Les journées du patrimoine (1)

En prévision des 31e journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre, je publierai plusieurs billets sur l’histoire de ces journées vues par la télévision française.

Les journées portes ouvertes des monuments historiques

En 1984, Jack Lang crée les journées portes ouvertes des monuments historiques. Ce n’est qu’en 1992 qu’elles ont été renommées et pris leur nom actuel de « Journées du patrimoine ».
Le principe est resté le même depuis les origines : le troisième dimanche de septembre, des monuments habituellement fermés au public sont ouverts à la visite, la plupart du temps gratuitement. Cette décision, la première du genre en Europe, est une petite révolution dans le monde des monuments historiques, en tout cas pour ceux – nombreux – qui étaient fermés au public parce qu’abritant des administrations.
La création de ces journées passe pourtant relativement inaperçu à la télévision en 1984.

Jack Lang, alors ministre de la culture depuis trois ans, se souvient sans doute de la grande opération lancée par la majorité précédente en 1980. Cette année avait été déclarée « année du patrimoine » par le président Giscard d’Estaing. L’opération, en plus d’être un succès en termes de visites et d’avoir popularisé un peu plus le patrimoine, avait bénéficié d’une bonne couverture par la télévision avec des sujets de JT réguliers sur les grandes chaines (encore plus nombreux dans les JT régionaux) et quelques émissions de plateau marquantes. L’année 1980 avait surtout mis sur le devant de la scène médiatique le charismatique ministre Jean-Philippe Lecat, désigné grand ordonnateur de l’année du patrimoine, principal interlocuteur politique des journalistes et invité à de nombreuses émissions et journaux pour commenter l’opération.
Rétrospectivement, l’initiative de Jack Lang a surpassé celle de son prédécesseur si l’on considère que le patrimoine est encore plus populaire qu’il ne l’était en 1980.
Outre le fait que la popularité du patrimoine en France ne cesse de s’accroitre depuis le milieu du XXe siècle, ces journées de septembre ont donné une visibilité régulière et importante au patrimoine. Les dizaines de milliers de sites et monuments dans lesquelles se pressent les familles françaises sont perçues comme une validation par le public de la politique du patrimoine. Et les images de longues files d’attentes sont l’une des plus marquantes qu’un journaliste puisse choisir pour illustrer le sujet du patrimoine.
Pourtant, le ministre a peut-être été surpris de la faible visibilité médiatique donnée à son initiative… du moins dans les premières années.

Les JT des trois grandes chaines nationales ont en effet rarement relayé l’actualité des journées portes ouvertes des monuments historiques (alors que les éditions régionales de FR3 ont dès le début accordé une place plus importante à ces événements). Le premier sujet national que j’ai recensé date de 1987. Il s’agit en fait d’une brève diffusée dans le journal de la nuit de TF1, et ne durait que 27 secondes. Sur le commentaire de Jean-Pierre Pernaut était visible d’abord un court plan d’un jeune homme juché sur une colonne de Buren, puis une séquence de visiteurs dans un monument indéterminé. Traité en moins de trente secondes, à minuit, le jour même de l’événement (donc après qu’il ait eu lieu), sans précision quant au lieu visité (hormis le Palais Royal, reconnaissable), tout indique que ce sujet n’intéressait pas beaucoup l’équipe du journal.
Dans les années qui suivent, les journées portes ouvertes ont une couverture digne de ce nom avec quelques sujets dédiés le jour même.

JEP_tvnationale
La faible couverture des journées portes ouvertes des monuments historiques (avant 1992)

Durant ces premières années, les choix de sujet des journalistes ne sont guère originaux : abbayes, églises… un patrimoine très classique du fait de la limitation des journées portes ouvertes aux « monuments historiques ».
Toutefois, les « monuments historiques » les plus visibles à la télévision à l’occasion de ces journées sont les lieux du pouvoir républicain. L’hôtel Matignon et le palais de l’Elysée ont la préférence du public. L’Assemblée Nationale et les grands ministères comme la culture au palais royal, mais aussi Bercy et son architecture moderne, ont reçu les faveurs de nombreux visiteurs. Aujourd’hui encore, les comptes rendus des JT ne font pas l’économie d’un commentaire sur la longueur de la file du 55 de la rue du faubourg Saint Honoré. Le palais de l’Elysée reste l’un des lieux les plus visités chaque année.

Il demeure que, de 1984 à 1992, hormis quelques sujets sur de vieux monuments classés comme des églises anciennes, la majorité des sujets des JT nationaux concernaient les visites dans les palais républicains. Les rédacteurs en chef ont à mon sens choisi de filmer ces lieux pour d’une part rendre compte de la fréquentation importante de visiteurs, d’auteur part capturer les sentiments des ces mêmes visiteurs découvrant ces monuments (et les fameux « ors de la République »), et enfin pour satisfaire – pensent-ils – la curiosité des téléspectateurs. La télévision aime en effet emmener virtuellement les téléspectateurs dans des lieux réservés à quelques privilégiés ou que peu d’individus ont pu voir (je renvoie à des collections d’émissions aussi diverses qu’Ushuaia nature, Secrets d’histoire ou les magazines d’enquêtes en général). Avec le patrimoine, sujet de plus en plus populaire en France dans les années 1980, la télévision applique le même principe et propose aux téléspectateurs une visite éclair des lieux les plus remarquables d’un monument historique. Dans quel but ? J’essaierai de répondre à cette question dans un billet suivant

A partir de 1992, l’événement change de nom. Les désormais « journées du patrimoine » s’étaient déjà élargies aux sites naturels en plus des monuments historiques. Désormais elles embrasse tout le patrimoine et reflètent le formidable élargissement que la notion a connu. De fait, les sujets se renouvellent dans le courant des années 1990 : enfin des sujets sur le patrimoine industriel, les manufactures, les mines. (Le patrimoine le plus classique reste toutefois visible.)
Le public a bien accueilli ce renouvellement des journées puisqu’il s’accompagne d’une hausse des visites. Les Français était-il lassé des grands et vieux monuments, et ont-ils apprécié pouvoir aussi visiter à l’occasion des journées du patrimoine des sites et des lieux moins prestigieux ? La curiosité du public semble avoir été satisfaite par cette initiative, qui en 2012 avait fait se déplacer 12 millions de visiteurs au cours du week-end (chiffres du ministère).


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.