Montrer le populaire

Comme pour toute autre œuvre que le chercheur approche comme une source, les acteurs d’une émission doivent faire l’objet d’une étude. Si les auteurs d’un programme de télévision sont à considérer en priorité, les producteurs, réalisateurs, journalistes et présentateurs ne sont pas toujours les participants exclusifs d’une émission. D’autres intervenants peuvent aussi se prêter à une étude. A la différence que, bien que partie prenante du contenu d’une émission, ils sont extérieurs au processus de production.
La question de leur identité peut se poser assez tôt. Selon la nature de leur participation, cette question peut être réglée assez rapidement, avec plus ou moins de satisfaction. Un invité sur une émission de plateau est toujours présenté par quelques mots d’introduction et dispose, théoriquement, de suffisamment de temps de parole pour que le spectateur en apprendre davantage. A l’inverse, le fugace interrogé d’un micro trottoir n’apparaissant à l’image que quelques secondes retombe aussitôt dans l’anonymat duquel on l’a sorti, il est même rarement nommé à l’écran.

Au delà de l’identité des participants extérieurs, plusieurs questions peuvent intéresser le chercheur : quelle est leur place dans le dispositif de l’émission ? Qu’apportent-ils et pour quelle raison ont-ils été conviés à s’exprimer ? Quels choix ont présidé (ou non) à la sélection de ces intervenants ? Selon la pertinence de ce questionnement et l’importance des réponses, le chercheur persévérant pourra toujours chercher des renseignements dans les documents de production ou auprès des producteurs. Sinon, il devra se contenter de ce qui est vu et dit dans le programme.

Ce qui est mon cas et qui n’empêche pas d’avoir des choses à dire sur ces intervenants parfois fugaces. Un point auquel je m’intéresse est la sociologie des participants de mes programmes. L’origine sociale et la profession sont des critères que je prends en compte mais pas uniquement. J’ai élaboré plusieurs typologie de ces acteurs vus et entendus dans les émissions, selon plusieurs critères : en quelle qualité intervient-il (est-il un expert ou un profane) ? Quel est son niveau de professionnalisation (du bénévole au conservateur des monuments historiques) ? etc.
La catégorie d’intervenants qui m’a le plus intéressé est celle des passionnés du patrimoine, faute d’avoir une meilleure qualification à leur donner. Cette catégorie recoupe donc celle du public des monuments et des expositions. Et on touche ici à l’une de mes problématiques centrales, relative au caractère de la télévision, à savoir un média de masse. Cette problématique est la suivante : comment est-on passé d’une situation où le patrimoine était un loisir d’une élite sociale et culturelle, à une situation où le patrimoine est un loisir de masse? Pour le dire autrement, comment est-on passé d’un public bourgeois au public des poussettes des journées du patrimoine. Evolution qui se résume encore mieux en image (non sans un peu de caricature) :

Inauguration des nouvelles grilles du château de Versailles 26/06/1956
Inauguration des nouvelles grilles du château de Versailles
26/06/1956
Roubaix : journée des monuments historiques : les bains douches piscine 1930 16/10/1990
Roubaix : journée des monuments historiques : les bains douches piscine 1930
16/10/1990

La mutation du public du patrimoine s’est faite sur la durée, reflétant la démocratisation et de la popularisation de la notion, des objets et de la pratique.
Pourtant, j’ai été surpris d’observer très tôt à la télévision que certains programmes accordaient une part importante aux interlocuteurs issus des couches populaires.

Au milieu des élus, des associatifs et des technocrates qui en constituent les interlocuteurs privilégiés, La France défigurée met en avant les passionnés issus de populations modestes : des agriculteurs en milieu rural et des gens modestes à la ville (commerçants, artisans, retraités des vieux quartiers dégradés).
De nombreuses séquences de La France défigurée renvoient à une iconographie emblématique des couches populaires comme les cafés et leurs consommateurs masculins, les hommes qui fument leurs cigarettes, à quoi on pourra rajouter les prises de vues de travailleurs (pêcheurs, agriculteurs), les costumes traditionnels (coiffes bigoudaines), également le phrasé et les accents régionaux.
L’émission ne débute qu’en 1971, ce qui est un peu tardif, mais qui précède pourtant le renouvellement massif du public du patrimoine qui s’observe à partir de l’année 1980.

Plus intéressant car plus précoce est le programme Chefs d’œuvre en péril qui s’étend de 1964 à 1991. Pierre de Lagarde, son présentateur, recrute ses intervenants dans plusieurs franges de la population. Ses principaux interlocuteurs sont les maires, architectes, simples riverains, auxquels il rajoute les bénévoles et les prêtres. On remarque qu’il met en avant les aristocrates et les héritiers de châteaux bien plus que dans toute autre émission. De manière exemplaire, sa toute première émission comporte un entretien avec M. Jacques Sylvestre de Sacy, président de l’association nationale pour la protection des villes d’art, porteur du titre de baron et lui même propriétaire d’un château. Pourtant, Pierre de Lagarde semble chercher à démontrer dans ses émissions que le patrimoine est un sujet de préoccupation pour toutes les catégories sociales de France. Il lui importe en particulier de montrer deux catégories d’individus : les jeunes et les personnes modestes. On peut ainsi voir à de nombreuses reprises des jeunes gens au travail sur des chantiers de restauration. Pour la plupart étudiants, ils consacrent leurs étés à restaurer des monuments en ruine ou à déblayer des terrains abandonnés avec enthousiasme. On sent toutefois un plus grand effort encore pour montrer l’attachement d’individus issus de milieux modestes au patrimoine – souvent plus à un patrimoine local que national. Agriculteurs, artisans, maçons, ouvriers d’usines sont mis à l’honneur dans Chefs d’œuvre en péril, par l’image et par les mots.

« Le héros de l’émission de ce mois est un conservateur de musée, mais un conservateur pas comme les autres. En effet, Albert Demard est un simple paysan, et encore un paysan comme il n’en existe plus, puisqu’il n’a même pas son certificat d’études. »
Le musée de Champlitte, 28/04/1967, bulletin de presse

Albert Demart est d’ailleurs le plus modeste parmi tous ceux présentés dans Chefs d’œuvre en péril. Un autre exemple que Pierre de Lagarde affectionne particulièrement  est celui de Pierre Pottier, ouvrier ajusteur de la région parisienne, qui revient à pas moins de quatre reprises en vingt ans (émissions du 05/01/1965, 15/10/1966, 08/07/1984, 29/01/1986). Il est le seul passionné à faire l’objet de plusieurs sujets, ce qui s’explique par son engagement intensif dans plusieurs chantiers successifs, ayant rassemblé autour de son action une large communauté de bénévoles, surtout des jeunes.

Ces passionnés de condition populaire, Pierre de Lagarde les met en valeur dans le palmarès de son concours annuel en insistant sur les sacrifices consentis par des personnes, pourtant modestes,qui ont investi leur temps et leurs moyens dans la sauvegarde d’un monument, seulement par amour pour la beauté – comme il aime à le répéter. On comprend alors qu’il choisisse d’aider prioritairement des passionnés peu fortunés en leur accordant la récompense du concours annuel “Chefs d’œuvre en péril” (même si des châtelains ont également été récompensés).

Cette affection pour les catégories populaires est une surprise pour plusieurs raisons. D’abord parce que la culture classique de Pierre de Lagarde (bourgeois, catholique traditionnel) le rapproche bien davantage des châtelains et des prêtres ; sa proximité avec eux transparait fréquemment dans les séquences d’entretiens. Ensuite parce que la présence de personnes modestes était encore rare à la télévision dans les années 1960.
Montrer des jeunes gens, des agriculteurs et des ouvriers semble même être une obsession de Pierre de Lagarde. Pour quelle raison insiste-t-il à ce point pour les mettre en avant ?

Je me l’explique de la manière suivante : Pierre de Lagarde est le premier à militer à la télévision pour la sauvegarde du patrimoine (ce qu’il appelait les “chefs d’œuvre”) et sa campagne connait très vite un grand succès d’audience et d’estime. Sa principale préoccupation semble être de faire du patrimoine le problème de tous les Français, et plus uniquement celui de quelques amateurs éclairés et fortunés qui ont hérité ou racheté d’anciennes demeures. Je comprends son action comme une volonté de démocratiser le patrimoine et l’idée même de l’héritage culturel partagé, en plus de vouloir éduquer le public à la beauté (plutôt à sa propre définition de la beauté).

Pour convaincre les Français de la nature de leur action, il a très probablement souhaité rompre avec l’image traditionnelle des “vieilles pierres” perçues comme un loisir d’une élite cultivée et fortunée.
Car l’image du public traditionnel du patrimoine, le voici résumé en quelques captures d’écran de programmes :

La présidente de l'association "La renaissance du Lille ancien". Autant qu'il m'en souvienne : évocation du passé de Lille 13/03/1965
La présidente de l’association “La renaissance du Lille ancien”.
Autant qu’il m’en souvienne : évocation du passé de Lille
13/03/1965, ORTF Lille
Archive rediffusée dans l'émission La France défigurée vingt ans après 27/08/1995
Archive de 1972 rediffusée dans l’émission La France défigurée vingt ans après
27/08/1995, France 2
Le président de l'association des amis du château d'Asnières. Restauration du château d'Asnières 14/05/1979
Le président de l’association des amis du château d’Asnières
Restauration du château d’Asnières
14/05/1979, FR3 Paris
Interlocutrice non identifiée, qui raconte des anecdotes sur le château de Rambouillet. En week-end à la carte 02/12/1982
Interlocutrice non présentée, qui raconte par des anecdotes très documentées la petite histoire du château de Rambouillet.
En week-end à la carte
02/12/1982, FR3 Paris
Bénévole Le patrimoine rural du Beaujolais 16/06/1990
Bénévole
Le patrimoine rural du Beaujolais
16/06/1990, FR3 Rhône-Alpes

Il ne s’agissait pas pour Pierre de Lagarde de nier la réalité de la composition sociologique d’une part importante des défenseurs de monuments, puisqu’on a dit qu’il s’affichait régulièrement en compagnie de châtelains. L’une de ses préoccupation serait de montrer avec des cas concrets, et en multipliant les exemples, que la beauté du patrimoine touche tout le monde, y compris ceux qui disposent d’un maigre bagage scolaire et culturel. Pierre de Lagarde cherche en effet à démontrer du caractère populaire du patrimoine, afin, dans un second temps, de susciter l’investissement des Français dans la sauvegarde de leur héritage. Car à mon sens, le second objectif de Pierre de Lagarde est de rendre les téléspectateurs acteurs de la préservation de ces chefs d’oeuvre (mais il n’est pas le seul journaliste à s’y être essayé). Il m’apparait qu’il recherche l’émulation à travers ses exemples d’ouvriers et d’agriculteurs passionnés qui restaurent des monuments anciens.

L’un des moyens de faire du patrimoine le problème de tout les Français, outre de les toucher en leur parlant de monuments beaux ou de monuments menacés, est de leur offrir des modèles auxquels ils puissent s’identifier. Pourtant, il me semble que cette préoccupation de l’image populaire des acteurs du patrimoine ne se retrouve que chez Pierre de Lagarde, qui a cherché continuellement des Français d’origine modeste à montrer en exemple – et on les retrouve presque tous les ans dans son palmarès. Cette démarche, qui conduit à une sélection des interlocuteurs dans ses émissions, s’explique par sa volonté de rallier un large public à la cause des monuments, même s’il fallait pour cela en atténuer l’image traditionnelle. Si cette préoccupation ne se retrouve pas dans d’autres émissions, où les intervenants sont choisis de manière plus empirique, c’est d’abord parce que Pierre de Lagarde a débuté sa campagne à une époque où le patrimoine ne jouissait pas encore du succès populaire qu’on lui connait aujourd’hui.
A dessein, Pierre de Lagarde a composé une image nouvelle des passionnés du patrimoine en tordant un peu les réalités sociologique de ce public. La surreprésentation des catégories populaires dans ses émissions devait servir son propos. Leur traitement également diffère : dans Chefs d’œuvre en péril, aucun châtelain n’a été autant glorifié que les hommes et femmes d’origine populaire. Cette mise en scène de l’action en faveur des monuments a, je crois, contribué à faire du patrimoine un sujet populaire en France.



Citer ce billet
Thibault Le Hégarat (2013, 16 novembre). Montrer le populaire. Patrimoine et télévision. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uy2l

Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search