A propos de la thèse (2) Un rite de passage

Un rite de passage

En écho au précédent billet de cette série « à propos de la thèse », je voudrais aborder ce sentiment qui ne s’est affirmé que tardivement chez moi : celui de vivre la thèse comme un rite de passage.

La thèse, je l’ai d’abord vue comme un aboutissement. Plus haut diplôme délivré par l’enseignement en France, elle devait sanctionner la fin d’une (longue) scolarité. Peut-être parce que je réalise mon doctorat dans l’université où j’ai suivi tout mon cursus, de la 1ère année de licence au concours, entouré de mes anciens professeurs devenus collègues dans le département d’histoire, j’ai d’abord eu le sentiment de reprendre mes études. N’avais-je pas retrouvé le statut d’étudiant, alors que pendant un an j’avais été professeur stagiaire de l’éducation nationale ?
Rapidement (et heureusement) j’ai réalisé qu’être doctorant, c’était un travail. Je n’étais plus étudiant, j’étais désormais apprenti-chercheur. La thèse est devenue pour moi une production scientifique et sa réalisation un travail de longue haleine. Elle devenait à mes yeux un exercice universitaire majeur que je devais aborder comme un professionnel de la recherche.

Puis, la thèse a pris de l’importance à mes yeux à mesure que je progressais dans sa préparation. Je l’ai vue comme le fruit d’une réflexion et pas seulement le résultat de l’étude de sources et de la lecture d’ouvrages. En cela elle s’est transformée en un exercice intellectuel. Très tôt, j’ai ressenti de fortes attentes de mes collègues, de mes directeurs (de laboratoire et de thèse), et même des professionnels que je venais à rencontrer dans le cadre de mes recherches. Cette pression supplémentaire m’imposait d’être à la hauteur de ces attentes, à la hauteur de l’exercice. Je dois montrer ma capacité à m’emparer d’un sujet et à le traiter en historien. Etre docteur, cela se mérite, me disais-je (même si j’ai toujours gardé la tête froide à l’égard du doctorat et du titre de docteur).

Le passage à la rédaction m’a finalement révélé toute cette complexité de la thèse que je commençais à entrevoir. Je la voyais désormais comme un exercice universitaire très codifié. La préparation du plan rendait clairs les attendus et les obligations de la thèse. J’ai parlé la dernière fois du sentiment d’avoir certaines obligations dans la manière de rédiger le manuscrit. Je réalisais ainsi que la thèse comporte des étapes obligatoires : le sujet dont je m’étais emparé devait être traité d’une certaine manière ou, comme je l’ai dit au billet précédent, de la façon dont un sujet comme le mien doit l’être.

Une dernière couche est venue se poser par dessus tout cela jusqu’à ce que survienne la révélation, et celle-là avait des origines beaucoup plus subjectives. Elle s’est constituée en se nourrissant des différents témoignages et souvenirs que mes collègues, directeurs et camarades docteurs m’ont dispensés. Longtemps après leur soutenance, ils sont plusieurs à se remémorer l’époque de leur thèse avec nostalgie, comme d’une sorte d’âge d’or dans le parcours du chercheur. Tous s’en souviennent comme d’un moment de bouillonnement intellectuel extrêmement stimulant et formateur, une phase d’autonomie et de liberté, une période d’accomplissement personnel.
J’étais incrédule devant ces témoignages. Ne s’agissait-il pas plutôt du syndrome de Stockholm ?
Au cours de ma troisième année, la thèse s’était en effet faite plus pesante pour moi. Cela coïncide exactement avec le début de la rédaction, cette rédaction devenue de plus en plus pénible à mesure qu’elle s’allonge jusqu’à exploser le planning que j’espérais respecter. Les multiples tâches qui m’incombaient ne facilitaient pas sa rédaction. Les jours sont devenus répétitifs, avec (presque) quotidiennement le même sentiment de frustration et d’insatisfaction.
En outre, mes amis doctorant.es étant au même point que moi, cela nous vaut d’échanger de nous lamenter régulièrement ensemble. Ce « groupe de soutien » informel s’est avéré très bénéfique pour le moral : il m’a permis de constater que mes difficultés, mes angoisses, mes frustrations, d’autres que moi les éprouvaient. Certains plus durement.

C’est ainsi que j’en suis venu à considérer la thèse comme un rite de passage.

De même qu’un rite de passage, la thèse comporte ses étapes, ses rythmes, ses obligations, auxquels aucun de nous n’échappe. Même les sentiments que la thèse nous inspire, nous les éprouvons vraisemblablement tous à un moment ou un autre (souvent près de la fin d’ailleurs).
Ce rite de passage est fatigant mentalement : il comporte des journées éprouvantes et des nuits blanches. Il implique des angoisses intenses et des doutes paralysants. J’y associerai, à titre personnel, le souvenir d’un problème de santé, qui a ajouté la souffrance physique à ce tableau déjà bien rempli. Or j’ai le sentiment que la difficulté fait partie du rite : nous devons éprouver ces peines, parce que ce sont des obstacles que nous devons surmonter. Parce que nos prédécesseurs ont éprouvé les unes et surmonté les autres, nous le devons à notre tour. La thèse, apparemment, doit être dure. C’est aussi ce qui forgera notre expérience commune.

La comparaison peut aller plus loin. Comme un rite, la thèse a sa cérémonie (la soutenance), ses formules rituelles (« Nous tenons à remercier… », « Je sollicite une quatrième année… », « Le jury a décidé… »), ses gestes (le dépôt du manuscrit…), ses sacrifices (de son équilibre alimentaire, de sa vie sociale) et même ses libations (le pot qui suit la soutenance). Au terme de ce rite qui nous a éprouvés, nous changeons de statut : de doctorants, nous voilà docteurs. Un titre qui a moins de sens en France que dans les pays anglo-saxons, mais qui en a un au moins pour ceux qui ont traversé l’épreuve. Et aussi pour nos parents. Rendus au marché du travail, les nouveaux docteurs choisissent ensuite leur nouveau groupe social (leur section CNU) en espérant trouver leur place au côté des sages, qui évaluent notre valeur à ce que nous avons, comme eux autrefois, accompli le rite.

C’est ainsi que je conçois la thèse désormais: comme une épreuve, comme une porte aussi. A titre personnel, je ne l’ai jamais conçue comme un sésame. Quand je l’ai débutée, je ne savais pas quoi attendre de sa réalisation. A minima, j’espérais en retirer un épanouissement personnel. Aujourd’hui encore, je ne sais pas si mon avenir est à l’université, son utilité professionnelle m’est donc incertaine. Je me sens tout de même aujourd’hui davantage chercheur qu’enseignant (contrairement à mon sentiment au moment de la commencer). En tout cas, je n’ai jamais compté sur la thèse, seule, pour m’assurer une carrière de chercheur. Elle demeure incontournable pour l’espérer toutefois.


Il m’a été rapporté que Laetitia Gérard, docteur en science de l’éducation, a publié un ouvrage sur ce sujet, titré Le doctorat, un rite de passage, et dont j’avoue ne pas avoir eu connaissance, mais que j’espère pouvoir lire avant la soutenance.

Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ?

640px-Scriptorium-monk-at-work

Je fais régulièrement le constat que nous ne sommes pas nombreux dans la communauté historienne à travailler sur les médias. Je le vois particulièrement sur internet où, entre twitter et le blogging scientifique, les historiens des médias sont rares, surtout à côté des sociologues, sémiologues, chercheurs et sciences de l’information et de la communication. Je me sens parfois seul avec mes problématiques historiennes et mes sources audiovisuelles.
En faisant la demande pour ouvrir ce carnet auprès d’Hypothèse, j’ai avancé l’argument de couvrir un champ de recherche peu représenté dans les carnets existants. Depuis son ouverture, même si mes billets sont lus, ils ne sont pas commentés. Je suspecte que les sources dont je traite sont peut-être plus intimidantes que d’autres pour ceux qui n’ont pas l’habitude de les exploiter. Voire, qu’aux yeux de certains, les sources audiovisuelles ne sont pas légitimes.
Pour plusieurs raisons m’est venue l’envie d’expliquer ce qu’est un.e chercheur.e en histoire des médias. Afin de tenter de rendre plus accessible le travail que je mène, je vais brosser ici un portrait type de ce chercheur (ou cette chercheuse, le féminin sera sous entendu à chaque fois à l’avenir), en m’efforçant de voir au delà de ma propre expérience même si vous comprendrez que ce billet a une grande part de subjectivité.

Ses sources

Les sources sont le pain de l’historien. Savoir de quoi est fait le quotidien d’un chercheur permet d’en apprendre beaucoup sur son travail, en l’occurrence ce qui lui est spécifique.
Ce qui distingue d’abord l’historien des médias de ses collègues, c’est bien sûr de travailler à partir de sources audiovisuelles, celles de la radio et de la télévision (même si on voit de plus en plus d’historiens recourir à ce type de sources).
Cependant, comme tout historien, il utilise également des sources administratives, textuelles et imprimées.
Les sources textuelles, communes à tout historien, lui sont incontournables. Archives des administrations, versements des personnels de direction, procès verbaux de conseils d’administrations, circulaires internes, documents de comptabilité, etc. font aussi partie des sources que l’historien des médias peut mobiliser, comme le ferait tout dixneuviémiste ou vingtiémiste travaillant sur les archives d’une société (ce que sont bel et bien une entreprise de presse, une station commerciale de radio, et même l’ORTF).
Comme tout domaine de recherche, celui-ci a également des documents textuels plus originaux : ce sont les documents en rapport avec la production de programmes. Ceux-ci sont toutefois rares car ils dépendent surtout des versements de fonds privés ; quand ils existent, il peut s’agir de scénarios, de plans des décors, de photographies de tournage.
Deux types de documents textuels particulièrement précieux pour l’historien de la télévision sont les bulletins de programmes et les rapports de chef de chaîne. Les premiers sont publiés par une chaine de télévision et annoncent quelques semaines à l’avance les programmes prévus à la diffusion ; les seconds, renseignés par le personnel de chaque chaîne, rendent compte de ce qui a été effectivement diffusé (y compris donc les aléas techniques, déprogrammations et remplacements de dernière minute).

A côté des sources imprimées bien connues (périodiques et ouvrages), l’historien des médias dispose des journaux de programmes (ou magazines télé) pour compléter sa connaissance de la programmation et des contenus. Cette source est d’une incroyable richesse pour quiconque veut saisir l’environnement de la télévision et la culture du téléspectateur.
Quant aux sources orales, l’historien des médias a parfois la chance de pouvoir interroger des témoins ; cela dépend, comme toujours, de la période étudiée et des parcours de vie.

Ses objets

Que la source soit textuelle ou audiovisuelle, elle est toujours appréhendée en historien, c’est-à-dire en scientifique attaché fondamentalement à la contextualisation de son objet, et cherchant les ruptures qui structurent le temps de son étude.
Depuis plusieurs décennies déjà nous disposons de grandes synthèses couvrant l’ensemble de l’histoire de la presse[1] et de celle de la radio-télévision[2].
Depuis, des études plus spécialisées ont été menée : par titre (journal), par espace géographique (la presse régionale), ou encore par contenu (les émissions radiophoniques politiques). Des genres entiers ont été étudiés (l’information télévisée par exemple), d’autre fois ce sont des collections d’émissions qui font l’objet de thèses de doctorat (La caméra explore le temps).

L’historien des médias n’est pas réduit à faire l’histoire de ces médias. C’était l’enjeu de beaucoup de premiers travaux. Au tournant de la fin des années 1970-1980, le regard des historiens a changé sur les médias. Désormais, ils se sont saisis des médias comme de sources pour étudier, non plus ces médias eux-mêmes, mais la société française.

Le politique a pendant un temps occupé l’essentiel de ces chercheurs. L’histoire particulière des médias audiovisuels français et de leurs relations avec le pouvoir politique expliquent que les historiens français aient d’abord privilégié ce terrain, qui aujourd’hui n’est plus majoritaire.
J’ai tendance, du fait de ma formation, à ne pas dissocier histoire culturelle et histoire des médias ; l’histoire économique des entreprises de presse existe toujours, tout comme les questions relatives au rôle politique des médias sont renouvelées par les nouvelles formes de communication que lesdits médias permettent. Cependant, je crois que l’utilité des médias pour interroger la société passée est plus forte encore et qu’il y a là un terrain d’une immense richesse à travailler. L’étude des représentations dans les médias, stimulée par l’histoire culturelle, est un chantier qui a prouvé sa richesse.

Ses méthodes

Je me concentrerai ici sur les points qui singularisent l’historien de la radio et de la télévision. La manière dont il exploite ces sources audiovisuelles dépend de son angle, et deux chercheurs n’en auront pas toujours le même usage.
Une émission peut-être étudiée d’abord au niveau de son texte. La télévision a certes un l’attrait de l’image, elle n’en reste pas moins un média très bavard : rares sont les séquences muettes. L’historien des médias s’adonne à la pratique courante de la transcription, en l’occurrence des séquences qu’il visionne. Le texte des programmes peut alors être analysé comme toute autre production journalistique, œuvre fictionnelle, etc.
Bien sûr, les dimensions auditives et visuelles ne peuvent pas être détachées du texte. Ces différentes « couches » ne forment qu’une dans l’archive télévisée, mais le chercheur a la possibilité de les étudier aussi séparément.
L’analyse d’image est une composante importante du travail de ce chercheur. Il mobilise pour cela des compétences développées par les études cinématographiques et les sciences de l’information et de la communication – bien sûr, avec le niveau de détail qu’il juge utile à son travail. Il peut donc analyser dans une fiction les procédés de réalisation, les plans, les séquences, les effets de montage ; quant aux plateaux, il prêtera attention au dispositif communicationnel, à la répartition de la parole, aux rôles symboliques dévolus à chacun (autorité, expertise, authenticité…), aux procédés de mise en spectacle, en s’interrogeant notamment sur leurs effets sur le message.
L’historien des médias ne fait cependant pas de l’analyse d’image le cœur de son métier. Les chercheurs en SIC travaillent sur des corpus plus réduits que les historiens des médias et peuvent donc mener des études beaucoup plus fines de la composante visuelle des sources (réalisation, montage…) et leur rôle dans la transmission d’un message. Comparativement, l’historien des médias fera montre d’ambitions plus limitées.

Toutefois, il ne faudrait pas penser que l’histoire des médias est un amalgame de disciplines résultant en un territoire d’études flou. Elle n’est pas un syncrétisme[3]. L’historien des médias reste un historien. Derrière le média, ce qui l’intéresse ce sont les hommes et la société.

Ses lectures?

Passons sur les multiples monographies qui paraissent régulièrement sur des thèmes, personnalités, chaînes, genres, collections… qui sont des lectures communes à tous les chercheurs, quelque soit leur domaine de recherches.
Comme on l’a dit, l’historien des médias mobilise des notions d’esthétique et de communication qui sont une invitation à lire des travaux en études cinématographiques et sciences de l’information et de la communication. Il y trouvera notamment des outils théoriques et méthodologiques complémentaires pour l’analyse de séquences audiovisuelles. Les travaux en SIC offrent également des éclairages stimulants sur des objets qu’il connaît déjà ; libre à l’historien des médias de faire siennes de telles problématiques communicationnelles.
Depuis 2004, l’historien des médias peut lire (et publier dans !) une revue semestrielle dédiée à ce sujet : Le temps des médias. Chaque numéro thématique concerne tous les médias et couvre plusieurs siècles, du XXIe à au moins le XIXe, et peut remonter jusqu’au moyen âge selon les sujets. Les historiens ne sont pas les seuls à y être publiés et la revue accueille des articles écrits par des sociologues et chercheurs en SIC par exemple, témoignant du carrefour disciplinaire où se situent les études sur les médias.

Ses centres d’archives

Longtemps, l’historien des médias était parisien. En raison de la localisation des centres d’archives, il a d’abord été plus aisé de faire de l’histoire des médias en région parisienne. Outre les Archives nationales, le Centre des Archives Contemporaines situé à Fontainebleau conservait jusqu’à présent certains fonds uniques. Je pense notamment à tous les chiffres d’audience de la période antérieure à médiamétrie.

Et bien sûr, l’Inathèque de France, hébergée par la Bibliothèque Nationale de France sur le site de Tolbiac, est le lieu incontournable pour tous les historiens des médias. Ce centre de consultation met à disposition des chercheurs des fonds tant audiovisuels qu’écrits (en plus de posséder une riche collection d’ouvrages, périodiques et travaux universitaires).

Depuis quelques années, l’INA a entrepris d’ouvrir des centres de consultation dans plusieurs grandes villes, facilitant le travail sur ses collections numérisées en régions.

Ses horizons

Les perspectives pour l’histoire des média sont ambivalentes.
Plusieurs s’inquiètent de voir la part des historiens se réduire davantage dans l’ensemble des chercheurs travaillant sur les médias. Même s’il ne s’agit pas de souhaiter que la position des historiens soit hégémonique (ce qu’elle n’a jamais été), on peut déplorer cette tendance qui soulignerait un désintérêt de la communauté pour les médias.
Une inquiétude que je partage est de voir de plus en plus de disciplines historiquement très actives sur le champ des médias (sociologie et SIC) se désintéresser de la télévision. Après les avoir longtemps investigués, elles se tournent maintenant massivement vers l’internet. On peut craindre de les voir déserter les études sur les « vieux » médias audiovisuels car les historiens en souffriraient également en se retrouvant un peu seuls sur ces territoires. Or il reste encore beaucoup à étudier de la télévision, et surtout de la radio, dont les chercheurs s’étaient rapidement désintéressés pour lui préférer le petit écran. De plus, les postes de chercheurs, de plus en plus orientés sur le web, sont autant d’invitations à réorienter les travaux dès le doctorat.
Enfin, il reste des déséquilibres à combler entre les terrains d’études. Si l’information et les émissions politiques sont maintenant bien connues, si les programmes d’histoire ont fait l’objet d’études importantes, ce n’est pas le cas de tous les domaines. L’effort mis sur les programmes de divertissement, variétés, jeux, programmes jeunesse etc… pourra être jugé encore insuffisant de la part des historiens.

Sur d’autres plans, les perspectives sont plus enthousiasmantes. Plusieurs signes indiquent que les historiens des médias relèvent les défis qu’ils s’étaient posés.
Premièrement, le procès en indignité longtemps fait aux sources audiovisuelles et terminé, même si une partie de la communauté continue certainement de mépriser l’histoire des médias. Ce champ désormais reconnu n’a plus à lutter pour sa légimité.
Longtemps, la question de la réception a été éludée en raison de multiples problèmes tant de méthodes que de sources. Très récemment cependant, l’histoire des médias a beaucoup progressé dans l’étude des publics, prouvant que même les chantiers les plus problématiques sont en train d’avancer.
Enfin, j’ai récemment partagé mes notes de lectures au sujet d’un ouvrage qui proposait de casser les antagonismes persistants entre télévision culturelle et télévision populaire pour étudier les programmes autour de la problématique de la qualité. De tels renouvellements sont extrêmement stimulants, même si on doit souhaiter qu’ils s’accompagnent du défrichement de nouveaux territoires et ne se limitent pas seulement à revenir sur des corpus déjà très étudiés.

Les fonds, heureusement, ne cesseront jamais de s’agrandir. La presse n’est pas morte, et le dépôt légal sur les stations de radio et chaînes de télévision garantit qu’il y aura toujours un matériau pour une future histoire des médias du XXIe siècle.

Ce billet aura montré, j’espère, que l’historien qui travaille sur les médias a, dans tous les aspects de son métier, suffisamment de points communs avec le reste de la communauté pour admettre qu’il est bien un historien, indépendamment de l’originalité des sources qu’il étude.

Références:
[1] La première édition de La presse française, par Pierre Albert (Paris, la documentation française), date de 1978.
[2] Christian Brochand, Histoire générale de la radio et de la télévision en France. Paris, La Documentation Française, trois volumes, 1994-2006.
[3] Je reprends le mot à Pascal Ory qui l’employait pour rejeter les accusations faites à l’histoire culturelle : « l’œcuménisme n’est pas le syncrétisme. » Pascal Ory, « L’histoire culturelle de la France contemporaine : question et questionnement », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 16-16, 1987, p. 67‑82.

Les journées du patrimoine (3)

Galerie

Cette galerie contient 5 photos.

Quel type d’information proposent les journaux télévisés au moment des journées du patrimoine ? Dans les billets précédents, j’ai présenté la couverture globale des journées du patrimoine depuis leur création, et l’ai caractérisé comme une croissance importante du nombre de … Lire la suite

Enseignement et exemples : mes choix produisent-ils un discours historique ?

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Extrait : Géraldine Poels, La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années cinquante aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 2013, p.203 : L’histoire de la télévision n’en est plus à ses … Lire la suite