L’altération et le patrimoine

Texte préparé pour une réflexion collective au séminaire épistémologique de Patrima sur la question de l’altération.

Des chercheurs travaillant sur le patrimoine, ceux inscrits dans les sciences expérimentales sont sans aucun doute ceux qui croisent le plus ce terme. Consacrant leurs recherches à caractériser les processus d’altération de la matière et de la surface visible des oeuvres du patrimoine, ils sont ceux qui maitrisent le mieux le terme et ses conséquences matérielles.

Quant à moi, comment parler d’altération alors que c’est un mot que je ne croise pas, que je n’ai jamais croisé dans ma bibliographie, que je n’ai jamais mobilisé et qui n’a jamais fait partie de mes interrogations ? Je peux d’abord essayer de réfléchir à la notion en historien en m’en tenant à des généralités. Ce sujet se retrouve dans les études historiques même si je pense que c’est l’histoire de l’art et l’histoire de l’architecture qui l’ont le plus étudié, davantage que la science historique elle-même.
Relativement à mon sujet, il est difficile de mobiliser l’altération physique du patrimoine. Mon sujet concerne le patrimoine, mais exclusivement appréhendé à travers des émissions de télévision. J’ai donc un média qui fait écran à l’objet, qui, lui, est sujet à la dégradation. De plus, avec un sujet d’histoire culturelle comme le mien, en définitive ce n’est pas le patrimoine que j’étudie, pas plus que la télévision, mais bien la société française appréhendée par un contenu audiovisuel et un programme qui parle de la France et des Français. Ce n’est donc pas parce qu’une multitude d’objets du patrimoine est sujette à l’altération que je peux en parler avec légitimité puisque ce n’est pas un phénomène que je peux étudier avec mon sujet . L’altération physique du patrimoine n’est donc pas au cœur de mon sujet, et je suis davantage préoccupé par les représentations du patrimoine et la manière dont la notion est mobilisé, construite à a télévision. Toutefois, je peux reconnaitre que certaines émissions de mon corpus évoquent le sujet d’une certaine manière.

Je pense d’abord à une émission de 1980 sur Antenne 2, animée par Laurent Broomhead, intitulée Objectif demain une émission de vulgarisation scientifique. Le temps d’une soirée, cette émission s’est intéressée au patrimoine avec pour titre « La science au secours de l’art ». Il y était question des techniques susceptibles d’entretenir les œuvres d’art, des vitraux aux statues de bois. On y voyait aussi des chercheurs au laboratoire de Champs sur Marne (LRMH) étudier les phénomènes d’altération de la pierre ou du verre. La problématique était effectivement liée à l’altération des œuvres, et l’émission rapportait la manière dont les techniques scientifiques modernes peuvent préserver les œuvres d’art anciennes. En dehors de cette émission spécialisée, je n’ai que rarement vu cette problématique de la restauration scientifique des œuvres d’art dans mon corpus d’émission, les restaurateurs sont eux-mêmes très peu présents dans mes programmes. En effet, même si j’ai à plusieurs reprises visionné des programmes montrant la réfection d’édifices anciens (abbayes, chapelles, châteaux) par des architectes ou des bénévoles, ce que j’ai observé relevait davantage de la reconstruction que de la correction de l’altération. Reconstruire un édifice en ruine ne mérite pas à mon sens le qualificatif d’altération, c’est bien à d’une démolition, d’une destruction qu’il s’est agit (qu’elle soit l’œuvre des hommes ou du temps).

Si je ne parviens pas à parler d’altération, je suis obligé de tordre un peu les limites du sujet pour essayer d’y faire coller mon sujet de recherche. Je peux effectivement parler de dégradation, de transformation, de disparition d’œuvres avec mon sujet, mais s’agit-il donc encore bien d’altération ? La question du vocabulaire me parait cruciale sur ce sujet et pour ne pas dériver il est impératif de définir correctement l’altération – ce qui ne sera pas fait ici. Je me bornerai à rappeler que dans l’étymologie du terme altération se retrouve l’idée de “devenir autre”, ce qui permet une acceptation très large du sens du mot. L’échelle à laquelle se joue ce processus est donc variable : défigurer une oeuvre la rend “autre”, restaurer la façade d’un édifice également. L’accumulation de suie à la surface d’un monument en change l’apparence, et fragilise même la pierre en profondeur. Le processus d’altération se joue donc aussi à l’échelle de la matière et de ses propriétés physico-chimiques. De mon point de vue, une idée qui me semble donc très présente dans ces questions d’altération serait la fragilité des oeuvres.

Ce que j’observe à la télévision – et d’ailleurs dans une très grande partie de mes émissions – ce ne serait pas l’altération mais la dégradation du patrimoine. Une différence de termes qui renvoie d’abord aux mots employés par les participants de mes émissions de télévision : aucun n’a jamais parlé d’altération, préférant caractériser les processus visibles d’une autre manière (dégradation donc, mais aussi destruction, vandalisme, dénaturation, enlaidissement). Dans mes programmes, les journalistes, les passionnés et les bénévoles déplorent en permanence une dégradation du patrimoine. Leur argumentaire vise à mettre les téléspectateurs en garde contre les risques de la disparition du patrimoine – qui signifierait une perte pour les Français, aussi bien en richesse matérielle, artistique, symbolique, qu’en identité. Si on interprète ce choix de termes, cela signifierait que l’altération est affaire de scientifiques, alors que la dégradation du patrimoine est l’affaire de tous les citoyens. Si la visibilité de l’altération du patrimoine est faible à la télévision, et si ce n’est pas le sujet sur lequel la majeure partie des programmes cherchent à intéresser les spectateurs, il faut peut être davantage considérer que l’altération est fondue parmi l’ensemble des arguments des journalistes destinés à faire prendre conscience de la fragilité du patrimoine. Et c’est bien davantage cette fragilité physique et matérielle du patrimoine qui est l’un des principaux sujets de mes émission de télévision.

Rares sont les émissions qui parlent de l’altération, processus d’abord naturel, accéléré par des causes anthropiques (comme la pollution). Or la majorité des intervenants préfère parler de la dégradation ou de la disparition du patrimoine. Il y aurait donc une différence de degré entre les termes. Cela s’explique notamment par les ambitions des journalistes les plus militants, qui cherchent, avec leurs reportages, à alerter les Français et éventuellement à les faire se mobiliser contre les atteintes portées à leur patrimoine. Le terme “altération”, trop scientifique, ne serait sans doute pas assez significatif ni assez fort pour susciter une réaction chez les téléspectateurs, alors que les termes qui lui sont préférés sont susceptibles de les faire s’indigner. Mais les mots ne suffisent pas et dans nos émissions, l’image aussi a un rôle dans la construction d’un message et sa diffusion. Hormis quelques émissions et reportages ayant un parti pris scientifique, il est rarement question d’altération à l’image, mais bien de dégradation et de destruction. De telles images se révèlent bien plus spectaculaires que l’observation macroscopique (voire microscopique) des altérations de la matière. La dimension spectaculaire, et in fine émotionnelle de la télévision se rappelle à nous. Nous parlions de différence de degré, il semble que dans le cas de notre médium il faille ajouter la question de l’échelle : les dégradations d’un grand monuments y sont toujours préférés à la l’altération de ses matériaux. Spectacle, émotion et aussi dramatisation semblent être les modalités privilégiées de la médiatisation du patrimoine, au delà du sujet de l’altération.

La réflexion encours sur l’altération du patrimoine donnera lieu à une publication ou à une journée d’études organisées par Patrima.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search