Les journées du patrimoine (3)

Quel type d’information proposent les journaux télévisés au moment des journées du patrimoine ?

Dans les billets précédents, j’ai présenté la couverture globale des journées du patrimoine depuis leur création, et l’ai caractérisé comme une croissance importante du nombre de sujets diffusés dans les journaux télévisés. J’ai également proposé un aperçu des sujets traités par les journaux régionaux de FR3, qui m’a conduit à avancer que les antennes régionales cultivent un goût pour ces journées qui permettaient aux journalistes de mettre en valeur un territoire et sa culture.
Je souhaite avec ce dernier billet tenter d’expliquer ce que les journaux télévisés cherchent à faire avec le patrimoine et comment on peut caractériser leur couverture du sujet.

Naissance d’un sujet récurrent
J’ai procédé au relevé mensuel des sujets de JT portant sur le patrimoine sur l’ensemble des mois depuis 1984, année de création des « journées portes ouvertes des monuments nationaux ».

mensuel

Les mois de septembre (signalés par des points rouges) se révèlent être, quelques années après le début des journées des monuments historiques, des temps forts du patrimoine dans les journaux télévisés. Ceci ne débute toutefois pas dès leur création, les premiers pics s’observent à partir de septembre 1988. Le mois de septembre devient alors un des moments de forte visibilité de ce sujet, même s’ils ont pu selon les années être dépassés à d’autres moments.
Le mois de septembre devient en quelques années surreprésenté par rapport au reste de l’année : sur la période 1979-1999, sa part est de six à neuf points supérieure à celle des autres mois à la télévision régionale, de neuf à douze points supérieure pour la télévision nationale.

jt_natiojt_regio

Le sujet des journées du patrimoine est-il devenu un « marronnier » de la télévision ? Depuis 1987, le sujet devient incontournable en étant traité tous les ans par les JT nationaux. Le sujet est bien sûr imposé par le calendrier puisque les journées ont une date fixe, chaque troisième week-end de septembre.

Pour autant, en dépit d’un pic important des sujets au mois de septembre, le patrimoine reste très visible tous les autres mois de l’année. Autrement dit, la grande préoccupation pour le patrimoine en septembre n’a pas asséché le sujet le restant de l’année. La raison en est à mon sens la grande popularité du patrimoine depuis les années 1980.  Depuis 1980, il s’est installé dans les conducteurs des journaux comme un sujet récurrent (peut être comme un sujet ordinaire, mais cela appellera une lecture plus fine des données), un sujet souvent ponctuel, mais traité aussi en dehors des grands événements organisés par les ministères et les institutions culturelles.

Le déroulé de la couverture médiatique : de l’annonce au bilan
Pour tenter d’analyser cela, j’ai relevé les sujets, jour par jour, traitant des journées du patrimoine.

repartition_natio

(note : la catégorie J* regroupe à partir de 1992 les journées de samedi et de dimanche puisque cet événement, d’abord restreint au dimanche, a été étendu aux deux jours du week-end).

Les journaux de TF1, A2 et FR3 préfèrent traiter de ces événements le jour même. L’événement est peu anticipé, même à la fin des années 1990, puisque l’annonce des journées est faite à J-1, et de manière occasionnelle.
La comparaison avec les JT régionaux révèle que ces derniers font un travail beaucoup plus complet d’information sur ces événements.

repartition_regio

Première différence avec les JT nationaux : les JT régionaux, avant 1990, ne traitaient pas du sujet le jour J mais essentiellement la veille du dimanche concerné. Après 1990, le sujet est traité en grande partie les jours mêmes de ces événements. Il faut attendre 1992 et le dédoublement des journées du patrimoine pour que le traitement le jour J dépasse sensiblement les annonces à J-1.

La deuxième différence porte sur l’anticipation de ces journées. Les JT régionaux annoncent très tôt les journées du patrimoine, essentiellement entre J-4 et J-1. J’ai même recensé des sujets à J-10 en 1985 (ce qui est très précoce) et en 1999. De tels sujets, très en amont des journées, présentent leurs préparatifs dans quelques uns des lieux qui seront ouverts à la visite le jour J.
Avant 1990, l’essentiel des sujets précède le troisième dimanche de septembre. Et même après 1990, entre 30 et 55% des sujets sont diffusés avant les journées proprement dites.

Comment interpréter l’importance de cette couverture en amont des journées ? A mon sens, il y a une volonté des journalistes “d’annoncer le programme” en montrant autant que possible aux téléspectateurs les différents lieux remarquables qu’ils pourront visiter le jour J. Faire de l’information donc mais aussi donner des conseils et renseigner sur les sites à visiter, à la façon d’un agenda culturel, en espérant que cet « effet d’annonce » suscitera chez les téléspectateur la volonté d’aller à leur découverte. C’est la raison pour laquelle, avant 1990, il n’y a presque pas de sujets le jour J, les journalistes préférant informer à l’avance pour les visiteurs anticipent et choisissent les lieux à visiter. Les sujets diffusés le jour J peuvent toujours donner d’ultimes conseils de visite, mais l’essentiel se contente de montrer les visiteurs dans les lieux ouverts au public.

Troisième différence, les JT régionaux font plus souvent le bilan de ces journées (chiffres de fréquentation, retours en image sur les lieux ouverts au public). Ces bilans sont proposés généralement le lendemain (le lundi) et jusqu’à J+5. Sans être systématique pour toutes les antennes régionales de FR3, la pratique est plus répandue que dans les JT nationaux, qui font rarement le bilan.

L’approche est donc différente entre JT nationaux, qui privilégient l’information factuelle et le compte rendu des visites, et les JT régionaux qui revêtent un rôle d’annonceurs et de conseillers du public en amont des visites. Les journalistes régionaux proposent aussi un vrai suivi des journées en accordant plus de temps à leur préparation, et vont jusqu’à proposer un compte-rendu après coup.

Si les journées du patrimoine sont devenues un sujet incontournable pour les journalistes de télévisé français, ces résultats laissent entendre que les rédactions régionales de France 3 sont davantage en ébullition que celles de tous les autres journaux nationaux.

Les journées du patrimoine (2)

Une comparaison du traitement à la télévision nationale et à la télévision régionale

Dans le dernier billet, je mettais en évidence la frilosité de la télévision à rendre compte de l’initiative lancée en 1984, la journée portes ouvertes des monuments historiques. Les JT de TF1, Antenne 2 et FR3 (édition nationale seulement) n’ont pas traité de ce sujet avant 1987, et somme toute sans grand intérêt. De plus c’est à partir de 1992 que ce sujet prend du poids avec une couverture plus importante des événements organisés le troisième dimanche de septembre.

Dans ce billet, je souhaite souligner les différences de traitement entre télévision nationale et télévision régionale (la lecture du premier billet est nécessaire).

Ce qu’il faut entendre par « télévision nationale » en France est un peu différent de la situation des autres pays occidentaux, comme l’a mis en évidence Benoit Lafon dans son ouvrage Histoire de la télévision régionale. De la RTF à la 3, 1950-2012 (2012). Nous n’avons pas de véritables chaines régionales en France mais une chaine des régions comme elle s’est définie : France 3 est pour Benoit Lafon une « chaine nationale à décrochages régionaux ». Toutefois, c’est aux éditions régionales de JT de la troisième chaine que je fais référence quand je parle de la télévision régionale.
Or nous constatons que les JT régionaux se sont saisis des journées du patrimoine beaucoup plus tôt, de manière beaucoup plus affirmée et avec une croissance bien supérieure aux JT nationaux.

tv_natio_regio

Les JT régionaux accordent une place bien supérieure au traitement des journées du patrimoine

Les journées portes ouvertes sont couvertes par les JT régionaux de FR3 dès leur lancement en 1984. Pas par toutes les antennes cela dit : seuls les journaux de Toulouse, Bretagne, Limousin, Normandie, Centre, Corse et du Mans y ont consacré un sujet. Leur nombre va croissant avec le temps jusqu’à gagner toutes les antennes en dix ans.

Le patrimoine, sujet de prédilection de la télévision régionale
Cette précocité de la télévision régionale doit être rapprochée du traitement du patrimoine de manière générale. En effet, tous mois de l’année confondus (c’est à dire aussi en dehors des journées du patrimoine), les journaux régionaux ont installé de manière plus précoce et plus visible le patrimoine dans leurs sujets courants. Le patrimoine est devenu un sujet ordinaire d’abord à la télévision régionale, puis dans les JT nationaux.
On peut l’expliquer par la forte mise en valeur du territoire régional et de sa culture dans les éditions régionale de la troisième chaine. Ces JT accordent une place plus grande aux actualités qui se déroulent sur leur territoire et ont plus de temps à y consacrer. Il y a donc aussi une explication à tirer de la hiérarchie de l’information : puisque les grands titres de l’actualité mondiale et nationale ont été traités dans les JT nationaux de FR3, il est plus facile pour les éditions régionales de traiter des sujets moins importants, ou à une échelle géographique plus grande (vers le local), et surtout de parler de sujets de proximité comme le patrimoine local et régional.

De quoi traitent les JT régionaux ? Dès les premières années, les sujets proposent un aperçu des sites et monuments ouverts aux visiteurs pour chaque journée porte ouverte. Ce sont des sujets courts, parfois autour de 20 à 30 secondes, parfois longs de deux à trois minutes.
A partir de 1991, les invités sont de plus en plus nombreux sur les plateaux ou en duplex, convoqués pour parler de ces journées : les ministres de la culture d’abord, des responsables d’administrations et d’institutions culturelles (Direction du Patrimoine, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caisse Nationale des Monuments Historiques…) mais aussi artisans et artistes. De plus, on relève quelques sujets de « fond » sur la politique du patrimoine ou sur sa gestion et ses acteurs. De tels sujets sont toutefois rares, l’immense majorité préfère présenter des sites et lieux ouverts à la visite.

Les lieux de visite et objets patrimoniaux
Les JT régionaux ne se limitent pas aux musées et monuments historiques prestigieux (princiers, édilitaires ou religieux), dès la fin des années 1980 on trouve des sujets sur le patrimoine industriel. Le patrimoine rural et vernaculaire s’affirme au cours de la décennie 1990 : pressoirs, forges, mais aussi patrimoine maritime. Dans cette même décennie, les sujets sur les traditions, les sites naturels, les petits métiers se font aussi plus nombreux.
Toutefois, les journaux régionaux, pas plus que les JT nationaux, ne délaissent les châteaux et les églises qui demeurent toujours, à la fin du siècle, en très bonne place dans les sujets sur les journées du patrimoine.

A la fin des années 1990, la variété des objets patrimoniaux évoqués dans ces sujets reflète pleinement l’inflation patrimoniale abondamment évoquée par la littérature. Tout est devenu patrimoine. Quant aux « journées du patrimoine », elles se sont pour partie émancipé de leurs origines de « journées portes ouvertes des monuments historiques ». En effet, certains événements annoncés dans les JT régionaux ont peu à voir avec les monuments historiques : Beaubourg (FR3 Nord Pas de Calais, 1995), la visite d’un planétarium (FR3 Champagne Ardennes, 1995), le musée de l’Espéranto (FR3 France Comté, 1996), la visite d’un égout à Gap  (FR3 Provence Alpes, 1994), l’ouverture du centre de tri de la poste (JT Lille, 1997). Citons encore un sujet sur la taxidermie (FR3 Alsace, 1998), un autre sur la réalisation d’une jarre géante (FR3 Rhône Alpes, 1998).

Un moment particulier du calendrier de la culture
D’autre part, on voit de plus en plus de responsables de monuments ou de site se saisir des journées du patrimoine comme d’une occasion pour faire connaître de nouveaux lieux, des lieux fermés : fait nouveau, on voit ainsi les opérations de restauration des monuments anciens sont mises en tourisme à l’occasion des journées du patrimoine. On voit aussi coïncider avec ces journées la réouverture de monuments après leur restauration (le plus notable étant la réouverture du parlement de Bretagne pour les journées du patrimoine 1999 après son incendie spectaculaire en 1995).

De nombreuses activités culturelles et pédagogiques, des expositions et des démonstrations prennent aussi place pendant les journées du patrimoine, sans toutefois toujours se tenir dans des lieux patrimoniaux.
Quand ce ne sont pas tout simplement des projets qui sont dévoilés ce jour là (projets de rénovation, ou de musée, comme le projet de musée du ciment à Grenoble, c’est à dire sur un patrimoine non encore constitué ; FR3 Rhône Alpes, 1998). Enfin, des lieux de spectacle profitent de l’occasion pour annoncer leur saison dans leurs théâtres, et des concerts sont organisés (souvent de musique anciennes ou d’instrument anciens).
Encore une fois, ces annonces sont faites à ce moment pour profiter d’une subite hausse de la visibilité médiatique du patrimoine.
De plus, on voit coïncider des festivités et célébrations avec les journées du patrimoine dans l’espoir de capter plus de visiteurs en revendiquant cette étiquette : la ville d’Eu célèbre son millénaire à cette occasion (FR3 Haute Normandie, 1996)
Les partisans du patrimoine se mobilisent aussi à cette occasion afin de profiter de la venue en grand nombre des caméras de télévision : une manifestation contre la démolition d’un site est ainsi rapportée dans le JT de FR3 Champagne Ardennes en 1996, ou une contestation d’un projet d’aménagement dans celui de FR3 Rhône Alpes en 1999 (il y a peu de chances que ces informations, sauf situation spectaculaire, aient été évoquées dans un JT national).

On voit ainsi le monde la culture et du tourisme s’agiter au moment des journées du patrimoine afin de profiter de ces journées où le public est plus enclin à sortir de chez lui. La télévision se révèle à l’écoute de ces initiatives originales par rapport aux ambitions premières de ces journées (ce qui est sans doute à porter au crédit des services de communication des dits lieux et sites).

C’est donc un foisonnement de sujets très divers qui sont diffusés sur les antennes régionales de France 3 pendant quelques jours chaque année autour du troisième dimanche de septembre.
La télévision régionale est plus encline à détailler les événements organisés sur le territoire qu’elle couvre. Ayant visiblement adopté la cause du patrimoine régional, les journalistes des antennes régionales de France 3 sont attentifs de tout type de festivité, réceptifs à toutes les formes de patrimoine et de moins en moins discriminants dans les choix de sujet à la fin des années 1990. La confusion autour du terme de patrimoine est visible. Les journées du patrimoine semblent avoir lentement glissé vers un événement qui ne se limite plus aux monuments historiques et qui embrasse tout le champ de la culture. Ces événements apparaissent de plus en plus comme une fête annuelle célébrant l’ensemble des productions de la culture française, même si le poids qu’occupent toujours les grands palais, châteaux, églises et musées dans les sujets de JT permet de donner l’illusion qu’il y a toujours un rapport entre nos « journées européennes du patrimoine » d’aujourd’hui et les « journées portes ouvertes des monuments historiques » de 1984.

Les journées du patrimoine (1)

En prévision des 31e journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre, je publierai plusieurs billets sur l’histoire de ces journées vues par la télévision française.

Les journées portes ouvertes des monuments historiques

En 1984, Jack Lang crée les journées portes ouvertes des monuments historiques. Ce n’est qu’en 1992 qu’elles ont été renommées et pris leur nom actuel de « Journées du patrimoine ».
Le principe est resté le même depuis les origines : le troisième dimanche de septembre, des monuments habituellement fermés au public sont ouverts à la visite, la plupart du temps gratuitement. Cette décision, la première du genre en Europe, est une petite révolution dans le monde des monuments historiques, en tout cas pour ceux – nombreux – qui étaient fermés au public parce qu’abritant des administrations.
La création de ces journées passe pourtant relativement inaperçu à la télévision en 1984.

Jack Lang, alors ministre de la culture depuis trois ans, se souvient sans doute de la grande opération lancée par la majorité précédente en 1980. Cette année avait été déclarée « année du patrimoine » par le président Giscard d’Estaing. L’opération, en plus d’être un succès en termes de visites et d’avoir popularisé un peu plus le patrimoine, avait bénéficié d’une bonne couverture par la télévision avec des sujets de JT réguliers sur les grandes chaines (encore plus nombreux dans les JT régionaux) et quelques émissions de plateau marquantes. L’année 1980 avait surtout mis sur le devant de la scène médiatique le charismatique ministre Jean-Philippe Lecat, désigné grand ordonnateur de l’année du patrimoine, principal interlocuteur politique des journalistes et invité à de nombreuses émissions et journaux pour commenter l’opération.
Rétrospectivement, l’initiative de Jack Lang a surpassé celle de son prédécesseur si l’on considère que le patrimoine est encore plus populaire qu’il ne l’était en 1980.
Outre le fait que la popularité du patrimoine en France ne cesse de s’accroitre depuis le milieu du XXe siècle, ces journées de septembre ont donné une visibilité régulière et importante au patrimoine. Les dizaines de milliers de sites et monuments dans lesquelles se pressent les familles françaises sont perçues comme une validation par le public de la politique du patrimoine. Et les images de longues files d’attentes sont l’une des plus marquantes qu’un journaliste puisse choisir pour illustrer le sujet du patrimoine.
Pourtant, le ministre a peut-être été surpris de la faible visibilité médiatique donnée à son initiative… du moins dans les premières années.

Les JT des trois grandes chaines nationales ont en effet rarement relayé l’actualité des journées portes ouvertes des monuments historiques (alors que les éditions régionales de FR3 ont dès le début accordé une place plus importante à ces événements). Le premier sujet national que j’ai recensé date de 1987. Il s’agit en fait d’une brève diffusée dans le journal de la nuit de TF1, et ne durait que 27 secondes. Sur le commentaire de Jean-Pierre Pernaut était visible d’abord un court plan d’un jeune homme juché sur une colonne de Buren, puis une séquence de visiteurs dans un monument indéterminé. Traité en moins de trente secondes, à minuit, le jour même de l’événement (donc après qu’il ait eu lieu), sans précision quant au lieu visité (hormis le Palais Royal, reconnaissable), tout indique que ce sujet n’intéressait pas beaucoup l’équipe du journal.
Dans les années qui suivent, les journées portes ouvertes ont une couverture digne de ce nom avec quelques sujets dédiés le jour même.

JEP_tvnationale

La faible couverture des journées portes ouvertes des monuments historiques (avant 1992)

Durant ces premières années, les choix de sujet des journalistes ne sont guère originaux : abbayes, églises… un patrimoine très classique du fait de la limitation des journées portes ouvertes aux « monuments historiques ».
Toutefois, les « monuments historiques » les plus visibles à la télévision à l’occasion de ces journées sont les lieux du pouvoir républicain. L’hôtel Matignon et le palais de l’Elysée ont la préférence du public. L’Assemblée Nationale et les grands ministères comme la culture au palais royal, mais aussi Bercy et son architecture moderne, ont reçu les faveurs de nombreux visiteurs. Aujourd’hui encore, les comptes rendus des JT ne font pas l’économie d’un commentaire sur la longueur de la file du 55 de la rue du faubourg Saint Honoré. Le palais de l’Elysée reste l’un des lieux les plus visités chaque année.

Il demeure que, de 1984 à 1992, hormis quelques sujets sur de vieux monuments classés comme des églises anciennes, la majorité des sujets des JT nationaux concernaient les visites dans les palais républicains. Les rédacteurs en chef ont à mon sens choisi de filmer ces lieux pour d’une part rendre compte de la fréquentation importante de visiteurs, d’auteur part capturer les sentiments des ces mêmes visiteurs découvrant ces monuments (et les fameux « ors de la République »), et enfin pour satisfaire – pensent-ils – la curiosité des téléspectateurs. La télévision aime en effet emmener virtuellement les téléspectateurs dans des lieux réservés à quelques privilégiés ou que peu d’individus ont pu voir (je renvoie à des collections d’émissions aussi diverses qu’Ushuaia nature, Secrets d’histoire ou les magazines d’enquêtes en général). Avec le patrimoine, sujet de plus en plus populaire en France dans les années 1980, la télévision applique le même principe et propose aux téléspectateurs une visite éclair des lieux les plus remarquables d’un monument historique. Dans quel but ? J’essaierai de répondre à cette question dans un billet suivant

A partir de 1992, l’événement change de nom. Les désormais « journées du patrimoine » s’étaient déjà élargies aux sites naturels en plus des monuments historiques. Désormais elles embrasse tout le patrimoine et reflètent le formidable élargissement que la notion a connu. De fait, les sujets se renouvellent dans le courant des années 1990 : enfin des sujets sur le patrimoine industriel, les manufactures, les mines. (Le patrimoine le plus classique reste toutefois visible.)
Le public a bien accueilli ce renouvellement des journées puisqu’il s’accompagne d’une hausse des visites. Les Français était-il lassé des grands et vieux monuments, et ont-ils apprécié pouvoir aussi visiter à l’occasion des journées du patrimoine des sites et des lieux moins prestigieux ? La curiosité du public semble avoir été satisfaite par cette initiative, qui en 2012 avait fait se déplacer 12 millions de visiteurs au cours du week-end (chiffres du ministère).

Enseignement et exemples : mes choix produisent-ils un discours historique ?

Ortf

Avant toute chose, je tiens à préciser que ces lignes sont une autocritique sur ma pratique de l’enseignement et ne doivent pas être généralisées. Sous forme de bilan d’un enseignement que je dispense depuis trois ans, ce billet est né d’une interrogation sur mes motivations dans la sélection des thèmes et des sujets explorés dans mes cours.

Je me suis interrogé sur les choix qui m’amènent dans mes cours à préférer un sujet à un autre, et je me suis demandé si ces choix conduisent à orienter mon propos vers une certaine lecture de l’histoire. Je m’appuierai ici sur mon expérience de l’enseignement sur l’histoire de la télévision. Ma grande satisfaction, en ayant accepté d’assurer ce cours (CM et TD), c’est d’avoir une totale liberté dans la structuration des séances et dans le choix des sujets étudiés. Je ne suis pas, comme dans le secondaire, tenu par un programme qui serait inscrit dans une historiographie particulière. A l’inverse je dois ma plus grande frustration à la contrainte qui a pesé le plus sur la préparation de ces cours, la contrainte temps – qui me semble importante à rappeler ici car elle permet de comprendre ce que j’entends et comment je justifie mes choix de sujets.

Si ma connaissance de la bibliographie est loin d’être parfaite, notamment en dehors des études historiques, j’ai toutefois acquis par mes recherches une bonne connaissance de l’histoire et des programmes de cette période. Pourtant je dois reconnaître ne jamais faire preuve d’une grande originalité dans les choix d’exemples et de sujets d’études. Cela a été le point de départ de mon autocritique.
Voici quelques uns de ces choix sur lesquels je me suis récemment interrogé :

  • De la naissance de la télévision, j’attends (ou espère) que mes étudiants retiendront les noms de quelques pionniers comme Pierre Sabbagh et Jean d’Arcy.
  • Pour l’information, c’est Cinq colonnes à la Une que je les invite à connaître avant tout. Pourtant, ce magazine est-il emblématique de l’information télévisée des années 1960 ? Non, et l’écart avec le JT, beaucoup plus surveillé, a depuis longtemps été mis en évidence par les historiens. Si le magazine de Lazareff, Dumayet, Desgraupes et Barrère est donc un rare cas de liberté à la télévision (surtout sur des sujets d’actualité politique), il n’est pas représentatif de l’ensemble de son genre. Pourtant il semble incarner, dans la bibliographie et dans les cours, l’information télévisée dans sa forme magazine pour les années 1960, voir pour toute l’époque RTF-ORTF. Il est vrai que ce magazine, en plus d’être un succès d’audience, était estimé par les journalistes et est devenu une référence pour les professionnels de l’information à la télévision, mais ne fut, semble-t-il, jamais égalé. Accorder une telle place à Cinq colonnes comporte un risque : que les étudiants réduisent l’information des années 1960 à ce seul magazine, qu’ils généralisent en pensant que l’information était du niveau de ce programme.
    Pourquoi, à côté ou à la place de celui-ci, n’ai-je pas favorisé les exemples des magazines de la deuxième chaine, témoignant d’une aussi grande liberté de ton sur les sujets de société ? A ceux-là, je reconnais n’accorder qu’une phrase ou deux, place infime à côté de celle de Cinq colonnes dans mes cours.
  • De la télévision culturelle des années 1950-1960, je développe dans mon cours le cas de Lectures pour tous. Pourquoi ce choix ? D’abord pour la qualité des invités, Desgraupes et Dumayet y ayant interrogé Mauriac, Barthes, Duras et Colette (entre autres). L’émission illustre très bien la place de la culture à la télévision avec un programme littéraire diffusé à un horaire de milieu de soirée (après la piste aux étoiles en 1961).
    Toute cette partie de mon cours sur la culture à la télévision publique doit souligner le contraste avec la télévision fin XXe-début XXIe que mes étudiants connaissent, d’où le choix de Lectures pour tous. Ce faisant, je valide aussi une vision décliniste de la télévision, où la culture a perdu une place auparavant honorable. Tant pis si le programme littéraire de la première chaine est un d’un accès peu facile, on sait qu’il était regardé (mais à une époque sans concurrence).
  • Des relations tendues entre la télévision et le gouvernement, je demande aux étudiants de retenir la grève de 1968 qui a l’avantage de concorder avec les grèves ouvrières et étudiantes de ce printemps. Plutôt que d’étudier toutes les grèves de la télévision (ce qui aurait pourtant l’avantage de montrer la permanence des revendications, en plus de produire un effet d’accumulation), je privilégie un exemple unique. La grève de 1968 n’est pourtant pas exemplaire sur tous les points : elle fut plus longue et plus massive que les précédentes, mais comme les autres le gouvernement de céda pas aux revendications des grévistes, et beaucoup de licenciements furent prononcés après coup.

Voilà pour mes choix.

J’ai pris conscience que ces choix m’amènent à survaloriser des époques, des genres, ou des programmes tout entiers. Oui, Cinq colonnes et La caméra explore le temps sont des programmes importants pour leur époque, qui ont chacun duré dix ans (ce qui en télévision est très long) et dont la postérité est immense, d’abord dans les références des professionnels de la télévision, mais aussi dans la mémoire de ce média. Mais n’avoir le temps de traiter que ces exemples m’apparait de plus en plus problématique.
Un des problèmes étant que ces exemples reflètent trop peu la télévision ordinaire et le quotidien de sa programmation pour privilégier les succès, les émissions qui sont considérées comme les « meilleures » de leur genre ou de leur époque. L’éventail des programmes que je présente dans mes cours, issu d’un « écrémage » de la bibliographie, est en fait très réducteur.
Ainsi, je suis forcé de constater que mon propos est par certains aspects très schématique. Guidé par la bibliographie, je perpétue des découpages chronologiques ou thématiques qui méritent d’être critiqués, mais que je ne peux pas faire dans un cours de licence (aussi et surtout parce qu’il s’agit là d’une recherche restant à faire).

J’ai aussi et enfin cerné ce qui est peut être un autre problème lié à l’ensemble de mes choix. En privilégiant les grands acteurs de l’histoire la télévision (directeurs, réalisateurs, journalistes), en accordant une place importante à quelques émissions validées par la bibliographie comme incontournables, j’ai le sentiment de mythifier cette histoire de la télévision ; en particulier, mon cours risque de produire chez mes étudiants l’image d’un âge d’or de la télévision circonscrit quelque part entre 1949 et 1975. Une collègue me témoignait récemment son impression que, sur des sujets touchant à cette période de l’histoire de la télévision, un parfum d’hagiographie flotte sur certaines publications et certains colloques. J’ai conscience d’avoir moi-même souscrit à cette vision d’un âge d’or de la télévision publique avant de l’en distancer, un sentiment qui me semble nourri par les sources, par la bibliographie, et surtout par les témoignages des grands acteurs de cette télévision. Que ce soient les entretiens filmés de Pierre Dumayet, la biographie souvenirs de Marcel Bluwal ou toutes les émissions souvenirs, la mémoire de la télévision oriente le regard et renforce l’importance symbolique de certaines productions et d’une certaine époque. Or une large part de la bibliographie de base pour des étudiants est friande de ces témoignages. Les “grands acteurs” et les “grandes émissions” apparaissent donc incontournables, et pour le moment, indépassables. De plus, il manque encore à l’histoire de la télévision une approche sur le temps « long ». Nous sommes trop souvent attachés aux rythmes courts que nous dicte l’histoire politique et institutionnelle. Or je dois reconnaître que les exemples que je propose dans mes cours conduisent à privilégier l’événement à la durée et les changements à la continuité.

On pourra me reprocher d’avoir une lecture insuffisamment critique de la bibliographie, pourtant je ne peux pas, dans un cours de licence d’introduction à l’histoire des médias, proposer des problématiques qui relèvent de la recherche. Pour ma défense, ce cours doit fixer un certain nombre de repères chez des étudiants qui découvrent les médias. Il leur faut connaître cette chronologie et ces exemples, d’abord pour la suite de leurs études, aussi parce que la bibliographie mobilise les mêmes exemples. Avec cette perspective, je ne peux faire l’économie du premier JT de Pierre Sabbagh, ni de Cinq colonnes à la une, ni de Lectures pour tous. La connaissance de la période que j’attends des mes étudiants impose qu’ils soient capables de citer ces exemples, tous comme les dates de l’ORTF ou la loi sur la communication audiovisuelle de 1982.

Quelques éléments de satisfaction toutefois : cette année, j’ai fait exploser le cadre classique information-culture-divertissement en citant, avec les émissions culturelles, des jeux télévisés à questions de culture générale particulièrement exigeants en termes de connaissances : L’homme du XXe siècle, réputé pour sa difficulté, et même Télé-Match et La tête et les jambes qui posent des questions parfois difficiles pour les candidats.
Egalement, j’ai ajouté à Lectures pour tous d’autres exemples qui accordent mieux l’exigence culturelle avec un impératif populaire, notamment l’émission pour enfants de Claude Santelli, Le théâtre de la jeunesse. Il est affirmé très tôt dans les objectifs de la télévision qu’apporter la culture est une forme de service au public, et la manière dont Claude Santelli s’y prend pour mettre la culture livresque à la portée des enfants m’apparait d’un efficacité rare.

En attendant d’avoir acquis la certitude que les étudiants lisent assidûment la bibliographie au delà des manuels de cours, je dois composer avec mes contradictions et mes incertitudes, et accepter les défauts de mon cours.
Rechercher la nuance en toute chose, dépasser par petites touches les ruptures chronologiques et thématiques fixées par la bibliographie, donner pour chaque “grand exemple” un petit contre-exemple, pourrait être des compromis intéressants à ma situation. A condition d’en avoir le temps.

Le spectacle par la télévision

C’est une recherche bibliographique qui est à l’origine de ce billet. Cherchant de la littérature pour théoriser l’étude de la mise en spectacle de mon sujet par la télévision, je pensais trouver quelques ouvrages faisant la synthèse des différés procédés observés. Je cherchais notamment des réponses à ces questionnements : quels sont les mécanismes à l’œuvre dans la spectacularisation du réel? Cela relève-t-il d’un choix conscient et d’une volonté soigneusement organisée par les producteurs de contenus? Sur quoi repose la mise en spectacle: dispositifs d’émissions, sélection des sujets, effets visuels, organisation de la parole, personnalité des intervenants, effets d’image ou de montage, etc. ? Est-ce par exemple le dispositif de la télévision qui vient perturber les situations au point d’en faire ressortir le drame et le jeu?
Aucun ouvrage de synthèse n’ayant surgi de ma recherche, j’ai commencé par lire plusieurs essais et monographies sur les grands événements à la télévision, principalement en sciences de l’information et de la communication. J’ai poursuivi avec des lectures sur l’information, qui semble être le programme privilégié des chercheurs étudiant la mise en scène.

Cette absence de synthèse m’a interpellé dans la mesure où le processus de spectacularisation me semble de premier plan pour la télévision – Christian Delporte, notamment, voit la télévision comme le média privilégié de l’émotion. Pourquoi dès lors limiter à certains genres spectaculaires les études sur les mises en scènes et le recours au registre émotionnel à la télévision ? C’est cet angle mort que je questionne aujourd’hui.
La télévision française a été pensée dès ses débuts comme un média-spectacle, mettant sa technique (l’image et le direct) au service du spectacle, que ce soit par le divertissement, par les retransmissions d’images de France et du monde entier, mais aussi par l’information. Les grands directs ont donné à la télévision ses premiers succès et façonné sa mémoire. Pas uniquement Elizabeth II en 1953, Kennedy en 1963 et la Lune en 1969. Les grands directs ne sont pas seulement liés à des événements. La prestigieuse émission En direct de… créée vers 1956 organise minutieusement des soirées en direct depuis des lieux insolites où la maitrise de la technique télévisuelle est mise en valeur. Pierre Tchernia présente ainsi en 1956 un direct depuis un puits de mine ou encore depuis un porte avion. Choix de sujet et technique s’accordent pour créer le spectacle. Le premier duplex français est réalisé entre Paris et Alger, le contexte de la guerre d’Algérie et l’importance des informations contribuent à dramatise la séquence.

Ces exemples nous prouvent que la médiatisation des grands événements est effectivement une étape incontournable dans l’étude de la mise en spectacle par la télévision. Daniel Dayan et Elihu Katz[1] y ont consacré leur ouvrage sur la “télévision cérémonielle”, et ils ont identifié trois types d’ « événements-spectacle » (couronnements, affrontement, conquête), analysant pour chacun les mécaniques à l’œuvre. La recherche d’émotion, si elle parcourt les programmes de tous genres, est notamment suscitée par la spectacularisation.

L’information se trouve elle aussi légitimement en bonne place des études sur la mise en spectacle de la réalité opérée par la télévision – y compris hors événement. Il semble qu’il faille en chercher les causes dans les logiques (journalistiques mais pas seulement) qui font du journal télévisé un programme extrêmement sélectif (dans le choix des sujets), réducteur (en raison du peu de temps accordé à chaque sujet), et dont plusieurs travaux ont souligné le caractère stéréotypé et biaisé des représentations du monde (voir notamment ceux sur l’islam ou les banlieues vus par les JT). La mise en spectacle semble omniprésente dans les journaux télévisés, jusqu’au journal de Jean-Pierre Pernaut qui exalte les paysages et les traditions des régions françaises en convoquant les légendes et le secret, des reconstitutions et des témoignages, et dont le cadrage opéré par les images ainsi que le commentaire décuple le poids de l’héritage du passé au point d’effacer les signes du présent.
Hormis l’information, la majorité des ouvrages et articles consacrés à la mise en spectacle se restreignent à un genre de programme, que ce soit le sport, les jeux, les talk-shows, la télé-réalité, voire les débats politiques… c’est à dire à des genres où un récit est construit, dans lequel la dimension dramatique est au minimum soulignée, souvent alimentée. Il n’est pas rare que dans tous ces genres, une émission, une personnalité, une situation imprime la mémoire télévisuelle par son intensité dramatique ou émotionnelle. De Michel Polac à Thierry Ardisson, de Zidane à Loana à Zidane de nouveau[2], de “Monsieur le premier ministre” à “moi président”, le spectacle surgit toujours des situations télévisuelles dans lesquels il est attendu. Et il est naturel de se diriger vers ces programmes quand on étudie la mise en spectacle à la télévision.

Pourtant la télévision n’est pas faite que de commémorations, de coups d’éclat et d’images violentes. C’est pourtant à cette télévision de l’exceptionnel et du grand événement que l’essentiel des travaux sur la spectacularisation se sont concentrés. Dans toute cette littérature, il manque la télévision du quotidien. Si l’émotion et le spectacle sont inhérents à la télévision, alors peut-on douter de ne pas les retrouver dans les autres programmes? Jean-Claude Soulages parle du « dispositif de spectacle » comme du « dispositif dominant parmi les programmes diffusés sur le petit écran. »[3] Il consacre pourtant l’essentiel de son ouvrage à l’étude des programmes les plus spectaculaires (événements, cérémonies, divertissement). N’y aurait-il plus de spectacle dès lors que le direct fait place au montage? Ni de spectacle ailleurs que dans le divertissement?  Jean-Claude Soulages va toutefois au delà du divertissement dans l’ouvrage cité. Il y étudie également les émissions de plateau consacrées l’actualité telles Ripostes et C dans l’air, et note un glissement des “émissions de parole” vers la distraction en citant Vivement Dimanche et Tout le monde en parle. La mise en spectacle pourrait être un trait de l’évolution des programmes depuis les années 1980 et l’avènement du PAF.

Mon intérêt pour ce sujet est motivé en premier lieu par mes recherches sur le patrimoine à la télévision, mais aussi plus précisément une recherche en cours sur la vulgarisation des sciences et des arts à la télévision. Ce genre de d’émissions, plutôt rare il est vrai, mais qui ont su trouver un public (je pense à celles de François de Closets), se catégorise sans mal dans le champ des émissions éducatives. Et pourtant une mise en spectacle de la science et des arts est bien à l’œuvre dans ces programme. Elle est présente dans les choix de sujets (pourquoi retrouve-t-on surtout dans les JT des sujets scientifiques sur l’astronomie, la conquête spatiale, la recherche génétique et les grandes avancées médicales?). Elle se retrouve aussi dans la forme des explications fournies (à grands renforts de schémas et de modélisations). Enfin, en dépit des superlatifs employés en général par les journalistes, les sujets de vulgarisation s’accompagnent-ils de longues explications, et ont-ils bénéficient-ils pour autant de sujets plus longs ? etc.
Patrick Charaudeau[4] a étudié des tensions qui contraignent le discours journalistique et dans ce cadre voit la dramatisation comme un des dangers permanents du commentaire journalistique. Il identifie également les écueils de la vulgarisation qui peuvent surgir d’une recherche d’attractivité par la dramatisation.

Si la littérature montre ainsi qu’une réflexion a été menée sur quelques genres emblématiques de la mise en spectacle, beaucoup n’ont pas encore été considérés. Il faut pourtant questionner également la mise en spectacle inconsciente qui pourrait se retrouver jusque dans les genres les plus ordinaires, dans cette télévision du quotidien. La place croissante du divertissement nous y invite.  Même si on peut maintenant y inclure les talk-show et la télé-réalité en raison de leur multiplication et de leur récurrence sur nos écrans, j’aurais tendance à ne pas les comprendre dans la télévision du quotidien. D’abord parce qu’ils appartiennent à des genres nouveaux – relativement à l’âge de ce média – et qu’ils ont été étudiés par des chercheurs, au moment de leur apparition, comme des programmes sortant de l’ordinaire. La télévision du quotidien ne comprend donc pas seulement les JT et les jeux, elle est également faite de magazines, de reportages, d’émissions de consommation, de programmes courts promouvant la lecture, les voyages ou la décoration, etc.

Un point particulièrement stimulant de l’ouvrage de Jean-Claude Soulages que j’ai mentionné est sa distinction des différents “régimes de spectacularisation”. Ce qui pourrait être un concept fécond n’est toutefois pas approfondi, l’auteur se limitant à distinguer des régimes d’intensité basse à élevée sans réellement présenter leurs caractéristiques ni leurs différences. La proposition demeure convaincant car elle invite à ne pas uniformiser le processus de généralisation de la mise en spectacle à la télévision. Spectacle n’est pas toujours paillettes. Par ailleurs, le terme n’est pas réellement défini dans ces lectures. Sa proposition est également intéressante car elle permet de comparer les leviers de cette mise en spectacle en fonction des degrés de spectacularisation. Il reste encore toutefois à cerner si ces différents « régimes » relèvent de différences entre les genres de programmes, les intentions des producteurs ou la nature de situations.

Il ne s’agit pas de pointer du doigt les méfaits de la mise en spectacle, comme le fait Patrick Charaudeau au sujet des programmes d’information et des émissions de débat sur des sujets publics, programmes légitimes mais dont la parole est selon lui pervertie par leur mise en scène. A mon sens, hors des programmes d’information, la mise en accusation ne doit pas être un priorité de l’étude des mises en scène médiatiques, et il est préférable de décrire et comprendre ces processus. Les programmes à régime de basse intensité me semblent être aujourd’hui le chantier inachevé de cette recherche, et l’étude du spectacle dans la télévision du quotidien reste à accomplir, en espérant voir prochainement apparaître un ouvrage synthétique et méthodologique de l’étude de la spectacularisation par la télévision.


[1] DAYAN Daniel, KATZ Elihu, La télévision cérémonielle : anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

[2] en 2006 cette fois et non en 1998.

[3] SOULAGES Jean Claude, Les rhétoriques télévisuelles : Le formatage du regard, Bruxelles/Paris, De Boeck Université/INA, coll. Médias Recherches, 2007, 153 p.

[4] CHARAUDEAU Patrick, Les médias et l’information, l’impossible transparence du discours, De Boeck Université INA 2011

L’altération et le patrimoine

Texte préparé pour une réflexion collective au séminaire épistémologique de Patrima sur la question de l’altération.

Des chercheurs travaillant sur le patrimoine, ceux inscrits dans les sciences expérimentales sont sans aucun doute ceux qui croisent le plus ce terme. Consacrant leurs recherches à caractériser les processus d’altération de la matière et de la surface visible des oeuvres du patrimoine, ils sont ceux qui maitrisent le mieux le terme et ses conséquences matérielles.

Quant à moi, comment parler d’altération alors que c’est un mot que je ne croise pas, que je n’ai jamais croisé dans ma bibliographie, que je n’ai jamais mobilisé et qui n’a jamais fait partie de mes interrogations ? Je peux d’abord essayer de réfléchir à la notion en historien en m’en tenant à des généralités. Ce sujet se retrouve dans les études historiques même si je pense que c’est l’histoire de l’art et l’histoire de l’architecture qui l’ont le plus étudié, davantage que la science historique elle-même.
Relativement à mon sujet, il est difficile de mobiliser l’altération physique du patrimoine. Mon sujet concerne le patrimoine, mais exclusivement appréhendé à travers des émissions de télévision. J’ai donc un média qui fait écran à l’objet, qui, lui, est sujet à la dégradation. De plus, avec un sujet d’histoire culturelle comme le mien, en définitive ce n’est pas le patrimoine que j’étudie, pas plus que la télévision, mais bien la société française appréhendée par un contenu audiovisuel et un programme qui parle de la France et des Français. Ce n’est donc pas parce qu’une multitude d’objets du patrimoine est sujette à l’altération que je peux en parler avec légitimité puisque ce n’est pas un phénomène que je peux étudier avec mon sujet . L’altération physique du patrimoine n’est donc pas au cœur de mon sujet, et je suis davantage préoccupé par les représentations du patrimoine et la manière dont la notion est mobilisé, construite à a télévision. Toutefois, je peux reconnaitre que certaines émissions de mon corpus évoquent le sujet d’une certaine manière.

Je pense d’abord à une émission de 1980 sur Antenne 2, animée par Laurent Broomhead, intitulée Objectif demain une émission de vulgarisation scientifique. Le temps d’une soirée, cette émission s’est intéressée au patrimoine avec pour titre « La science au secours de l’art ». Il y était question des techniques susceptibles d’entretenir les œuvres d’art, des vitraux aux statues de bois. On y voyait aussi des chercheurs au laboratoire de Champs sur Marne (LRMH) étudier les phénomènes d’altération de la pierre ou du verre. La problématique était effectivement liée à l’altération des œuvres, et l’émission rapportait la manière dont les techniques scientifiques modernes peuvent préserver les œuvres d’art anciennes. En dehors de cette émission spécialisée, je n’ai que rarement vu cette problématique de la restauration scientifique des œuvres d’art dans mon corpus d’émission, les restaurateurs sont eux-mêmes très peu présents dans mes programmes. En effet, même si j’ai à plusieurs reprises visionné des programmes montrant la réfection d’édifices anciens (abbayes, chapelles, châteaux) par des architectes ou des bénévoles, ce que j’ai observé relevait davantage de la reconstruction que de la correction de l’altération. Reconstruire un édifice en ruine ne mérite pas à mon sens le qualificatif d’altération, c’est bien à d’une démolition, d’une destruction qu’il s’est agit (qu’elle soit l’œuvre des hommes ou du temps).

Si je ne parviens pas à parler d’altération, je suis obligé de tordre un peu les limites du sujet pour essayer d’y faire coller mon sujet de recherche. Je peux effectivement parler de dégradation, de transformation, de disparition d’œuvres avec mon sujet, mais s’agit-il donc encore bien d’altération ? La question du vocabulaire me parait cruciale sur ce sujet et pour ne pas dériver il est impératif de définir correctement l’altération – ce qui ne sera pas fait ici. Je me bornerai à rappeler que dans l’étymologie du terme altération se retrouve l’idée de “devenir autre”, ce qui permet une acceptation très large du sens du mot. L’échelle à laquelle se joue ce processus est donc variable : défigurer une oeuvre la rend “autre”, restaurer la façade d’un édifice également. L’accumulation de suie à la surface d’un monument en change l’apparence, et fragilise même la pierre en profondeur. Le processus d’altération se joue donc aussi à l’échelle de la matière et de ses propriétés physico-chimiques. De mon point de vue, une idée qui me semble donc très présente dans ces questions d’altération serait la fragilité des oeuvres.

Ce que j’observe à la télévision – et d’ailleurs dans une très grande partie de mes émissions – ce ne serait pas l’altération mais la dégradation du patrimoine. Une différence de termes qui renvoie d’abord aux mots employés par les participants de mes émissions de télévision : aucun n’a jamais parlé d’altération, préférant caractériser les processus visibles d’une autre manière (dégradation donc, mais aussi destruction, vandalisme, dénaturation, enlaidissement). Dans mes programmes, les journalistes, les passionnés et les bénévoles déplorent en permanence une dégradation du patrimoine. Leur argumentaire vise à mettre les téléspectateurs en garde contre les risques de la disparition du patrimoine – qui signifierait une perte pour les Français, aussi bien en richesse matérielle, artistique, symbolique, qu’en identité. Si on interprète ce choix de termes, cela signifierait que l’altération est affaire de scientifiques, alors que la dégradation du patrimoine est l’affaire de tous les citoyens. Si la visibilité de l’altération du patrimoine est faible à la télévision, et si ce n’est pas le sujet sur lequel la majeure partie des programmes cherchent à intéresser les spectateurs, il faut peut être davantage considérer que l’altération est fondue parmi l’ensemble des arguments des journalistes destinés à faire prendre conscience de la fragilité du patrimoine. Et c’est bien davantage cette fragilité physique et matérielle du patrimoine qui est l’un des principaux sujets de mes émission de télévision.

Rares sont les émissions qui parlent de l’altération, processus d’abord naturel, accéléré par des causes anthropiques (comme la pollution). Or la majorité des intervenants préfère parler de la dégradation ou de la disparition du patrimoine. Il y aurait donc une différence de degré entre les termes. Cela s’explique notamment par les ambitions des journalistes les plus militants, qui cherchent, avec leurs reportages, à alerter les Français et éventuellement à les faire se mobiliser contre les atteintes portées à leur patrimoine. Le terme “altération”, trop scientifique, ne serait sans doute pas assez significatif ni assez fort pour susciter une réaction chez les téléspectateurs, alors que les termes qui lui sont préférés sont susceptibles de les faire s’indigner. Mais les mots ne suffisent pas et dans nos émissions, l’image aussi a un rôle dans la construction d’un message et sa diffusion. Hormis quelques émissions et reportages ayant un parti pris scientifique, il est rarement question d’altération à l’image, mais bien de dégradation et de destruction. De telles images se révèlent bien plus spectaculaires que l’observation macroscopique (voire microscopique) des altérations de la matière. La dimension spectaculaire, et in fine émotionnelle de la télévision se rappelle à nous. Nous parlions de différence de degré, il semble que dans le cas de notre médium il faille ajouter la question de l’échelle : les dégradations d’un grand monuments y sont toujours préférés à la l’altération de ses matériaux. Spectacle, émotion et aussi dramatisation semblent être les modalités privilégiées de la médiatisation du patrimoine, au delà du sujet de l’altération.

La réflexion encours sur l’altération du patrimoine donnera lieu à une publication ou à une journée d’études organisées par Patrima.

Essai de représentation schématique du patrimoine

L’idée du présent schéma est venue de la nécessité de visualiser la totalité de mon sujet sur l’ensemble de ma période. Il fallait que je puisse voir en un instant non seulement les grandes catégories d’objets patrimoniaux observés dans mon corpus, que j’établisse les liens qui existaient à l’intérieur des catégories et entre les objets, et surtout que je puisse représenter l’évolution temporelle du périmètre du patrimoine.

Ce schéma est pour le moment un outil, il a vocation à être modifié, et je n’exclus pas de l’insérer au final dans ma thèse.

Quelques rappels pour replacer ce schéma dans mon travail de thèse:

  • il repose uniquement sur le patrimoine observé dans mon corpus d’émissions de télévision;
  • il couvre une période allant des années 1950 aux années 1990;
  • il ne comprend que le patrimoine matériel;
  • dans sa progression chronologique, il fonctionne par adjonction et non par substitution: plus les objets sont à droite et plus ils ont été intégrés récemment dans le patrimoine, sans pour autant que les objets à gauche en aient disparu.

Schéma patrimoine

Par certains aspects, il pourra paraitre incomplet, sélectif ou provocateur. Je préfère ne pas l’expliquer immédiatement et répondre plutôt à des questions que les lecteurs me poseront afin d’expliquer. J’espère en effet avoir des retours sur cette proposition de schéma afin de l’améliorer, merci à ceux qui m’y aideront.

Montrer le populaire

Comme pour toute autre œuvre que le chercheur approche comme une source, les acteurs d’une émission doivent faire l’objet d’une étude. Si les auteurs d’un programme de télévision sont à considérer en priorité, les producteurs, réalisateurs, journalistes et présentateurs ne sont pas toujours les participants exclusifs d’une émission. D’autres intervenants peuvent aussi se prêter à une étude. A la différence que, bien que partie prenante du contenu d’une émission, ils sont extérieurs au processus de production.
La question de leur identité peut se poser assez tôt. Selon la nature de leur participation, cette question peut être réglée assez rapidement, avec plus ou moins de satisfaction. Un invité sur une émission de plateau est toujours présenté par quelques mots d’introduction et dispose, théoriquement, de suffisamment de temps de parole pour que le spectateur en apprendre davantage. A l’inverse, le fugace interrogé d’un micro trottoir n’apparaissant à l’image que quelques secondes retombe aussitôt dans l’anonymat duquel on l’a sorti, il est même rarement nommé à l’écran.

Au delà de l’identité des participants extérieurs, plusieurs questions peuvent intéresser le chercheur : quelle est leur place dans le dispositif de l’émission ? Qu’apportent-ils et pour quelle raison ont-ils été conviés à s’exprimer ? Quels choix ont présidé (ou non) à la sélection de ces intervenants ? Selon la pertinence de ce questionnement et l’importance des réponses, le chercheur persévérant pourra toujours chercher des renseignements dans les documents de production ou auprès des producteurs. Sinon, il devra se contenter de ce qui est vu et dit dans le programme.

Ce qui est mon cas et qui n’empêche pas d’avoir des choses à dire sur ces intervenants parfois fugaces. Un point auquel je m’intéresse est la sociologie des participants de mes programmes. L’origine sociale et la profession sont des critères que je prends en compte mais pas uniquement. J’ai élaboré plusieurs typologie de ces acteurs vus et entendus dans les émissions, selon plusieurs critères : en quelle qualité intervient-il (est-il un expert ou un profane) ? Quel est son niveau de professionnalisation (du bénévole au conservateur des monuments historiques) ? etc.
La catégorie d’intervenants qui m’a le plus intéressé est celle des passionnés du patrimoine, faute d’avoir une meilleure qualification à leur donner. Cette catégorie recoupe donc celle du public des monuments et des expositions. Et on touche ici à l’une de mes problématiques centrales, relative au caractère de la télévision, à savoir un média de masse. Cette problématique est la suivante : comment est-on passé d’une situation où le patrimoine était un loisir d’une élite sociale et culturelle, à une situation où le patrimoine est un loisir de masse? Pour le dire autrement, comment est-on passé d’un public bourgeois au public des poussettes des journées du patrimoine. Evolution qui se résume encore mieux en image (non sans un peu de caricature) :

Inauguration des nouvelles grilles du château de Versailles 26/06/1956

Inauguration des nouvelles grilles du château de Versailles
26/06/1956

Roubaix : journée des monuments historiques : les bains douches piscine 1930 16/10/1990

Roubaix : journée des monuments historiques : les bains douches piscine 1930
16/10/1990

La mutation du public du patrimoine s’est faite sur la durée, reflétant la démocratisation et de la popularisation de la notion, des objets et de la pratique.
Pourtant, j’ai été surpris d’observer très tôt à la télévision que certains programmes accordaient une part importante aux interlocuteurs issus des couches populaires.

Au milieu des élus, des associatifs et des technocrates qui en constituent les interlocuteurs privilégiés, La France défigurée met en avant les passionnés issus de populations modestes : des agriculteurs en milieu rural et des gens modestes à la ville (commerçants, artisans, retraités des vieux quartiers dégradés).
De nombreuses séquences de La France défigurée renvoient à une iconographie emblématique des couches populaires comme les cafés et leurs consommateurs masculins, les hommes qui fument leurs cigarettes, à quoi on pourra rajouter les prises de vues de travailleurs (pêcheurs, agriculteurs), les costumes traditionnels (coiffes bigoudaines), également le phrasé et les accents régionaux.
L’émission ne débute qu’en 1971, ce qui est un peu tardif, mais qui précède pourtant le renouvellement massif du public du patrimoine qui s’observe à partir de l’année 1980.

Plus intéressant car plus précoce est le programme Chefs d’œuvre en péril qui s’étend de 1964 à 1991. Pierre de Lagarde, son présentateur, recrute ses intervenants dans plusieurs franges de la population. Ses principaux interlocuteurs sont les maires, architectes, simples riverains, auxquels il rajoute les bénévoles et les prêtres. On remarque qu’il met en avant les aristocrates et les héritiers de châteaux bien plus que dans toute autre émission. De manière exemplaire, sa toute première émission comporte un entretien avec M. Jacques Sylvestre de Sacy, président de l’association nationale pour la protection des villes d’art, porteur du titre de baron et lui même propriétaire d’un château. Pourtant, Pierre de Lagarde semble chercher à démontrer dans ses émissions que le patrimoine est un sujet de préoccupation pour toutes les catégories sociales de France. Il lui importe en particulier de montrer deux catégories d’individus : les jeunes et les personnes modestes. On peut ainsi voir à de nombreuses reprises des jeunes gens au travail sur des chantiers de restauration. Pour la plupart étudiants, ils consacrent leurs étés à restaurer des monuments en ruine ou à déblayer des terrains abandonnés avec enthousiasme. On sent toutefois un plus grand effort encore pour montrer l’attachement d’individus issus de milieux modestes au patrimoine – souvent plus à un patrimoine local que national. Agriculteurs, artisans, maçons, ouvriers d’usines sont mis à l’honneur dans Chefs d’œuvre en péril, par l’image et par les mots.

« Le héros de l’émission de ce mois est un conservateur de musée, mais un conservateur pas comme les autres. En effet, Albert Demard est un simple paysan, et encore un paysan comme il n’en existe plus, puisqu’il n’a même pas son certificat d’études. »
Le musée de Champlitte, 28/04/1967, bulletin de presse

Albert Demart est d’ailleurs le plus modeste parmi tous ceux présentés dans Chefs d’œuvre en péril. Un autre exemple que Pierre de Lagarde affectionne particulièrement  est celui de Pierre Pottier, ouvrier ajusteur de la région parisienne, qui revient à pas moins de quatre reprises en vingt ans (émissions du 05/01/1965, 15/10/1966, 08/07/1984, 29/01/1986). Il est le seul passionné à faire l’objet de plusieurs sujets, ce qui s’explique par son engagement intensif dans plusieurs chantiers successifs, ayant rassemblé autour de son action une large communauté de bénévoles, surtout des jeunes.

Ces passionnés de condition populaire, Pierre de Lagarde les met en valeur dans le palmarès de son concours annuel en insistant sur les sacrifices consentis par des personnes, pourtant modestes,qui ont investi leur temps et leurs moyens dans la sauvegarde d’un monument, seulement par amour pour la beauté – comme il aime à le répéter. On comprend alors qu’il choisisse d’aider prioritairement des passionnés peu fortunés en leur accordant la récompense du concours annuel “Chefs d’œuvre en péril” (même si des châtelains ont également été récompensés).

Cette affection pour les catégories populaires est une surprise pour plusieurs raisons. D’abord parce que la culture classique de Pierre de Lagarde (bourgeois, catholique traditionnel) le rapproche bien davantage des châtelains et des prêtres ; sa proximité avec eux transparait fréquemment dans les séquences d’entretiens. Ensuite parce que la présence de personnes modestes était encore rare à la télévision dans les années 1960.
Montrer des jeunes gens, des agriculteurs et des ouvriers semble même être une obsession de Pierre de Lagarde. Pour quelle raison insiste-t-il à ce point pour les mettre en avant ?

Je me l’explique de la manière suivante : Pierre de Lagarde est le premier à militer à la télévision pour la sauvegarde du patrimoine (ce qu’il appelait les “chefs d’œuvre”) et sa campagne connait très vite un grand succès d’audience et d’estime. Sa principale préoccupation semble être de faire du patrimoine le problème de tous les Français, et plus uniquement celui de quelques amateurs éclairés et fortunés qui ont hérité ou racheté d’anciennes demeures. Je comprends son action comme une volonté de démocratiser le patrimoine et l’idée même de l’héritage culturel partagé, en plus de vouloir éduquer le public à la beauté (plutôt à sa propre définition de la beauté).

Pour convaincre les Français de la nature de leur action, il a très probablement souhaité rompre avec l’image traditionnelle des “vieilles pierres” perçues comme un loisir d’une élite cultivée et fortunée.
Car l’image du public traditionnel du patrimoine, le voici résumé en quelques captures d’écran de programmes :

La présidente de l'association "La renaissance du Lille ancien". Autant qu'il m'en souvienne : évocation du passé de Lille 13/03/1965

La présidente de l’association “La renaissance du Lille ancien”.
Autant qu’il m’en souvienne : évocation du passé de Lille
13/03/1965, ORTF Lille

Archive rediffusée dans l'émission La France défigurée vingt ans après 27/08/1995

Archive de 1972 rediffusée dans l’émission La France défigurée vingt ans après
27/08/1995, France 2

Le président de l'association des amis du château d'Asnières. Restauration du château d'Asnières 14/05/1979

Le président de l’association des amis du château d’Asnières
Restauration du château d’Asnières
14/05/1979, FR3 Paris

Interlocutrice non identifiée, qui raconte des anecdotes sur le château de Rambouillet. En week-end à la carte 02/12/1982

Interlocutrice non présentée, qui raconte par des anecdotes très documentées la petite histoire du château de Rambouillet.
En week-end à la carte
02/12/1982, FR3 Paris

Bénévole Le patrimoine rural du Beaujolais 16/06/1990

Bénévole
Le patrimoine rural du Beaujolais
16/06/1990, FR3 Rhône-Alpes

Il ne s’agissait pas pour Pierre de Lagarde de nier la réalité de la composition sociologique d’une part importante des défenseurs de monuments, puisqu’on a dit qu’il s’affichait régulièrement en compagnie de châtelains. L’une de ses préoccupation serait de montrer avec des cas concrets, et en multipliant les exemples, que la beauté du patrimoine touche tout le monde, y compris ceux qui disposent d’un maigre bagage scolaire et culturel. Pierre de Lagarde cherche en effet à démontrer du caractère populaire du patrimoine, afin, dans un second temps, de susciter l’investissement des Français dans la sauvegarde de leur héritage. Car à mon sens, le second objectif de Pierre de Lagarde est de rendre les téléspectateurs acteurs de la préservation de ces chefs d’oeuvre (mais il n’est pas le seul journaliste à s’y être essayé). Il m’apparait qu’il recherche l’émulation à travers ses exemples d’ouvriers et d’agriculteurs passionnés qui restaurent des monuments anciens.

L’un des moyens de faire du patrimoine le problème de tout les Français, outre de les toucher en leur parlant de monuments beaux ou de monuments menacés, est de leur offrir des modèles auxquels ils puissent s’identifier. Pourtant, il me semble que cette préoccupation de l’image populaire des acteurs du patrimoine ne se retrouve que chez Pierre de Lagarde, qui a cherché continuellement des Français d’origine modeste à montrer en exemple – et on les retrouve presque tous les ans dans son palmarès. Cette démarche, qui conduit à une sélection des interlocuteurs dans ses émissions, s’explique par sa volonté de rallier un large public à la cause des monuments, même s’il fallait pour cela en atténuer l’image traditionnelle. Si cette préoccupation ne se retrouve pas dans d’autres émissions, où les intervenants sont choisis de manière plus empirique, c’est d’abord parce que Pierre de Lagarde a débuté sa campagne à une époque où le patrimoine ne jouissait pas encore du succès populaire qu’on lui connait aujourd’hui.
A dessein, Pierre de Lagarde a composé une image nouvelle des passionnés du patrimoine en tordant un peu les réalités sociologique de ce public. La surreprésentation des catégories populaires dans ses émissions devait servir son propos. Leur traitement également diffère : dans Chefs d’œuvre en péril, aucun châtelain n’a été autant glorifié que les hommes et femmes d’origine populaire. Cette mise en scène de l’action en faveur des monuments a, je crois, contribué à faire du patrimoine un sujet populaire en France.

Nouvelle page “glossaire et abréviations”

Une nouvelle page “glossaire et abréviations” a été créée sur ce carnet. Le projet est décrit directement dans la page : il s’agit de transmettre mon expérience de l’inathèque et de la pratique des sources audiovisuelles et des sources périphériques. Le vocabulaire employé il y a plus de quarante ans est parfois différent voire contre-intuitif par rapport à nos pratiques actuelles de l’audiovisuel. Ces quelques termes définis aideront peut être de nouveaux chercheurs en audiovisuel à appréhender plus vite les sources en assimilant leur vocabulaire, et aussi à employer un vocabulaire spécifique.

Bien sûr, le glossaire est orienté par la pratique de l’inathèque, ce qui est un biais en soi puisqu’il s’agit d’un vocabulaire qui n’est pas toujours partagé par la bibliographie.

La page sera mise à jour et comporte une section commentaires pour recueillir les critiques des définitions proposées et les suggestions d’ajouts. Il s’agit d’un travail en cours et ouvert aux remarques et avis.

Un peu de réflexivité : la notion de patrimoine

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.


Aujourd’hui, au séminaire épistémologique qu’organise Patrima, j’ai proposé pour la discussion le texte suivant. Il nous avait été demandé – non pas de définir mais – de présenter la manière dont la notion de patrimoine est utilisée dans chacun de … Lire la suite