Images, sons et paroles

Dans une communication faite il y a quelques mois (publiée depuis) je me suis intéressé aux usages du son à la télévision. Des deux dimensions audiovisuelles de la télévision, la bibliographie est concentrée principalement, on le comprend aisément, sur l’image. Un récent colloque sur les bruits et les sons avait été pour moi l’occasion de réfléchir à la place du son à la télévision. Assez naturellement, ma communication portait sur l’utilité des sons et bruits (compositions, jingles) des génériques d’émissions dans l’identification des programmes et la ritualisation des grilles de programmes.
Il faut croire que l’idée ne m’a pas quittée depuis. Même si cet aspect des émissions de mon corpus n’est pas utile au regard de mon sujet, j’essaie de prêter un peu d’attention à leur fond sonore (illustration sonore principalement, les compositions qui accompagnent les séquences filmées). J’en parlerai dans ma thèse, c’est certain. La nature des compositions et les sonorités des instruments sont à mettre en regard avec le thème du sujet pour comprendre notamment l’état d’esprit dans lequel les producteurs du programme ont souhaité mettre le téléspectateur.

Plus largement, j’ai été amené à m’interroger sur la place du son dans les archives télévisuelles de mon corpus.

Ignorez-vous que les premiers reportages de la télévision française étaient muets ? Utilisant les techniques du cinéma pour tourner les reportages, les journalistes de la télévision n’avaient que leur propre matériel (des caméras 16mm) et les reportages se faisaient sans prise de son. Ces reportages muets étaient diffusés et commentés en direct par un journaliste depuis les studios parisiens.
Nous avons conservé les bobines de ces premiers reportages mais pas les commentaires sonores les accompagnant (pas d’enregistrement en direct).

Parmi les archives de la télévision que j’ai consultées, certaines étaient donc muettes. Or je dois avouer que ces archives muettes sont terriblement ennuyeuses. Qu’on prenne le premier reportage du premier JT en 1949 : un vol en ballon au dessus de Paris et sa région, qui se termine par un atterrissage sportif et un incendie causé du fait que le ballon a arraché une ligne à haute tension. Les images sont originales et le final est même un peu spectaculaire. Malgré le silence, le reportage reste intéressant (et même passionnant quand on se dit qu’il s’agit d’un morceau de la mémoire télévisuelle). On comprend l’action et l’absence de son gêne finalement très peu. En revanche quand j’ai à faire à un reportage sur le château de Versailles en muet, ou sur de vieilles maisons filmées de la toiture à la porte d’entrée, ou encore sur un quartier ancien avec ses cours et ses détails d’architecture sur les façades, je m’ennuie.

Il manque quelque chose quand on est face à un document muet.  Quand on visionne une archive muette d’une émission sur le patrimoine, les images perdent de leur sens. Il ne reste plus que les vieilles pierres. Ce constat m’a conduit à en déduire que dans les programmes de mon corpus, l’essentiel du message n’est pas dans les images. Cela me fait logiquement questionner le statut des images des séquences filmées : ne se rapprochent-elles pas de l’image illustrative la plupart du temps ? Les reportages que je visionne portent sur des églises menacées de destruction, des chantiers de réfection de châteaux, des sites pollués, etc. Or ces sujets s’accompagnent toujours d’un discours très présent, qui circonstancie énormément les faits rapportés : situation géographique, présentation de l’intérêt des monuments patrimoniaux et des sites naturels, détail des chantiers en cours, descriptions des dégâts occasionnés aux sites, exposition des projets d’aménagements et de leurs risques, etc.

Le plus important dans ces programmes est finalement le commentaire, les images venant la plupart du temps en appui. Il ne s’agit pas de nier l’utilité de ces images, en particulier s’agissant de renforcer la pertinence du propos. Quoi de mieux, pour convaincre des nuisances d’une usine, que de montrer à l’écran l’écume blanchâtre qui se forme en surface de cours d’eaux, en aval de l’usine, ainsi que des poissons morts ?[1] La force des arguments (qui pourrait bien être favorable à la pollution ?) est accentuée par une judicieuse sélection de plans.
Il est d’ailleurs intéressant que, dans mes notes prises pendant les visionnages d’archives, je commence par noter une citation d’un intervenant, puis je rajoute « sur plan de… / Sur une séquence de… / avec en fond une musique… ». Le texte vient d’abord, les images ensuite.
Comme me l’a dit mon directeur de recherches, la télévision, c’est beaucoup de discours en images.

De là j’en suis venu à considérer lequel des deux, du discours ou de l’image, était le plus pertinent pour construire la notion de patrimoine – à la télévision et en dehors. J’en arrive à affirmer (pour le moment) que c’est le discours qui fonde la qualité patrimoniale. C’est le discours qui met en valeur les monuments et les édifices, qui fait ressortir les qualités historiques et artistiques. Un discours souvent marqué d’une certaine qualité poétique dans les descriptions, les comparaisons et les références – littéraires la plupart du temps. Les images deviennent support du discours, illustration de l’argumentaire.

Rarement les images peuvent se suffire à elles seules ; je dirais même, pour rebondir sur le dernier billet, que le noir et blanc n’aide pas.

Avec les images muettes, sans commentaire, chaque ville devient substituable à une autre, chaque quartier ancien devient similaire à un autre. Le commentaire s’attache alors à révéler l’identité, donc le caractère précieux de chacun.

Pour en revenir à ces archives muettes, sans doute que ce qui les rend ennuyeuses est que la télévision ne nous a pas habitué au silence. Le silence, à la télévision, est rare. Comme je le disais dans la communication mentionnée précédemment, il fut un temps où la télévision était silencieuse, c’était le temps d’avant les programmes diffusés 24h/24h. Jusqu’au début des années soixante, deux fois par jour, la télévision se taisait : après le journal de 13 heures et après le journal de 23h. A partir du moment de l’ouverture des programmes, le silence n’existe presque plus.

J’ai déjà visionné de courtes séquences volontairement muettes dans des programmes, sans même musique d’accompagnement. Or la musique de fond rend un programme plaisant, agréable – sans pour autant devoir être amateur de sonorités « ancien régime ».[2] [3] Ces quelques séquences muettes montraient des monuments ou immeubles en ruines. Le silence était destiné à renforcer la détresse de cette vision, à accroitre le sentiment d’indignation du spectateur. Mais ces séquences muettes et sans musique ne se suffisent jamais à elles mêmes. Seules des images particulièrement fortes pourraient se satisfaire du silence et espérer accomplir leur effet sur le public. Même sur un sujet très sensible pour beaucoup de Français – une séquence dans un pavillon des Halles de Paris à demi détruit, avec le début du chantier en arrière plan – s’accompagne d’une musique mélancolique pour espérer toucher le cœur des spectateurs. Il faut véritablement un commentaire pour que la mise en scène du silence volontaire ne fonctionne.

Prenons l’exemple des deux premières minutes de la séquence suivante : (FR3 Picardie, 31 octobre 1975)

Commentaire :
« Ici, c’est Saint Leu, le vieux quartier d’Amiens. Un vieux quartier choquant. Pourquoi ? Parce que, regardez vous mêmes [désigne de la main, puis travelling arrière de la caméra qui se porte sur l’arrière plan] il se meurt, on a l’impression que tout est laissé à l’abandon. Et c’est dommage. Dommage parce qu’on répète à longueur de journée qu’il faut préserver les centres villes et les vestiges du passé. Or on a l’impression que dans dix ans ou dans vingt ans il ne restera plus ici qu’un trou béant, ou bien, ce qui serait peut être pire, il aura des immeubles en béton. Donc ce sujet a pour intention de voir ce qui se fait pour Saint Leu. Mais plutôt que des paroles, je préfère vous laisser regarder pendant quelques instants des images de ce quartier, elles seront sans doute plus explosives que n’importe quelle déclaration. »

Images :
Des maisons abandonnées, en partie en ruine, aux charpentes nues ou brulées.

Son :
Un violon mélancolique.

Qu’on ne se laisse pas abuser : la force des images que loue la journaliste doit être relativisée. La séquence est en réalité biaisée par le propos introductif. Les images ne parlent pas toutes seules, c’est bien la journaliste qui met en place le dispositif. En introduisant la séquence, elle a orienté les images. Elle a indiqué aux spectateurs ce qu’ils devaient en penser, les émotions qu’ils devaient ressentir, elle leur dicte pratiquement leur avis. Avec le discours et la musique, le sujet met les spectateurs en condition de s’indigner.
Le dispositif aurait été plus pertinent si la séquence avait précédé le propos de la journaliste. Les effets sur les spectateurs, en revanche, seraient incertains. En effet, ces images sont pourtant loin de mettre en valeur la qualité architecturale du quartier, puisqu’elles ne font que le montrer dans un état de délabrement avancé, le présente comme un îlot insalubre. Ces images plaident davantage pour une rénovation complète du quartier, et prêtent presque plus à s’indigner des conditions de vie des habitants. Comparativement, j’ai visionné des séquences infiniment plus convaincantes que celle-ci [4]. Elle n’en reste pas moins infiniment éclairante sur le rôle des mots dans la force de conviction d’un tel reportage.
Quand il s’agit de patrimoine à la télévision, le discours reposerait en fait bien plus sur les mots que sur les images. Ce qui est paradoxal quand on sait que l’un des arguments principaux invoqués par les défenseurs du patrimoine est la beauté des monuments et des sites. Or comme je l’ai dit, les images ont aussi une force et sont indispensables à la réception du message. Les images ont leur force, que le propos qui les accompagne rend visible, compréhensible. Il y a eu une émission radiophonique – donc sans images – sur le patrimoine menacé (Chefs d’œuvres en péril a commencé à la radio sur France Inter avant d’être une émission de télévision) mais elle reposait davantage sur la polémique, qui pouvait se passer d’images.

Si je résume tout cela : sans commentaire les accompagnant, les images nous en « disent » très peu, sont peu convaincantes. A l’inverse sans les images, le propos perdrait en force de conviction. Il ne faut pas chercher à séparer les deux, donc, mais comprendre le poids respectifs des deux dimensions de la télévision, l’audio et le visuel.

 

[1] La France défigurée « La pollution des lacs » 21/05/1972

[2] Faute de connaissances musicales et souffrant donc d’un sérieux manque de vocabulaire spécifique sur la musique, je suis incapable de qualifier les sonorités que j’entends, les genres musicaux (de chambre, d’opérette) ni même de reconnaître les instruments hormis le clavecin et la trompette, facilement reconnaissables.

[3] Quelque soit le programme, on retrouve souvent les mêmes registres musicaux quand dans les émissions patrimoniales. Clavecin et trompettes quand il y a un château à l’écran, souvent de la musique ou des chants religieux lors d’une séquence sur une église.
La France défigurée se montre plus contemporaine dans ses choix musicaux avec des sonorités pop, folk et rock qui tranchent avec le reste.
Enfin, je dois signaler la présence d’un morceau de Pink Floyd en fond sonore d’une séquence champêtre, le titre Grantchester Meadows figurant notamment des sons d’oiseaux est connu pour s’inscrire dans la période des compositions « champêtre » du groupe britannique.

[4] Le vieux Lyon, filmé par Pierre de Lagarde dans Chefs d’oeuvre en péril pour ne citer que cet exemple.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search