Quelques mots sur les Journées Européennes du Patrimoine 2015

Pour l’édition 2015 des Journées Européennes du Patrimoine, le ministère de la Culture a choisi pour thème « Le patrimoine du XXIème siècle, une histoire d’avenir ». Ce choix résolument original tranche singulièrement avec le thème de l’édition 2014 – « patrimoine culturel, patrimoine naturel » – qui recouvrait potentiellement l’ensemble du patrimoine. Le thème de cette année est beaucoup plus sélectif  puisqu’après des grands domaines, il s’agit de traiter d’une période, en outre très courte.

Le thème de cette année a de quoi enthousiasmer mais j’estime que la préparation de l’édition 2015 doit s’accompagner d’un travail encore plus important que les années précédente. Il faut réfléchir un instant au sens de ce thème et à ce qu’il recouvre.

La facilité serait grande en effet de lire dans « patrimoine du XXIe siècle » une invitation à englober l’ensemble de la création des 14 dernières années. Or le patrimoine ne se confond pas avec la création, c’est là une des frontières issues les intenses réflexions sur la notion au siècle dernier. L’inflation patrimoniale qui caractérise les dernières décennies du XXe siècle ont brouillé l’image du patrimoine, le rendant moins clair en même temps qu’il devenait plus accueillant pour des œuvres de plus en plus variées et de plus en plus récentes, néanmoins cette distinction reste opératoire.

Ce serait je crois une erreur d’appeler déjà « patrimoine » toute création de ce début du XXIe siècle.
Le patrimoine n’est pas un donné mais une construction. Plus encore, le patrimoine est sélection. En dépit de son inflation, le processus de patrimonialisation demeure sélectif et ne tend pas encore à recouvrir l’ensemble des objets produits. Marie-Anne Sire décrit le patrimoine comme le résultat de choix mémoriels.

Le thème des JEP 2015 est donc une invitation lancée à tous les acteurs engagés dans cette opération à réfléchir au patrimoine et au devenir de la création. La démarche qui me semble la plus franche vis-à-vis de ce thème n’est pas, comme je l’ai dit, de déclarer que tout est patrimoine au motif qu’il s’agit de créations importantes. L’architecture peut donner cette impression quand elle est massive et associée à des lieux à fonctions prestigieuses. Cependant, il serait prématuré de qualifier déjà de patrimoine la fondation Louis Vuitton, le bâtiment de la défense à Balard, la philharmonie de Paris ou le futur palais de justice de Paris. Un minimum de recul est nécessaire pour juger du caractère patrimonial de constructions aussi récentes. Pour cela, nous devons nous demander si ces créations pourraient un jour être considérées comme du patrimoine. Leurs fonctions et leurs usages, leurs qualités artistiques et esthétiques, sont des points qui peuvent déjà peser dans la balance. En revanche, il manque encore le facteur temps : ces bâtiments ont besoin de vivre d’abord, il nous faut attendre de voir s’ils feront polémique, s’ils prouveront leur utilité, s’ils trouveront leur public, s’ils entreront dans l’histoire d’une manière ou d’une autre.

La durabilité me semble être un aspect porteur pour appréhender le patrimoine du XXIe siècle. La valeur d’ancienneté est une composante importante du patrimoine, elle était déterminante dans les décisions de classement jusqu’au XXe siècle, et le public y demeure encore sensible aujourd’hui (la popularité des églises et des châteaux l’illustre bien). Je crois qu’il faut s’interroger sur le patrimoine du XXIe siècle en se demandant, non pas ce qui est déjà patrimoine aujourd’hui, mais ce qui sera patrimoine dans l’avenir. Une manière de trouver ce patrimoine serait notamment de se demander ce qui, dans les créations des 14 dernières années, est appelé à durer dans le temps. Les ouvrages d’art sont construits pour durer, et on peut penser par exemple que le viaduc de Milliau sera considéré patrimoine du XXIe siècle. En revanche, on ne peut prévoir ce qui tombera en désuétude dans les œuvres importantes de ces dernières années.

Les acteurs du patrimoine ne doivent donc pas céder à la tentation de déclarer « patrimoine » tous les monuments, tous les ouvrages d’art, tout l’art urbain, toutes les créations des 14 dernières années. Comme je le disais, ce thème est une invitation à la réflexion, et certains cas méritent discussion. Peut-on par exemple considérer patrimoine du XXIe siècle un édifice antérieur restauré au goût d’aujourd’hui et qui a trouvé une nouvelle affectation ? Il n’a pas été créé au XXIe siècle, tout au plus il a y été recréé, réinventé. Toutefois est-il toujours une œuvre du passé si l’architecture a été repensée, le bâtiment agrandi, etc… De tels cas interpelleront nécessairement les acteurs du patrimoine, et leur décision révèlera bien, encore une fois, les choix que j’évoquais.

Certaines communes risquent donc d’avoir des difficultés à présenter un patrimoine du XXIe siècle. Elles ne doivent pas pour autant chercher à proposer à tout prix des parcours et des œuvres en cédant à la facilité dont je parlais.
En revanche, on peut souhaiter qu’interpellés par cette thématique, les acteurs de la culture réfléchissent aux domaines recouverts par le patrimoine et se tournent vers des œuvres d’un genre différent.

Les acteurs investis dans la préparation de ces JEP 2015 doivent à l’esprit que le patrimoine est toujours le résultat d’un choix. Ils doivent aussi avoir une attitude modeste et ne pas chercher à imposer ces patrimoines du XXIe siècle, mais à faire des propositions, à les présenter au public et à recueillir leurs réactions. Le patrimoine est aussi co-construit avec le public (même si on considère souvent que son rôle s’arrête à la validation des choix de l’administration par la visite). Le troisième week-end de septembre 2015 ne doit pas être un moment d’enregistrement du patrimoine récent, le but n’est pas nécessairement de préparer le classement de ces œuvres. Elles doivent plutôt être un moment de réflexion sur la valeur et le devenir des œuvres récentes. Et pourquoi pas d’ouvrir encore plus le processus de patrimonialisation à la participation du public et d’être à l’écoute de ses avis.

_____________________________

Références bibliographiques
Sire, Marie-Anne, La France du patrimoine : les choix de la mémoire, Paris, Gallimard Monum, Éditions du patrimoine, 2005.

Le site de la DRAC de Rhône-Alpes propose des pistes intéressantes qui vont bien au delà du communiqué de presse du ministère.

Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ?

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Je fais régulièrement le constat que nous ne sommes pas nombreux dans la communauté historienne à travailler sur les médias. Je le vois particulièrement sur internet où, entre twitter et le blogging scientifique, les historiens des médias sont rares, surtout … Lire la suite

Les journées du patrimoine (3)

Galerie

Cette galerie contient 5 photos.

Quel type d’information proposent les journaux télévisés au moment des journées du patrimoine ? Dans les billets précédents, j’ai présenté la couverture globale des journées du patrimoine depuis leur création, et l’ai caractérisé comme une croissance importante du nombre de … Lire la suite

Enseignement et exemples : mes choix produisent-ils un discours historique ?

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Extrait : Géraldine Poels, La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années cinquante aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 2013, p.203 : L’histoire de la télévision n’en est plus à ses … Lire la suite