Culture et télévision

L’association culture et télévision a fait pendant un temps l’objet d’un consensus chez les personnels de la télévision, que partageaient aussi les spectateurs, la « télévision culturelle » constituant une sorte de doctrine des professionnels, et le sujet a fait l’objet d’une bonne bibliographie. En 2013, l’association culture et télévision semble moins aller de soi. Or l’évolution qui conduit non de l’hégémonie de la culture à la télévision mais de sa forte représentation à sa disparition progressive, est une forme d’obsession des observateurs de ce média chez certains universitaires et une certaine critique. Les fondements de cette interrogation sur la place de la culture à la télévision la rendent légitime, mais il y a beaucoup de choses à déconstruire des représentations de la culture à la télévision pour que le débat ne se réduise pas à un propos caricatural.

Ce billet a été inspiré par la relecture de mes notes de l’ouvrage d’Isabelle Veyrat-Masson[1] :

« L’utopie du progrès et de la libération des hommes par la culture et la connaissance, si chère au XIXe siècle, semble être revivifiée par l’invention de la télévision, par la possibilité qu’elle offre de diffuser les grandes œuvres du patrimoine littéraire et artistique si longtemps réservées à des privilégiés, de les recevoir chez soi en tournant un simple bouton. »

Il fut une époque où la télévision était vue comme un outil de libération de l’Homme. Cette libération devait passer par la culture, qu’on s’imaginait présente à longueur de journée de ce petit écran. Vieux fantasme positiviste, les masses auraient enfin accès à la culture.  Marie-Françoise Lévy[2] le confirme :

« La télévision qui s’ancre sous la Quatrième République instaure un modèle de télévision fondé sur la transmission du patrimoine et qui soutient l’idée d’une télévision comme instrument culturel au service de l’unité et de l’égalité entre les hommes. La télévision sous de Gaulle est investie d’une mission d’éducation morale et de guide au service du rassemblement des Français. Elle est aussi pensée comme une représentation de la France. »

De plus il n’y avait pas d’arrière pensée, telle que de façonner l’individu par un programme culturel orienté, simplement la réalisation d’un idéal de progrès par l’instruction et le savoir partagé. De ce point de vue, la télévision était un formidable outil de démocratisation de la connaissance, et le programme unique d’alors était l’un des moyens d’y parvenir.[3]

Il serait facile, d’une façon très schématique, de tout réduire à la télévision publique. La télévision publique, plus encline à diffuser de la culture, et qui serait la seule garante de qualité télévisuelle (mais d’abord peut-on réduire la « qualité » à un seul genre de programmes ?). Opposer télévision publique et télévision privée est très facile et se défend sans difficulté. Or c’est lisser, d’une part et d’autre, un certain nombre d’aspérités, c’est nier des logiques de marché et des réalités économiques. Il y a des chaines privées qui se consacrent à la culture (à l’histoire, à la géographie), comme il y a des radios privées qui se spécialisent dans des registres très segmentants (Radio Classique, Radio Nova, Radio Notre Dame pour ne citer qu’elles). Or elles aussi réfléchissent en terme de marché, même si ce marché est plus restreint que les grandes station commerciales. A l’inverse, la télévision publique française n’a jamais masqué l’envie de donner dans le populaire, et ces programmes dits populaires ont été attaqués par la critique, et ce aussi bien à l’époque de la concurrence télévisuelle (à partir de 1984) qu’auparavant quand il n’y avait que des chaines publiques en France.

Rejetons cette idée reçue, l’opposition privé-public étant un peu stérile.

Que nous apprend l’histoire de ce demi siècle de télévision de masse? La facilité nous ferait dire que l’autonomie d’abord, puis l’ouverture du secteur à la concurrence, auraient conduit les chaînes de télévision française à la baisse graduelle de qualité des contenus, à l’indécence, à donner dans la facilité et à abaisser progressivement le niveau des programmes. Ici, c’est une nostalgie du fameux « âge d’or » perdu de la télévision ainsi que la mémoire de la télévision qui sont à l’oeuvre. Comme si la liberté supplémentaire accordée aux chaines (car c’est bien le sens de cette conquête de l’indépendance de l’audiovisuel, qui passe aussi par la libéralisation et la privatisation) aurait été pervertie par d’autres impératifs que ceux de la culture. Pourtant, des études sur la longue durée ont montré que la concurrence entre les chaînes s’amorce et va croissante à partir de l’éclatement de l’ORTF, et que la recherche de l’audience n’a donc pas attendu l’arrivée des chaines privées, qui n’ont fait que prolonger une logique déjà à l’oeuvre depuis une décennie.[4]
Autre idée reçue, le fait de laisser le choix au public (en multipliant les chaines) devrait immanquablement le conduire à faire de mauvais choix. Logique qui se veut mécanique, et qui est un argument récurent de la critique intellectuelle la plus acerbe, qui montre ainsi qu’elle sait faire preuve d’une grande condescendance à l’égard des téléspectateurs. Cette théorie de la demande a l’avantage de dédouaner tous les professionnels de l’audiovisuel des choix qui les conduisent à produire et diffuser des programmes intellectuellement pauvres et culturellement anémiés.

Un des torts, sans doute, des analyses sur la diminution de la culture à la télévision est la recherche de fautifs. A qui la faute? Qui porte la responsabilité de l’avilissement de la télévision, qui promettait pourtant la culture dans tous les foyers, tel un nouveau robinet en plus de ceux du gaz et de l’électricité, le robinet de la culture? Cette rhétorique de la culpabilité est une constante de la critique intellectuelle à l’égard de l’évolution des programmes de télévision. Même si on peut critiquer l’approche, elle a le mérite de renvoyer la réflexion à la place et au rôle des personnels de la télévision ainsi qu’à leur renouvellement. Ces personnels ont une responsabilité de premier ordre dans ce qui est diffusé, quel que soit le degré d’ingérence de l’Etat à un moment donné – donnée qui n’apporte pas grand chose ici.

Il y a les personnels de direction, dont il faut dire un mot. L’organigramme de la RTF puis de l’ORTF n’est pas le plus limpide qui soit et compte un bon nombre de directeurs différents (des chaines, des personnels, des programmes, par genre de programme ensuite, etc.) Le renouvellement fréquent des postes de direction, en revanche, comporte peut être un élément de réponse. La rotation des personnels de télévision de la RTF et de l’ORTF pourrait être en cause. Beaucoup de ces directeurs ont cherché à marquer leur passage par des orientations ou des déclarations. Certains parmi eux ont été plus enclins à faire du divertissement que de la culture. Claude Contamine, en place de 1964 à 1967, aurait déclaré :

« Il faut passer à l’ère industrielle : la télévision Française, ça a été très bien ; mais l’artisanat, c’est terminé ! (…) Je suis là pour faire du Janique Aimée ou du Guy Lux. »[5]

Dans les faits, cette période est celle de l’âge d’or du feuilleton historique et la télévision connait une immense popularité et procure une grande satisfaction au public. Mais le passage de personnalités comme Claude Contamine pourrait expliquer une érosion de la confiance en la vertu des programmes dits culturels.
A mon sens, c’est bien à l’intérieur de la télévision que le processus trouve son origines. Du côté de la production, donc.

Isabelle-Veyrat Masson, Jacqueline Beaulieu, Evelyne Cohen et Marie-Françoise Lévy ont mis en évidence la particularité de la télévision de la décennie 1950 qui est d’être une télévision de réalisateurs. Ces réalisateurs étaient, outre d’être les pionniers de la télévisions, ses moteurs créatifs et productifs. Leurs témoignages (et ceux de Marcel Bluwal sont sur ce point très riches) révèlent une forte conscience de corps. Elle se remarque au cours de certains épisodes, les grèves de 1962 et de 1968, ou l’opposition avec les réalisateurs de cinéma. C’est parce que les réalisateurs de télévision partagent une vision de leur métier, qu’ils ont des ambitions pour la télévision, qu’ont peut parler de corps professionnel qui va au delà de leur statut partagé. Faire des programmes de qualité, accessibles au public et où la culture n’est jamais absente, est un de leurs objectifs. A titre personnel, j’ai par exemple beaucoup d’estime pour quelqu’un comme Claude Santelli qui a toujours cherché à apporter la culture (livresque notamment) au jeune public.

Cela étant, le problème avec les déclarations postérieures de personnalités comme Marcel Bluwal, c’est qu’elles reconstruisent rétrospectivement cet image d’un age d’or télévisuel que l’on cherche à ne pas cautionner en tant que chercheur. La « télévision des réalisateurs » serait en quelque sorte les temps héroïques de la télévision française, un âge de la création, de la passion et de belles réalisations, également une époque de luttes syndicales, d’oppositions avec la hiérarchie, de recherche d’émancipation. (Des représentations auxquelles j’ai tendance à souscrire moi même, touché par un côté un peu suranné de l’époque des télés dans les cafés, des télé-clubs, des grandes dramatiques populaires). On ne peut pas nier que les professionnels des débuts de la télévision travaillaient avec des petits moyens et étaient profondément animés par l’idéal des missions de service public, il n’empêche que les discours des acteurs de cette époque idéalisent trop souvent la période.

Or à la fin de la décennie 1960, cette télévision des réalisateurs a vécu. La périodisation établie par Isabelle Veyrat-Masson fait émerger les journalistes comme la profession hégémonique de la période 1966-1974. Les producteurs, également, sont au début de leur conquête de la télévision selon l’historienne.
Selon moi, il faut chercher une explication dans ces changements internes. La fin de la télévision des réalisateurs a aussi été la fin d’un consensus quant à la valeur culturelle des programmes. Et c’est l’absence de ce consensus dans les discours de dirigeants (voir Claude Contamine, supra) qui a sans doute contribué à la réduction de l’ambition culturelle d’une télévision de qualité. Tant qu’elle était portée par une catégorie professionnelle aussi forte, aussi resserrée  aussi estimée que les réalisateurs et capable de faire entendre sa voix, la culture pouvait exister de façon partagée. Je ne me contredis pas moi même ici en contribuant à une vision idéalisée des personnels de la télévision publique française des années 1950 et 1960. Comme je le disais, c’est la fin du consensus qui me semble expliquer le contraste dans cette analyse diachronique. Or cette ambition culturelle pourrait aujourd’hui être portée tout autant par des producteurs, des dirigeants, des animateurs de télévision, par des personnels à fort pouvoir décisionnel à l’intérieur des chaînes. Or il semble qu’il n’en est rien, et que les ambitions culturelles se limitent à quelques individus présents ponctuellement dans l’organigramme d’une chaine.

Ce qui rend, d’autre part, le consensus plus difficile aujourd’hui est aussi l’éclatement du PAF et sa fragmentation en plusieurs chaines et différents groupes qui ne favorise pas la cohésion car ne fabrique pas de sentiment de corps.[6]

Encore une fois je semble me contredire en dépeignant un secteur audiovisuel dont les contours ne sont pas propices au succès d’une télévision de qualité, et en montrant que l’organisation d’un audiovisuel public régulé par l’Etat était la seule garantie de qualité. Personne n’irait légitimement réclamer aujourd’hui que tout l’audiovisuel s’aligne sur des exigences culturelle élevées. Mettre de la culture à tous les étages ne parait plus possible. Souhaiter plus de programmes culturels à l’antenne est un voeux pieux, irréaliste à des heures de grande écoute. En revanche, le souhait plus modeste d’une hausse généralisée de la qualité des programme – même de divertissement – parait moins choquant, mais cela serait beaucoup plus difficile à réaliser. Pour plusieurs raisons. Bien que la devise (informelle) de la télévision publique des années 1950 ait vécu, « distraire, informer, instruire » semble au moins avoir figé, dans les repères de chacun et dans les pratiques de production, trois grandes catégories de programmes télévisés dont il semble difficile de sortir. C’est précisément l’articulation de ces genres qui pose problème aux personnels, une difficulté qui est conceptuelle au final. Une citation que j’aime donner aux étudiants est  signée de Jean d’Arcy, figure historique de la télévision française des années 1950 :

« Je crois que ce serait une erreur d’avoir des programmes de distraction pure, des programmes d’information sèche, et des programmes d’instruction trop pédagogiques. Je crois au contraire que le programme bon est celui qui se joue entre ces trois catégories, c’est le programme à la fois de distraction et d’information, d’instruction et de distraction. »[7]

La réflexion est ancienne et n’en a pas encore fini d’alimenter des débats de professionnels, surtout dans l’association instruction-distraction qui semble la plus difficile à accomplir, car on postule encore trop l’opposition catégorique entre ces deux genres. Que l’on prenne le jeu télévisé à questions de culture générale, qui semble théoriquement réussir la synthèse des deux, il y a bien des gradations dans le résultat qui permettent de constater de grands écarts dans le genre, qui tiennent d’abord en des écarts d’ambitions.

La question de la culture à la télévision est-elle finalement bien posée ? Une des possibilités serait de réfléchir plutôt qu’à la « télévision culturelle », à une « télévision de qualité ». Parler de télévision culturelle, c’est proposer une entrée par le contenu, et mettre en avant un genre de programme bien identifié. « Télévision de qualité » est plus large et touche à tous les genres. Et pourtant, là encore, l’emploi de l’expression « télévision de qualité » pose problème car on ne sort pas tout à fait du propos de la critique intellectuelle (voir les articles de Télérama de l’époque). D’autant que la qualité n’est pas un critère quantifiable – même si des indicateurs simples existent, le public ciblé notamment – et cela demeure, selon toute logique, subjectif.

Observer la réduction de la place de la culture dans les programmes de télévision est peut être un mauvais choix. Surtout, doit-on en faire un indicateur de l’évolution d’ensemble de la télévision et de ses programmes ? Ne serait-il pas plus pertinent de reprendre l’observation de l’évolution en s’intéressant, non aux programmes culturels, mais à la télévision de qualité ? Invariablement, cela tournerait notamment autour des missions de service public, ce qui s’agissant du cas français serait tout à fait adapté.


[1] Isabelle Veyrat-Masson, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran. p.48 :

[2] Marie_Françoise Lévy, « Télévision, publics, citoyenneté » in COHEN, LEVY, La télévision des Trente Glorieuses, 2007

[3] La situation d’unique chaine de télévision française jusqu’en 1967 crée des conditions particulière au marché de la télévision. Cette situation a été le support de deux idées contraires, celle du contrôle des masses par un programme unique, uniforme et abêtissant ; et celle de l’épanouissement culturel individuel grâce à un programme orienté vers le culturel par les élites intellectuelles.

[4] Selon Régine Chaniac, rapporté par Valérie Sacriste dans « La publicité à la télévision, instrument de liberté ou de servitude? » ,
Le Temps des médias, 2011/1 n° 16

[5] BLUWAL, Marcel, Un aller, Paris, Stock, 1964, p 241

[6] Selon certains travaux, la libéralisation de l’audiovisuel et la création des chaines privées ne sont pas les premières causes de la course à l’audimat et l’accroissement du divertissement dans les programmes. Ce  phénomène aurait débuté en 1975 avec la fin de l’ORTF et la nouvelle mise en compétition des trois chaines publiques.

Bien plus que les contraintes des cahiers des charges délivrés par le CSA, l’ambition culturelle doit procéder d’une démarche volontariste pour faire consensus. La culture est sans doute trop souvent vue aujourd’hui comme un paramètre contraignant de la production et de la programmation des chaînes, plus que comme un socle ou une composante des émissions à mettre en valeur.

[7] Jean d’Arcy, «Distraire, informer, instruire, un seul et même programme», conseils et comités des programmes de la RTF, réunion du 4 juin 1959


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

3 réflexions sur « Culture et télévision »

  1. Merci pour ce beau billet, au coeur en effet des réflexions actuelles dans la plupart des disciplines qui approchent, de près ou de loin, la télévision. Vous faites bien, surtout, de remettre en perspective le discours catastrophiste sur la libéralisation du marché audiovisuel et la course à l’audimat (donc à l’argent — deux choses en fait très différentes). En matière de télévision, nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements de l’éducation aux média et certains mythes ont hélas la vie dure.

    Sur la question de la qualité, le bilan du colloque du CEISME en septembre 2012 (sur la télévision de qualité justement) était pour le moins en demi-teinte : du côté des universitaires, surtout des sociologues des média, l’heure était à l’aveu d’un manque de compétences analytiques dans le domaine évaluatif et du côté des professionnels, les discours oscillaient entre une nostalgie un peu obtuse (de la part de Jean-Christophe Averty par exemple) et un pragmatisme peu conceptualisant (du côté de Françoise Laborde pour le CSA comme de celui de la représentante de France Télévisions dont le nom m’échappe désormais).

    Ce qui se lit en filigrane, c’est que le problème a deux côtés et que seul l’un d’entre eux est systématiquement exploré. Le premier côté, c’est celui qui concerne proprement la télévision : par quels moyens la télévision peut-elle être culturelle ? Le second, c’est celui qui concerne l’évaluation culturelle : qu’est-ce qui constitue une culture digne d’être transmise par la télévision ? L’examen porte généralement sur la première question, presque jamais sur la seconde, du côté des producteurs (les choses sont différentes chez les analystes).

    Du coup, des productions culturelles classées a priori dans la catégorie des programmes de divertissement (je pense aux fictions didactiques de Sorkin, aux séries d’auteur comme The Wire, à certains quizz, à des reality show comme The Street That Cut Everything sur la BBC) jouissent d’un statut un peu bâtard, parce qu’ils sont bien encadrés par les appreciation index (je pense à Doctor Who sur la BBC depuis les années 60) et par les politiques de patrimonialisation nationales (par exemple en Australie), mais qu’elles ne jouissent pas, dans la conscience culturelle, que les financeurs partagent avec les critiques et les décideurs, d’un prestige suffisant.

    La conséquence inévitable c’est qu’au lieu de se demander s’il n’existe pas déjà des formes culturelles susceptibles d’être valorisées (par exemple mieux financées, incluses dans des partenariats éducatifs — je pense à la thèse d’Orthia sur la science communication et Doctor Who), on cherche perpétuellement à reconstruire une énième variation des programmes des Âges d’Or, en tout cas dans les paysages audiovisuels à forte domination publique.

    1. Merci pour ce commentaire très riche en informations et actualités ! Je suis ravi de lire que le sujet est toujours aussi discuté, et peu étonné de voir les difficultés qui se posent.
      La difficulté à étudier l’évolution sur un demi-siècle tient peut être à ce que nous sommes prisonniers de catégories de programmes dont nous avons héritées des débuts de la télévision. Je suis très intéressé par ces questions de catégories et de genre car il me semble qu’il y a beaucoup à déconstruire et surtout qu’il faudrait que les professionnels dépassent les dénominations et découpages aujourd’hui souvent obsolètes (aussi bien en fiction qu’ailleurs).
      Il faut peut être aussi sélectionner de nouveaux indicateurs comme je le disais, et penser différemment la question de la culture à la télévision.
      Les exemples cités dans le commentaire sont très pertinents et montrent que les chercheurs ne doivent plus hésiter à se saisir de ces sujets pour casser les préjugés et redéfinir les catégories et les genres. Pourquoi ne pas commencer par un genre assez emblématiques mais trop peu étudié car sans doute trop “bâtard” : la vulgarisation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.