François Mitterrand au Panthéon: quelle place pour le patrimoine dans la communication politique?

En 1981, la cérémonie d’investiture du président François Mitterrand prévoit plusieurs étapes dans la capitale. Après le palais de l’Élysée et l’Hôtel de ville de Paris, une cérémonie d’hommage doit avoir lieu au Panthéon. Cette dernière est intégralement retransmise. Le nouveau chef de l’Etat entend marquer sa prise de fonction par un acte symbolique et souhaite que toute la nation puisse le voir, et pas uniquement les Parisiens.

Méticuleusement préparée et exécutée, la visite de Mitterrand au Panthéon écrit une « historiographie visuelle » selon la formule de Daniel Dayan et Elihu Katz[1]. Elle a été mise en scène par l’acteur et beau-frère du nouveau président, Roger Hanin, et réalisée par Serge Moati. La séquence est devenue un moment marquant de la Ve République et de la télévision, au point de faire partie de sa mémoire. Les acteurs de son organisation se sont d’ailleurs depuis exprimés sur l’événement, confirmant son caractère particulier.

Mais où était le patrimoine lors de cette séquence télévisée? La réponse semble évidemment positive étant donné le lieu où elle prend place. Pourtant son examen révèle quelques ambiguités qui valent que la question soit posée. Le patrimoine était-il même présent en fin de compte?

Rediffusion de la séquence dans le journal télévisé.

La scène est connue. François Mitterrand gravit la montagne Saint-Geneviève en compagnie d’un cortège de membres du PS. Les trottoirs de la rue Soufflot sont emplis d’une foule immense venue saluer le nouveau président socialiste. Arrivé devant l’édifice dédié aux grands hommes de la nation française, celui-ci délaisse le cortège et y pénètre, seul. Il dépose alors une rose rouge sur les tombes de Jean Moulin, Jean Jaurès et Victor Schoelcher, se recueille, puis retourne à l’extérieur où l’attend un orchestre.

La mémoire collective comme les livres d’histoires ont retenu cette séquence de l’investiture, et l’association entre François Mitterrand et le Panthéon est immédiate dès lors qu’on évoque la cérémonie de 1981. L’édifice est classé Monument Historique depuis 1920, il est un site culturel majeur de la capitale et sa fonction en fait l’un des lieux de mémoire les plus importants de la République. Impossible donc de lui nier la qualité de patrimoine.

Ce jour-là, le président de la République a-t-il réellement mis en scène le patrimoine? Quand on s’intéresse à son traitement dans cette séquence télévisée, la conclusion est moins évidente qu’il n’y parait.

Lors de la retransmission en direct, le monument est très brièvement décrit. Les commentateurs ont vraisemblablement quelques fiches sur l’édifice – comme il est d’usage dans pareil exercice – mais expédient la présentation au bout de quelques généralités (historique, fonction, architecture). L’entrée du nouveau président est l’occasion d’un long plan panoramique qui met très bien en valeur la nef de l’ancienne église Sainte-Geneviève. Son volume immense et les proportions démesurées de ses colonnes écrasent le nouveau chef de l’Etat. Hormis ce plan, le reste de la séquence se déroule dans la crypte.

La seule scène se déroulant dans la nef du Panthéon (images h.g., h.d., b.g.). François Mitterrand est ensuite uniquement dans la crypte (image b.d.).

Toute dimension patrimoniale est évacuée du commentaire. Dans cette séquence, le Panthéon apparaît uniquement comme le lieu de sépulture des grands hommes et grandes femmes de la nation. Certes c’est ce qui contribue à son importance, mais sa valeur ne s’y réduit pas. A aucun moment de cette séquence le téléspectateur n’en apprend sur l’édifice et les raisons qui fondent son statut de monument protégé. Si on se réfère à une définition du patrimoine comme d’un héritage qu’il convient de préserver, alors les seuls éléments qui y répondent sont les trois tombes que vient fleurir François Mitterrand. Le Panthéon n’est ici qu’un décor. Pour la télévision, ce jour de mai 1981, seul compte le geste du nouveau président dans la crypte. En définitive, le réalisateur se concentre sur le protagoniste sans réellement mettre en valeur l’édifice. Au contraire, dans la scénographie préparée, c’est l’édifice qui met en valeur le nouveau président.

Dans ma thèse de doctorat, j’avais décidé de ne pas prendre en compte les émissions où le patrimoine n’est qu’un décor. Pour les raisons que je viens de présenter, je n’ai pas retenu cette séquence dans mon corpus car il n’y est question de patrimoine ni dans le texte, ni dans le propos.

Cette journée relève de la télévision cérémonielle qu’ont théorisée Daniel Dayan et Elihu Katz, comme un moment de « couronnement ». Cette cérémonie est une de ces « fictions médiatrices » dont ils nous disent qu’elles « permettent aux individus de se représenter la totalité d’une société[2] ». Il s’agit d’une cérémonie entièrement conçue pour la télévision et pensée pour les téléspectateurs. La foule qui s’est pressée devant le Panthéon ne peut d’ailleurs pas voir les gestes que le nouveau Président est en train d’accomplir. L’exercice relève donc aussi de la communication.

En 1981, François Mitterrand a donc inauguré une tradition que ses successeurs reprendront: utiliser les sites patrimoniaux comme toiles de fond pour des gestes et des paroles politiques. Du Panthéon à la pyramide du Louvre, ces lieux ont été choisis pour leur symbolique, que l’acteur de la cérémonie (l’homme politique) essaye de capter pour l’associer à sa parole. De 1981 à 2017, la télévision a conservé sa place centrale dans le dispositif puisque la mise en scène est faite d’abord pour les téléspectateurs, non pour la foule présente sur place. L’image que l’équipe d’Emmanuel Macron a voulu construire ne se reçoit que par l’intermédiaire de la caméra donc du petit écran. Là aussi, la pyramide n’est qu’un décor, une évocation du patrimoine. La cérémonie politique qui entend capter le prestige d’un monument est en définitive un acte de consommation du patrimoine, pas un acte d’hommage.

________________

[1] Daniel Dayan et Elihu Katz, La télévision cérémonielle : anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 221.

[2] D. Dayan et E. Katz, La télévision cérémonielle…, op. cit. p. XVIII.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.