempête de 1999 a été vécue comme un drame national et que son impact émotionnel a été fort sur la population française.

L’effet « anniversaire » incite donc les rédactions à revenir sur le sujet : on peut voir ainsi des sujets commémoratifs (ce qu’il s’est passé en décembre 1999, le bilan humain et matériel) et des sujets rétrospectifs (les efforts produits depuis pour reconstruire, réaménager, rebâtir)[11].

Dans les éditions régionales également, l’effet anniversaire est observable. Il y a bien sûr beaucoup moins de sujets qu’un an auparavant car il n’y a plus la même nécessité de constater, de dresser la liste du patrimoine endommagé, et un sujet rétrospectif peut suffit à couvrir l’ensemble de la région (le nombre de sujet, en valeur, a été divisé par vingt en moyenne). Il est intéressant de constater la même répartition par région à un an d’intervalle : la couverture en décembre 2000 est proportionnelle à la couverture un an avant. Plus une station régionale avait couvert la tempête décembre 1999-janvier 2000, plus elle en a reparlé en décembre 2000 (et inversement).

Figure 4 Comparaison, par régions, de la couverture de la tempête entre les périodes décembre 1999-janvier 2000 et décembre 2000
Figure 4 Comparaison, par régions, de la couverture de la tempête entre les périodes décembre 1999-janvier 2000 et décembre 2000

Les régions qui ont le plus traité de l’événement un an après, Basse-Normandie et Champagne-Ardenne, sont celles qui ont été parmi les plus touchées[12]. Nous retrouvons ensuite les régions Ardenne, Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. La quasi totalité des stations régionales de FR3 a donc proposé un retour sur l’événement en décembre 2000. Ces sujets en forme de bilan sont ainsi l’occasion de montrer les pièces du patrimoine qui avaient été touchées, et par un effet de montage avant/après, de constater les dégâts et leurs réparations depuis décembre 1999. Quatre stations ont toutefois été plus loin en proposant des éditions spéciales sur la tempête : il s’agit des antennes Poitou-Charentes[13], Basse-Normandie[14], Haute-Normandie[15] et de Champagne-Ardenne[16] – encore une fois, des stations qui étaient déjà en pointe sur le traitement du sujet déjà un an auparavant.

Dans le prochain billet, nous verrons si ces différences régionales peuvent s’expliquer par le passage des ouragans et l’ampleur des dégâts à l’échelle de la région.

[1] L’autre raison tient de l’histoire des programmes de télévision sur mon sujet et ne sera pas développée ici.

[2] La majorité des sujets, entre le 26 décembre et le 5 janvier, concernent les coupures d’électricité (villages isolés), les lignes EDF arrachées, la reconstruction du réseau EDF. On dénombre ensuite beaucoup de sujets sur les coûts et les assurances.

[3] Pour les JT régionaux, il faudrait se livrer à une étude fine des sujets sur l’année 2000 pour vérifier si les grands éléments du patrimoine régional ont fait l’objet d’un suivi concernant leur remise en état.

[4] « Parc de Versailles/réouverture », JA2 20h, 16/01/2000, France 2.

[5] [Début du reboisement à Versailles], TF1 20h, 18/03/2000, TF1.

[6] « Versailles : Américains achètent des arbres », Soir 3, 14/03/2000, France 3.

[7] Outre le 14 mars, ce sujet est traité également les 17, 18, 19 et 20 mars par TF1 et France 2.

[8] Il n’y avait pas eu de sujet « un an après » sur les crues de l’Arno qui avaient affecté Florence en 1966.

[9] Sur les sujets commémoratifs, voir par exempleKatharina Niemeyer, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001 : le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire, ÉdAntipodes FMSH diff, 2011.

[10] Daniel Dayan et Elihu Katz, La télévision cérémonielle : anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

[11] Le retour du mot clé « tempête » à la fin de l’année n’est cependant pas uniquement lié aux ouragans de décembre 1999. Les mois d’octobre et novembre 2000 sont à nouveau marqués par de fortes intempéries dans le sud de la France. En décembre, les régions Nord et Bretagne sont touchées par des conditions atmosphériques difficiles (tornade dans le Pas de Calais, crues dans le Finistère).

[12] « La Champagne-Ardenne, comme une grande partie du territoire métropolitain, a été fortement touchée par les tempêtes de décembre 1999. Avec 14 millions de m3 de bois abattus par le vent, la région a concentré 10% des dégâts nationaux et a été la 4ème région la plus sinistrée. » Source : Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt, http://draaf.champagne-ardenne.agriculture.gouv.fr/Tempetes-de-1999-10-ans-d-efforts

[13] « Patrimoine après la tempête : un an après », On en reparlera demain, 12 décembre 2000, FR3 Poitou-Charentes.

[14] « Edition spéciale tempête, 1 an après », 12/14 – Edition Normandie, 22 décembre 2000, France 3 Basse Normandie.

[15] « Tempête et monuments historiques – édition spéciale tempête », JT midi Haute Normandie, 22 décembre 2000, France 3 Haute Normandie (repris dans le JT soir Haute Normandie).

[16] « Emission spéciale sur la tempête du 26 décembre 1999, un an après », 26 décembre 2000, France 3 Champagne Ardennes, 19h.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.