Le traumatisme des Halles

J’avais lu de manière abondante que l’affaire des Halles de Paris avait profondément marqué les Parisiens et même les Français. La destruction programmée des pavillons, puis la concrétisation et le chantier du forum des Halles, avaient été mal vécus, suscité des oppositions et engendré une grande nostalgie du quartier ancien des Halles.

Tout ceci, je l’avais lu, intégré, acté. C’était un événement, une date importante dans la chronologie de mon sujet, et dans mon approche culturaliste c’était aussi un moment fort de l’expression de l’opinion et de l’émergence d’une conscience historique et patrimoniale de l’environnement urbain. Menacées de disparaitre, les Halles, de quartier ancien, devenaient un quartier historique ; détruites, elles devenaient un patrimoine perdu.

Cette première approche je l’ai eue par la bibliographie, donc de manière objective. Encore que… les historiens de l’art ont ceci de différent des historiens qu’ils ne se privent pas de commentaire qui tirent au jugement. Plusieurs lectures mentionnaient ainsi déjà l’affaire des Halles comme une perte inestimable, un sacrifice, presque un assassinat.[1] De mon point de vue, je me devais d’avoir plus de distance, quel que soit mon goût pour l’architecture de verre et d’acier.

C’est véritablement avec les archives audiovisuelles que – non mon point de vue – ma compréhension de l’affaire a été modifiée.

Dans l’ensemble, les sujets des JT et magazines sur les Halles avant leur démolition sont intéressant pour l’originalité que certains présentent, et pour la grande nostalgie qui se dégage des sujets, anticipant leur disparition. Tel ce sujet sur la vie d’un petit garçon dans “son” quartier, qui court dans les rues parisiennes et délivre son opinion sur le déménagement des Halles ; ou tel cet autre sujet proposant une série de séquences dans les pavillons désertés des Halles sur fond de musique suscitant la nostalgie d’un vieux Paris fantasmé.

Je souhaite m’attarder sur une séquence particulière ici. Une séquence d’un sujet journal télévisé montrait, d’une manière tout à fait banale, le chantier déjà bien avancé des Halles puisqu’il ne restait plus trace des pavillons. Or j’ai été marqué par les plans et surtout le balayage panoramique de cet immense terrain recouvert d’une terre jaune et nue, de cette cuvette creusée dans laquelle s’amassaient, en petit tas, des matériaux de construction, et où seules les machines rendues minuscules par la perspective apportaient un peu de vie. J’avais sous les yeux le “trou des Halles”. Plan après plan, des passants se succédaient, observant le chantier, accoudés aux rebords. Notamment un homme agé qui m’a marqué, plus que les autres, sans pour autant qu’il n’ait droit à un traitement particulier. Par son attitude, ce vieil homme était celui qui semblait le plus affecté par le spectacle qu’il contemplait. Bien sûr, la figure de l’homme âgé comporte la symbolique de la mort de l’ancien monde et une idéalisation implicite du passé. Le plan donne l’image de l’ancêtre observant le monde qu’il a connu disparaitre face à la modernité, qui prend ici les traits d’un bulldozer. Peut être n’était-il qu’un touriste, peut être ne s’était-il en réalité arrêté que cinq secondes en tout avant de reprendre sa marche, mais dans ce plan très court, ce vieil homme, immobile, semblait pétrifié par la vision du chantier.

Subitement, j’étais tous ces passants. Je comprenais la réaction des Parisiens de voir, en plein coeur de leur ville, un trou béant. Je ne m’étais jamais représenté ce spectacle, or l’archive audiovisuelle me le présentait dans tout ce qu’il avait de marquant, de choquant. Que le coeur de Paris – ce qui dans la géographie des villes européenne signifie le quartier le plus ancien, le quartier historique de la ville – ne soit plus qu’un espace vide et creux m’apparaissait presque intolérable.  Je venais de comprendre le traumatisme vécu par les Parisiens devant le “trou des Halles”. [2]
Même si le sujet du JT ne recherchait pas nécessairement cet effet, beaucoup de spectateurs avaient de quoi s’insurger devant ce spectacle, même vu à travers un écran ; ce qui explique sûrement, pour partie, la durée de la polémique autour de ce chantier parisien, débat qui dépassa largement les limites de la capitale.

Face à cette séquence, je doute encore un peu moins de la force de la télévision dans la construction de la conscience patrimoniale.

 

(ci-dessous, la vidéo du sujet qui, me semble-t-il, était celui qui m’a inspiré ce billet à l’origine ; les sujets des JT ont tendance à se ressembler dès cette époque et il est possible qu’il se soit agit d’une vidéo similaire offrant les mêmes plans)

[1] Voir FERMIGIER, André, La bataille de Paris : des Halles à la pyramide chroniques d’urbanisme, Paris Gallimard 1991 (recueil de chroniques parues dans les années 1970 et 1980).

[2] Pour un peu mieux se représenter l’immensité du “trou des Halles”, cette anecdote rapporté par un doctorant : le chantier des Halles a servi de décor à un film français type western, ce qui laisse imaginer que l’étendue du paysage et la profondeur de champ permettaient des prises de vue sans la présence des bâtiments parisiens environnants.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

4 réflexions sur « Le traumatisme des Halles »

  1. Et tu penses qu’il y a une mise en scène consciente de la part de la télévision/du journaliste/du caméraman ? Porteuse d’un vrai discours nostalgique ?

  2. Pas sur ce genre de plans, non. C’est davantage mon sentiment je pense.
    D’autres séquences sont clairement porteuses d’un discours, la mise en scène y est plus recherchée en mettant l’accent sur un “Paris ancien”, une nostalgie du vieux Paris qui meurt, le cout de la modernité, ce qu’on aurait pu faire en gardant ces halles, etc. Le discours n’est pas nécessairement militant (opposé à la démolition), simplement il conduit à renforcer l’intérêt subite pour les Halles, et contribue à construire l’image patrimoniale de ce quartier.

  3. Les images de “Touche pas à la femme blanche” de Marco Ferreri sont vraiment intéressantes pour visualiser l’ampleur de ce “trou” dans Paris.

  4. Voilà, c’est le film dont on m’avait parlé et que je n’avais pas été rechercher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search