Le dialogue entre matériel et immatériel

Consacrant ma thèse à l’étude du patrimoine matériel exclusivement par le cadre de mon sujet – et aussi dans une certaine mesure par le projet scientifique dans lequel mon travail prend place – j’ai eu tendance à évacuer le patrimoine immatériel. Peut être l’ai-je trop vite fait.
J’ai évacué le patrimoine immatériel de mes sources et aussi de mes lectures. Ceci était assez facile, le patrimoine immatériel est un concept plus récent donc un peu moins traité et facile à contourner au fil de la lecture d’un ouvrage. L’inverse aurait été plus délicat à faire, j’aurais ressenti l’impératif de connaitre tout autant le patrimoine matériel car ayant précédé historiquement l’immatériel.

C’est donc avec un certain automatisme mais assuré dans mon choix que j’ai évacué tout ce qui avait trait au patrimoine immatériel. Je commence à reconsidérer un peu cette attitude suite à la lecture d’un compte rendu d’ouvrage en ethnologie[1], discipline qui s’est fait spécialité de l’étude du patrimoine immatériel. J’aurais écarté sciemment l’ouvrage si je l’avais croisé ailleurs, en effet son titre Ethnologues et passeurs de mémoires le situe dans l’étude d’un objet patrimonial qui ne rentre pas dans mon sujet. Et pourtant, la lecture du compte rendu m’indique que l’ouvrage mériterait une lecture exhaustive. On y trouve des interrogations et vraisemblablement des réponses qui sont exactement celles que je recherche dans mes lectures et dans mes sources, à propos des acteurs du processus de patrimonialisation. L’identité de ces acteurs, les moyens de leur action, leur écho. L’ouvrage semble surtout traiter de la question du patrimoine « profane » non porté par des acteurs institutionnels. Ce point est important à mes yeux, il s’agit de s’interroger sur les acteurs de la mise en patrimoine et sur la légitimité qui fonde la compétence à revendiquer le caractère patrimonial pour un objet, une œuvre, un site, etc. Les actions militantes sont évoquées, or il concerne aussi mon sujet tant, dans mes sources, j’observe des personnes de la société civile (hors de l’Etat, de l’administration, des institutions culturelles et du politique, journalistes compris ou non) s’emparer du patrimoine et donc se déclarer compétents à « créer du patrimoine ». Dans les situations que j’observe, ceux ci utilisent le mot « patrimoine » pour en faire un outil de leur action de protection ou de reconnaissance des éléments de leur culture. La question de la transmission semble également présente dans Ethnologues et passeurs de mémoire. L’aiteur a aussi le mérite de réfléchir aux médiateurs, ce que j’ai déjà signalé comme étant assez rare dans ma bibliographie, mais peut être est-ce finalement une spécificité de la biblio du patrimoine matériel et ne se retrouve pas pour l’immatériel.

A partir du moment où j’envisage de lire un ouvrage intégralement consacré au patrimoine immatériel, une question se pose : ce que je vais y trouver sera-t-il transférable au patrimoine matériel ? Se pose en effet une autre question : le patrimoine matériel et le patrimoine immatériel, est-ce la même chose ? Peut on réduire les deux au même périmètre, au même champ, est-ce vraiment la même notion en fin de compte ?
Moi qui ai réfléchi souvent à la matérialité du patrimoine, je suis un peu démuni face au patrimoine immatériel si j’ai, de but en blanc, à en donner une définition, des contours, et même citer des objets. Il est clair que ce serait une erreur méthodologique de prendre en bloc tout ce qui concerne le patrimoine immatériel pour l’appliquer au matériel. Ce que je dois me demander, c’est dans quelles proportions il est possible de le faire. Sur ce point, je suis ouvert à vos commentaires.

Il est légitime que j’aie cherché, mon temps n’étant pas extensible, à ne pas éparpiller mes lectures dans des domaines extérieurs à mon sujet. Ce n’est pas une attitude absolue, et ce serait bien bête d’ailleurs, je peux citer des ouvrages sans lien avec mon sujet que j’ai lus parce que ce sont des classiques de ma discipline ou bien qu’ils offrent matière à réflexion. A la différence que le patrimoine immatériel a toujours été au delà de la limite de mon sujet, et que par souci de cohérence je l’ai délibérément négligé.
Maintenant que je vois un ouvrage qui pourrait enrichir mon étude, bien que ne traitant pas de patrimoine matériel, je me demande à quel point étais-je dans l’erreur ? Ne suis-je pas passé à côté du dialogue entre patrimoine matériel et immatériel, dans ce qu’ils sont – au delà d’objets dotés ou non d’une matérialité ou d’une existence physique – avant tout des objets patrimoniaux ?
Retour à la question secondaire : les deux sont-ils exactement la même chose ? S’agit-il du même patrimoine ? S’en suit une cascade de questions classiques : qu’est ce que le patrimoine ? Que recouvre-t-il ? A qui renvoie-t-il ? Etc…
J’ai déjà établi dans mes recherches qu’il n’y avait pas de patrimoine uniforme et qu’il fallait parler au pluriel. A l’heure actuelle je conclurais donc que patrimoine matériel et immatériel ne sont pas identiques. Les objets sont très différents (la cuisine, l’artisanat, la langue, les légendes, contre les bâtiments, les jardins, la statuaire, des tableaux, des objets de la vie quotidienne – de la cathédrale à la petite cuillère) ; pourtant les volontés sont les mêmes – je n’en dirais pas autant pour les moyens d’enregistrement et de conservation. Et c’est finalement ce qui m’intéresse : acteurs, médiation, diffusion, réception par le public. Aussi, ma réticence première apparaît maintenant en partie battue en brèche. La lecture future de Ethnologues et passeurs de mémoire sera une mise à l’épreuve de la proximité des patrimoines matériel et immatériel, de la possibilité de transférer des réflexions de l’un à l’autre, et aussi de mes anciennes certitudes.


[1] BORTOLOTTO Chiara, « Nouveaux acteurs du patrimoine, nouvelles postures anthropologiques », Civilisations, 61-1, 2012. http://civilisations.revues.org/3118. A consulter pour sa bibliographie.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.