Sans commentaire

Si je m’ennuie devant les archives muettes (voir billet précédent), j’aime cependant beaucoup les sujets et reportages sans paroles. Ou plutôt sans commentaire.
Les sujets ou reportages (JT, magazines) comprennent ordinairement un commentaire en off d’un journaliste. Il s’agit bien d’un commentaire puisque le journaliste commente les images qui se déroulent.

Plus rarement, j’ai visionné des sujets sans commentaire aucun. Sans rien d’autre que la bande son accompagnant les séquences filmées, les paroles des personnes interrogées, parfois une musique de fond. Il est d’ailleurs notable que l’illustration sonore n’est pas systématique. Je préfère d’autant plus ces sujets sans commentaire qu’ils n’ont pas non plus de musique de fond.

Ces sujets me semblent à plusieurs égard plus audacieux, plus riches que leurs équivalents commentés. Les commentaires des journalistes, dans les vidéos de mon corpus, comportent une large part de récit : récit descriptif, récit historique aussi très souvent. Le commentaire s’appuie sur les images filmées pour organiser son propos. Plus souvent encore, les images sont décrites par le commentaire, c’est à dire que ce qui est déjà visible est supposément rendu compréhensible par le commentaire. C’est en quelque sorte inscrit dans le “contrat” entre le spectateur et le journaliste.
On remarque cependant souvent, et de plus en plus à mesure que l’on visionne des reportages chronologiquement proches de nous, que le commentaire remplace complètement les images et pourrait se suffire à lui même. Bien des séquences filmées ne servent en fait qu’à illustrer le commentaire et sont donc redondantes avec le propos parlé.

Un sujet sans commentaire ne produit, à première vue, aucun discours. Et pourtant il le fait, seulement il le fait sans la parole du journaliste. Le discours redevient porté par l’image seule.

Etonnant renversement de situation de l’usage de l’image, surtout quand on le confronte aux opinions que certains intellectuels ont formulé à propos de la télévision au cours du second vingtième siècle. L’image animée effrayait : ses effets incertains sur l’opinion et sur les masses, le pouvoir de conviction qu’on lui prêtait, ainsi que les désormais habituelles critiques à l’égard de l’image (la télévision n’étant que l’avatar le plus moderne de l’image, sous une forme animée), ont durablement construit un mythe de la puissance de la télévision.

Ce qui surprend dès lors dans ces reportages où le commentaire se suffit à lui seul, c’est de voir que le journaliste renonce pratiquement à employer les capacités démonstratives de l’image dans le traitement de son sujet, en donnant aux séquences filmées un rôle purement illustratif. Même s’il faut que je nuance, tout de même : quand je dis que le commentaire se suffit à lui seul, je veux dire que le contenu informatif réside avant tout dans le commentaire (comme la plupart du temps), au point que l’image n’apporte qu’un surplus d’information facultatif pour la compréhension du sujet. Pour caricaturer, on est face à une brève illustrée, à de la radio à la télévision.

Dans un reportage sans commentaire, c’est exactement le contraire : l’auteur du reportage s’en remet entièrement aux images pour “raconter” son sujet. Toutefois, jusqu’à présent je n’ai vu aucun sujet totalement muet. Avec les sons naturels pour seule bande son, celle-ci est également signifiante et soigneusement choisie pour accompagner les images [1]. Les reportages sans commentaire s’en remettent tous au moins à la parole d’interlocuteurs interrogés pour l’occasion, face caméra ou en “off” des images.
Il est alors évident que la sélection des images filmées revêt un intérêt beaucoup plus important dans ces reportages “muets”. Il s’agit de sélectionner les séquences les plus significatives pour se passer de tout commentaire. Les images doivent être “parlantes” (la formulation est amusante ici) et ne pas seulement illustrer, venir en appui du discours. Les images doivent construire un discours. La question n’est plus de savoir si des images muettes peuvent le faire, mais bien comment elles peuvent le faire. Car le risque d’un reportage sans commentaire, c’est de ne pas produire l’effet recherché, c’est de tomber à plat et de ne rien raconter. Etonnamment, j’ai le sentiment que ces reportages muets cherchent au delà de raconter, davantage à persuader. Ce sont plus souvent des reportages engagés (toutes proportions gardées, et fonction de chaque sujet). Et pourtant, beaucoup reste laissé à l’interprétation du spectateur. Les niveaux de lectures d’un tel reportage sont ainsi multiples et permettent au reportage d’avoir une réception différenciée selon que le spectateur a interprété le sens du discours des images, ou non.
Or, bien souvent, c’est à la poésie que s’en remettent les auteur de tels reportages. Les plans, les sons, cherchent à provoquer des émotions. Dans le cas de mes sources et de mon sujet de recherche, de tels reportages cherchent à susciter la nostalgie chez les contemporains. C’est donc aux images de jouer ce rôle, non au texte parlé.

[1] On constate aussi l’emploi d’un accompagnement musical, beaucoup plus signifiant que les ambiances sonores capturées sur le lieu du reportage. La question de l’illustration musicale requerrait cependant une étude plus large que le cadre de ce billet.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search