« Le retour de la France moche »

En lisant le titre que le journaliste Luc Le Chatelier a donné à un billet de blog sur le site de Télérama, immédiatement ma thèse a ressurgi devant mes yeux. Le billet en question alerte des conséquences de la loi dite « Macron », accusée d’aller dans le sens du lobby publicitaire qui réclame un assouplissement des règles d’affichages. La loi doit en effet faciliter leur multiplication sur des territoires jusqu’à présent épargnés, notamment ruraux.

Le titre du billet est-il une référence à La France défigurée, le magazine de Michel Péricard et Louis Bériot qui fut la première émission de la télévision française consacrée à l’écologie ? L’affichage publicitaire était, en tout cas, le sujet du tout premier reportage diffusé le 19 juillet 1971. Les journalistes prenaient pour cela l’exemple de la route nationale 20 reliant Paris à la frontière espagnole, soit un trajet fréquemment emprunté par les vacanciers, pour dénoncer les « débordements de panneaux publicitaires » au bord des routes. Ils dénoncent des affiches « nombreuses et agressives » Ils pointaient du doigt autant la médiocrité esthétique de l’affichage que sa généralisation le long des nationales et aux abords des villes. En outre, les journalistes révèlent que les affichistes rémunèrent très mal les propriétaires des maisons sur lesquelles ils accrochent leurs panneaux.

Capture d’écran 2016-02-09 à 10.28.35Capture d’écran 2016-02-09 à 10.34.25

Quelques plans de l’émission du 19 juillet 1971.

C’est au nom de la défense des paysages français que ces journalistes dénoncent la prolifération de la publicité au bord des routes. Ils invitent les Français à exiger de « retrouver nos paysages ». L’argument est esthétique (et un peu chauvin) : « car elle est belle la France vue depuis la nationale 20 ».

On retrouve également chez Luc Le Chatelier une rhétorique de l’inclusion et, en filigrane, une défense des paysages et des formes d’habitat traditionnels : « ce projet de décret risquerait de changer radicalement le paysage de nos petites villes, villages et, même, de nos parcs naturels régionaux s’il était adopté. »

De 1971 à 2016 donc, il apparaît qu’un beau paysage est un paysage dénué de tout ce qui pourrait bloquer le regard, quand bien même il serait observé depuis un véhicule roulant sur une voie goudronnée qui opère une cassure de ce même paysage. La jouissance du paysage ne doit pas souffrir d’entraves visuelles qui perturbent le regard du spectateur, ce que les panneaux sont accusés de faire. Le débat évite tout de même de s’interroger sur des problématiques relevant de l’aménagement et de la géographie, et en premier lieu le problème de l’extension urbaine. Les entrées de villes sont les plus marquées par cette accumulation de panneaux, notamment en raison des nombreuses zones commerciales qui bordent les territoires urbains. La problématique est illustrée par cette photographie : difficile de soutenir ici que l’effacement des panneaux publicitaires améliorerait significativement ce paysage.

france-moche-le-retour,M297400

Photographie illustrant le billet de Luc Le Châtelier (Zone commerciale de Plan de Campagne. Photo: Ian HANNING/REA)

Dans le reportage de 1971, ce désagrément publicitaire est présenté comme une problématique émergente de la société de consommation, de l’urbanisation, de l’ère de l’automobile et du développement de l’autoroute. Le magazine, pourtant, est loin d’avoir un propos radical, même si pendant un peu moins de sept ans elle a porté, à la télévision, une parole alors rare dans un média audiovisuel public

Ce premier reportage est emblématique de l’angle pris par les journalistes de La France défigurée dans la plupart de leurs sujets : un croisement entre la question environnementale et le sujet de la consommation. Cette approche ne doit pas étonner à une époque où l’écologie est un sujet neuf et les journalistes spécialistes sur l’environnement ne sont pas courants. Louis Bériot lui-même était chargé des questions d’aménagement et d’urbanisme à France-Soir et réalisait des dossiers sur la construction de logement individuel ou collectif ; la dimension paysagère était présente mais c’est véritablement avec La France défigurée que son travail le conduit à se spécialiser sur l’écologie en général : au-delà des paysages, les sujets fréquemment traités dans l’émission sont l’épuisement et la contamination des ressources naturelles, la dégradation des milieux naturels, l’architecture. La publicité ne reviendra que très épisodiquement au sommaire du magazine (le 26 mars 1972, le 18 juin 1972, le 10 septembre 1972, le 14 avril 1973, le 26 janvier 1974, le 28 mai 1977) ; cependant, même quand la publicité n’est pas au centre d’un reportage, les journalistes ne se privent pas d’un petit tacle adressé aux affichistes (par exemple le 30 juillet 1972 dans un sujet sur la route touristique de Dijon à Beaune).

La position des journalistes de La France défigurée est d’ailleurs celle d’un compromis : ils sont favorables au développement économique, à la modernisation du territoire, à la consommation, du moment que l’environnement n’est pas affecté outre mesure. Leur campagne contre les panneaux publicitaires n’est pas une attaque portée au consumérisme tout entier.
Dès ce premier reportage, on relève aussi le ton polémique caractéristique de l’émission et qui a contribué à son succès.

« Bienvenue au pays de la laideur et de la grande distribution triomphantes ! », écrit encore le journaliste de Télérama. Je suis frappé de voir revenir ici des termes courants chez les journalistes de La France défigurée. Le lexique de la laideur fait partie de leur vocabulaire usuel et ils l’emploient au sujet de matériaux (le béton), d’architecture (les édifices publics), le logement individuel et collectif (au sujet de l’urbanisme francilien, ils déplorent « la morne laideur des grands ensembles », 21/01/1974). Les boutiques de souvenirs qui s’accumulent dans les rues du Mont-Saint-Michel ne leur inspirent que dégoût : « Ce qu’il y a de surprenant dans la beauté, c’est qu’elle engendre tant de laideur, et tellement toujours la même. » (19/04/1975). « Nous ouvrons le dossier. Nous ne le refermerons que quand ces laideurs auront disparu. » annoncent-ils au sujet des camps militaires attenants au château de Versailles (27/02/1972). Le 15 décembre 1973, à l’inverse, ils se félicitent du « recul de la laideur » dans le cadre de vie des Français.

Bien qu’estimée du public, La France défigurée n’était pas appréciée des gouvernements ni des directeurs de chaîne. L’émission, d’abord reprogrammée à des heures de moindre écoute, finit par être supprimée en 1978. En 1995, Louis Bériot, désormais directeur d’antenne de France 2, commande et fait diffuser durant l’été une série en dix émissions titrée La France défigurée vingt ans après. Les sujets reprennent des thèmes chers à l’émission de Péricard et Bériot et souhaitent montrer ce qui a changé (ou non le cas échéant) là où l’équipe de La France défigurée première du nom avait enquêté. Or justement, l’émission du 2 juillet 1995 revient sur la question de la publicité. Les promoteurs de l’affichage publicitaire tous azimuts, que pensent-ils de ces affichages dont ils ne cessent de minimiser l’impact ? Aimeraient-ils en voir sur la façade de leur maison ? C’est la question qui a été posée à une représentante de la chambre syndicale des afficheurs. Sa non-réponse est assez significative (à voir dans la vidéo ci-dessous). « Elle pourrait être si belle la France vue de la nationale 20 », déclare ensuite Béatrice Le Métayer, reprenant mot pour mot la phrase prononcée en 1971 par Michel Péricard.

Les paysages et leur défiguration sont un sujet dont la dimension polémique n’est plus à prouver. L’opposition frontale entre la défense du patrimoine et la poursuite d’intérêts économiques est également un angle journalistique bien connu. Le retour de ce sujet et de cet angle dans l’espace médiatique, à la faveur de la loi Macron, réactive des angoisses et des traitements journalistes qui n’avaient en fait jamais disparus.

Référence:

Concernant le discours tenu dans La France défigurée, je revoie à mon article : Thibault Le Hégarat, « La France défigurée, première émission d’écologie à la télévision », Le Temps des médias 2015/2 (n° 25), p. 200-213

Travailler sur les représentations du patrimoine: le cas des programmes de télévision

Ce texte est tiré d’une communication donnée à Lausanne, au Centre SCH, le 20 novembre 2015.

Le problème de la notion

Comment travailler sur les représentations du patrimoine dans une perspective d’histoire culturelle ?

Deux difficultés ont rapidement surgi dans mon cas :

  • Que faire de l’hétérogénéité de ce que l’on appelle « patrimoine » ?
  • Le patrimoine n’a pas toujours été appelé ainsi.

Le patrimoine est une notion qui, avec le temps, a recouvert de plus en plus de domaines de la création. D’abord prisonnier du concept des monuments historiques, il s’appliquait aux monuments et aux beaux-arts. Puis, la notion évoluant, ses contours se sont élargis jusqu’à recouvrir des domaines de la création plus récent, des courants architecturaux contemporains, les objets du quotidien, la création vernaculaire, le patrimoine naturel, puis ce qu’on appelle l’immatériel. Comment faire avec cette évolution qui conduit concrètement à étendre le nombre des objets patrimoniaux ? Concrètement, cela veut dire beaucoup de matière à traiter, beaucoup d’émissions susceptibles de rentrer dans le corpus.

Fallait-il choisir pour restreindre, donc avoir une attitude discriminante vis à vis de la notion ? Fallait-il se limiter aux premiers domaines considérés (en résumé, les églises et les châteaux) pour permettre une étude longue ?

Une première limitation a été posée par le cadre scientifique de ma thèse puisque celle-ci est financée par le labex Patrima, laboratoire d’excellence interdisciplinaire qui fédère et organise des études sur le patrimoine matériel. Cela voulait dire exclure l’immatériel, c’est-à-dire la gastronomie, la littérature, l’artisanat, les traditions.
Autre choix que nous avons fait avec mon directeur : exclure la fiction. De toute manière, dans la fiction, le patrimoine est uniquement un décor apparaissant en arrière plan, il n’y a pas de discours dessus.

Définir le patrimoine

Au moment de circonscrire le périmètre de cette étude, la définition du patrimoine s’est posée. J’ai choisi de ne pas proposer de définition a priori de cette notion. Il m’a semblé que je ne devais pas décider de ce qui rentre ou non dans ce terme. Je n’ai pas souhaité me placer au même niveau que les institutions qui détectent, recensent et délivrent le label « patrimoine », parce que je ne souhaitais pas établir des critères pour circonscrire le périmètre de mon étude ; d’une part, pour ne pas reprendre des critères qui sont, historiquement et sociologiquement, ceux d’une élite sociale et culturelle (Bourdieu dirait « bourgeoise ») ; d’autre part pour ne pas imposer ma propre définition ou celle de mes pairs. Ce choix, il trouve son sens au regard de l’inscription de ce travail dans le champ de l’histoire culturelle, qui refuse de hiérarchiser les productions culturelles. Avec ce refus de définir a priori le patrimoine, j’ai pris en considération seulement les définitions des contemporains, aux différentes périodes que j’ai proposées par mon découpage chronologique. Car les spécialistes du patrimoine nous disent que la notion, depuis les années 1980, n’est plus la même que vingt ans auparavant. De même, il était une époque où le terme n’était pas employé, ce qui n’empêchait pas de voir des problématiques et des approches qui sont celles qu’on observe ensuite.

Sur les cinq décennies étudiées, j’ai donc observé ce qui est appelé patrimoine ou ce qui est traité comme tel.

Tout de même, pour circonscrire mon objet et ne pas avoir une perspective trop large qui aurait encore étendu mon champ d’étude, j’ai proposé trois notions qui me paraissent constitutives du discours sur le patrimoine dans un programme de télévision : l’identité, l’héritage, et la transmission.

Premièrement, le patrimoine peut être présenté comme l’expression d’une identité collective, souvent mais pas exclusivement nationale. Deuxièmement, le patrimoine peut être rapporté à des traces de périodes passées. Il est un document pour lire le passé, et il est considéré comme le témoignage fragile et précieux des hommes et femmes du passé. Troisièmement, la notion de transmission peut s’ajouter aux deux premières. En effet, certains discours prennent en compte les notions d’héritage et de continuité, et poussent la réflexion au delà du temps présent pour estimer nécessaire de préserver ces objets pour les léguer aux générations futures.

La pertinence du croisement télévision et patrimoine

Si j’ai souhaité consacrer ma thèse à ce sujet, c’est qu’il m’a paru pertinent pour plusieurs raisons.

D’abord parce que l’histoire des programmes sur le patrimoine n’avait jamais été faite, bien qu’il s’agisse d’un sujet pour lesquels les Français se déclarent une passion. Encore aujourd’hui, les programmes sur le patrimoine, diffusés sur de grandes chaînes généralistes, rassemblent plusieurs millions de téléspectateurs. Sans pour autant approcher les records d’audience des genres populaires comme le sport ou le cinéma, la popularité de ce sujet interpelle. En outre, se pose la question de l’histoire : cette popularité est-elle ancienne ? C’est une question qu’on m’a souvent posée : « le goût pour le patrimoine est-il caractéristique des années 2000 et 2010 ? S’explique-t-il par un sentiment ambiant de déclin national et de perte de l’identité française ? » Ce à quoi je suis maintenant capable de répondre par la négative. Le goût pour le patrimoine n’est pas récent, ainsi que l’illustre l’ancienneté des programmes qui se préoccupent de ces questions (dès les années 1950), et la place croissante occupée par cette thématique. L’un des apports de ma thèse, c’est d’avoir établi cette construction du goût pour le patrimoine, que la télévision a cherché à alimenter.

Cette histoire des programmes que j’ai menée a permis d’établir l’existence de continuités aussi bien dans l’esthétique des programmes que dans les objets qui sont traités. Ceux qui les fabriquent réutilisent, génération après génération, les mêmes codes visuels et narratifs, les mêmes manières de filmer le patrimoine, et partagent les mêmes préférences pour certains sujets : parmi les continuités remarquables, il y a la place écrasante des monuments religieux, des châteaux et des beaux-arts, à toutes les époques sur cinquante ans.

Pourquoi ce croisement entre télévision et patrimoine est-il fécond ?

L’intérêt de ce sujet est qu’il permet d’interroger les représentations diffusées par un média de masse. Il permet donc d’introduire aussi la question du public. La bibliographie se limite habituellement aux institutions culturelles, et peine à rendre compte de la popularité du patrimoine ; autrement dit, en histoire, elle oublie souvent de parler du public. Or étudier la télévision m’a permis d’introduire la question du public, même si elle n’est pas au centre dans mon approche. Etudier les contenus d’un média de masse permet de travailler sur les représentations d’un grand nombre de contemporains. Bien sûr, je travaille sur les programmes, c’est-à-dire ce qui a été diffusé, et potentiellement reçu ; j’analyse donc les intentions des producteurs de programmes à partir des contenus proposés. N’ayant pas analysé la réception de ces programmes dans ma thèse, il s’agit d’un élément qui reste à étudier pour confirmer les hypothèses que j’ai formulées.

Travailler sur les programmes permet aussi de déplacer le regard en ne se concentrant pas sur les institutions de la culture et sur les lieux patrimoniaux, ce qui est au cœur de la bibliographie. L’étude des programmes de télévision permet de voir comment les analyses des spécialistes pénètrent la société civile. Il y a par exemple la question du délai : la conception que les journalistes ont du patrimoine accuse un peu de « retard » par rapport à celle des spécialistes. Par exemple, les patrimoines vernaculaires et industriels ont tardé à apparaître à la télévision, plusieurs années après que les universitaires y consacrent des colloques.

Je me suis interrogé également sur le rôle de la télévision dans la transmission du savoir sur cette thématique particulière. Des journalistes considèrent qu’ils ont un rôle pédagogique à assumer, qu’ils doivent éduquer les téléspectateurs au patrimoine. Certains ont même pour ambition de former le goût des téléspectateurs, ou plutôt devrait-on dire de les convaincre de la pertinence de leurs propres goûts.

Outre un rôle de transmission et de pédagogie, j’ai fait une autre proposition dans ma thèse : je propose de voir la télévision comme une institution de production du patrimoine. Comme les autres institutions, déjà bien connues, que sont le ministère de la culture, l’Inventaire général, l’UNESCO, la télévision établit une hiérarchie entre les types de patrimoine ; le légitime des domaines culturels en les privilégiant, et invisibilise d’autres types ; certains journalistes font de véritables plaidoyers pour la reconnaissance de certains lieux, de certaines œuvres ; enfin, un grand nombre émissions ont pour objectif la promotion et la sauvegarde du patrimoine. Enfin, la télévision cherche à former le goût des spectateurs comme je l’ai dit.

Travailler sur des sources télévisuelles

Quand on travaille sur des programmes de télévision, on établit une méthode d’analyse. Nous prêtons attention à une multitude de facteurs : la nature du programme, ses caractères formels (durée, organisation des séquences), son contenu (thématique, propos, ton), mais aussi des éléments qui tiennent à sa programmation : à quel horaire est-il diffusé ? avec quelle régularité ?

Pour étudier un programme, il faut prêter attention à toutes ses composantes, auditive, visuelle et textuelle. Ce qui singularise ce média, c’est l’image animée, qui est diffusée à domicile, et également la technique du direct. Les composantes audiovisuelles doivent donc être étudiées avec soin.

Cela étant, nous sommes historiens, et non chercheurs en sciences de l’information et de la communication. Si nous pouvons leur emprunter des concepts, des schémas d’analyse, des méthodes aussi, nous ne travaillons pas à la même échelle qu’eux. Travaillant sur des corpus plus réduits, les chercheurs en SIC peuvent proposer des analyses très fines d’un programme, séquence par séquence, avec une mise en parallèle texte-son-image presque systématique. Ce que nous ne pouvons pas faire.

Néanmoins, même en histoire, il faut mobiliser des éléments d’analyse de la technique audiovisuelle : étudier des plans, des séquences, des mouvements de caméra, prêter attention au montage, à la sonorisation, à l’illustration sonore.

 

Dans mon cas, et malgré une volonté d’analyser les programmes selon une grille que j’ai construite aussi au cours des visionnages, j’ai assez tôt eu le sentiment que ce n’était pas sur l’image que je devais concentrer mon attention mais sur le texte. Parce que j’ai réalisé, une fois confronté à mes sources, que le texte fait tout : que c’est le texte qui construit le discours patrimonial, qui construit la valeur des lieux et des œuvres. Les images, au contraire, et dans une très grande majorité des cas, ont une fonction illustrative.

Le patrimoine, pourtant, semble être un sujet très visuel. On pourrait penser que les images se suffisent. C’est le cas quand les images sont belles. Quand le sujet filmé présente des caractéristiques esthétiques spectaculaires, l’image peut éventuellement se suffire : c’est le cas des dorures, qui produisent toujours un certain effet. Aussi, quand le réalisateur fait preuve d’une maitrise de son art, de la technique audiovisuelle, ses images peuvent avoir un certain effet et produire un discours qui peut se passer du texte. Mais ces cas sont rares, à cause, je le suspecte, d’un manque d’expérience des cadreurs qui réalisent les reportages sur le patrimoine ; d’où des pratiques d’imitation qui conduisent à un résultat pauvre comparativement à ce que produisent des documentaristes accomplis, et à des reportages extrêmement homogènes d’un point de vue visuel. Enfin, dernier cas où l’image peut primer sur le texte, dans le cas d’images choquantes : quand le patrimoine est menacé, quand il est attaqué, quand il est détruit. Mais là encore, trop de journalistes et de cadreurs pensent que l’image peut se suffire, et ce n’est pas toujours le cas.

Pour une part très importante de mon corpus, c’est bien le texte qui construit la valeur patrimoniale, qui l’explique, qui la justifie, en mobilisant des arguments esthétiques, historiques, archéologiques, symboliques, etc.

Je ne considère pas que le patrimoine est un absolu universel mais bien qu’il s’agit d’un construit. Je ne considère pas davantage qu’il transcende l’individu, ainsi que le ferait l’art dans la conception qu’en avait André Malraux, et que partageaient certains journalistes de télévision. Le patrimoine n’est pas aussi simple à appréhender, ni aussi facile d’accès que l’affirment certains de ses défenseurs les plus enthousiastes.

Le texte est nécessaire : il y a besoin du commentaire, du récit, de la description, pour que la qualité patrimoniale s’exprime pleinement.

C’est pourquoi mon travail a consisté très largement en l’étude du texte des émissions. Je n’ai pas négligé les autres aspects, mais j’ai abondamment commenté les propos des journalistes. Concrètement, j’ai procédé à la transcription de très nombreux extraits de mes programmes, une pratique que partagent en fait presque tous les historiens à partir de leurs sources. Ces transcriptions ont permis de citer régulièrement les programmes, et de mener aussi, plus ponctuellement, une étude du vocabulaire et du champ lexical, en faisant des comparaisons entre programmes et entre époques.

Quelques mots sur les Journées Européennes du Patrimoine 2015

Pour l’édition 2015 des Journées Européennes du Patrimoine, le ministère de la Culture a choisi pour thème « Le patrimoine du XXIème siècle, une histoire d’avenir ». Ce choix résolument original tranche singulièrement avec le thème de l’édition 2014 – « patrimoine culturel, patrimoine naturel » – qui recouvrait potentiellement l’ensemble du patrimoine. Le thème de cette année est beaucoup plus sélectif  puisqu’après des grands domaines, il s’agit de traiter d’une période, en outre très courte.

Le thème de cette année a de quoi enthousiasmer mais j’estime que la préparation de l’édition 2015 doit s’accompagner d’un travail encore plus important que les années précédente. Il faut réfléchir un instant au sens de ce thème et à ce qu’il recouvre.

La facilité serait grande en effet de lire dans « patrimoine du XXIe siècle » une invitation à englober l’ensemble de la création des 14 dernières années. Or le patrimoine ne se confond pas avec la création, c’est là une des frontières issues les intenses réflexions sur la notion au siècle dernier. L’inflation patrimoniale qui caractérise les dernières décennies du XXe siècle ont brouillé l’image du patrimoine, le rendant moins clair en même temps qu’il devenait plus accueillant pour des œuvres de plus en plus variées et de plus en plus récentes, néanmoins cette distinction reste opératoire.

Ce serait je crois une erreur d’appeler déjà « patrimoine » toute création de ce début du XXIe siècle.
Le patrimoine n’est pas un donné mais une construction. Plus encore, le patrimoine est sélection. En dépit de son inflation, le processus de patrimonialisation demeure sélectif et ne tend pas encore à recouvrir l’ensemble des objets produits. Marie-Anne Sire décrit le patrimoine comme le résultat de choix mémoriels.

Le thème des JEP 2015 est donc une invitation lancée à tous les acteurs engagés dans cette opération à réfléchir au patrimoine et au devenir de la création. La démarche qui me semble la plus franche vis-à-vis de ce thème n’est pas, comme je l’ai dit, de déclarer que tout est patrimoine au motif qu’il s’agit de créations importantes. L’architecture peut donner cette impression quand elle est massive et associée à des lieux à fonctions prestigieuses. Cependant, il serait prématuré de qualifier déjà de patrimoine la fondation Louis Vuitton, le bâtiment de la défense à Balard, la philharmonie de Paris ou le futur palais de justice de Paris. Un minimum de recul est nécessaire pour juger du caractère patrimonial de constructions aussi récentes. Pour cela, nous devons nous demander si ces créations pourraient un jour être considérées comme du patrimoine. Leurs fonctions et leurs usages, leurs qualités artistiques et esthétiques, sont des points qui peuvent déjà peser dans la balance. En revanche, il manque encore le facteur temps : ces bâtiments ont besoin de vivre d’abord, il nous faut attendre de voir s’ils feront polémique, s’ils prouveront leur utilité, s’ils trouveront leur public, s’ils entreront dans l’histoire d’une manière ou d’une autre.

La durabilité me semble être un aspect porteur pour appréhender le patrimoine du XXIe siècle. La valeur d’ancienneté est une composante importante du patrimoine, elle était déterminante dans les décisions de classement jusqu’au XXe siècle, et le public y demeure encore sensible aujourd’hui (la popularité des églises et des châteaux l’illustre bien). Je crois qu’il faut s’interroger sur le patrimoine du XXIe siècle en se demandant, non pas ce qui est déjà patrimoine aujourd’hui, mais ce qui sera patrimoine dans l’avenir. Une manière de trouver ce patrimoine serait notamment de se demander ce qui, dans les créations des 14 dernières années, est appelé à durer dans le temps. Les ouvrages d’art sont construits pour durer, et on peut penser par exemple que le viaduc de Milliau sera considéré patrimoine du XXIe siècle. En revanche, on ne peut prévoir ce qui tombera en désuétude dans les œuvres importantes de ces dernières années.

Les acteurs du patrimoine ne doivent donc pas céder à la tentation de déclarer « patrimoine » tous les monuments, tous les ouvrages d’art, tout l’art urbain, toutes les créations des 14 dernières années. Comme je le disais, ce thème est une invitation à la réflexion, et certains cas méritent discussion. Peut-on par exemple considérer patrimoine du XXIe siècle un édifice antérieur restauré au goût d’aujourd’hui et qui a trouvé une nouvelle affectation ? Il n’a pas été créé au XXIe siècle, tout au plus il a y été recréé, réinventé. Toutefois est-il toujours une œuvre du passé si l’architecture a été repensée, le bâtiment agrandi, etc… De tels cas interpelleront nécessairement les acteurs du patrimoine, et leur décision révèlera bien, encore une fois, les choix que j’évoquais.

Certaines communes risquent donc d’avoir des difficultés à présenter un patrimoine du XXIe siècle. Elles ne doivent pas pour autant chercher à proposer à tout prix des parcours et des œuvres en cédant à la facilité dont je parlais.
En revanche, on peut souhaiter qu’interpellés par cette thématique, les acteurs de la culture réfléchissent aux domaines recouverts par le patrimoine et se tournent vers des œuvres d’un genre différent.

Les acteurs investis dans la préparation de ces JEP 2015 doivent garder à l’esprit que le patrimoine est toujours le résultat d’un choix. Ils doivent aussi avoir une attitude modeste et ne pas chercher à imposer ces patrimoines du XXIe siècle, mais à faire des propositions, à les présenter au public et à recueillir leurs réactions. Le patrimoine est aussi co-construit avec le public (même si on considère souvent que son rôle s’arrête à la validation des choix de l’administration par la visite). Le troisième week-end de septembre 2015 ne doit pas être un moment d’enregistrement du patrimoine récent, le but n’est pas nécessairement de préparer le classement de ces œuvres. Elles doivent plutôt être un moment de réflexion sur la valeur et le devenir des œuvres récentes. Et pourquoi pas d’ouvrir encore plus le processus de patrimonialisation à la participation du public et d’être à l’écoute de ses avis.

_____________________________

Références bibliographiques
Sire, Marie-Anne, La France du patrimoine : les choix de la mémoire, Paris, Gallimard Monum, Éditions du patrimoine, 2005.

Le site de la DRAC de Rhône-Alpes propose des pistes intéressantes qui vont bien au delà du communiqué de presse du ministère.

A propos de la thèse (2) Un rite de passage

Un rite de passage

En écho au précédent billet de cette série « à propos de la thèse », je voudrais aborder ce sentiment qui ne s’est affirmé que tardivement chez moi : celui de vivre la thèse comme un rite de passage.

La thèse, je l’ai d’abord vue comme un aboutissement. Plus haut diplôme délivré par l’enseignement en France, elle devait sanctionner la fin d’une (longue) scolarité. Peut-être parce que je réalise mon doctorat dans l’université où j’ai suivi tout mon cursus, de la 1ère année de licence au concours, entouré de mes anciens professeurs devenus collègues dans le département d’histoire, j’ai d’abord eu le sentiment de reprendre mes études. N’avais-je pas retrouvé le statut d’étudiant, alors que pendant un an j’avais été professeur stagiaire de l’éducation nationale ?
Rapidement (et heureusement) j’ai réalisé qu’être doctorant, c’était un travail. Je n’étais plus étudiant, j’étais désormais apprenti-chercheur. La thèse est devenue pour moi une production scientifique et sa réalisation un travail de longue haleine. Elle devenait à mes yeux un exercice universitaire majeur que je devais aborder comme un professionnel de la recherche.

Puis, la thèse a pris de l’importance à mes yeux à mesure que je progressais dans sa préparation. Je l’ai vue comme le fruit d’une réflexion et pas seulement le résultat de l’étude de sources et de la lecture d’ouvrages. En cela elle s’est transformée en un exercice intellectuel. Très tôt, j’ai ressenti de fortes attentes de mes collègues, de mes directeurs (de laboratoire et de thèse), et même des professionnels que je venais à rencontrer dans le cadre de mes recherches. Cette pression supplémentaire m’imposait d’être à la hauteur de ces attentes, à la hauteur de l’exercice. Je dois montrer ma capacité à m’emparer d’un sujet et à le traiter en historien. Etre docteur, cela se mérite, me disais-je (même si j’ai toujours gardé la tête froide à l’égard du doctorat et du titre de docteur).

Le passage à la rédaction m’a finalement révélé toute cette complexité de la thèse que je commençais à entrevoir. Je la voyais désormais comme un exercice universitaire très codifié. La préparation du plan rendait clairs les attendus et les obligations de la thèse. J’ai parlé la dernière fois du sentiment d’avoir certaines obligations dans la manière de rédiger le manuscrit. Je réalisais ainsi que la thèse comporte des étapes obligatoires : le sujet dont je m’étais emparé devait être traité d’une certaine manière ou, comme je l’ai dit au billet précédent, de la façon dont un sujet comme le mien doit l’être.

Une dernière couche est venue se poser par dessus tout cela jusqu’à ce que survienne la révélation, et celle-là avait des origines beaucoup plus subjectives. Elle s’est constituée en se nourrissant des différents témoignages et souvenirs que mes collègues, directeurs et camarades docteurs m’ont dispensés. Longtemps après leur soutenance, ils sont plusieurs à se remémorer l’époque de leur thèse avec nostalgie, comme d’une sorte d’âge d’or dans le parcours du chercheur. Tous s’en souviennent comme d’un moment de bouillonnement intellectuel extrêmement stimulant et formateur, une phase d’autonomie et de liberté, une période d’accomplissement personnel.
J’étais incrédule devant ces témoignages. Ne s’agissait-il pas plutôt du syndrome de Stockholm ?
Au cours de ma troisième année, la thèse s’était en effet faite plus pesante pour moi. Cela coïncide exactement avec le début de la rédaction, cette rédaction devenue de plus en plus pénible à mesure qu’elle s’allonge jusqu’à exploser le planning que j’espérais respecter. Les multiples tâches qui m’incombaient ne facilitaient pas sa rédaction. Les jours sont devenus répétitifs, avec (presque) quotidiennement le même sentiment de frustration et d’insatisfaction.
En outre, mes amis doctorant.es étant au même point que moi, cela nous vaut d’échanger de nous lamenter régulièrement ensemble. Ce « groupe de soutien » informel s’est avéré très bénéfique pour le moral : il m’a permis de constater que mes difficultés, mes angoisses, mes frustrations, d’autres que moi les éprouvaient. Certains plus durement.

C’est ainsi que j’en suis venu à considérer la thèse comme un rite de passage.

De même qu’un rite de passage, la thèse comporte ses étapes, ses rythmes, ses obligations, auxquels aucun de nous n’échappe. Même les sentiments que la thèse nous inspire, nous les éprouvons vraisemblablement tous à un moment ou un autre (souvent près de la fin d’ailleurs).
Ce rite de passage est fatigant mentalement : il comporte des journées éprouvantes et des nuits blanches. Il implique des angoisses intenses et des doutes paralysants. J’y associerai, à titre personnel, le souvenir d’un problème de santé, qui a ajouté la souffrance physique à ce tableau déjà bien rempli. Or j’ai le sentiment que la difficulté fait partie du rite : nous devons éprouver ces peines, parce que ce sont des obstacles que nous devons surmonter. Parce que nos prédécesseurs ont éprouvé les unes et surmonté les autres, nous le devons à notre tour. La thèse, apparemment, doit être dure. C’est aussi ce qui forgera notre expérience commune.

La comparaison peut aller plus loin. Comme un rite, la thèse a sa cérémonie (la soutenance), ses formules rituelles (« Nous tenons à remercier… », « Je sollicite une quatrième année… », « Le jury a décidé… »), ses gestes (le dépôt du manuscrit…), ses sacrifices (de son équilibre alimentaire, de sa vie sociale) et même ses libations (le pot qui suit la soutenance). Au terme de ce rite qui nous a éprouvés, nous changeons de statut : de doctorants, nous voilà docteurs. Un titre qui a moins de sens en France que dans les pays anglo-saxons, mais qui en a un au moins pour ceux qui ont traversé l’épreuve. Et aussi pour nos parents. Rendus au marché du travail, les nouveaux docteurs choisissent ensuite leur nouveau groupe social (leur section CNU) en espérant trouver leur place au côté des sages, qui évaluent notre valeur à ce que nous avons, comme eux autrefois, accompli le rite.

C’est ainsi que je conçois la thèse désormais: comme une épreuve, comme une porte aussi. A titre personnel, je ne l’ai jamais conçue comme un sésame. Quand je l’ai débutée, je ne savais pas quoi attendre de sa réalisation. A minima, j’espérais en retirer un épanouissement personnel. Aujourd’hui encore, je ne sais pas si mon avenir est à l’université, son utilité professionnelle m’est donc incertaine. Je me sens tout de même aujourd’hui davantage chercheur qu’enseignant (contrairement à mon sentiment au moment de la commencer). En tout cas, je n’ai jamais compté sur la thèse, seule, pour m’assurer une carrière de chercheur. Elle demeure incontournable pour l’espérer toutefois.


Il m’a été rapporté que Laetitia Gérard, docteur en science de l’éducation, a publié un ouvrage sur ce sujet, titré Le doctorat, un rite de passage, et dont j’avoue ne pas avoir eu connaissance, mais que j’espère pouvoir lire avant la soutenance.

Qu’est-ce qu’un.e historien.ne des médias ?

640px-Scriptorium-monk-at-work

Je fais régulièrement le constat que nous ne sommes pas nombreux dans la communauté historienne à travailler sur les médias. Je le vois particulièrement sur internet où, entre twitter et le blogging scientifique, les historiens des médias sont rares, surtout à côté des sociologues, sémiologues, chercheurs et sciences de l’information et de la communication. Je me sens parfois seul avec mes problématiques historiennes et mes sources audiovisuelles.
En faisant la demande pour ouvrir ce carnet auprès d’Hypothèse, j’ai avancé l’argument de couvrir un champ de recherche peu représenté dans les carnets existants. Depuis son ouverture, même si mes billets sont lus, ils ne sont pas commentés. Je suspecte que les sources dont je traite sont peut-être plus intimidantes que d’autres pour ceux qui n’ont pas l’habitude de les exploiter. Voire, qu’aux yeux de certains, les sources audiovisuelles ne sont pas légitimes.
Pour plusieurs raisons m’est venue l’envie d’expliquer ce qu’est un.e chercheur.e en histoire des médias. Afin de tenter de rendre plus accessible le travail que je mène, je vais brosser ici un portrait type de ce chercheur (ou cette chercheuse, le féminin sera sous entendu à chaque fois à l’avenir), en m’efforçant de voir au delà de ma propre expérience même si vous comprendrez que ce billet a une grande part de subjectivité.

Ses sources

Les sources sont le pain de l’historien. Savoir de quoi est fait le quotidien d’un chercheur permet d’en apprendre beaucoup sur son travail, en l’occurrence ce qui lui est spécifique.
Ce qui distingue d’abord l’historien des médias de ses collègues, c’est bien sûr de travailler à partir de sources audiovisuelles, celles de la radio et de la télévision (même si on voit de plus en plus d’historiens recourir à ce type de sources).
Cependant, comme tout historien, il utilise également des sources administratives, textuelles et imprimées.
Les sources textuelles, communes à tout historien, lui sont incontournables. Archives des administrations, versements des personnels de direction, procès verbaux de conseils d’administrations, circulaires internes, documents de comptabilité, etc. font aussi partie des sources que l’historien des médias peut mobiliser, comme le ferait tout dixneuviémiste ou vingtiémiste travaillant sur les archives d’une société (ce que sont bel et bien une entreprise de presse, une station commerciale de radio, et même l’ORTF).
Comme tout domaine de recherche, celui-ci a également des documents textuels plus originaux : ce sont les documents en rapport avec la production de programmes. Ceux-ci sont toutefois rares car ils dépendent surtout des versements de fonds privés ; quand ils existent, il peut s’agir de scénarios, de plans des décors, de photographies de tournage.
Deux types de documents textuels particulièrement précieux pour l’historien de la télévision sont les bulletins de programmes et les rapports de chef de chaîne. Les premiers sont publiés par une chaine de télévision et annoncent quelques semaines à l’avance les programmes prévus à la diffusion ; les seconds, renseignés par le personnel de chaque chaîne, rendent compte de ce qui a été effectivement diffusé (y compris donc les aléas techniques, déprogrammations et remplacements de dernière minute).

A côté des sources imprimées bien connues (périodiques et ouvrages), l’historien des médias dispose des journaux de programmes (ou magazines télé) pour compléter sa connaissance de la programmation et des contenus. Cette source est d’une incroyable richesse pour quiconque veut saisir l’environnement de la télévision et la culture du téléspectateur.
Quant aux sources orales, l’historien des médias a parfois la chance de pouvoir interroger des témoins ; cela dépend, comme toujours, de la période étudiée et des parcours de vie.

Ses objets

Que la source soit textuelle ou audiovisuelle, elle est toujours appréhendée en historien, c’est-à-dire en scientifique attaché fondamentalement à la contextualisation de son objet, et cherchant les ruptures qui structurent le temps de son étude.
Depuis plusieurs décennies déjà nous disposons de grandes synthèses couvrant l’ensemble de l’histoire de la presse[1] et de celle de la radio-télévision[2].
Depuis, des études plus spécialisées ont été menée : par titre (journal), par espace géographique (la presse régionale), ou encore par contenu (les émissions radiophoniques politiques). Des genres entiers ont été étudiés (l’information télévisée par exemple), d’autre fois ce sont des collections d’émissions qui font l’objet de thèses de doctorat (La caméra explore le temps).

L’historien des médias n’est pas réduit à faire l’histoire de ces médias. C’était l’enjeu de beaucoup de premiers travaux. Au tournant de la fin des années 1970-1980, le regard des historiens a changé sur les médias. Désormais, ils se sont saisis des médias comme de sources pour étudier, non plus ces médias eux-mêmes, mais la société française.

Le politique a pendant un temps occupé l’essentiel de ces chercheurs. L’histoire particulière des médias audiovisuels français et de leurs relations avec le pouvoir politique expliquent que les historiens français aient d’abord privilégié ce terrain, qui aujourd’hui n’est plus majoritaire.
J’ai tendance, du fait de ma formation, à ne pas dissocier histoire culturelle et histoire des médias ; l’histoire économique des entreprises de presse existe toujours, tout comme les questions relatives au rôle politique des médias sont renouvelées par les nouvelles formes de communication que lesdits médias permettent. Cependant, je crois que l’utilité des médias pour interroger la société passée est plus forte encore et qu’il y a là un terrain d’une immense richesse à travailler. L’étude des représentations dans les médias, stimulée par l’histoire culturelle, est un chantier qui a prouvé sa richesse.

Ses méthodes

Je me concentrerai ici sur les points qui singularisent l’historien de la radio et de la télévision. La manière dont il exploite ces sources audiovisuelles dépend de son angle, et deux chercheurs n’en auront pas toujours le même usage.
Une émission peut-être étudiée d’abord au niveau de son texte. La télévision a certes un l’attrait de l’image, elle n’en reste pas moins un média très bavard : rares sont les séquences muettes. L’historien des médias s’adonne à la pratique courante de la transcription, en l’occurrence des séquences qu’il visionne. Le texte des programmes peut alors être analysé comme toute autre production journalistique, œuvre fictionnelle, etc.
Bien sûr, les dimensions auditives et visuelles ne peuvent pas être détachées du texte. Ces différentes « couches » ne forment qu’une dans l’archive télévisée, mais le chercheur a la possibilité de les étudier aussi séparément.
L’analyse d’image est une composante importante du travail de ce chercheur. Il mobilise pour cela des compétences développées par les études cinématographiques et les sciences de l’information et de la communication – bien sûr, avec le niveau de détail qu’il juge utile à son travail. Il peut donc analyser dans une fiction les procédés de réalisation, les plans, les séquences, les effets de montage ; quant aux plateaux, il prêtera attention au dispositif communicationnel, à la répartition de la parole, aux rôles symboliques dévolus à chacun (autorité, expertise, authenticité…), aux procédés de mise en spectacle, en s’interrogeant notamment sur leurs effets sur le message.
L’historien des médias ne fait cependant pas de l’analyse d’image le cœur de son métier. Les chercheurs en SIC travaillent sur des corpus plus réduits que les historiens des médias et peuvent donc mener des études beaucoup plus fines de la composante visuelle des sources (réalisation, montage…) et leur rôle dans la transmission d’un message. Comparativement, l’historien des médias fera montre d’ambitions plus limitées.

Toutefois, il ne faudrait pas penser que l’histoire des médias est un amalgame de disciplines résultant en un territoire d’études flou. Elle n’est pas un syncrétisme[3]. L’historien des médias reste un historien. Derrière le média, ce qui l’intéresse ce sont les hommes et la société.

Ses lectures?

Passons sur les multiples monographies qui paraissent régulièrement sur des thèmes, personnalités, chaînes, genres, collections… qui sont des lectures communes à tous les chercheurs, quelque soit leur domaine de recherches.
Comme on l’a dit, l’historien des médias mobilise des notions d’esthétique et de communication qui sont une invitation à lire des travaux en études cinématographiques et sciences de l’information et de la communication. Il y trouvera notamment des outils théoriques et méthodologiques complémentaires pour l’analyse de séquences audiovisuelles. Les travaux en SIC offrent également des éclairages stimulants sur des objets qu’il connaît déjà ; libre à l’historien des médias de faire siennes de telles problématiques communicationnelles.
Depuis 2004, l’historien des médias peut lire (et publier dans !) une revue semestrielle dédiée à ce sujet : Le temps des médias. Chaque numéro thématique concerne tous les médias et couvre plusieurs siècles, du XXIe à au moins le XIXe, et peut remonter jusqu’au moyen âge selon les sujets. Les historiens ne sont pas les seuls à y être publiés et la revue accueille des articles écrits par des sociologues et chercheurs en SIC par exemple, témoignant du carrefour disciplinaire où se situent les études sur les médias.

Ses centres d’archives

Longtemps, l’historien des médias était parisien. En raison de la localisation des centres d’archives, il a d’abord été plus aisé de faire de l’histoire des médias en région parisienne. Outre les Archives nationales, le Centre des Archives Contemporaines situé à Fontainebleau conservait jusqu’à présent certains fonds uniques. Je pense notamment à tous les chiffres d’audience de la période antérieure à médiamétrie.

Et bien sûr, l’Inathèque de France, hébergée par la Bibliothèque Nationale de France sur le site de Tolbiac, est le lieu incontournable pour tous les historiens des médias. Ce centre de consultation met à disposition des chercheurs des fonds tant audiovisuels qu’écrits (en plus de posséder une riche collection d’ouvrages, périodiques et travaux universitaires).

Depuis quelques années, l’INA a entrepris d’ouvrir des centres de consultation dans plusieurs grandes villes, facilitant le travail sur ses collections numérisées en régions.

Ses horizons

Les perspectives pour l’histoire des média sont ambivalentes.
Plusieurs s’inquiètent de voir la part des historiens se réduire davantage dans l’ensemble des chercheurs travaillant sur les médias. Même s’il ne s’agit pas de souhaiter que la position des historiens soit hégémonique (ce qu’elle n’a jamais été), on peut déplorer cette tendance qui soulignerait un désintérêt de la communauté pour les médias.
Une inquiétude que je partage est de voir de plus en plus de disciplines historiquement très actives sur le champ des médias (sociologie et SIC) se désintéresser de la télévision. Après les avoir longtemps investigués, elles se tournent maintenant massivement vers l’internet. On peut craindre de les voir déserter les études sur les « vieux » médias audiovisuels car les historiens en souffriraient également en se retrouvant un peu seuls sur ces territoires. Or il reste encore beaucoup à étudier de la télévision, et surtout de la radio, dont les chercheurs s’étaient rapidement désintéressés pour lui préférer le petit écran. De plus, les postes de chercheurs, de plus en plus orientés sur le web, sont autant d’invitations à réorienter les travaux dès le doctorat.
Enfin, il reste des déséquilibres à combler entre les terrains d’études. Si l’information et les émissions politiques sont maintenant bien connues, si les programmes d’histoire ont fait l’objet d’études importantes, ce n’est pas le cas de tous les domaines. L’effort mis sur les programmes de divertissement, variétés, jeux, programmes jeunesse etc… pourra être jugé encore insuffisant de la part des historiens.

Sur d’autres plans, les perspectives sont plus enthousiasmantes. Plusieurs signes indiquent que les historiens des médias relèvent les défis qu’ils s’étaient posés.
Premièrement, le procès en indignité longtemps fait aux sources audiovisuelles et terminé, même si une partie de la communauté continue certainement de mépriser l’histoire des médias. Ce champ désormais reconnu n’a plus à lutter pour sa légimité.
Longtemps, la question de la réception a été éludée en raison de multiples problèmes tant de méthodes que de sources. Très récemment cependant, l’histoire des médias a beaucoup progressé dans l’étude des publics, prouvant que même les chantiers les plus problématiques sont en train d’avancer.
Enfin, j’ai récemment partagé mes notes de lectures au sujet d’un ouvrage qui proposait de casser les antagonismes persistants entre télévision culturelle et télévision populaire pour étudier les programmes autour de la problématique de la qualité. De tels renouvellements sont extrêmement stimulants, même si on doit souhaiter qu’ils s’accompagnent du défrichement de nouveaux territoires et ne se limitent pas seulement à revenir sur des corpus déjà très étudiés.

Les fonds, heureusement, ne cesseront jamais de s’agrandir. La presse n’est pas morte, et le dépôt légal sur les stations de radio et chaînes de télévision garantit qu’il y aura toujours un matériau pour une future histoire des médias du XXIe siècle.

Ce billet aura montré, j’espère, que l’historien qui travaille sur les médias a, dans tous les aspects de son métier, suffisamment de points communs avec le reste de la communauté pour admettre qu’il est bien un historien, indépendamment de l’originalité des sources qu’il étude.

Références:
[1] La première édition de La presse française, par Pierre Albert (Paris, la documentation française), date de 1978.
[2] Christian Brochand, Histoire générale de la radio et de la télévision en France. Paris, La Documentation Française, trois volumes, 1994-2006.
[3] Je reprends le mot à Pascal Ory qui l’employait pour rejeter les accusations faites à l’histoire culturelle : « l’œcuménisme n’est pas le syncrétisme. » Pascal Ory, « L’histoire culturelle de la France contemporaine : question et questionnement », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 16-16, 1987, p. 67‑82.

Pour une télévision de qualité (notes de lecture)

CouvTVdequalite

Notes de lecture sur l’ouvrage dirigé par François Jost, Pour une télévision de qualité, INA éditions, 2014, 278 p. Textes issus du colloque international « Qu’est-ce qu’une télévision de qualité ? », 12-14 septembre 2012, Sorbonne Nouvelle Paris 3.

Pourquoi préciser notes de lecture? Parce que j’ai rédigé une recension de cet ouvrage et qu’il paraitra plus tard cette année dans un numéro du Temps des médias. Il ne s’agira donc pas d’un compte rendu et je ne répèterai pas ce qui figurera dans ma recension, ce billet rendra compte de quelques remarques faites au fil de la lecture de l’ouvrage.

Il y a quelques temps maintenant j’ai publié un billet sur la question de la culture à la télévision, qui s’achevait sur la proposition de recentrer le débat sur la qualité. A l’époque, j’ignorais que la « télévision de qualité » était une notion réelle et que des recherches étaient en cours, et même qu’un colloque avait eu lieu en France sur ce sujet (je reconnais que je ne mets pas suffisamment d’application dans ma veille scientifique). J’ai donc lu avec plaisir l’ouvrage tiré de ce colloque interdisciplinaire et international, dont les textes retenus sont très stimulants.

Mon impression principale est que l’enjeu des recherches sur la télévision de qualité est à même de changer tout notre rapport à la production télévisée. La notion a l’avantage ne rien écarter, ni en terme de sujet ni en terme de sources. Sont pris en compte les textes, la création, les conditions de production, les systèmes télévisuels nationaux, les contextes de diffusion, la programmation, les attentes des publics. En effet, ici pas de hiérarchie (ce qui devrait intéresser favorablement l’histoire culturelle) ni d’opposition entre la culture et le divertissement. D’ailleurs, il est significatif que la notion de « quality TV » surgie aux Etats-Unis, soit née d’études sur la fiction, plus précisément sur les séries télévisées. Autrement dit, un genre qui a été – en tout cas en France – tardivement étudié, longtemps après les programmes d’information et culturels. Il est donc tout à fait intéressant de voir que cet objet s’est d’abord constitué autour de genres télévisuels populaires. L’ouvrage présente d’ailleurs des études de cas de séries américaines, de télénovelas brésiliennes et d’un dessin animé argentin.
L’ouvrage propose, avec les contributions de François Jost, Eva Pujadas et Milly Buonanno, une réflexion théorique et historiographique sur cet objet complexe. Plusieurs facteurs expliquent que les chercheurs l’aient inventé au début des années 2000. J’en citerai deux. D’abord, le sentiment de vivre, aux Etats-Unis, un nouvel âge d’or de la série télé depuis la fin des années 1990. Ensuite l’impression qu’un besoin de réfléchir à cette télévision de qualité s’est accentué avec l’avènement de la télé-réalité au début des années 2000. Milly Buonanno se demande par exemple s’il n’y a pas eu alors un effet de « retour à une esthétique élitiste » couronnant une quête de légitimité pour la télévision et ceux qui l’étudient (176). La télévision, s’il fallait le rappeler, a longtemps eu le statut d’objet « indigne » et illégitime aux yeux des chercheurs, en histoire notamment.

Le concept, qui c’est vrai m’enthousiasme beaucoup, n’est toutefois pas un paradigme-miracle qu’il conviendrait de reprendre et d’appliquer à tous les travaux. D’abord parce que la « télévision de qualité » semble être un objet complexe. Les tentatives de définitions dans l’ouvrage l’illustrent bien. Surtout parce que c’est un objet diachronique : les définitions de la qualité ont évolué au fil du temps d’où une nécessité de contextualiser en permanence. Par exemple, à l’époque des broadcast et des télévisions publiques, les préoccupations de qualité se confondent avec les intérêts institutionnels et politiques (comme du temps de l’ORTF en France). La qualité était comprise d’une certaine façon au moment de l’âge d’or du service public (époque d’une télévision paternaliste), et d’une autre dans les années 1980 : la même manière de s’adresser au public était différente, et ce public était devenu capable de reconnaître les codes dans l’écriture et la réalisation, jusqu’à savoir décrypter les subtilités et les clins d’œil. En d’autres termes, le public est devenu téléspectateur (référence à la belle thèse de Géraldine Poels sur la naissance du téléspectateur). Mais je ne vois là qu’un défi mineur pour les historiens qui sont habitués à la constante nécessité de relier les productions à leur contexte.

Ce qu’il est possible de reprendre dès maintenant à ce concept, c’est, son approche qui rejette la hiérarchie entre programmes, en dépit donc d’une démarche de caractérisation de la qualité (du moins dans le projet, j’y reviendrai). C’est aussi le fait de ne pas rejeter le critère d’audience dans l’évaluation de la qualité.

L’origine américaine de ce concept est également une invitation à sortir de nos cadres théoriques régionaux (sinon nationaux). Ainsi, le concept américain de « Quality TV » s’est construit autour de la fiction et s’intéresse plus largement aux programmes, tandis que l’approche européenne de « télévision de qualité » se centre sur le système de télévision et sur les publics. Notre approche française de la qualité a tendance à être structurée par les oppositions public/privé et culture/divertissement. Or il est possible de transférer ce concept américain et d’étudier, à leur manière, nos productions nationales. La lecture des textes portant sur les corpus étrangers ont fait surgir chez moi de nombreuses idées de sujets sur nos programmes français.

Cette ouverture serait enrichissante ; pourtant, du fait peut-être de la structure de la recherche (en laboratoires, en réseaux nationaux, avec des sujets d’études relevant de catégories datées et signifiantes dans un contexte universitaire national) les textes de cet ouvrage sont encore prisonniers d’une approche par genre et par pays, dont François Jost signale pourtant les limites.

Les recherches sur le sujet sont aussi fonction, à l’intérieur de chaque pays, de l’état de la télévision et de l’attraction ou de la répulsion qu’elle exerce auprès des intellectuels. Cependant, dans le sillon des chercheurs américains, beaucoup se sont intéressés aussi à la fiction. Comment ne pas y voir un effet de l’hégémonie américaine en matière de séries? Ce qui n’enlève rien à la légitimité de ce chantier par ailleurs. Toutefois, on peut regretter que les chercheurs ne s’intéressent pas davantage à d’autre genres de programmes, surtout à des programmes moins bien considérés mais qui rassemblent un très grand public. En France notamment, les jeux télévisés peinent à être considérés comme des sujets d’études légitimes. Or le concept de télévision de qualité est pertinent pour réévaluer des productions longtemps rangées dans les divertissements. Ainsi, des jeux à question de culture générale comme La tête et les jambes, L’homme du XXe siècle et Questions pour un champion, qui réclament un haut niveau de culture générale, ne relèveraient-ils pas également de la télévision de qualité? Instruire en divertissant ne serait-il pas un signe de la qualité? On se rassurera en se disant que les recherches ne font que commencer.

D’autres critiques pour terminer. L’ouvrage se révèle polarisé par la fiction américaine et la chaîne HBO en particulier est abondamment citée dans les textes. On peut regretter ce tropisme qui pourrait conduire les chercheurs à perpétuer une forme de hiérarchie dans la production audiovisuelle à l’intérieur des genres mêmes. Il est ainsi paradoxal que les communications de Janet McCabe et Kim Akass, d’Hélène Monnet-Cantagrel et de Charo Lacalle, tout en cherchant à déconstruire l’image de la chaîne HBO et d’en expliquer le succès, la singularisent et par effet de comparaison la maintiennent au pinacle du paysage audiovisuel. Il ne m’a pas semblé que la notion de télévision de qualité devait aboutir à cela. Or j’ai trouvé problématique de lire dans l’ouvrage une apologie des productions de la chaîne HBO, surtout de Six Feet Under, des Sopranos et de The Wire. Autrement dit séries encensées par la critiques et régulièrement citées comme le sommet de la fiction sérielle, au point que ces jugements – qui ressemblent parfois à du snobisme – irritent ici ou là (sur twitter notamment) les chercheurs travaillant sur la télévision. Les productions de HBO ont été déjà abondamment étudiées, on aimerait passer à autre chose désormais, au risque de lire des travaux redondants et qui perpétuent les jugements d’une critique télévisuelle (américaine comme française) parfois qualifiée de snob.

Enfin, en dépit du programme enthousiasmant dessiné en introduction de l’ouvrage, surgit, au détour d’une phrase, une interrogation sur le « bon programme » (28). Que des professionnels de la télévision ou que le public emploient cette expression est un indicateur intéressant des jugements qui sont formulés. A l’inverse, la lire sous la plume de chercheurs a de quoi gêner. Elle laisse craindre un glissement des jugements portés autrefois par les universitaires sur la télévision. A mon sens, les travaux sur la télévision de qualité ne doivent ni aboutir à la conception d’un modèle du programme-type de qualité, ni décerner des points aux « bons programmes » – car nécessairement apparaitraient en négatif les « mauvais programmes ». En histoire culturelle, nous maintenons les jugements en dehors de notre regard sur les productions.

Cette lecture a donc suscité chez moi un grand espoir de renouvellement des travaux sur la télévision. Il me laisse toutefois craindre un retour des vieux démons et des pesanteurs de notre recherche. Un tel ouvrage a une durée de vie malheureusement limitée, il est bon de le lire tant que sa fraîcheur – stimulante – est intacte.

Ils ne se doutaient pas qu’elle servirait à ça

Ceux qui ont rêvé puis mis au point la télévision ne s’attendaient pas à ce qu’elle allait devenir. Comme beaucoup d’inventions qui ont changé la société en fait. Ni la radio ni le téléphone n’ont été mis au point pour les usages que nous en avons aujourd’hui. S’agissant de la télévision, je ne parle pas ici du plan technique mais bien des contenus.

Les pionniers de la télévision ne se doutaient pas que leur invention ferait de la misère sociale un spectacle. Qu’elle prospèrerait sur les inégalités culturelles, économiques et sociales, qu’elle mettrait en scène de manière obscène la pitié et le désespoir de gens ordinaires.
Mon but n’est pas d’opposer (une fois encore) télévision au cinéma car on sait en faveur de quel média cela se fait ordinairement, toutefois la comparaison me semble utile ici. Il existe de nombreux films documentaires ou de fiction qui montrent l’état de misère et de désespoir de franges entières de notre société : travailleurs démunis, familles pauvres, personnes isolées, précaires, sans abri, migrants, victimes de conflits. Au delà du fait qu’il s’agit d’un produit culturel, la plupart du temps payant, ils ont tout de même pour objectif de révéler ces situations pour éveiller le regard des spectateurs aux injustices et aux inégalités. Le genre documentaire à la télévision remplit ces mêmes fonctions informatives, et ce n’est pas de ces programmes dont je parle.

Je fais référence aux émissions de divertissement, parfois maquillées en émissions de « société », qui ont pour matériaux la détresse et la souffrance de citoyens ordinaires, quand bien même elles le feraient au prétexte fallacieux de leur venir en aide. On reconnait ces émissions à ce qu’elles ciblent des personnes de condition modeste dont elles dévoilent l’intimité aux téléspectateurs, que ce soit avec la caméra ou avec le concours d’un animateur-interrogateur. Ici, l’objectif n’est pas de sensibiliser mais seulement de proposer un contenu divertissant. On n’y trouve aucune réflexion sur les facteurs de ces situations, aucune dénonciation de leurs causes, ces émissions restent à la surface, au niveau de l’émotion. Ce sont pourtant bien des inégalités qui sont à la racine des problèmes de ces personnes, qui souvent ont fait peu d’études, ont des emplois mal payés (quand ils.elles en ont), et sont maintenues dans une situation d’infériorité dont elles n’ont pas toujours conscience.

Je ne suis pas certain que c’est cette télévision que les premiers penseurs, concepteurs et directeurs ont imaginée.

Quand on parle des pionniers de la télévision, il est facile de tomber dans une lecture antagoniste de l’histoire qui opposerait, à l’âge d’or des débuts de ce média, la« décadence » d’aujourd’hui. Je ne veux pas rentrer dans ce débat ici. Je me contenterai de rappeler quelques faits. En France, dans l’entre-deux guerre, « l’appareil » télévision est sorti de son statut d’objet de laboratoire, il techniquement au point mais n’a pas de public. Ce n’est qu’après la guerre que les nations réfléchissent à ses usages, pendant que les techniciens s’attachent à lever (lentement) les limitations à la réception de programmes sur le territoire (coût de l’appareil et distance de couverture des ondes). Or la télévision, pressentie alors comme un média de masse en devenir, provoque un enthousiasme stimulant chez les dirigeants et intellectuels. Très vite, les Nations Unies se montrent enthousiastes devant le potentiel éducatif des médias audiovisuels. Chloé Maurel rapporte des discussions allant dans ce sens à la Conférence constitutive de l’UNESCO en novembre 1945 et la première conférence générale de décembre 1946. L’institution invite à s’emparer des moyens de communication de masse pour des objectifs culturels. En fait, ces ambitions d’éducation et de culture semblent indissociables de l’histoire de la télévision en Occident après la Seconde guerre mondiale, avec toutefois des différences entre nations (les ambitions sont exprimées de manière plus forte au Royaume-Uni qu’en France, mais davantage en France qu’aux Etats Unis).
Déjà, la télévision est conçue comme d’un média vertical, dans un disposition frontale avec le téléspectateur (comme peut l’être la salle de classe). Cette configuration devait permettre à des programmes conçus dans une perspective éducative et informative de toucher un très large public.
Les sources dont nous disposons sur les deux décennies qui ont suivi la seconde guerre mondiale nous le confirment : beaucoup de créateurs et de directeurs avaient une haute estime de ce média, à tel point qu’ils lui prêtaient les capacités de combler les inégalités culturelles dans la société. L’idéal démocratique est indissociable d’un accès large à la connaissance et à l’éducation, et c’est dans cet esprit que les pionniers de la télévision envisagent ce média: comme un outil de la démocratie et de l’émancipation individuelle.

Dès lors, les émissions que j’ai décrites plus haut apparaissent complètement opposées à l’esprit des pionniers de la télévision: profiter que certains Français soient dans une situation d’indigence culturelle et abuser de leur crédulité pour produire un programme sans utilité sociale et sans objectif autre que de satisfaire les goûts de certains spectateurs, cela ne s’accorde pas avec les ambitions des promoteurs de la télévision des origines.

Pour le dire avec une formule à l’emporte-pièce, la télévision n’a pas été pensée pour TF1 et NRJ12.
On pourrait essayer, pour la formule et pour un jeu rhétorique, de soutenir l’affirmation suivante: si la télévision n’a pas été pensé pour cela, est-elle in fine conçue, dans son fonctionnement dans ses caractéristiques, pour faire de la misère un spectacle? La télévision, comme la radio, s’est invitée dans les foyers et s’est installée dans le principal espace de vie du domicile. Avec la démocratisation des téléviseurs individuels, elle est devenue un objet de l’intimité. C’est pourquoi on pourrait penser que la télévision est à même de diffuser des contenus touchant à l’intimité de gens ordinaires, et d’en faire un spectacle pour d’autres gens ordinaires. La thèse me parait toutefois difficile à soutenir car elle occulte une des dimensions fondamentales de ce média, dès sa naissance, qui est son ouverture sur le monde et son goût pour les grands événements, autrement dit sa capacité à offrir les images les plus étonnantes et tous les spectacles venus de l’autre du bout du monde. La télévision n’est pas recroquevillée à l’échelle de l’individu, elle n’a pas été pensée ainsi. Rien n’indique non plus que ce média, plus qu’un autre (la radio n’est-elle pas aussi un média de l’intimité?), doive se complaire dans le spectacle de l’indigence.
Avec ces émissions, aucun mal n’est fait, pourrait-on me répondre. C’est discutable. Je n’estime pas que les chaînes ont un devoir moral vis à vis de la société, ni qu’elles ont pour but de corriger ses maux. Les idéaux de ses pionniers ne sont pas gravés dans le marbre, et la télévision devait nécessairement évoluer. Le renoncement de certaines chaînes à assumer un rôle social peut, en revanche, être critiqué.
Nom régulièrement cité dans les travaux sur la télévision des années 1950, Jean d’Arcy, directeur historique de la télévision, considérait que leur production engageait la responsabilité des créateurs, et garantissait en cela une certaine qualité : pour lui, un des critères de qualité était qu’une émission soit faite avec un sens de la responsabilité sociale, dans le refus de la facilité et de la vulgarité. L’homme était par ailleurs attaché à des valeurs humanistes (comme la Déclaration universelle des droits de l’Homme) et voulait utiliser la télévision comme un outil de progrès.
Je ne critique pas ici les logiques d’audiences. Une chaine peut rêver de devenir une « grande chaîne ». Elle a le droit de viser des audiences de 4 millions de téléspectateurs. Cette ambition n’a rien de honteux. La télévision, en tant que média, a été conçue précisément comme un média de masse, pour toucher le plus de monde simultanément. Peu importe leur statut, leur identité, qu’elles soient publiques ou privées, généralistes ou thématiques, toute chaine a le droit de viser le public le plus large possible. Je ne vais pas critiquer la mécanique perverse des marchands de lessive ni l’influence directe ou indirecte qu’ils ont dans la composition des programmes. Les raisons d’une chaine pour parvenir aux hautes audiences peuvent être nombreuses, et les juger sur la nature de ces objectif serait limitatif. Ce sont les moyens pour y parvenir qui méritent que l’on critique certaines. Et – peut-être – qu’on en applaudisse d’autres.


Références bibliographiques

Jost François (dir), Pour une télévision de qualité, Bry-sur-Marne, INA, 2014.
Maurel Chloé, L’Unesco de 1945 à 1974, Thèse de doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, France, 2006.
Poels Géraldine, La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années cinquante aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 2013.

A propos de la thèse (1) Même si l’envie n’est pas là

Même si l’envie n’est pas là

Tous les docteurs et doctorants que j’ai croisé me l’ont confirmé : la rédaction est la partie la plus difficile de la thèse. J’ai d’ailleurs constaté avec amusement qu’ils/elles s’enquièrent plus volontiers de mon état d’esprit et de l’avancement de ma thèse depuis qu’ils savent que j’ai entamé la rédaction – et il me semble qu’ils le fassent avec cette légère pointe de compassion mêlée de pitié caractéristique de ceux-qui-sont-passés-par-là, mais il est possible que j’affabule. A tout prendre, ça permet de s’apitoyer ensemble sur notre sort quand nous nous retrouvons entre doctorants, en séminaire ou pour nos travaux annexes.

Récemment, dans une de ces conversations avec deux camarades de mon laboratoire (une américaniste et un historien), je leur ai fait part de ma réticence à attaquer un chapitre en particulier (qui doit me conduire à analyser la programmation des émissions de mon corpus – horaire, récurrence, canal de diffusion…[1]). Je leur ai donc demandé si eux aussi ont parfois le sentiment de devoir passer par des « étapes obligées » dans la rédaction et de devoir développer des points auxquels ils n’ont pas envie de consacrer autant de temps et d’énergie. A mon grand soulagement, ils ont répondu oui (l’inverse aurait pu signifier un problème dans mon plan, ce qui serait beaucoup plus inquiétant).

Un docteur en géographie ayant récemment soutenu, à qui j’ai ensuite posé la question, me l’a confirmé : la thèse admet des passages incontournables, quel que soit le sujet, et qui tiennent au sujet. Selon lui, la première partie est d’ailleurs celle qui est la plus codifiée et qui incarne le mieux les « passages obligés » de la thèse. Il faut en définitive, quelque soit le sujet, développer des points qui sont attendus du lecteur (et du jury) même si on aimerait consacrer ce temps (et cet « espace » en terme de mots et de pages) à d’autres points qui nous semblent infiniment plus stimulant et plus riches. Me concernant, je préfèrerais développer des idées qui tiennent véritablement à mon sujet et à ce qu’il met à jour, plutôt que de devoir présenter la répartition des émissions de mon corpus dans la grille de programmes. Or l’exercice qu’est la thèse impose que je traite de mon sujet de la façon dont un sujet comme le mien doit être traité : étudier des programmes de télévision, au niveau où je le fais (c’est à dire celui de la diffusion) ne doit pas se dispenser d’une étude de la programmation. Même si je suis presque certain qu’aucune observation pertinente n’en ressortira et que je resterai à un niveau très descriptif. Il y a une sorte d’accord tacite avec le monde académique, avec mes pairs, ceux qui m’ont précédé et ceux qui me sont contemporains, qui est que je dois traiter de ce point. Non pas qu’il s’agisse d’une règle fondamentale, comme par exemple la présence d’une introduction et d’une conclusion, plutôt d’une règle qui tient à la manière dont, dans ma discipline, on traite de ces sujets.

Peut-être s’agit-il alors seulement d’une réaction de frustration de ma part et que mon mauvais esprit essaie de trouver un chemin de traverse pour ne pas traiter un point qui me plait moins. En tout cas, ce passage obligé s’annonce relativement peu enthousiasmant – peut-être serait-il moins pénible si j’étais en avance sur mon planning de rédaction. Question de contexte aussi, sans doute. Le sentiment d’insatisfaction qu’éprouve celui qui rédige s’en retrouve d’autant plus grand. Mais il faut rédiger, même si l’envie n’est pas là.


[1] Mon sujet ressemble à cent autres travaux d’histoire des médias sur les programmes, pourtant dès le départ nous avons voulu, avec mon directeur, ne pas le limiter au niveau du seul programme. C’est à dire ne pas se borner à l’étude d’émissions dans leur contenu et leur programmation (ce que j’avais fait en master par exemple sur un autre corpus). Dès la formulation du projet de thèse, il y avait en effet l’idée de réfléchir à ce qu’apportent ces émissions à la compréhension de la notion de patrimoine par téléspectateur (entre autres). Sans apporter de réponse sur leur réception (ce que je ne ferai pas), mais, à partir du matériau qu’est l’émission de télévision sur le patrimoine, il était admis que je devais interroger la capacité de la télévision à diffuser et peut-être populariser un concept qui, on le sait, s’est démocratisé sur ma période d’étude.

La tempête de 1999 (3/3)

(billets 1/3 et 2/3)

La tempête de décembre 1999 est le dernier drame du XXe siècle à avoir affecté le patrimoine. Il y avait eu au cours du siècle plusieurs événements « traumatiques » très médiatisés et qui ont donné lieu à une vive émotion dans le public :

  • L’acquisition de ruines en France pour construire le musée des Cloisters de New-York (années 1920-1930)
  • Les crues de l’Arno qui ont inondé Florence (1966)
  • La marée noire du Torrey Canyon (1967)
  • La démolition des Halles de Paris (1969-1971)
  • Le traumatisme de la fin du port du Havre (1973)
  • L’incendie du parlement de Bretagne à Rennes (1994)
  • La tempête de 1999

Ce n’est pas à l’ensemble du traitement médiatique de la tempête que ce billet est dédié. Il se focalisera sur la place de l’émotion dans le traitement des dégâts subits par le patrimoine, et servira de test à l’hypothèse des traumatismes comme étapes de la construction de la conscience patrimoniale en France dans les médias.

L’émotion engendrée par la tempête

Dans les deux à trois semaines qui sont suivi le passage des ouragans, les équipes des JT ont été faire l’état des lieux dans toute la France. Or il n’y a pas d’émotion seulement dans les séquences où les sinistrés les pertes matérielles qu’ils ont subies : les sujets sur le patrimoine ont eux aussi fait l’objet de séquences émotionnelles

Le JT de TF1 ne nous épargne pas l’émotion des jardiniers du domaine de Versailles devant les conséquences de l’ouragan :
« L’émotion est grande ce matin chez les jardiniers et tous les employés du domaine. »
nous dit le commentaire. Le jardinier en chef, interrogé sur le sujet, le confirme :
« J’ai vu des jardiniers ce matin qui en venant prendre leur travail avaient les larmes aux yeux, oui. Bien sûr. On ne peut pas ne pas comment dire… ce sont des années de travail complètement détruit (sic)[1]. »[2]
On notera avec intérêt pareille démonstration d’émotion au sujet du patrimoine naturel, pas seulement à Versailles mais aussi dans la Drôme, où la perte d’un arbre semble avoir produit un choc. Un cèdre vieux de 180 ans, haut de 30 mètres et en faisant 10 de circonférence, a été arraché. Le caractère patrimonial de l’arbre nous est signifié dans le lancement du sujet :
« L’une des images qui restera pour symboliser l’ampleur de cette catastrophe naturelle est celle de la mort du vieux cèdre d’Albon dans la Drôme. »
Le propriétaire le confirme :
« [il] fait partie du patrimoine local et également du patrimoine départemental puisque le département de la Drôme l’avait classé comme monument remarquable[3]. »
Au bord des larmes, le propriétaire compare sa perte à celle d’un membre de sa famille.

Dans un reportage sur le château de la Roche Courbon, en région Poitou-Charentes, le président de la société du château raconte son émotion quand il a constaté les dégâts :
« Alors ça, vous me posez la question de ce que j’ai ressenti, c’est assez difficile à dire. Mais c’est la mort de quelque chose qu’on aime, c’est un peu comme une personne. Les bâtiments, c’est pas très grave, malgré le désastre relativement important – 20m2 d’ardoise c’est quand même beaucoup – mais ça ça se reconstruit. Mais la forêt ? La forêt, elle se répare pas. Elle s’est fait en quelques centaines d’années, en quelques millénaires peut être, la forêt elle était du temps des Gaules, c’est ce que dit Loti et c’est totalement vrai. Combien de générations ? 6 générations, 5 générations ? – pour la refaire ?[4] »

L’analogie humaine et la référence à la vie et à la mort du patrimoine ne sont pas inédits en 1999, j’ai déjà pu les observer fréquemment quand une pièce du patrimoine est menacée de disparaitre. Cette manière de parler d’objets inanimés me semble être d’une part le signe d’un attachement fort aux monuments, d’autre part est un procédé servant à renforcer le caractère tragique de la perte – et surtout d’en convaincre l’interlocuteur.
Mais encore, les journalistes de télévision, qui recherchent autant que possible les expressions d’émotion et les situations touchantes, ont très probablement choisi de retenir dans leurs sujets ces séquences où des amateurs de patrimoine sont saisis par l’émotion. De sorte que l’impression qui se dégage du visionnage de ces extraits est celle d’un drame.

Cependant, l’émotion cohabite, à la même période, avec une approche plus pragmatique du bilan sur le patrimoine. Il est en effet fréquent que les sujets quantifient la perte et donnent une estimation en francs du montant des dégâts[5]. Recherchant un effet d’accumulation, certains sujets font un déroulé des coûts, par exemple pour une région[6], ou pour un groupe de monuments[7]. Cette insistance sur les sommes à débourser – et sur l’urgence qu’il y a à les verser[8] – interroge. Il serait restrictif de n’y voir qu’une manière de souligner la valeur matérielle du patrimoine endommagé. Il est possible que cela participe de la volonté de quantifier les dégâts, à la manière de l’estimation en hectares des surfaces forestières dévastées. Il est probable, enfin, que les journalistes soient inquiets quant aux usages de l’argent public.

De l’émotion à l’empathie

Cette catastrophe naturelle a ceci d’intéressant qu’elle a touché tout le territoire et qu’une majorité de communes a été affecté – même si toutes n’ont pas vu leur patrimoine saccagé. Elle a joué le rôle d’une piqure de rappel pour les Français en leur rappelant que le patrimoine est fragile, qu’il leur est précieux, et surtout que le patrimoine est partout et prend des formes variées.
Etant un événement d’ampleur nationale, dans chaque commune, les habitants ont été affectés par les dégâts de la tempête ; les quelques réactions émotionnelles cités ci-dessus renvoient à un attachement au patrimoine de proximité. La télévision a permis d’amener l’émotion à un niveau partagé, non seulement en traitant du patrimoine national (Versailles, Valmy, le Panthéon), mais aussi et en faisant connaître au reste des Français le sort de petits patrimoines locaux peu connus[9]. Il se peut que la télévision contribue à une forme de cohésion du public autour d’un objet partagé comme le patrimoine : le sort de l’église de Villy-le-Maréchal n’aura peut-être ému que les résidents de la commune, elle aura aussi peut-être, par un phénomène d’empathie, rappelé à chacun les dégâts subits par l’église de leur village ou du monument de leur quartier. L’émotion peut servir à bâtir un discours, reste à déterminer si son emploi, à la télévision, peut être « constructif » et nourrir une réflexion, ou si il au contraire pour effet d’annihiler les capacités de réflexion de l’observateur.

A la faveur de la tempête, un regain d’intérêt pour le patrimoine

Il est intéressant de voir réapparaitre, avec la tempête, une vague de préoccupation pour le patrimoine, en particulier naturel. Le patrimoine naturel, qui était apparu dans les années 1970, avait connu sa plus grande exposition au cours de cette décennie. Après quoi, les grands travaux déclinant également, la visibilité du sujet avait décliné. Ce regain d’intérêt pour le patrimoine d’une manière général doit être interrogé. A Villy-le-Maréchal, où la toiture de l’église du XXVIème siècle a été endommagée, le maire témoigne de l’émotion de ses administrés :
« J’ai été très étonné de voir des habitants du village qui fréquentent pas spécialement l’église, pratiquement la larme à l’œil devant la destruction du patrimoine…[10] »
Ce type de réaction, s’il s’avère qu’il était largement partagé en France, serait tout à fait révélateur du fonctionnement de la préoccupation patrimoniale. La passion des Français pour le patrimoine (tout comme celle qu’ils manifestent pour l’histoire) passe pour être un sentiment durable et stable depuis les années 1980 (décennie qui marque le début du succès populaire du patrimoine). Or la télévision permet de percevoir l’irrégularité de ce sentiment, construit d’abord autour de polémiques (depuis les Cloisters jusqu’aux Halles), et qui se réactive depuis à chaque événement traumatique. Les médias, qui amplifient la résonnance d’événements impromptus dans l’espace public, provoquent des sortes de « spasmes » dans l’opinion publique, qui est invitée à concentrer son attention sur les sujets qui font l’actualité. Le patrimoine, qui est également capable de susciter l’événement, ferait lui aussi l’objet de pareils « spasmes » d’attention, qui conduiraient à un regain d’intérêt pour les monuments et les paysages. S’établirait alors un jeu d’éloignement et de proximité entre les Français et le patrimoine à la faveur des rythmes médiatiques et de la récurrence du sujet dans l’actualité. Je dois désormais pousser cette réflexion autour des « traumatismes » du patrimoine et mettre en résonnance tous les drames précédemment cités, notamment pour voir le rôle joué par la télévision.

Conclusion générale
La télévision, au final, a contribué à faire de la tempête le drame national que la mémoire a retenu. Pour les journalistes, le patrimoine a servi de témoin pour souligner l’importance des dégâts et pour les quantifier. En plus de dénombrer les hectares ravagés et les Français coupées du réseau EDF, il est « parlant » de décrire les dommages sur un édifice et d’en évaluer le coûts des réparations en centaines de milliers de francs (voire en millions). C’est en étant fondu dans un traitement plus large des conséquences de la tempête que le patrimoine a lui aussi fait partie de ce drame.
Le patrimoine joue ici son rôle de marqueur des communautés : la tempête a certes affecté l’ensemble du territoire métropolitain et des Français, et le patrimoine permet de revendiquer, localement, une part de ce drame partagé.
Il faudrait mener un travail sur la mémoire de cette tempête pour savoir ce qui reste du souvenir de ces trois journées de décembre 1999 et de mesurer, au-delà des personnes disparues, des résidences englouties et des forêts balayées, quelle part représente le patrimoine dans cette mémoire.


[1] « Intempéries/tempête/dégâts au château de Versailles », TF1 13h, 27/12/1999, TF1.

[2] L’émotion était présente dans les sujets sur la tempête, y compris bien sûr dans les sujets n’ayant rien à voir avec le patrimoine. Les notices font état régulièrement de personnes très affectées, « choquées » « en larmes » « éclatant en sanglots ».

[3] « Le débardage d’un cèdre de 1820 au Château d’Albon », JT Rhône Alpes Midi, 04/01/2000.

[4] « Dégâts patrimoine », On en reparlera demain, 14/01/2000, FR3 Poitou Charentes.

[5] « Patrimoine et monuments historiques très gravement touchés lors de la très violente tempête », JT midi Reims, 30/12/1999 ; « Dégâts patrimoine », Magazine : On en reparlera demain, 14/01/2000, FR3 Poitou Charentes ; « Monuments historiques », 19/20, 27/12/1999, France 3.

[6] « Les dégâts de la tempête sur le patrimoine à Bussières et Pruns », JT Auvergne Midi, 13/01/2000.

[7] « Survol dégâts patrimoine/tempête », JA2 20h, 10/01/2000, France 2.

[8] Le propriétaire du château (privé) de Saint Jean De Beauregard dans l’Essonne réclame rapidement les sommes nécessaires car les réparations sont à accomplir « d’urgence » selon lui.

[9] Les JT nationaux ne traitent effectivement pas uniquement des grands monuments ni même du patrimoine parisien.

[10] « Patrimoine et monuments historiques très gravement touchés lors de la très violente tempête », 30/12/1999, JT midi Reims.

La tempête de 1999 (2/3)

(Billet 1/3)
Du point de vue du travail de thèse, la tempête est un exemple intéressant de ces petits objets qui se révèlent plus riches à mesure qu’on les analyse. Alors que je n’avais pas de problématique particulière en approchant ce sujet, j’ai au final quelques observations intéressantes à fournir. La possibilité d’une étude quantitative a permis de poser des questions plus poussées, et la représentation cartographique (en dépit de mes failles méthodologiques) m’a conduit à une analyse interrégionale que je n’aurais pas envisagée au départ.

Une couverture régionale conditionnée par l’ampleur du bilan

La situation géographique

Nous allons tenter de comparer le passage de la tempête avec sa couverture médiatique dans les journaux télévisés régionaux. Du 25 au 27 décembre, l’ouragan Lothar a traversé la France d’ouest en est, de la Bretagne à l’Alsace. L’ouragan Martin, du 27 au 28 décembre a suivi un trajet similaire en pénétrant le territoire au niveau de l’estuaire de la Loire, les dégâts se concentrant  cette fois au sud du fleuve.

Figure 1 Vitesses du vent des ouragans Lothar (g) et Martin (d) (Source : Météo France)

Figure 1 Vitesses du vent des ouragans Lothar (g) et Martin (d) (Source : Météo France)

La carte ci-dessous représente les portions du territoire métropolitain les plus touchées par la tempête.

Figure 2 Carte des dégâts causés à la couverture forestière par les ouragans Lothar et Martin

Figure 2 Carte des dégâts causés à la couverture forestière par les ouragans Lothar et Martin

Mettons ces cartes en regard d’une représentation cartographique de la couverture de la tempête à la télévision dans chaque région métropolitaine. La carte suivante a été obtenue en calculant la somme des sujets sur la tempête diffusés dans les éditions régionales des JT de France 3, entre le 25 décembre 1999 et le 31 janvier 2000[1].

Figure 3 Couverture de la tempête dans les éditions régionales des JT de France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000) (source : Thibault Le Hégarat)

Figure 3 Couverture de la tempête dans les éditions régionales des JT de France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000) (source : Thibault Le Hégarat)

Cette carte montre des ressemblances avec la précédente qui décrivait la trajectoire des deux ouragans : les éditions régionales qui ont le plus traité de la tempête relèvent des régions qui ont été les plus touchées par le phénomène atmosphérique. Les deux trajectoires se lisent dans la situation des régions qui ont diffusé plus de 100 sujets sur la période : elles semblent former des rubans horizontaux pareils à ceux des zones les plus affectées au passage des ouragans.

On constate toutefois des discontinuités, que l’on peut essayer d’expliquer. Ainsi, la région Auvergne, en dépit de sa situation géographique, a diffusé moins de sujets que ses deux régions voisines (97 sujets, contre 212 pour le Limousin et 134 pour Alpes et Rhône-Alpes). De même pour la Picardie et pour l’Ile de France. On peut tenter d’expliquer le faible nombre de sujet pour cette dernière région par le fait que les éditions nationales des journaux de France 3 ont beaucoup couvert les dégâts en région parisienne (Paris et les Yvelines surtout), économisant à l’édition régionale d’avoir à le faire. Il s’agit aussi d’une région un peu moins boisée, or ce sont ces régions de forêts qui ont été les plus affectées et où les dégâts ont été les plus longs à réparer.

Il y a ainsi une corrélation entre la couverture médiatique et le passage des ouragans. Nous n’allons pas jusqu’à affirmer que les rédaction régionales de FR3 le font consciemment, ni même en comparant avec les dommages dans les autres régions. Il est plus raisonnable de penser que les réactions des régions très affectées ont connaissance d’un grand nombre de dégâts et choisissent d’en traiter le plus possible. Cette interprétation trouve son sens au regard du caractère régional de l’information des JT régionaux de France 3.

Voyons quel lien existe entre cette couverture médiatique et les effets sur le patrimoine.

Le poids du patrimoine

N’ayant pas visionné les 2071 sujets régionaux et les 640 sujets nationaux diffusés en décembre 1999 et janvier 2000, nous devons nous en remettre à la base de données de l’inathèque et à ses notices. L’introduction de mots clés dans la recherche a également un intérêt, même s’ils ont leurs limites[2].

Quand on restreint les sujets de JT sur la tempête à ceux qui concernent le patrimoine, les chiffres sont, nécessairement, moins importants. Le graphique suivant rend compte du nombre de sujets de JT relatifs aux dégâts subits par le patrimoine matériel bâti[3].

Figure 4 Sujets de JT régionaux portant sur une sélection du patrimoine matériel bâti après la tempête de décembre 1999 (du 25/12/1999 au 31/01/2000)

Figure 4 Sujets de JT régionaux portant sur une sélection du patrimoine matériel bâti après la tempête de décembre 1999 (du 25/12/1999 au 31/01/2000)

Il ne faut pas hâtivement conclure que les régions qui ont diffusé le plus de sujets sont celles où le patrimoine a été le plus affecté par la tempête. Il faut considérer d’abord la taille du territoire, l’existence ou non de patrimoine sur ces territoires et le nombre de ces œuvres, et enfin la notoriété de ce patrimoine. Il est ainsi remarquable de voir le poids de Versailles dans les sujets de JT nationaux avec 35 sujets sur 38 jours, du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000. Ce traitement privilégié s’explique par l’importance de ce monument dans la culture française et dans le paysage patrimonial. Le domaine national de Versailles a été durement frappé il est vrai. D’ailleurs, on note que les sujets se sont moins intéressés au château (dont seule la toiture a été touchée, et hormis quelques vitres brisées les pièces ont été épargnées), qu’au parc où beaucoup d’arbres ont été fendus et déracinés. Le bilan, de 4 000 arbres perdus le 26 décembre, s’élève le lendemain à 10 000. 300 hectares sur les 800 du domaine ont été endommagés[4]. L’impact symbolique est en outre fort dans le cas de Versailles : parmi les arbres déracinés dans le parc de Versailles, certains font figure de monuments, notamment le tulipier de Virginie planté pour Marie-Antoinette en 1783 et le Pin Corse planté pour Napoléon en 1810. Les liens qu’ils ont avec des grandes figures historiques renforcent la portée de ces deux pertes.

A la télévision, le patrimoine régional est essentiellement traité dans les éditions régionales, toutefois il est aussi possible de trouver des contre-exemples. Ainsi, le moulin de Valmy a été autant évoqué dans les journaux nationaux que dans le journal régional de Champagne-Ardenne[5]. Le moulin, qui avait été érigé pour fêter la victoire des révolutionnaires à Valmy en 1792, est devenu un symbole de la première République. Il fut entièrement détruit par le passage de la tempête alors qu’il avait été restauré l’année précédente[6]. Si les JT nationaux en ont également parlé, c’est bien sûr pour sa symbolique d’envergure nationale.

Les dégâts en régions

La notoriété du site historique de Versailles, haut lieu touristique français, explique son poids dans les journaux nationaux et le JT de France 3 Ile-de-France. Dans les autres régions, la couverture de la tempête est-elle également fonction du patrimoine et de l’ampleur des dégâts ? L’absence de visionnage systématique des JT nous empêche de répondre de manière catégorique, tout au plus nous pouvons apporter des pistes de réponse.

Les éditions de Basse et Haute-Normandie sont parmi celles qui ont le plus couvert la tempête[7], et ces deux régions ont été en effet particulièrement touchées. « Pas une commune de Normandie n’a été épargnée par la terrible tempête et les trombes d’eaux qui s’abattent sur notre région », dit le journaliste le 27 décembre 1999[8]. Quand on cherche à savoir le patrimoine dont il est question dans les sujets de JT régionaux, les résultats relèvent des écarts entre régions. Ainsi, la Basse-Normandie, qui a diffusé le plus de sujets sur la tempête en décembre et janvier (221), se distingue par le poids qu’y occupent les églises : 17 sujets entre décembre 1999 et janvier 2000 (et 29 en étendant jusqu’à décembre 2000), distançant de très loin toutes les autres régions[9]. La Basse-Normandie est effectivement réputée pour le nombre de ses églises, mais cela ne nous suffit pas à affirmer qu’il y a une corrélation entre la couverture du sujet, les dégâts de la tempête et la présence d’un riche patrimoine. De même, en Picardie et Champagne-Ardenne, ce sont les sujets « château » qui l’emportent (13 et 10 sujets en décembre-janvier). Le patrimoine picard compte en effet un certain nombre de châteaux, mais nous ne savons pas s’ils ont été particulièrement affectés, ni quelles placent ces monuments occupent dans le paysage patrimonial de la région (si l’attachement des Picards pour leurs châteaux est fort).
Cependant, il faut faire attention à un effet quantitatif : la couverture dans les JT régionaux dépend aussi de la qualité de monuments affectés, comme pour le château de Versailles en région Parisienne. Ainsi la Haute-Normandie se distingue par un grand nombre de résultats pour le mot-clé « cathédrale[10] » (17 en décembre-janvier). Cela ne signifie pas que les trois cathédrales de la région ont toutes été également affectées : c’est parce que la cathédrale de Rouen a fait l’objet de nombreux sujets que les résultats sont aussi élevés.
Toutefois, faute de ne pouvoir procéder au visionnage de tous ces sujets, nous ne pouvons pas déterminer, par exemple, leur redondance – si un même objet revient régulièrement dans les sujet parce que particulièrement touché par la tempête – ce qui semble être le cas pour la cathédrale de Rouen dans les JT de FR3 Haute-Normandie.

Cette étude quantitative ne permet pas d’approcher le texte et donc d’analyser le discours sur la tempête. Elle a tout de même l’avantage de montrer comment la télévision s’empare d’un sujet pour y plaquer des logiques médiatiques qui lui sont propres : réaction immédiate à l’événement, construction d’un récit étalé, retour sur l’événement.
La médiatisation du sujet dans les éditions régionales nous donne des indices sur l’attachement au patrimoine régional. Bien que la tempête soit un événement national, la comparaison régionale confirme que toutes les régions n’ont pas été affectées à égalité. La télévision régionale française est peu réputée pour vivre au rythme des régions, pourtant les JT ont rendu compte des conséquences de la tempête à la mesure de leur ampleur dans chaque région.

Le dernier billet nous amènera justement au niveau du texte, du discours et de la forme de ces sujets de JT.


[1] France 3 dispose de deux rédactions pour la région Rhône-Alpes (Alpes et Rhône-Alpes) et deux autres pour la région PACA (Côte d’Azur et Provence-Alpes). Pour la commodité de la représentation cartographique, les chiffres ont été fusionnés pour ne figurer qu’une seule région.

Ces chiffres ne tiennent pas compte des résultats des sujets diffusés dans les éditions locales (Albi, Bayonne, Bordeaux, Boulogne-sur-Mer, Brest, Brive, La Rochelle, Le Mans, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Nancy, Nîmes, Nantes, Perpignan, Rennes-Haute Bretagne, Rodez et Strasbourg). Leurs chiffres sont faibles dans l’ensemble et beaucoup de sujets de ces éditions locales sont repris de l’édition régionale.

[2] Les notices sont renseignées par les personnels de l’INA, donc subjectives. Certaines se limitent au texte de l’émission, d’autres extrapolent à partir du sujet pour trouver des mots-clés englobants.

De plus, il est certain que tous les sujets ne bénéficient pas d’une notice renseignée avec les mots-clés qui leur correspondraient. Sur les 2071 sujets régionaux de France 3 sur la tempête, seulement 202 sont renseignés par des mots clés sur le patrimoine.

Il y a aussi très certainement des sujets qui ont échappé à notre recherche parce que faisant référence à des monuments précis (et non identifiés textuellement dans les notices comme « monument » ou « patrimoine »), ou bien que des sujets très larges sur des communes ou des quartiers aient traité brièvement du patrimoine (quelques images visibles) mais que cela n’a pas été renseigné dans les notices.

[3] Les sujets ainsi recensés résultent du croisement des termes « tempête » avec l’un des suivants : « patrimoine », « église », « clocher », « cathédrale », « château » ou « monument ». Ces termes sont ceux qui permettent de rassembler le plus de résultats touchant effectivement à des édifices patrimoniaux. « Clocher » n’est pas toujours redondant avec « église » car il concerne souvent l’élément qui a souffert du passage de la tempête. Le terme « toiture » aurait pu être interrogé car les toitures de monuments anciens ont fréquemment été touchées, cependant ce terme n’a pas été retenu car étant trop large et renvoyant aussi à des sujets sur des maisons particulières. Enfin, il est difficile de circonscrire les sujets sur le patrimoine naturel endommagé. Même si beaucoup de forêts ont été affectées, toutes n’ont pas un caractère patrimonial comme certains grands domaines ; pour autant, toutes peuvent relever du patrimoine naturel. Le paysage ayant été presque partout transformé par le passage de la tempête, on ne peut mener de recherche sur ce patrimoine naturel. Enfin, tous les parcs publics et jardins municipaux ne sont pas non plus des lieux patrimoniaux. Quant aux arbres, bosquets, massifs précieux, ils sont en général attenants à des châteaux et se retrouvent traités dans d’autres sujets. C’est pourquoi nous n’avons pas retenu de recherche s’y rapportant car les résultats sont trop larges : sur la même période « tempête » et « forêt » renvoie à 974 résultats. Le terme « nature » à l’inverse ne fait pas partie du vocabulaire courant et ne renvoie qu’à 41 résultats, ce qui est trop faible compte tenu de la dimension des territoires ruraux affectés.

[4] « Intempéries/tempête/dégâts au château de Versailles », TF1 13h, 27/12/1999, TF1.

[5] Quatre sujets dans les JT nationaux : « Off Reims moulin de Valmy », 19/20, 26 décembre 1999, France 3 ; « Tournette France défigurée », Midi 2, 27 décembre 1999, France 2 ; « Dégâts électriques », JA2 20h, 27 décembre 1999 ; [Ile de France : les monuments du patrimoine endommagé], TF1 20h, 27 décembre 1999, TF1.

Quatre dans le journal de FR3 Champagne Ardennes : « Destruction complète du Moulin de Valmy lors de la très violente tempête », JT Soir Reims, 26/12/1999 ; « Première réunion du comité de souscription pour la reconstruction du Moulin de Valmy », JT Soir Reims, 15/01/2000 ; « Vers une reconstruction du moulin de Valmy, totalement détruit lors de la tempête de décembre », JT midi Reims, 23/05/2000, (sujet repris dans le JT du soir) ; « Moulin de Valmy et petites églises fortement endommagées lors de la tempête du 26 décembre 1999 », Emission spéciale sur la tempête du 26 décembre 1999, un an après, 26/12/2000, France 3 Champagne Ardennes, 19h.

Le journal régional de Paris y a aussi consacré un sujet : « Souscription pour le moulin de Valmy », Vu d’ici – 12/13, 17/01/2000, France 3 Paris Ile de France.

[6] La notice renseignée par les personnels de l’INA laisse peu de doutes quant aux reste du moulin puisqu’il est décrit : « ruines du Moulin de Valmy (tas de bois) ».

[7] Respectivement 221 et 167 sujets, représentant ainsi 11% pour la première et 8% pour la seconde du total de sujets de JT sur la tempête diffusés sur les 24 stations régionales en décembre 1999 et janvier 2000

[8] « Vue d’hélicoptère : les dégâts dans la région », JT Haute Normandie soir, 27 décembre 1999, France 3 Rouen.

[9] Suivent la Champagne-Ardenne avec 15 sujets sur les églises, l’Auvergne (14) puis l’Alsace, la Haute-Normandie et la Lorraine (11).

[10] 26 sujets sur les deux mois, de très loin supérieur à toutes les autres régions. La Basse-Normandie n’en compte qu’onze.

La tempête de 1999 (1/3)

La période sur laquelle je mène mes recherches pour ma thèse s’achève en 1999, pour deux raisons : l’une d’elles porte les noms de Lothar et Martin[1]. La tempête de 1999 est un événement marquant de l’histoire récente de la France, et a aussi marqué d’une certaine façon l’histoire du patrimoine. Je considère qu’il s’agit du dernier grand événement national du XXe siècle a avoir affecté le patrimoine, en plus d’être un drame aux conséquences tant humaines que matérielles. Je ne dis pas que la tempête de 1999 a été un traumatisme national, mais que son retentissement a été important car l’ensemble du territoire français a été affecté. Outre la couverture forestière, le patrimoine bâti a également été durement affecté par cet épisode météorologique. D’un point de vue médiatique, la tempête a un grand intérêt puisqu’elle est l’occasion de remettre le patrimoine à l’honneur.

Médiatisation de l’événement

Brièveté et intensité du suivi de la tempête

La recherche des sujets de journaux identifiés par le mot clé « tempête » fournit les résultats représentés dans le graphique suivant.

Figure 1 Couverture de la tempête au cours du mois qui l'a suivie (comparaison éditions nationales et régionales)

Figure 1 Couverture de la tempête au cours du mois qui l’a suivie (comparaison éditions nationales et régionales)

L’essentiel de la couverture de la tempête par les JT a lieu du 26 au 29 décembre, le pic survient le 28 soit le troisième et dernier jour pendant lequel les deux ouragans ont traversé le pays. Après une baisse importante de la couverture au bout de quelques jours, expliquée par le week-end (celui-ci concordant avec le jour de l’an), l’intérêt pour le sujet repart à la hausse la première semaine de janvier dès que les JT sont en mesure de faire un bilan à l’échelle de tout le territoire national[2]. Par la suite, on constate un creux à chaque fin de semaine qui indique que les JT de week end sont, soit plus courts (avec moins de sujets sur la tempête), soit consacrent moins de temps d’antenne à la tempête qu’en semaine.

Les JT nationaux traitent quotidiennement de la tempête jusqu’au 27 janvier, après quoi le sujet n’est plus présent chaque jour au sommaire des journaux. L’intérêt reste légèrement supérieur en régions même si la couverture se réduit aussi à la fin du mois de janvier. Ces trente-huit jours consécutifs compris le 25 décembre 1999 et le 31 janvier 2000 (inclus) sont propices à une étude du traitement de la tempête, même si nous relèverons aussi ponctuellement des sujets postérieurs.

Ce rythme s’avère être assez courant face à pareille actualité et la courbe décrite n’est guère originale : un pic soudain suivi d’une lente diminution, signifiant un recul de l’intérêt pour le sujet. J’avais pu l’observer aussi pour des catastrophes naturelles précédentes. La différence notable tient au nombre de sujets produits sur la tempête de 1999, très important, et qui s’explique par l’ampleur de la catastrophe.

Traitement par chaînes

Rien d’original non plus dans le traitement par chaines. Les différences nous renvoient à des remarques que nous avons déjà formulées au sujet des journées du patrimoine : les deux premières chaines à un niveau équivalent, FR3 national loin derrière, et une forte couverture dans les éditions régionales des JT de la troisième chaine.

Figure 2 Répartition des sujets de JT entre les trois éditions nationales de TF1, France 2 et France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000)

Figure 2 Répartition des sujets de JT entre les trois éditions nationales de TF1, France 2 et France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000)

L’écart de traitement entre TF1 et France 2 est faible. Si je voulais l’expliquer, je postulerais qu’il est du à des volontés différentes des rédactions. En accord avec un idéal de service public, France 2 a peut-être souhaité informer de manière plus fréquente et plus détaillée les téléspectateurs des régions touchées sur les opérations de remise en état des infrastructures endommagées. En revanche, on est remarque la faiblesse du traitement dans les éditions nationales de la troisième chaine. Nous émettons l’hypothèse que les rédactions nationales et régionales de France 3 se répartissent les sujets selon le principe suivant : ce qui relève des régions a tendance à être traité en régions. Nous avions déjà observé pareille répartition pour les sujets relatifs au patrimoine et lors des journées du patrimoine. Cela explique aussi que la tempête suscite un intérêt sur une plus longue période sur les antennes régionales de la Trois, alors qu’il décline dès le mois de février dans les éditions nationales.

Après l’événement : quels rythmes médiatiques ?

Suivi de la tempête

En dépit de l’importance accordée sur le moment à l’événement, il est à son tour chassé par l’actualité et, dès le mois de février, les sujets sur la tempête déclinent fortement. On relève toutefois des sujets occasionnels tout au long de l’année en parallèle des nombreux travaux de remise en état du territoire et des monuments.

Figure 3 Nombre de sujets "tempête" sur l'ensemble de l'année 2000

Figure 3 Nombre de sujets « tempête » sur l’ensemble de l’année 2000

 Les JT n’ont toutefois pas fait le suivi de l’ensemble des monuments endommagés, pas même pour les grands monuments historiques[3]. Nous nous sommes toutefois intéressés au cas de Versailles, intéressant parce que particulièrement médiatisé. C’est un véritable récit feuilletonnant auquel se livrent les JT : Ainsi, le point de départ est le bilan des dégâts par les jardiniers ; les JT permettent ensuite de suivre la remise en état du domaine jusqu’à l’effacement des dommages par les jardiniers. Le parc est rouvert trois semaines après la tempête, l’occasion pour France 2 de recueillir les impressions des visiteurs[4]. Un sujet du mois de mars expose la façon dont les jardiniers ont procédé pour reboiser le parc à partir d’un document d’archive de l’architecte de Marie-Antoinette [5]. De plus, plusieurs sujets ont couvert une opération de solidarité avec le château de Versailles : ayant découvert les images du domaine dévasté, des Américains se sont mobilisés pour venir en aide aux Français[6]. Une collecte organisée en Georgie a rassemblé des fonds pour offrir des essences de bois rares afin de remplacer les arbres déracinés[7]. La télévision fait ici la démonstration de sa capacité non seulement à diffuser rapidement les images d’un drame mais aussi à internationaliser une cause.

Retour sur l’événement un an après

Comme le montre le graphique précédent, le mois de décembre 2000 marque un regain d’intérêt pour la tempête avec 89 sujets dans les trois JT nationaux. On en vient immédiatement à émettre l’hypothèse d’un effet « anniversaire » un an après. Toutefois, pareil traitement n’est pas courant pour les catastrophes naturelles[8]. Les sujets « commémoratifs » à la télévision portent habituellement sur des thématiques différentes, relevant des grandes ruptures politiques[9], des grandes avancées (les « conquêtes » chez Dayan et Katz[10]), des grands drames ou des grandes pertes. Cela indiquerait donc que la tempête de 1999 a été vécue comme un drame national et que son impact émotionnel a été fort sur la population française.

L’effet « anniversaire » incite donc les rédactions à revenir sur le sujet : on peut voir ainsi des sujets commémoratifs (ce qu’il s’est passé en décembre 1999, le bilan humain et matériel) et des sujets rétrospectifs (les efforts produits depuis pour reconstruire, réaménager, rebâtir)[11].

Dans les éditions régionales également, l’effet anniversaire est observable. Il y a bien sûr beaucoup moins de sujets qu’un an auparavant car il n’y a plus la même nécessité de constater, de dresser la liste du patrimoine endommagé, et un sujet rétrospectif peut suffit à couvrir l’ensemble de la région (le nombre de sujet, en valeur, a été divisé par vingt en moyenne). Il est intéressant de constater la même répartition par région à un an d’intervalle : la couverture en décembre 2000 est proportionnelle à la couverture un an avant. Plus une station régionale avait couvert la tempête décembre 1999-janvier 2000, plus elle en a reparlé en décembre 2000 (et inversement).

Figure 4 Comparaison, par régions, de la couverture de la tempête entre les périodes décembre 1999-janvier 2000 et décembre 2000

Figure 4 Comparaison, par régions, de la couverture de la tempête entre les périodes décembre 1999-janvier 2000 et décembre 2000

Les régions qui ont le plus traité de l’événement un an après, Basse-Normandie et Champagne-Ardenne, sont celles qui ont été parmi les plus touchées[12]. Nous retrouvons ensuite les régions Ardenne, Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. La quasi totalité des stations régionales de FR3 a donc proposé un retour sur l’événement en décembre 2000. Ces sujets en forme de bilan sont ainsi l’occasion de montrer les pièces du patrimoine qui avaient été touchées, et par un effet de montage avant/après, de constater les dégâts et leurs réparations depuis décembre 1999. Quatre stations ont toutefois été plus loin en proposant des éditions spéciales sur la tempête : il s’agit des antennes Poitou-Charentes[13], Basse-Normandie[14], Haute-Normandie[15] et de Champagne-Ardenne[16] – encore une fois, des stations qui étaient déjà en pointe sur le traitement du sujet déjà un an auparavant.

Dans le prochain billet, nous verrons si ces différences régionales peuvent s’expliquer par le passage des ouragans et l’ampleur des dégâts à l’échelle de la région.

[1] L’autre raison tient de l’histoire des programmes de télévision sur mon sujet et ne sera pas développée ici.

[2] La majorité des sujets, entre le 26 décembre et le 5 janvier, concernent les coupures d’électricité (villages isolés), les lignes EDF arrachées, la reconstruction du réseau EDF. On dénombre ensuite beaucoup de sujets sur les coûts et les assurances.

[3] Pour les JT régionaux, il faudrait se livrer à une étude fine des sujets sur l’année 2000 pour vérifier si les grands éléments du patrimoine régional ont fait l’objet d’un suivi concernant leur remise en état.

[4] « Parc de Versailles/réouverture », JA2 20h, 16/01/2000, France 2.

[5] [Début du reboisement à Versailles], TF1 20h, 18/03/2000, TF1.

[6] « Versailles : Américains achètent des arbres », Soir 3, 14/03/2000, France 3.

[7] Outre le 14 mars, ce sujet est traité également les 17, 18, 19 et 20 mars par TF1 et France 2.

[8] Il n’y avait pas eu de sujet « un an après » sur les crues de l’Arno qui avaient affecté Florence en 1966.

[9] Sur les sujets commémoratifs, voir par exempleKatharina Niemeyer, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001 : le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire, ÉdAntipodes FMSH diff, 2011.

[10] Daniel Dayan et Elihu Katz, La télévision cérémonielle : anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

[11] Le retour du mot clé « tempête » à la fin de l’année n’est cependant pas uniquement lié aux ouragans de décembre 1999. Les mois d’octobre et novembre 2000 sont à nouveau marqués par de fortes intempéries dans le sud de la France. En décembre, les régions Nord et Bretagne sont touchées par des conditions atmosphériques difficiles (tornade dans le Pas de Calais, crues dans le Finistère).

[12] « La Champagne-Ardenne, comme une grande partie du territoire métropolitain, a été fortement touchée par les tempêtes de décembre 1999. Avec 14 millions de m3 de bois abattus par le vent, la région a concentré 10% des dégâts nationaux et a été la 4ème région la plus sinistrée. » Source : Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt, http://draaf.champagne-ardenne.agriculture.gouv.fr/Tempetes-de-1999-10-ans-d-efforts

[13] « Patrimoine après la tempête : un an après », On en reparlera demain, 12 décembre 2000, FR3 Poitou-Charentes.

[14] « Edition spéciale tempête, 1 an après », 12/14 – Edition Normandie, 22 décembre 2000, France 3 Basse Normandie.

[15] « Tempête et monuments historiques – édition spéciale tempête », JT midi Haute Normandie, 22 décembre 2000, France 3 Haute Normandie (repris dans le JT soir Haute Normandie).

[16] « Emission spéciale sur la tempête du 26 décembre 1999, un an après », 26 décembre 2000, France 3 Champagne Ardennes, 19h.

Les journées du patrimoine (3)

Quel type d’information proposent les journaux télévisés au moment des journées du patrimoine ?

Dans les billets précédents, j’ai présenté la couverture globale des journées du patrimoine depuis leur création, et l’ai caractérisé comme une croissance importante du nombre de sujets diffusés dans les journaux télévisés. J’ai également proposé un aperçu des sujets traités par les journaux régionaux de FR3, qui m’a conduit à avancer que les antennes régionales cultivent un goût pour ces journées qui permettaient aux journalistes de mettre en valeur un territoire et sa culture.
Je souhaite avec ce dernier billet tenter d’expliquer ce que les journaux télévisés cherchent à faire avec le patrimoine et comment on peut caractériser leur couverture du sujet.

Naissance d’un sujet récurrent
J’ai procédé au relevé mensuel des sujets de JT portant sur le patrimoine sur l’ensemble des mois depuis 1984, année de création des « journées portes ouvertes des monuments nationaux ».

mensuel

Les mois de septembre (signalés par des points rouges) se révèlent être, quelques années après le début des journées des monuments historiques, des temps forts du patrimoine dans les journaux télévisés. Ceci ne débute toutefois pas dès leur création, les premiers pics s’observent à partir de septembre 1988. Le mois de septembre devient alors un des moments de forte visibilité de ce sujet, même s’ils ont pu selon les années être dépassés à d’autres moments.
Le mois de septembre devient en quelques années surreprésenté par rapport au reste de l’année : sur la période 1979-1999, sa part est de six à neuf points supérieure à celle des autres mois à la télévision régionale, de neuf à douze points supérieure pour la télévision nationale.

jt_natiojt_regio

Le sujet des journées du patrimoine est-il devenu un « marronnier » de la télévision ? Depuis 1987, le sujet devient incontournable en étant traité tous les ans par les JT nationaux. Le sujet est bien sûr imposé par le calendrier puisque les journées ont une date fixe, chaque troisième week-end de septembre.

Pour autant, en dépit d’un pic important des sujets au mois de septembre, le patrimoine reste très visible tous les autres mois de l’année. Autrement dit, la grande préoccupation pour le patrimoine en septembre n’a pas asséché le sujet le restant de l’année. La raison en est à mon sens la grande popularité du patrimoine depuis les années 1980.  Depuis 1980, il s’est installé dans les conducteurs des journaux comme un sujet récurrent (peut être comme un sujet ordinaire, mais cela appellera une lecture plus fine des données), un sujet souvent ponctuel, mais traité aussi en dehors des grands événements organisés par les ministères et les institutions culturelles.

Le déroulé de la couverture médiatique : de l’annonce au bilan
Pour tenter d’analyser cela, j’ai relevé les sujets, jour par jour, traitant des journées du patrimoine.

repartition_natio

(note : la catégorie J* regroupe à partir de 1992 les journées de samedi et de dimanche puisque cet événement, d’abord restreint au dimanche, a été étendu aux deux jours du week-end).

Les journaux de TF1, A2 et FR3 préfèrent traiter de ces événements le jour même. L’événement est peu anticipé, même à la fin des années 1990, puisque l’annonce des journées est faite à J-1, et de manière occasionnelle.
La comparaison avec les JT régionaux révèle que ces derniers font un travail beaucoup plus complet d’information sur ces événements.

repartition_regio

Première différence avec les JT nationaux : les JT régionaux, avant 1990, ne traitaient pas du sujet le jour J mais essentiellement la veille du dimanche concerné. Après 1990, le sujet est traité en grande partie les jours mêmes de ces événements. Il faut attendre 1992 et le dédoublement des journées du patrimoine pour que le traitement le jour J dépasse sensiblement les annonces à J-1.

La deuxième différence porte sur l’anticipation de ces journées. Les JT régionaux annoncent très tôt les journées du patrimoine, essentiellement entre J-4 et J-1. J’ai même recensé des sujets à J-10 en 1985 (ce qui est très précoce) et en 1999. De tels sujets, très en amont des journées, présentent leurs préparatifs dans quelques uns des lieux qui seront ouverts à la visite le jour J.
Avant 1990, l’essentiel des sujets précède le troisième dimanche de septembre. Et même après 1990, entre 30 et 55% des sujets sont diffusés avant les journées proprement dites.

Comment interpréter l’importance de cette couverture en amont des journées ? A mon sens, il y a une volonté des journalistes « d’annoncer le programme » en montrant autant que possible aux téléspectateurs les différents lieux remarquables qu’ils pourront visiter le jour J. Faire de l’information donc mais aussi donner des conseils et renseigner sur les sites à visiter, à la façon d’un agenda culturel, en espérant que cet « effet d’annonce » suscitera chez les téléspectateur la volonté d’aller à leur découverte. C’est la raison pour laquelle, avant 1990, il n’y a presque pas de sujets le jour J, les journalistes préférant informer à l’avance pour les visiteurs anticipent et choisissent les lieux à visiter. Les sujets diffusés le jour J peuvent toujours donner d’ultimes conseils de visite, mais l’essentiel se contente de montrer les visiteurs dans les lieux ouverts au public.

Troisième différence, les JT régionaux font plus souvent le bilan de ces journées (chiffres de fréquentation, retours en image sur les lieux ouverts au public). Ces bilans sont proposés généralement le lendemain (le lundi) et jusqu’à J+5. Sans être systématique pour toutes les antennes régionales de FR3, la pratique est plus répandue que dans les JT nationaux, qui font rarement le bilan.

L’approche est donc différente entre JT nationaux, qui privilégient l’information factuelle et le compte rendu des visites, et les JT régionaux qui revêtent un rôle d’annonceurs et de conseillers du public en amont des visites. Les journalistes régionaux proposent aussi un vrai suivi des journées en accordant plus de temps à leur préparation, et vont jusqu’à proposer un compte-rendu après coup.

Si les journées du patrimoine sont devenues un sujet incontournable pour les journalistes de télévisé français, ces résultats laissent entendre que les rédactions régionales de France 3 sont davantage en ébullition que celles de tous les autres journaux nationaux.

Les journées du patrimoine (2)

Une comparaison du traitement à la télévision nationale et à la télévision régionale

Dans le dernier billet, je mettais en évidence la frilosité de la télévision à rendre compte de l’initiative lancée en 1984, la journée portes ouvertes des monuments historiques. Les JT de TF1, Antenne 2 et FR3 (édition nationale seulement) n’ont pas traité de ce sujet avant 1987, et somme toute sans grand intérêt. De plus c’est à partir de 1992 que ce sujet prend du poids avec une couverture plus importante des événements organisés le troisième dimanche de septembre.

Dans ce billet, je souhaite souligner les différences de traitement entre télévision nationale et télévision régionale (la lecture du premier billet est nécessaire).

Ce qu’il faut entendre par « télévision nationale » en France est un peu différent de la situation des autres pays occidentaux, comme l’a mis en évidence Benoit Lafon dans son ouvrage Histoire de la télévision régionale. De la RTF à la 3, 1950-2012 (2012). Nous n’avons pas de véritables chaines régionales en France mais une chaine des régions comme elle s’est définie : France 3 est pour Benoit Lafon une « chaine nationale à décrochages régionaux ». Toutefois, c’est aux éditions régionales de JT de la troisième chaine que je fais référence quand je parle de la télévision régionale.
Or nous constatons que les JT régionaux se sont saisis des journées du patrimoine beaucoup plus tôt, de manière beaucoup plus affirmée et avec une croissance bien supérieure aux JT nationaux.

tv_natio_regio

Les JT régionaux accordent une place bien supérieure au traitement des journées du patrimoine

Les journées portes ouvertes sont couvertes par les JT régionaux de FR3 dès leur lancement en 1984. Pas par toutes les antennes cela dit : seuls les journaux de Toulouse, Bretagne, Limousin, Normandie, Centre, Corse et du Mans y ont consacré un sujet. Leur nombre va croissant avec le temps jusqu’à gagner toutes les antennes en dix ans.

Le patrimoine, sujet de prédilection de la télévision régionale
Cette précocité de la télévision régionale doit être rapprochée du traitement du patrimoine de manière générale. En effet, tous mois de l’année confondus (c’est à dire aussi en dehors des journées du patrimoine), les journaux régionaux ont installé de manière plus précoce et plus visible le patrimoine dans leurs sujets courants. Le patrimoine est devenu un sujet ordinaire d’abord à la télévision régionale, puis dans les JT nationaux.
On peut l’expliquer par la forte mise en valeur du territoire régional et de sa culture dans les éditions régionale de la troisième chaine. Ces JT accordent une place plus grande aux actualités qui se déroulent sur leur territoire et ont plus de temps à y consacrer. Il y a donc aussi une explication à tirer de la hiérarchie de l’information : puisque les grands titres de l’actualité mondiale et nationale ont été traités dans les JT nationaux de FR3, il est plus facile pour les éditions régionales de traiter des sujets moins importants, ou à une échelle géographique plus grande (vers le local), et surtout de parler de sujets de proximité comme le patrimoine local et régional.

De quoi traitent les JT régionaux ? Dès les premières années, les sujets proposent un aperçu des sites et monuments ouverts aux visiteurs pour chaque journée porte ouverte. Ce sont des sujets courts, parfois autour de 20 à 30 secondes, parfois longs de deux à trois minutes.
A partir de 1991, les invités sont de plus en plus nombreux sur les plateaux ou en duplex, convoqués pour parler de ces journées : les ministres de la culture d’abord, des responsables d’administrations et d’institutions culturelles (Direction du Patrimoine, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caisse Nationale des Monuments Historiques…) mais aussi artisans et artistes. De plus, on relève quelques sujets de « fond » sur la politique du patrimoine ou sur sa gestion et ses acteurs. De tels sujets sont toutefois rares, l’immense majorité préfère présenter des sites et lieux ouverts à la visite.

Les lieux de visite et objets patrimoniaux
Les JT régionaux ne se limitent pas aux musées et monuments historiques prestigieux (princiers, édilitaires ou religieux), dès la fin des années 1980 on trouve des sujets sur le patrimoine industriel. Le patrimoine rural et vernaculaire s’affirme au cours de la décennie 1990 : pressoirs, forges, mais aussi patrimoine maritime. Dans cette même décennie, les sujets sur les traditions, les sites naturels, les petits métiers se font aussi plus nombreux.
Toutefois, les journaux régionaux, pas plus que les JT nationaux, ne délaissent les châteaux et les églises qui demeurent toujours, à la fin du siècle, en très bonne place dans les sujets sur les journées du patrimoine.

A la fin des années 1990, la variété des objets patrimoniaux évoqués dans ces sujets reflète pleinement l’inflation patrimoniale abondamment évoquée par la littérature. Tout est devenu patrimoine. Quant aux « journées du patrimoine », elles se sont pour partie émancipé de leurs origines de « journées portes ouvertes des monuments historiques ». En effet, certains événements annoncés dans les JT régionaux ont peu à voir avec les monuments historiques : Beaubourg (FR3 Nord Pas de Calais, 1995), la visite d’un planétarium (FR3 Champagne Ardennes, 1995), le musée de l’Espéranto (FR3 France Comté, 1996), la visite d’un égout à Gap  (FR3 Provence Alpes, 1994), l’ouverture du centre de tri de la poste (JT Lille, 1997). Citons encore un sujet sur la taxidermie (FR3 Alsace, 1998), un autre sur la réalisation d’une jarre géante (FR3 Rhône Alpes, 1998).

Un moment particulier du calendrier de la culture
D’autre part, on voit de plus en plus de responsables de monuments ou de site se saisir des journées du patrimoine comme d’une occasion pour faire connaître de nouveaux lieux, des lieux fermés : fait nouveau, on voit ainsi les opérations de restauration des monuments anciens sont mises en tourisme à l’occasion des journées du patrimoine. On voit aussi coïncider avec ces journées la réouverture de monuments après leur restauration (le plus notable étant la réouverture du parlement de Bretagne pour les journées du patrimoine 1999 après son incendie spectaculaire en 1995).

De nombreuses activités culturelles et pédagogiques, des expositions et des démonstrations prennent aussi place pendant les journées du patrimoine, sans toutefois toujours se tenir dans des lieux patrimoniaux.
Quand ce ne sont pas tout simplement des projets qui sont dévoilés ce jour là (projets de rénovation, ou de musée, comme le projet de musée du ciment à Grenoble, c’est à dire sur un patrimoine non encore constitué ; FR3 Rhône Alpes, 1998). Enfin, des lieux de spectacle profitent de l’occasion pour annoncer leur saison dans leurs théâtres, et des concerts sont organisés (souvent de musique anciennes ou d’instrument anciens).
Encore une fois, ces annonces sont faites à ce moment pour profiter d’une subite hausse de la visibilité médiatique du patrimoine.
De plus, on voit coïncider des festivités et célébrations avec les journées du patrimoine dans l’espoir de capter plus de visiteurs en revendiquant cette étiquette : la ville d’Eu célèbre son millénaire à cette occasion (FR3 Haute Normandie, 1996)
Les partisans du patrimoine se mobilisent aussi à cette occasion afin de profiter de la venue en grand nombre des caméras de télévision : une manifestation contre la démolition d’un site est ainsi rapportée dans le JT de FR3 Champagne Ardennes en 1996, ou une contestation d’un projet d’aménagement dans celui de FR3 Rhône Alpes en 1999 (il y a peu de chances que ces informations, sauf situation spectaculaire, aient été évoquées dans un JT national).

On voit ainsi le monde la culture et du tourisme s’agiter au moment des journées du patrimoine afin de profiter de ces journées où le public est plus enclin à sortir de chez lui. La télévision se révèle à l’écoute de ces initiatives originales par rapport aux ambitions premières de ces journées (ce qui est sans doute à porter au crédit des services de communication des dits lieux et sites).

C’est donc un foisonnement de sujets très divers qui sont diffusés sur les antennes régionales de France 3 pendant quelques jours chaque année autour du troisième dimanche de septembre.
La télévision régionale est plus encline à détailler les événements organisés sur le territoire qu’elle couvre. Ayant visiblement adopté la cause du patrimoine régional, les journalistes des antennes régionales de France 3 sont attentifs de tout type de festivité, réceptifs à toutes les formes de patrimoine et de moins en moins discriminants dans les choix de sujet à la fin des années 1990. La confusion autour du terme de patrimoine est visible. Les journées du patrimoine semblent avoir lentement glissé vers un événement qui ne se limite plus aux monuments historiques et qui embrasse tout le champ de la culture. Ces événements apparaissent de plus en plus comme une fête annuelle célébrant l’ensemble des productions de la culture française, même si le poids qu’occupent toujours les grands palais, châteaux, églises et musées dans les sujets de JT permet de donner l’illusion qu’il y a toujours un rapport entre nos « journées européennes du patrimoine » d’aujourd’hui et les « journées portes ouvertes des monuments historiques » de 1984.

Les journées du patrimoine (1)

En prévision des 31e journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre, je publierai plusieurs billets sur l’histoire de ces journées vues par la télévision française.

Les journées portes ouvertes des monuments historiques

En 1984, Jack Lang crée les journées portes ouvertes des monuments historiques. Ce n’est qu’en 1992 qu’elles ont été renommées et pris leur nom actuel de « Journées du patrimoine ».
Le principe est resté le même depuis les origines : le troisième dimanche de septembre, des monuments habituellement fermés au public sont ouverts à la visite, la plupart du temps gratuitement. Cette décision, la première du genre en Europe, est une petite révolution dans le monde des monuments historiques, en tout cas pour ceux – nombreux – qui étaient fermés au public parce qu’abritant des administrations.
La création de ces journées passe pourtant relativement inaperçu à la télévision en 1984.

Jack Lang, alors ministre de la culture depuis trois ans, se souvient sans doute de la grande opération lancée par la majorité précédente en 1980. Cette année avait été déclarée « année du patrimoine » par le président Giscard d’Estaing. L’opération, en plus d’être un succès en termes de visites et d’avoir popularisé un peu plus le patrimoine, avait bénéficié d’une bonne couverture par la télévision avec des sujets de JT réguliers sur les grandes chaines (encore plus nombreux dans les JT régionaux) et quelques émissions de plateau marquantes. L’année 1980 avait surtout mis sur le devant de la scène médiatique le charismatique ministre Jean-Philippe Lecat, désigné grand ordonnateur de l’année du patrimoine, principal interlocuteur politique des journalistes et invité à de nombreuses émissions et journaux pour commenter l’opération.
Rétrospectivement, l’initiative de Jack Lang a surpassé celle de son prédécesseur si l’on considère que le patrimoine est encore plus populaire qu’il ne l’était en 1980.
Outre le fait que la popularité du patrimoine en France ne cesse de s’accroitre depuis le milieu du XXe siècle, ces journées de septembre ont donné une visibilité régulière et importante au patrimoine. Les dizaines de milliers de sites et monuments dans lesquelles se pressent les familles françaises sont perçues comme une validation par le public de la politique du patrimoine. Et les images de longues files d’attentes sont l’une des plus marquantes qu’un journaliste puisse choisir pour illustrer le sujet du patrimoine.
Pourtant, le ministre a peut-être été surpris de la faible visibilité médiatique donnée à son initiative… du moins dans les premières années.

Les JT des trois grandes chaines nationales ont en effet rarement relayé l’actualité des journées portes ouvertes des monuments historiques (alors que les éditions régionales de FR3 ont dès le début accordé une place plus importante à ces événements). Le premier sujet national que j’ai recensé date de 1987. Il s’agit en fait d’une brève diffusée dans le journal de la nuit de TF1, et ne durait que 27 secondes. Sur le commentaire de Jean-Pierre Pernaut était visible d’abord un court plan d’un jeune homme juché sur une colonne de Buren, puis une séquence de visiteurs dans un monument indéterminé. Traité en moins de trente secondes, à minuit, le jour même de l’événement (donc après qu’il ait eu lieu), sans précision quant au lieu visité (hormis le Palais Royal, reconnaissable), tout indique que ce sujet n’intéressait pas beaucoup l’équipe du journal.
Dans les années qui suivent, les journées portes ouvertes ont une couverture digne de ce nom avec quelques sujets dédiés le jour même.

JEP_tvnationale

La faible couverture des journées portes ouvertes des monuments historiques (avant 1992)

Durant ces premières années, les choix de sujet des journalistes ne sont guère originaux : abbayes, églises… un patrimoine très classique du fait de la limitation des journées portes ouvertes aux « monuments historiques ».
Toutefois, les « monuments historiques » les plus visibles à la télévision à l’occasion de ces journées sont les lieux du pouvoir républicain. L’hôtel Matignon et le palais de l’Elysée ont la préférence du public. L’Assemblée Nationale et les grands ministères comme la culture au palais royal, mais aussi Bercy et son architecture moderne, ont reçu les faveurs de nombreux visiteurs. Aujourd’hui encore, les comptes rendus des JT ne font pas l’économie d’un commentaire sur la longueur de la file du 55 de la rue du faubourg Saint Honoré. Le palais de l’Elysée reste l’un des lieux les plus visités chaque année.

Il demeure que, de 1984 à 1992, hormis quelques sujets sur de vieux monuments classés comme des églises anciennes, la majorité des sujets des JT nationaux concernaient les visites dans les palais républicains. Les rédacteurs en chef ont à mon sens choisi de filmer ces lieux pour d’une part rendre compte de la fréquentation importante de visiteurs, d’auteur part capturer les sentiments des ces mêmes visiteurs découvrant ces monuments (et les fameux « ors de la République »), et enfin pour satisfaire – pensent-ils – la curiosité des téléspectateurs. La télévision aime en effet emmener virtuellement les téléspectateurs dans des lieux réservés à quelques privilégiés ou que peu d’individus ont pu voir (je renvoie à des collections d’émissions aussi diverses qu’Ushuaia nature, Secrets d’histoire ou les magazines d’enquêtes en général). Avec le patrimoine, sujet de plus en plus populaire en France dans les années 1980, la télévision applique le même principe et propose aux téléspectateurs une visite éclair des lieux les plus remarquables d’un monument historique. Dans quel but ? J’essaierai de répondre à cette question dans un billet suivant

A partir de 1992, l’événement change de nom. Les désormais « journées du patrimoine » s’étaient déjà élargies aux sites naturels en plus des monuments historiques. Désormais elles embrasse tout le patrimoine et reflètent le formidable élargissement que la notion a connu. De fait, les sujets se renouvellent dans le courant des années 1990 : enfin des sujets sur le patrimoine industriel, les manufactures, les mines. (Le patrimoine le plus classique reste toutefois visible.)
Le public a bien accueilli ce renouvellement des journées puisqu’il s’accompagne d’une hausse des visites. Les Français était-il lassé des grands et vieux monuments, et ont-ils apprécié pouvoir aussi visiter à l’occasion des journées du patrimoine des sites et des lieux moins prestigieux ? La curiosité du public semble avoir été satisfaite par cette initiative, qui en 2012 avait fait se déplacer 12 millions de visiteurs au cours du week-end (chiffres du ministère).

Enseignement et exemples : mes choix produisent-ils un discours historique ?

Ortf

Extrait : Géraldine Poels, La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années cinquante aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 2013, p.203 :

L’histoire de la télévision n’en est plus à ses débuts. Elle a déjà ses synthèses, sa chronologie, et repose sur quelques grands schémas narratifs qui deviendront rapidement des lieux communs. Elle est illustrée par des émissions canoniques, considérées comme représentatives d’une époque de l’histoire des programmes et/ou d’une certaine importance historique. Ce sont ces canons de l’histoire de la télévision que nous voudrions ici interroger, à la lumière des données concernant la réception.
Toute liste de « canons » opère des choix inévitables si l’on veut ordonner un peu la foule d’informations dont nous disposons. Ces choix sont décisifs : ils déterminent par exemple les « grandes émissions » et les genres sur lesquels vont travailler les étudiants au détriment des autres, moins significatifs. Or, à la suite de plusieurs chercheurs britanniques[1], il semble désormais important de revenir sur les biais, les présupposés et les logiques qui sous-tendent cette historiographie. Comme le dit Glen Creeber, qui a dirigé un ouvrage sur les « cinquante programmes-clés de la télévision » : « If canon construction is inevitable, then should we not talk about their construction and influence openly, discuss how and why they have been constructed and who has constructed them ?[2] »


[1] Helen Wheatley (dir), Re-viewing Television History : Critical Issues in Television Historiography, Londres/New York, IB Tauris, 2007, 256 p.
[2] Glen Creeber, 50 Key Television Programmes, Londres, Arnold, 2004, p. 15


Avant toute chose, je tiens à préciser que ces lignes sont une autocritique sur ma pratique de l’enseignement et ne doivent pas être généralisées. Sous forme de bilan d’un enseignement que je dispense depuis trois ans, ce billet est né d’une interrogation sur mes motivations dans la sélection des thèmes et des sujets explorés dans mes cours.

 Je me suis interrogé sur les choix qui m’amènent dans mes cours à préférer un sujet à un autre, et je me suis demandé si ces choix conduisent à orienter mon propos vers une certaine lecture de l’histoire. Je m’appuierai ici sur mon expérience de l’enseignement sur l’histoire de la télévision. Ma grande satisfaction, en ayant accepté d’assurer ce cours (CM et TD), c’est d’avoir une totale liberté dans la structuration des séances et dans le choix des sujets étudiés. Je ne suis pas, comme dans le secondaire, tenu par un programme qui serait inscrit dans une historiographie particulière. A l’inverse je dois ma plus grande frustration à la contrainte qui a pesé le plus sur la préparation de ces cours, la contrainte temps – qui me semble importante à rappeler ici car elle permet de comprendre ce que j’entends et comment je justifie mes choix de sujets.

Si ma connaissance de la bibliographie est loin d’être parfaite, notamment en dehors des études historiques, j’ai toutefois acquis par mes recherches une bonne connaissance de l’histoire et des programmes de cette période. Pourtant je dois reconnaître ne jamais faire preuve d’une grande originalité dans les choix d’exemples et de sujets d’études. Cela a été le point de départ de mon autocritique.
Voici quelques uns de ces choix sur lesquels je me suis récemment interrogé :

  • De la naissance de la télévision, j’attends (ou espère) que mes étudiants retiendront les noms de quelques pionniers comme Pierre Sabbagh et Jean d’Arcy.
  • Pour l’information, c’est Cinq colonnes à la Une que je les invite à connaître avant tout. Pourtant, ce magazine est-il emblématique de l’information télévisée des années 1960 ? Non, et l’écart avec le JT, beaucoup plus surveillé, a depuis longtemps été mis en évidence par les historiens. Si le magazine de Lazareff, Dumayet, Desgraupes et Barrère est donc un rare cas de liberté à la télévision (surtout sur des sujets d’actualité politique), il n’est pas représentatif de l’ensemble de son genre. Pourtant il semble incarner, dans la bibliographie et dans les cours, l’information télévisée dans sa forme magazine pour les années 1960, voir pour toute l’époque RTF-ORTF. Il est vrai que ce magazine, en plus d’être un succès d’audience, était estimé par les journalistes et est devenu une référence pour les professionnels de l’information à la télévision, mais ne fut, semble-t-il, jamais égalé. Accorder une telle place à Cinq colonnes comporte un risque : que les étudiants réduisent l’information des années 1960 à ce seul magazine, qu’ils généralisent en pensant que l’information était du niveau de ce programme.
    Pourquoi, à côté ou à la place de celui-ci, n’ai-je pas favorisé les exemples des magazines de la deuxième chaine, témoignant d’une aussi grande liberté de ton sur les sujets de société ? A ceux-là, je reconnais n’accorder qu’une phrase ou deux, place infime à côté de celle de Cinq colonnes dans mes cours.
  • De la télévision culturelle des années 1950-1960, je développe dans mon cours le cas de Lectures pour tous. Pourquoi ce choix ? D’abord pour la qualité des invités, Desgraupes et Dumayet y ayant interrogé Mauriac, Barthes, Duras et Colette (entre autres). L’émission illustre très bien la place de la culture à la télévision avec un programme littéraire diffusé à un horaire de milieu de soirée (après la piste aux étoiles en 1961).
    Toute cette partie de mon cours sur la culture à la télévision publique doit souligner le contraste avec la télévision fin XXe-début XXIe que mes étudiants connaissent, d’où le choix de Lectures pour tous. Ce faisant, je valide aussi une vision décliniste de la télévision, où la culture a perdu une place auparavant honorable. Tant pis si le programme littéraire de la première chaine est un d’un accès peu facile, on sait qu’il était regardé (mais à une époque sans concurrence).
  • Des relations tendues entre la télévision et le gouvernement, je demande aux étudiants de retenir la grève de 1968 qui a l’avantage de concorder avec les grèves ouvrières et étudiantes de ce printemps. Plutôt que d’étudier toutes les grèves de la télévision (ce qui aurait pourtant l’avantage de montrer la permanence des revendications, en plus de produire un effet d’accumulation), je privilégie un exemple unique. La grève de 1968 n’est pourtant pas exemplaire sur tous les points : elle fut plus longue et plus massive que les précédentes, mais comme les autres le gouvernement de céda pas aux revendications des grévistes, et beaucoup de licenciements furent prononcés après coup.

Voilà pour mes choix.

J’ai pris conscience que ces choix m’amènent à survaloriser des époques, des genres, ou des programmes tout entiers. Oui, Cinq colonnes et La caméra explore le temps sont des programmes importants pour leur époque, qui ont chacun duré dix ans (ce qui en télévision est très long) et dont la postérité est immense, d’abord dans les références des professionnels de la télévision, mais aussi dans la mémoire de ce média. Mais n’avoir le temps de traiter que ces exemples m’apparait de plus en plus problématique.
Un des problèmes étant que ces exemples reflètent trop peu la télévision ordinaire et le quotidien de sa programmation pour privilégier les succès, les émissions qui sont considérées comme les « meilleures » de leur genre ou de leur époque. L’éventail des programmes que je présente dans mes cours, issu d’un « écrémage » de la bibliographie, est en fait très réducteur.
Ainsi, je suis forcé de constater que mon propos est par certains aspects très schématique. Guidé par la bibliographie, je perpétue des découpages chronologiques ou thématiques qui méritent d’être critiqués, mais que je ne peux pas faire dans un cours de licence (aussi et surtout parce qu’il s’agit là d’une recherche restant à faire).

J’ai aussi et enfin cerné ce qui est peut être un autre problème lié à l’ensemble de mes choix. En privilégiant les grands acteurs de l’histoire la télévision (directeurs, réalisateurs, journalistes), en accordant une place importante à quelques émissions validées par la bibliographie comme incontournables, j’ai le sentiment de mythifier cette histoire de la télévision ; en particulier, mon cours risque de produire chez mes étudiants l’image d’un âge d’or de la télévision circonscrit quelque part entre 1949 et 1975. Une collègue me témoignait récemment son impression que, sur des sujets touchant à cette période de l’histoire de la télévision, un parfum d’hagiographie flotte sur certaines publications et certains colloques. J’ai conscience d’avoir moi-même souscrit à cette vision d’un âge d’or de la télévision publique avant de l’en distancer, un sentiment qui me semble nourri par les sources, par la bibliographie, et surtout par les témoignages des grands acteurs de cette télévision. Que ce soient les entretiens filmés de Pierre Dumayet, la biographie souvenirs de Marcel Bluwal ou toutes les émissions souvenirs, la mémoire de la télévision oriente le regard et renforce l’importance symbolique de certaines productions et d’une certaine époque. Or une large part de la bibliographie de base pour des étudiants est friande de ces témoignages. Les « grands acteurs » et les « grandes émissions » apparaissent donc incontournables, et pour le moment, indépassables. De plus, il manque encore à l’histoire de la télévision une approche sur le temps « long ». Nous sommes trop souvent attachés aux rythmes courts que nous dicte l’histoire politique et institutionnelle. Or je dois reconnaître que les exemples que je propose dans mes cours conduisent à privilégier l’événement à la durée et les changements à la continuité.

On pourra me reprocher d’avoir une lecture insuffisamment critique de la bibliographie, pourtant je ne peux pas, dans un cours de licence d’introduction à l’histoire des médias, proposer des problématiques qui relèvent de la recherche. Pour ma défense, ce cours doit fixer un certain nombre de repères chez des étudiants qui découvrent les médias. Il leur faut connaître cette chronologie et ces exemples, d’abord pour la suite de leurs études, aussi parce que la bibliographie mobilise les mêmes exemples. Avec cette perspective, je ne peux faire l’économie du premier JT de Pierre Sabbagh, ni de Cinq colonnes à la une, ni de Lectures pour tous. La connaissance de la période que j’attends des mes étudiants impose qu’ils soient capables de citer ces exemples, tous comme les dates de l’ORTF ou la loi sur la communication audiovisuelle de 1982.

Quelques éléments de satisfaction toutefois : cette année, j’ai fait exploser le cadre classique information-culture-divertissement en citant, avec les émissions culturelles, des jeux télévisés à questions de culture générale particulièrement exigeants en termes de connaissances : L’homme du XXe siècle, réputé pour sa difficulté, et même Télé-Match et La tête et les jambes qui posent des questions parfois difficiles pour les candidats.
Egalement, j’ai ajouté à Lectures pour tous d’autres exemples qui accordent mieux l’exigence culturelle avec un impératif populaire, notamment l’émission pour enfants de Claude Santelli, Le théâtre de la jeunesse. Il est affirmé très tôt dans les objectifs de la télévision qu’apporter la culture est une forme de service au public, et la manière dont Claude Santelli s’y prend pour mettre la culture livresque à la portée des enfants m’apparait d’un efficacité rare.

En attendant d’avoir acquis la certitude que les étudiants lisent assidûment la bibliographie au delà des manuels de cours, je dois composer avec mes contradictions et mes incertitudes, et accepter les défauts de mon cours.
Rechercher la nuance en toute chose, dépasser par petites touches les ruptures chronologiques et thématiques fixées par la bibliographie, donner pour chaque « grand exemple » un petit contre-exemple, pourrait être des compromis intéressants à ma situation. A condition d’en avoir le temps.