Ecrire le temps avec le patrimoine

Il était prévu que j’intervienne aux rencontres estivales du Collectif Confluence (à suivre sur le réseau twitter avec le hashtag #estivales13) pour y lire un petit texte. J’ai du annuler ma venue mais je publie ici le texte en question. Il s’agit de pistes de réflexion que je souhaitais soumettre aux participants, d’observations et d’hypothèses principalement, afin de susciter une discussion. Mon hypothèse principale était de proposer de voir le patrimoine comme l’expression d’une conception du temps et d’un rapport au temps.

Quand on associe « patrimoine » et « histoire », l’œuvre de Pierre Nora vient vite à l’esprit. Avec les Lieux de mémoire, les liens entre patrimoine, histoire et mémoire ont été profondément étudiés. Le patrimoine y est vu comme lieu de mémoire, et analysé en tant que tel. L’étude approfondie du patrimoine permet de le situer en tant qu’objet d’étude historique, et surtout à partir d’une collection d’exemples (de monuments et de commémorations), l’ouvrage collectif permet de voir la place du patrimoine dans la société, le “rôle social du patrimoine” en quelque sorte. Pierre Nora dit notamment que le patrimoine est le « dépôt général de l’histoire », mais qu’il ne se limite pas à cela bien sûr.
Il ne s’agit pas de dire ici que le patrimoine est l’histoire mais que ce qu’il symbolise peut être utilisé pour écrire des histoires différentes. Plus intéressant, observer les contours du patrimoine et sa place dans la société est aussi révélateur de la conception du temps.

Le patrimoine est forme de rapport au temps : l’idée de conservation, centrale dans la notion, exprime beaucoup de la manière dont la société conçoit son passé et son présent, comment elle appréhende son héritage historique. Un ouvrage de Marie-Anne Sire paru en 2005 porte le titre La France du patrimoine : les choix de la mémoire. Le patrimoine est effectivement fait de choix : que conserver ? Que voir disparaître ? Et avec une œuvre, c’est le choix de voir disparaître la une part de sa symbolique donc de sa mémoire.
On peut voir, à travers la façon dont la notion de patrimoine est saisie, le choix d’un certain rapport entre le passé et le présent. Depuis les années 1980, des spécialistes du patrimoine considèrent que nous sommes entrés dans une société de conservation.

Pour l’historien François Hartog, le statut du patrimoine depuis les années 1980 est une marque du présentisme, qui est le régime d’historicité qui selon lui s’applique à la société française, et se traduit par la place écrasante du temps présent. De fait, il interprète le patrimoine un signe de la crise du temps. En observant l’histoire du patrimoine au XXe siècle, cette crise du temps pourrait en fait être plus ancienne que le changement de régime d’historicité de la fin du siècle.
La place de plus en plus grande des traces du passé dans notre horizon quotidien peut être interprétée comme la volonté de remémoration permanente du passé. Il y a une crainte qui agite la société depuis les années 1960 et que j’observe dans mon corpus émissions de télévision : la peur que le présent ne perde du sens. Successivement, la France a connu, depuis la Reconstruction, des périodes de grands changements : il y a eu les grands travaux, des aménagements à toutes les échelles du territoire qui ont profondément transformé les paysages, urbains et ruraux, ainsi que la modernisation urbaine et celle de l’appareil productif français.  Egalement, la construction européenne et la place croissante de l’échelle mondiale ont pu laisser craindre un déclin de l’identité nationale française. A ce titre, le patrimoine constitue un élément capable de rassurer en cela qu’il peut être mobilisé dans le but de procurer un sentiment de fierté, par exemple en le rattachant à des périodes historiques, des événements ou des personnages. Ainsi, la fonction attribuée au patrimoine par certains – consciemment ou non – a été de donner du sens au présent en remémorant le passé ; il permet d’écrire le présent en incluant tout ce que l’on peut du passé, dans une forme de sentiment panique de perdre en valeur ou en identité. La crise du temps et le présentisme s’expriment aussi dans l’incapacité à formuler un projet pour le futur ; le patrimoine est une manière de se rassurer sur ce dont sera fait demain en confiant aux générations futures les œuvres héritées du passées, signifiant aussi qu’il n’y a de conception du futur sans présence du passé.

Ainsi, on peut – et on doit – après l’histoire, rapprocher le patrimoine de la mémoire. La mémoire réactualise le présent et amoindrit la distance d’avec le passé. Le patrimoine est comme la mémoire, il est sélectif, il est manipulable et il est rarement saisi avec impartialité.
Le patrimoine permet d’écrire des histoires au pluriel : les mémoires catholiques, monarchiques, républicaines, révolutionnaires, socialistes, etc… font des usages différenciés du patrimoine : il est le soutien d’histoires particulières, il est utilisé pour définir des identités. Les études des commémorations ont permis de situer le patrimoine dans le processus de mémoire, ce dont on souhaite se souvenir, comment on veut s’en souvenir, dans quel but.

L’une de mes observations est donc que le patrimoine tiendrait plus à la mémoire qu’à l’histoire. La démocratisation de la notion qui est observable sur la deuxième moitié du XXe siècle a rendu plus aisée sa mobilisation par des acteurs de plus en plus diversifiés, qui l’ont utilisée pour symboliser non plus une histoire nationale commune, mais des mémoires locales et nationales différentes. Certains objets patrimoniaux n’en cessent pas d’être le support à une histoire nationale fédératrice, mais plus fréquemment des objets sont saisis par des mémoires parfois antagonistes ; la signification que je peux donner de cette appropriation de la notion, c’est que le patrimoine fait sens pour une majorité de nos contemporains, mais que le sens qu’il leur attribuent n’est pas le même pour tous.

Etudier la place du patrimoine à un temps donné permet donc de saisir le rapport au temps de la société. Inconsciemment, les individus révèlent la manière dont ils conçoivent le temps en fonction de leur utilisation du patrimoine. Cette hypothèse doit inviter à étudier les usages du patrimoine mieux que je ne pourrai le faire avec mon corpus d’émissions. Ou bien on peut prolonger les analyses de notre bibliographie et faire du patrimoine un indicateur de la crise du temps. Si on voit avec Pierre Nora et François Hartog les années 1980 comme une période de grand bouleversement de la mémoire avec l’âge de la commémoration, ainsi que de changement de régime d’historicité autour du bicentenaire de 1989, on voit qu’il est fait un certain usage du patrimoine au moment où surgit une crise du temps. A nous d’inventer les manières d’interroger le patrimoine sur ce qu’il a à révéler de la société.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search