Lettre à mes camarades récemment élu•e•s

Cher•e•s camarades,

Ca y est. Vous voilà élu•e•s.
Après l’avoir souhaité, peut-être même rêvé, certainement après avoir angoissé à la perspective de ne pas l’être. L’aspiration de la majorité des thésard•es va désormais être votre quotidien dès septembre prochain. Quel soulagement cela doit être, quelle satisfaction également. Ils•elles ont de la chance, vos futur•e•s collègues, vos futur•e•s étudiant•e•s.

Pour ma part, je rédige ces quelques lignes pas seulement pour vous féliciter mais aussi pour vous adresser ce message.

N’oubliez pas de prendre soin de vous. Vous avez pu voir au cours des années passées les exigences du métier qui est désormais le vôtre, la pression qu’il comporte, les frustrations qu’il génère, les angoisses qu’il peut faire naître. Gardez vos priorités intactes, ne cédez rien aux injonctions qui vont peser sur vous. Et ainsi vous pourrez pleinement aimer ce métier qui vous a fait rêver sans qu’il vous dévore.

N’oubliez pas d’où vous venez. Rappelez-vous que vous avez été doctorant•e•s puis docteur•e sans poste. Souvenez-vous de ces interrogations et de ces doutes quand votre avenir était encore incertain. Gardez en vous un peu de votre candeur et de votre idéalisme au moment de prendre vos fonctions. Ne laissez pas les titres qui vont accompagner vos nouvelles responsabilités (directeur•trice de telle structure, membre de tel comité…) vous éloigner de l’image que vous vous faisiez d’un•e maître•sse de conférence idéal•e. Soyez celui•celle que vous auriez aimé avoir pendant vos études.

N’oubliez pas nos combats. Vous avez lutté, vous avez manifesté, vous avez soutenu, ou simplement râlé (je le sais, j’étais là, un verre entre nous). Ne laissez pas le confort de votre situation de demain éteindre l’ardeur de vos envies d’hier. Ne laissez pas les contraintes du quotidien endormir la fureur de vos colères légitimes. Battez vous (chaque jour si possible) pour qu’advienne l’université et la société que vous avez souhaitées. Et quand il le faudra, stoppez tout, pour souffler, pour nous rassembler, pour mieux lutter.

Devant vos aînés, parlez, proposez, refusez, discutez, nuancez, mais ne vous taisez pas. N’oubliez pas ce que vous avez pensé (et dit, j’étais présent, encore une fois) des mandarins, et n’oubliez pas votre vœu de ne jamais en devenir un. Gardez à cœur les missions de service public de l’université et le rôle social du chercheur, et ne les sacrifiez pas pour vos ambitions personnelles.

Et puis ne nous oubliez pas nous, qui ne sommes pas encore à votre place. N’oubliez pas notre numéro de téléphone, pensez à nous pour vos projets de recherches et vos événements scientifiques, et payez nous des verres à l’occasion.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

2 réflexions sur « Lettre à mes camarades récemment élu•e•s »

  1. Pitié ! Il faut arrêter cette mode ridicule de l’écriture « inclusive », cela en devient illisible…

  2. Bonjour,
    Je suis navré de poster ce commentaire dans la mauvaise catégorie mais je n’ai pas trouvé comment commenter « les outils de la thèse ». Je me permets de vous suggérer une autre solution pour la sauvegarde des données : Hubic. C’est un service d’OVH qui propose plus d’espace (25go) et permet en plus de faire de simple sauvegarde (en plus de la synchronisation). De plus pour un montant assez bas on peut avoir un espace plus que confortable. Le seul défaut est qu’il ne permet pas de travailler en commun sur des dossiers.
    Bref c’est une simple suggestion pour enrichir votre article déjà très riche.
    Merci pour ce travail,
    Bastien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.