Le patrimoine de Noé

Dans un ouvrage collectif publié en 2005 [1], l’économiste Christian Barrère ouvre son texte par une comparaison qui m’a étonné. Il voit dans le récit du déluge de la Genèse, plus particulièrement dans l’épisode de l’arche de Noé, une opération de constitution d’un patrimoine. Il part de l’injonction divine faite à Noé d’emporter avec lui deux animaux de chaque espèce (sans oublier de quoi les nourrir) et en tire une assimilation des animaux préservés à un patrimoine sauvegardé.
A partir de ce récit, Christian Barrère définit le patrimoine comme “ensemble d’avoirs transmis par le passé” (espèces héritées de la Création), “ensemble hétérogène […] mais structuré” (des espèces différentes), et ensemble “exprimant une identité”. Il complète en montrant que Noé reçoit un patrimoine mais dont il n’est pas le propriétaire, et participe aussi à la sélection, ce qui ferait de lui “le premier conservateur de patrimoine” d’une catégorie qu’il appelle “patrimoine commun de l’humanité”. Son entreprise de comparaison pourrait convaincre.

Ce qui m’a frappé arrive page suivante (110):

“Partir d’un des plus vieux récits de l’humanité et y trouver la notion de patrimoine, c’est immédiatement prendre conscience du rôle central de la catégorie patrimoine dans une pensée de l’histoire de l’humanité. L’humanité ne peut se penser indépendamment d’un support qui constitue son patrimoine et dont la sauvegarde, la conservation et la transmission sont essentielles.”

L’auteur se livre ici, selon moi, à un certain nombre d’erreurs, dont l’anachronisme.

Christian Barrère ne se rend pas compte que c’est lui qui y voit du patrimoine, que c’est lui qui projette ce terme et sa symbolique sur une situation qui n’en comporte pas l’idée. C’est sa lecture de ce récit qui lui permet de parler de patrimoine, de voir de la patrimonialisation dans l’acte de préservation des espèces que Dieu ordonne à Noé. Affirmer que le patrimoine est inhérent à l’humanité est une erreur, car le sens moderne de patrimoine est très récent (XXe siècle, d’autres termes lui étaient préférés auparavant, dont “monuments historiques” au XIXe). Il donne à une situation très ancienne (que l’on prenne la date supposée du Déluge ou la date de rédaction de l’Ancien Testament) une interprétation profondément contemporaine. Par là, Christian Barrère commet un anachronisme. Même si on pourrait me répondre que, peu importe le terme, c’est l’acte qui compte et qui rappelle le patrimoine, je répondrai aussi que même l’idée correspond d’abord au regard d’aujourd’hui. Et même il y a quelques décennies, même il y a un siècle, où la notion de patrimoine était déjà opératoire (même si nommée différemment), on n’aurait pas qualifié l’épisode de l’arche de Noé de “patrimoine” sauvegardé.

Je ne critique pas la comparaison que fait l’auteur. Je conviens que le sauvetage des animaux dans l’arche rappelle des mesures conservatoires et de préservation d’un patrimoine vivant. Ce que je reproche à l’auteur c’est d’en tirer l’universalité du patrimoine et de postuler son existence éternelle, alors que l’on sait d’une part que la notion est une invention européenne, et d’autre part qu’on voit très bien avec quelles difficultés elle s’exporte dans des sociétés extérieures à la civilisation occidentale. Victime des représentations contemporaines du patrimoine, l’auteur déplace la notion à une situation qui ne convient pas.

Interpréter le passé à l’aune du présent, c’est la définition que l’on donne à l’anachronisme.

 

Ironie : Christian Barrère, comme pour cautionner sa comparaison de l’arche de Noé, s’appuie sur Henri Rousso [2] qui voit dans le patrimoine une mise au présent du passé. Or ce phénomène est justement l’un des aspects du patrimoine qui le rendent discutable car subjectif, dans un rapport ambigu à l’histoire, comme peut l’être dans une autre mesure, la mémoire.

 

[1] BARRERE, BARTHELEMY, NIEDDU, VIVEN (éd), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, L’Harmanttan Paris 2005

[2] ROUSSO (dir) Le regard de l’histoire. Acte des Entretiens du patrimoine, Fayard, Monum, 2003


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search