Le spectacle par la télévision

C’est une recherche bibliographique qui est à l’origine de ce billet. Cherchant de la littérature pour théoriser l’étude de la mise en spectacle de mon sujet par la télévision, je pensais trouver quelques ouvrages faisant la synthèse des différés procédés observés. Je cherchais notamment des réponses à ces questionnements : quels sont les mécanismes à l’œuvre dans la spectacularisation du réel? Cela relève-t-il d’un choix conscient et d’une volonté soigneusement organisée par les producteurs de contenus? Sur quoi repose la mise en spectacle: dispositifs d’émissions, sélection des sujets, effets visuels, organisation de la parole, personnalité des intervenants, effets d’image ou de montage, etc. ? Est-ce par exemple le dispositif de la télévision qui vient perturber les situations au point d’en faire ressortir le drame et le jeu?
Aucun ouvrage de synthèse n’ayant surgi de ma recherche, j’ai commencé par lire plusieurs essais et monographies sur les grands événements à la télévision, principalement en sciences de l’information et de la communication. J’ai poursuivi avec des lectures sur l’information, qui semble être le programme privilégié des chercheurs étudiant la mise en scène.

Cette absence de synthèse m’a interpellé dans la mesure où le processus de spectacularisation me semble de premier plan pour la télévision – Christian Delporte, notamment, voit la télévision comme le média privilégié de l’émotion. Pourquoi dès lors limiter à certains genres spectaculaires les études sur les mises en scènes et le recours au registre émotionnel à la télévision ? C’est cet angle mort que je questionne aujourd’hui.
La télévision française a été pensée dès ses débuts comme un média-spectacle, mettant sa technique (l’image et le direct) au service du spectacle, que ce soit par le divertissement, par les retransmissions d’images de France et du monde entier, mais aussi par l’information. Les grands directs ont donné à la télévision ses premiers succès et façonné sa mémoire. Pas uniquement Elizabeth II en 1953, Kennedy en 1963 et la Lune en 1969. Les grands directs ne sont pas seulement liés à des événements. La prestigieuse émission En direct de… créée vers 1956 organise minutieusement des soirées en direct depuis des lieux insolites où la maitrise de la technique télévisuelle est mise en valeur. Pierre Tchernia présente ainsi en 1956 un direct depuis un puits de mine ou encore depuis un porte avion. Choix de sujet et technique s’accordent pour créer le spectacle. Le premier duplex français est réalisé entre Paris et Alger, le contexte de la guerre d’Algérie et l’importance des informations contribuent à dramatise la séquence.

Ces exemples nous prouvent que la médiatisation des grands événements est effectivement une étape incontournable dans l’étude de la mise en spectacle par la télévision. Daniel Dayan et Elihu Katz[1] y ont consacré leur ouvrage sur la « télévision cérémonielle », et ils ont identifié trois types d’ « événements-spectacle » (couronnements, affrontement, conquête), analysant pour chacun les mécaniques à l’œuvre. La recherche d’émotion, si elle parcourt les programmes de tous genres, est notamment suscitée par la spectacularisation.

L’information se trouve elle aussi légitimement en bonne place des études sur la mise en spectacle de la réalité opérée par la télévision – y compris hors événement. Il semble qu’il faille en chercher les causes dans les logiques (journalistiques mais pas seulement) qui font du journal télévisé un programme extrêmement sélectif (dans le choix des sujets), réducteur (en raison du peu de temps accordé à chaque sujet), et dont plusieurs travaux ont souligné le caractère stéréotypé et biaisé des représentations du monde (voir notamment ceux sur l’islam ou les banlieues vus par les JT). La mise en spectacle semble omniprésente dans les journaux télévisés, jusqu’au journal de Jean-Pierre Pernaut qui exalte les paysages et les traditions des régions françaises en convoquant les légendes et le secret, des reconstitutions et des témoignages, et dont le cadrage opéré par les images ainsi que le commentaire décuple le poids de l’héritage du passé au point d’effacer les signes du présent.
Hormis l’information, la majorité des ouvrages et articles consacrés à la mise en spectacle se restreignent à un genre de programme, que ce soit le sport, les jeux, les talk-shows, la télé-réalité, voire les débats politiques… c’est à dire à des genres où un récit est construit, dans lequel la dimension dramatique est au minimum soulignée, souvent alimentée. Il n’est pas rare que dans tous ces genres, une émission, une personnalité, une situation imprime la mémoire télévisuelle par son intensité dramatique ou émotionnelle. De Michel Polac à Thierry Ardisson, de Zidane à Loana à Zidane de nouveau[2], de « Monsieur le premier ministre » à « moi président », le spectacle surgit toujours des situations télévisuelles dans lesquels il est attendu. Et il est naturel de se diriger vers ces programmes quand on étudie la mise en spectacle à la télévision.

Pourtant la télévision n’est pas faite que de commémorations, de coups d’éclat et d’images violentes. C’est pourtant à cette télévision de l’exceptionnel et du grand événement que l’essentiel des travaux sur la spectacularisation se sont concentrés. Dans toute cette littérature, il manque la télévision du quotidien. Si l’émotion et le spectacle sont inhérents à la télévision, alors peut-on douter de ne pas les retrouver dans les autres programmes? Jean-Claude Soulages parle du « dispositif de spectacle » comme du « dispositif dominant parmi les programmes diffusés sur le petit écran. »[3] Il consacre pourtant l’essentiel de son ouvrage à l’étude des programmes les plus spectaculaires (événements, cérémonies, divertissement). N’y aurait-il plus de spectacle dès lors que le direct fait place au montage? Ni de spectacle ailleurs que dans le divertissement?  Jean-Claude Soulages va toutefois au delà du divertissement dans l’ouvrage cité. Il y étudie également les émissions de plateau consacrées l’actualité telles Ripostes et C dans l’air, et note un glissement des « émissions de parole » vers la distraction en citant Vivement Dimanche et Tout le monde en parle. La mise en spectacle pourrait être un trait de l’évolution des programmes depuis les années 1980 et l’avènement du PAF.

Mon intérêt pour ce sujet est motivé en premier lieu par mes recherches sur le patrimoine à la télévision, mais aussi plus précisément une recherche en cours sur la vulgarisation des sciences et des arts à la télévision. Ce genre de d’émissions, plutôt rare il est vrai, mais qui ont su trouver un public (je pense à celles de François de Closets), se catégorise sans mal dans le champ des émissions éducatives. Et pourtant une mise en spectacle de la science et des arts est bien à l’œuvre dans ces programme. Elle est présente dans les choix de sujets (pourquoi retrouve-t-on surtout dans les JT des sujets scientifiques sur l’astronomie, la conquête spatiale, la recherche génétique et les grandes avancées médicales?). Elle se retrouve aussi dans la forme des explications fournies (à grands renforts de schémas et de modélisations). Enfin, en dépit des superlatifs employés en général par les journalistes, les sujets de vulgarisation s’accompagnent-ils de longues explications, et ont-ils bénéficient-ils pour autant de sujets plus longs ? etc.
Patrick Charaudeau[4] a étudié des tensions qui contraignent le discours journalistique et dans ce cadre voit la dramatisation comme un des dangers permanents du commentaire journalistique. Il identifie également les écueils de la vulgarisation qui peuvent surgir d’une recherche d’attractivité par la dramatisation.

Si la littérature montre ainsi qu’une réflexion a été menée sur quelques genres emblématiques de la mise en spectacle, beaucoup n’ont pas encore été considérés. Il faut pourtant questionner également la mise en spectacle inconsciente qui pourrait se retrouver jusque dans les genres les plus ordinaires, dans cette télévision du quotidien. La place croissante du divertissement nous y invite.  Même si on peut maintenant y inclure les talk-show et la télé-réalité en raison de leur multiplication et de leur récurrence sur nos écrans, j’aurais tendance à ne pas les comprendre dans la télévision du quotidien. D’abord parce qu’ils appartiennent à des genres nouveaux – relativement à l’âge de ce média – et qu’ils ont été étudiés par des chercheurs, au moment de leur apparition, comme des programmes sortant de l’ordinaire. La télévision du quotidien ne comprend donc pas seulement les JT et les jeux, elle est également faite de magazines, de reportages, d’émissions de consommation, de programmes courts promouvant la lecture, les voyages ou la décoration, etc.

Un point particulièrement stimulant de l’ouvrage de Jean-Claude Soulages que j’ai mentionné est sa distinction des différents « régimes de spectacularisation ». Ce qui pourrait être un concept fécond n’est toutefois pas approfondi, l’auteur se limitant à distinguer des régimes d’intensité basse à élevée sans réellement présenter leurs caractéristiques ni leurs différences. La proposition demeure convaincant car elle invite à ne pas uniformiser le processus de généralisation de la mise en spectacle à la télévision. Spectacle n’est pas toujours paillettes. Par ailleurs, le terme n’est pas réellement défini dans ces lectures. Sa proposition est également intéressante car elle permet de comparer les leviers de cette mise en spectacle en fonction des degrés de spectacularisation. Il reste encore toutefois à cerner si ces différents « régimes » relèvent de différences entre les genres de programmes, les intentions des producteurs ou la nature de situations.

Il ne s’agit pas de pointer du doigt les méfaits de la mise en spectacle, comme le fait Patrick Charaudeau au sujet des programmes d’information et des émissions de débat sur des sujets publics, programmes légitimes mais dont la parole est selon lui pervertie par leur mise en scène. A mon sens, hors des programmes d’information, la mise en accusation ne doit pas être un priorité de l’étude des mises en scène médiatiques, et il est préférable de décrire et comprendre ces processus. Les programmes à régime de basse intensité me semblent être aujourd’hui le chantier inachevé de cette recherche, et l’étude du spectacle dans la télévision du quotidien reste à accomplir, en espérant voir prochainement apparaître un ouvrage synthétique et méthodologique de l’étude de la spectacularisation par la télévision.


[1] DAYAN Daniel, KATZ Elihu, La télévision cérémonielle : anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

[2] en 2006 cette fois et non en 1998.

[3] SOULAGES Jean Claude, Les rhétoriques télévisuelles : Le formatage du regard, Bruxelles/Paris, De Boeck Université/INA, coll. Médias Recherches, 2007, 153 p.

[4] CHARAUDEAU Patrick, Les médias et l’information, l’impossible transparence du discours, De Boeck Université INA 2011


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.