De la matérialité

Matérialité des sources ; la matérialité dans le sujet

Une ambiguïté réside dans mon sujet de recherche tel que formulé aux tous débuts de ma thèse. L’association des deux termes « patrimoine et télévision » sans explication autre que la période d’étude (« des origines aux années 1980 ») porte la confusion du sens de patrimoine. Plus précisément, de quel patrimoine s’agit-il ?

L’une des interprétations possibles est que ce sujet consisterait en l’étude des patrimoines de la télévision, c’est à dire les archives (de toutes natures) de la télévision française constituées et traitées actuellement par l’INA. Or ce n’est pas le sens du sujet.

Quand on interroge la base de données de l’inathèque avec le mot clé « patrimoine », les résultats font ressortir une masse importante de documents témoignant des réflexions internes à la télévision sur la constitution et la conservation de son propre patrimoine.
L’INA est ici parfaitement dans son rôle en tant qu’institution chargée de conserver et mettre en valeur ce patrimoine (ou cette « mémoire » comme elle l’appelle elle-même de plus en plus).

Le patrimoine de la télévision consiste en premier lieu en ses programmes passés. De ce point de vue l’INA est une institution irremplaçable, unique en Europe par ailleurs, qui conserve la mémoire de la télévision, donc son patrimoine. Les patrimoines matériels de la télévision comprennent aussi le matériel désormais obsolète ou hors d’usage qu’employaient les réalisateurs et techniciens par le passé. Et que dire du patrimoine immobilier de l’ORTF, celui, mort, des studios des buttes Chaumont ou des locaux de la rue Cognac-Jay, ou celui, vivant, de la Maison de la radio ?

Mon sujet de recherches n’a cependant rien à voir, et ce même s’il s’inscrit dans le cadre du Labex Patrima (pour PATRImoines MAtériels). Son objet n’est pas le patrimoine matériel de la télévision, mais les programmes de télévision sur le patrimoine matériel (ou le patrimoine matériel à la télévision). La matérialité qui m’intéresse n’est pas celle des supports physiques contenant les programmes de télévision, mais celle contenue dans les programmes, la matérialité des œuvres artistiques et architecturales montrées à l’écran. Cependant, le sujet ne doit pas m’amener à l’étude directe de la matérialité de ces œuvres.

Toute une partie de mes sources est par ailleurs désormais immatérielle : l’INA a en effet fait le choix de transférer ses archives audiovisuelles au format digital. Après des transferts multiples, du film à la bande magnétique, de la bande au dvd, une majorité de programmes sont désormais stockés sur des serveurs distants, accessibles depuis l’inathèque, à l’intérieur de la BNF – en attendant leur stockage dans le cloud ?

Pourtant, la matérialité de mes sources ne m’est pas inconnue et j’y suis parfois confronté. L’interrogation de la base de données de l’INA fait souvent ressortir des programmes « non consultables ». L’inscription, en caractères noirs dans le logiciel (par rapport au bleu signifiant, bonheur, consultation accessible immédiatement), est bien connue des chercheurs. Elle est une source de frustration importante car elle marque l’impossibilité de consulter l’archive désirée.
A l’inathèque, toutes les émissions ne sont pas consultables – et c’est là une source d’incompréhension entre chercheurs travaillant sur l’audiovisuel et les autres. Parce que l’INA existe, une croyance (trop) répandue est de s’imaginer qu’elle a enregistré l’intégralité de la mémoire de la télévision. C’est vrai pour la base « dépôt légal » qui enregistre en continu l’intégralité des programmes des chaines de télévision et radios depuis 1995. Ces programmes-ci sont tous consultables sans aucun problème. Avant 1995, les sources sont lacunaires. L’enregistrement n’a pas toujours été systématique et les fonds de l’INA dépendent des versements d’archives des chaines (ce qu’elles ont sauvegardé et ce qu’elles ont versé). Surtout, les lacunes que l’on peut trouver dans le fonds audiovisuel “ancien” de l’INA sont dues à plusieurs facteurs dont certains touchent à la matérialité de l’archive. En effet, tout archiviste est confronté à des problèmes de conservation et à des impondérables qui peuvent détruire tout ou partie de la matérialité de l’archive – on sait par exemple que les bandes vidéos vieillissent mal. Des dégradations occasionnées par les visionnages ou une erreur de manipulation lors d’un transfert d’un support à l’autre sont aussi à envisager. Enfin, l’absence d’archive s’explique aussi par le non enregistrement d’une émission au moment de sa première diffusion. Ceci affecte particulièrement les programmes en direct des premières décennies de la télévision (les programmes en différé étaient enregistrés sur film). Le direct des premières années n’était pas enregistré, et cela a duré jusqu’à l’invention du kinéscope (enregistrement sur film) qui ne produisait cependant que des enregistrements d’une qualité médiocre. Cependant le kinéscopage n’était pas généralisé à tous les programmes en direct. Un grand nombre d’émissions ont ainsi disparu sans laisser de trace, dispersées par les ondes électromagnétiques. Tout au plus on-t-elles laissé une trace matérielle dans les documents de production et, bien sûr, tous les documents qui peuvent attester de sa programmation, sa diffusion et éventuellement son visionnage par le public. L’historien, de toute façon, croise toujours ses sources.

 


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search