Les journées du patrimoine (3)

Quel type d'information proposent les journaux télévisés au moment des journées du patrimoine ?

Dans les billets précédents, j’ai présenté la couverture globale des journées du patrimoine depuis leur création, et l’ai caractérisé comme une croissance importante du nombre de sujets diffusés dans les journaux télévisés. J’ai également proposé un aperçu des sujets traités par les journaux régionaux de FR3, qui m’a conduit à avancer que les antennes régionales cultivent un goût pour ces journées qui permettaient aux journalistes de mettre en valeur un territoire et sa culture.
Je souhaite avec ce dernier billet tenter d’expliquer ce que les journaux télévisés cherchent à faire avec le patrimoine et comment on peut caractériser leur couverture du sujet.

Naissance d’un sujet récurrent
J’ai procédé au relevé mensuel des sujets de JT portant sur le patrimoine sur l’ensemble des mois depuis 1984, année de création des « journées portes ouvertes des monuments nationaux ».

mensuel

Les mois de septembre (signalés par des points rouges) se révèlent être, quelques années après le début des journées des monuments historiques, des temps forts du patrimoine dans les journaux télévisés. Ceci ne débute toutefois pas dès leur création, les premiers pics s’observent à partir de septembre 1988. Le mois de septembre devient alors un des moments de forte visibilité de ce sujet, même s’ils ont pu selon les années être dépassés à d’autres moments.
Le mois de septembre devient en quelques années surreprésenté par rapport au reste de l’année : sur la période 1979-1999, sa part est de six à neuf points supérieure à celle des autres mois à la télévision régionale, de neuf à douze points supérieure pour la télévision nationale.

jt_natiojt_regio

Le sujet des journées du patrimoine est-il devenu un « marronnier » de la télévision ? Depuis 1987, le sujet devient incontournable en étant traité tous les ans par les JT nationaux. Le sujet est bien sûr imposé par le calendrier puisque les journées ont une date fixe, chaque troisième week-end de septembre.

Pour autant, en dépit d’un pic important des sujets au mois de septembre, le patrimoine reste très visible tous les autres mois de l’année. Autrement dit, la grande préoccupation pour le patrimoine en septembre n’a pas asséché le sujet le restant de l’année. La raison en est à mon sens la grande popularité du patrimoine depuis les années 1980.  Depuis 1980, il s’est installé dans les conducteurs des journaux comme un sujet récurrent (peut être comme un sujet ordinaire, mais cela appellera une lecture plus fine des données), un sujet souvent ponctuel, mais traité aussi en dehors des grands événements organisés par les ministères et les institutions culturelles.

Le déroulé de la couverture médiatique : de l’annonce au bilan
Pour tenter d’analyser cela, j’ai relevé les sujets, jour par jour, traitant des journées du patrimoine.

repartition_natio

(note : la catégorie J* regroupe à partir de 1992 les journées de samedi et de dimanche puisque cet événement, d’abord restreint au dimanche, a été étendu aux deux jours du week-end).

Les journaux de TF1, A2 et FR3 préfèrent traiter de ces événements le jour même. L’événement est peu anticipé, même à la fin des années 1990, puisque l’annonce des journées est faite à J-1, et de manière occasionnelle.
La comparaison avec les JT régionaux révèle que ces derniers font un travail beaucoup plus complet d’information sur ces événements.

repartition_regio

Première différence avec les JT nationaux : les JT régionaux, avant 1990, ne traitaient pas du sujet le jour J mais essentiellement la veille du dimanche concerné. Après 1990, le sujet est traité en grande partie les jours mêmes de ces événements. Il faut attendre 1992 et le dédoublement des journées du patrimoine pour que le traitement le jour J dépasse sensiblement les annonces à J-1.

La deuxième différence porte sur l’anticipation de ces journées. Les JT régionaux annoncent très tôt les journées du patrimoine, essentiellement entre J-4 et J-1. J’ai même recensé des sujets à J-10 en 1985 (ce qui est très précoce) et en 1999. De tels sujets, très en amont des journées, présentent leurs préparatifs dans quelques uns des lieux qui seront ouverts à la visite le jour J.
Avant 1990, l’essentiel des sujets précède le troisième dimanche de septembre. Et même après 1990, entre 30 et 55% des sujets sont diffusés avant les journées proprement dites.

Comment interpréter l’importance de cette couverture en amont des journées ? A mon sens, il y a une volonté des journalistes "d’annoncer le programme" en montrant autant que possible aux téléspectateurs les différents lieux remarquables qu’ils pourront visiter le jour J. Faire de l’information donc mais aussi donner des conseils et renseigner sur les sites à visiter, à la façon d’un agenda culturel, en espérant que cet « effet d’annonce » suscitera chez les téléspectateur la volonté d’aller à leur découverte. C’est la raison pour laquelle, avant 1990, il n’y a presque pas de sujets le jour J, les journalistes préférant informer à l’avance pour les visiteurs anticipent et choisissent les lieux à visiter. Les sujets diffusés le jour J peuvent toujours donner d’ultimes conseils de visite, mais l’essentiel se contente de montrer les visiteurs dans les lieux ouverts au public.

Troisième différence, les JT régionaux font plus souvent le bilan de ces journées (chiffres de fréquentation, retours en image sur les lieux ouverts au public). Ces bilans sont proposés généralement le lendemain (le lundi) et jusqu’à J+5. Sans être systématique pour toutes les antennes régionales de FR3, la pratique est plus répandue que dans les JT nationaux, qui font rarement le bilan.

L’approche est donc différente entre JT nationaux, qui privilégient l’information factuelle et le compte rendu des visites, et les JT régionaux qui revêtent un rôle d’annonceurs et de conseillers du public en amont des visites. Les journalistes régionaux proposent aussi un vrai suivi des journées en accordant plus de temps à leur préparation, et vont jusqu’à proposer un compte-rendu après coup.

Si les journées du patrimoine sont devenues un sujet incontournable pour les journalistes de télévisé français, ces résultats laissent entendre que les rédactions régionales de France 3 sont davantage en ébullition que celles de tous les autres journaux nationaux.

Les journées du patrimoine (2)

Une comparaison du traitement à la télévision nationale et à la télévision régionale

Dans le dernier billet, je mettais en évidence la frilosité de la télévision à rendre compte de l’initiative lancée en 1984, la journée portes ouvertes des monuments historiques. Les JT de TF1, Antenne 2 et FR3 (édition nationale seulement) n’ont pas traité de ce sujet avant 1987, et somme toute sans grand intérêt. De plus c’est à partir de 1992 que ce sujet prend du poids avec une couverture plus importante des événements organisés le troisième dimanche de septembre.

Dans ce billet, je souhaite souligner les différences de traitement entre télévision nationale et télévision régionale (la lecture du premier billet est nécessaire).

Ce qu’il faut entendre par « télévision nationale » en France est un peu différent de la situation des autres pays occidentaux, comme l’a mis en évidence Benoit Lafon dans son ouvrage Histoire de la télévision régionale. De la RTF à la 3, 1950-2012 (2012). Nous n’avons pas de véritables chaines régionales en France mais une chaine des régions comme elle s’est définie : France 3 est pour Benoit Lafon une « chaine nationale à décrochages régionaux ». Toutefois, c’est aux éditions régionales de JT de la troisième chaine que je fais référence quand je parle de la télévision régionale.
Or nous constatons que les JT régionaux se sont saisis des journées du patrimoine beaucoup plus tôt, de manière beaucoup plus affirmée et avec une croissance bien supérieure aux JT nationaux.

tv_natio_regio

Les JT régionaux accordent une place bien supérieure au traitement des journées du patrimoine

Les journées portes ouvertes sont couvertes par les JT régionaux de FR3 dès leur lancement en 1984. Pas par toutes les antennes cela dit : seuls les journaux de Toulouse, Bretagne, Limousin, Normandie, Centre, Corse et du Mans y ont consacré un sujet. Leur nombre va croissant avec le temps jusqu’à gagner toutes les antennes en dix ans.

Le patrimoine, sujet de prédilection de la télévision régionale
Cette précocité de la télévision régionale doit être rapprochée du traitement du patrimoine de manière générale. En effet, tous mois de l’année confondus (c’est à dire aussi en dehors des journées du patrimoine), les journaux régionaux ont installé de manière plus précoce et plus visible le patrimoine dans leurs sujets courants. Le patrimoine est devenu un sujet ordinaire d’abord à la télévision régionale, puis dans les JT nationaux.
On peut l’expliquer par la forte mise en valeur du territoire régional et de sa culture dans les éditions régionale de la troisième chaine. Ces JT accordent une place plus grande aux actualités qui se déroulent sur leur territoire et ont plus de temps à y consacrer. Il y a donc aussi une explication à tirer de la hiérarchie de l’information : puisque les grands titres de l’actualité mondiale et nationale ont été traités dans les JT nationaux de FR3, il est plus facile pour les éditions régionales de traiter des sujets moins importants, ou à une échelle géographique plus grande (vers le local), et surtout de parler de sujets de proximité comme le patrimoine local et régional.

De quoi traitent les JT régionaux ? Dès les premières années, les sujets proposent un aperçu des sites et monuments ouverts aux visiteurs pour chaque journée porte ouverte. Ce sont des sujets courts, parfois autour de 20 à 30 secondes, parfois longs de deux à trois minutes.
A partir de 1991, les invités sont de plus en plus nombreux sur les plateaux ou en duplex, convoqués pour parler de ces journées : les ministres de la culture d’abord, des responsables d’administrations et d’institutions culturelles (Direction du Patrimoine, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caisse Nationale des Monuments Historiques…) mais aussi artisans et artistes. De plus, on relève quelques sujets de « fond » sur la politique du patrimoine ou sur sa gestion et ses acteurs. De tels sujets sont toutefois rares, l’immense majorité préfère présenter des sites et lieux ouverts à la visite.

Les lieux de visite et objets patrimoniaux
Les JT régionaux ne se limitent pas aux musées et monuments historiques prestigieux (princiers, édilitaires ou religieux), dès la fin des années 1980 on trouve des sujets sur le patrimoine industriel. Le patrimoine rural et vernaculaire s’affirme au cours de la décennie 1990 : pressoirs, forges, mais aussi patrimoine maritime. Dans cette même décennie, les sujets sur les traditions, les sites naturels, les petits métiers se font aussi plus nombreux.
Toutefois, les journaux régionaux, pas plus que les JT nationaux, ne délaissent les châteaux et les églises qui demeurent toujours, à la fin du siècle, en très bonne place dans les sujets sur les journées du patrimoine.

A la fin des années 1990, la variété des objets patrimoniaux évoqués dans ces sujets reflète pleinement l’inflation patrimoniale abondamment évoquée par la littérature. Tout est devenu patrimoine. Quant aux « journées du patrimoine », elles se sont pour partie émancipé de leurs origines de « journées portes ouvertes des monuments historiques ». En effet, certains événements annoncés dans les JT régionaux ont peu à voir avec les monuments historiques : Beaubourg (FR3 Nord Pas de Calais, 1995), la visite d’un planétarium (FR3 Champagne Ardennes, 1995), le musée de l’Espéranto (FR3 France Comté, 1996), la visite d’un égout à Gap  (FR3 Provence Alpes, 1994), l’ouverture du centre de tri de la poste (JT Lille, 1997). Citons encore un sujet sur la taxidermie (FR3 Alsace, 1998), un autre sur la réalisation d’une jarre géante (FR3 Rhône Alpes, 1998).

Un moment particulier du calendrier de la culture
D’autre part, on voit de plus en plus de responsables de monuments ou de site se saisir des journées du patrimoine comme d’une occasion pour faire connaître de nouveaux lieux, des lieux fermés : fait nouveau, on voit ainsi les opérations de restauration des monuments anciens sont mises en tourisme à l’occasion des journées du patrimoine. On voit aussi coïncider avec ces journées la réouverture de monuments après leur restauration (le plus notable étant la réouverture du parlement de Bretagne pour les journées du patrimoine 1999 après son incendie spectaculaire en 1995).

De nombreuses activités culturelles et pédagogiques, des expositions et des démonstrations prennent aussi place pendant les journées du patrimoine, sans toutefois toujours se tenir dans des lieux patrimoniaux.
Quand ce ne sont pas tout simplement des projets qui sont dévoilés ce jour là (projets de rénovation, ou de musée, comme le projet de musée du ciment à Grenoble, c’est à dire sur un patrimoine non encore constitué ; FR3 Rhône Alpes, 1998). Enfin, des lieux de spectacle profitent de l’occasion pour annoncer leur saison dans leurs théâtres, et des concerts sont organisés (souvent de musique anciennes ou d’instrument anciens).
Encore une fois, ces annonces sont faites à ce moment pour profiter d’une subite hausse de la visibilité médiatique du patrimoine.
De plus, on voit coïncider des festivités et célébrations avec les journées du patrimoine dans l’espoir de capter plus de visiteurs en revendiquant cette étiquette : la ville d’Eu célèbre son millénaire à cette occasion (FR3 Haute Normandie, 1996)
Les partisans du patrimoine se mobilisent aussi à cette occasion afin de profiter de la venue en grand nombre des caméras de télévision : une manifestation contre la démolition d’un site est ainsi rapportée dans le JT de FR3 Champagne Ardennes en 1996, ou une contestation d’un projet d’aménagement dans celui de FR3 Rhône Alpes en 1999 (il y a peu de chances que ces informations, sauf situation spectaculaire, aient été évoquées dans un JT national).

On voit ainsi le monde la culture et du tourisme s’agiter au moment des journées du patrimoine afin de profiter de ces journées où le public est plus enclin à sortir de chez lui. La télévision se révèle à l’écoute de ces initiatives originales par rapport aux ambitions premières de ces journées (ce qui est sans doute à porter au crédit des services de communication des dits lieux et sites).

C’est donc un foisonnement de sujets très divers qui sont diffusés sur les antennes régionales de France 3 pendant quelques jours chaque année autour du troisième dimanche de septembre.
La télévision régionale est plus encline à détailler les événements organisés sur le territoire qu’elle couvre. Ayant visiblement adopté la cause du patrimoine régional, les journalistes des antennes régionales de France 3 sont attentifs de tout type de festivité, réceptifs à toutes les formes de patrimoine et de moins en moins discriminants dans les choix de sujet à la fin des années 1990. La confusion autour du terme de patrimoine est visible. Les journées du patrimoine semblent avoir lentement glissé vers un événement qui ne se limite plus aux monuments historiques et qui embrasse tout le champ de la culture. Ces événements apparaissent de plus en plus comme une fête annuelle célébrant l’ensemble des productions de la culture française, même si le poids qu’occupent toujours les grands palais, châteaux, églises et musées dans les sujets de JT permet de donner l’illusion qu’il y a toujours un rapport entre nos « journées européennes du patrimoine » d’aujourd’hui et les « journées portes ouvertes des monuments historiques » de 1984.

Les journées du patrimoine (1)

En prévision des 31e journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre, je publierai plusieurs billets sur l’histoire de ces journées vues par la télévision française.

Les journées portes ouvertes des monuments historiques

En 1984, Jack Lang crée les journées portes ouvertes des monuments historiques. Ce n’est qu’en 1992 qu’elles ont été renommées et pris leur nom actuel de « Journées du patrimoine ».
Le principe est resté le même depuis les origines : le troisième dimanche de septembre, des monuments habituellement fermés au public sont ouverts à la visite, la plupart du temps gratuitement. Cette décision, la première du genre en Europe, est une petite révolution dans le monde des monuments historiques, en tout cas pour ceux – nombreux – qui étaient fermés au public parce qu’abritant des administrations.
La création de ces journées passe pourtant relativement inaperçu à la télévision en 1984.

Jack Lang, alors ministre de la culture depuis trois ans, se souvient sans doute de la grande opération lancée par la majorité précédente en 1980. Cette année avait été déclarée « année du patrimoine » par le président Giscard d’Estaing. L’opération, en plus d’être un succès en termes de visites et d’avoir popularisé un peu plus le patrimoine, avait bénéficié d’une bonne couverture par la télévision avec des sujets de JT réguliers sur les grandes chaines (encore plus nombreux dans les JT régionaux) et quelques émissions de plateau marquantes. L’année 1980 avait surtout mis sur le devant de la scène médiatique le charismatique ministre Jean-Philippe Lecat, désigné grand ordonnateur de l’année du patrimoine, principal interlocuteur politique des journalistes et invité à de nombreuses émissions et journaux pour commenter l’opération.
Rétrospectivement, l’initiative de Jack Lang a surpassé celle de son prédécesseur si l’on considère que le patrimoine est encore plus populaire qu’il ne l’était en 1980.
Outre le fait que la popularité du patrimoine en France ne cesse de s’accroitre depuis le milieu du XXe siècle, ces journées de septembre ont donné une visibilité régulière et importante au patrimoine. Les dizaines de milliers de sites et monuments dans lesquelles se pressent les familles françaises sont perçues comme une validation par le public de la politique du patrimoine. Et les images de longues files d’attentes sont l’une des plus marquantes qu’un journaliste puisse choisir pour illustrer le sujet du patrimoine.
Pourtant, le ministre a peut-être été surpris de la faible visibilité médiatique donnée à son initiative… du moins dans les premières années.

Les JT des trois grandes chaines nationales ont en effet rarement relayé l’actualité des journées portes ouvertes des monuments historiques (alors que les éditions régionales de FR3 ont dès le début accordé une place plus importante à ces événements). Le premier sujet national que j’ai recensé date de 1987. Il s’agit en fait d’une brève diffusée dans le journal de la nuit de TF1, et ne durait que 27 secondes. Sur le commentaire de Jean-Pierre Pernaut était visible d’abord un court plan d’un jeune homme juché sur une colonne de Buren, puis une séquence de visiteurs dans un monument indéterminé. Traité en moins de trente secondes, à minuit, le jour même de l’événement (donc après qu’il ait eu lieu), sans précision quant au lieu visité (hormis le Palais Royal, reconnaissable), tout indique que ce sujet n’intéressait pas beaucoup l’équipe du journal.
Dans les années qui suivent, les journées portes ouvertes ont une couverture digne de ce nom avec quelques sujets dédiés le jour même.

JEP_tvnationale

La faible couverture des journées portes ouvertes des monuments historiques (avant 1992)

Durant ces premières années, les choix de sujet des journalistes ne sont guère originaux : abbayes, églises… un patrimoine très classique du fait de la limitation des journées portes ouvertes aux « monuments historiques ».
Toutefois, les « monuments historiques » les plus visibles à la télévision à l’occasion de ces journées sont les lieux du pouvoir républicain. L’hôtel Matignon et le palais de l’Elysée ont la préférence du public. L’Assemblée Nationale et les grands ministères comme la culture au palais royal, mais aussi Bercy et son architecture moderne, ont reçu les faveurs de nombreux visiteurs. Aujourd’hui encore, les comptes rendus des JT ne font pas l’économie d’un commentaire sur la longueur de la file du 55 de la rue du faubourg Saint Honoré. Le palais de l’Elysée reste l’un des lieux les plus visités chaque année.

Il demeure que, de 1984 à 1992, hormis quelques sujets sur de vieux monuments classés comme des églises anciennes, la majorité des sujets des JT nationaux concernaient les visites dans les palais républicains. Les rédacteurs en chef ont à mon sens choisi de filmer ces lieux pour d’une part rendre compte de la fréquentation importante de visiteurs, d’auteur part capturer les sentiments des ces mêmes visiteurs découvrant ces monuments (et les fameux « ors de la République »), et enfin pour satisfaire – pensent-ils – la curiosité des téléspectateurs. La télévision aime en effet emmener virtuellement les téléspectateurs dans des lieux réservés à quelques privilégiés ou que peu d’individus ont pu voir (je renvoie à des collections d’émissions aussi diverses qu’Ushuaia nature, Secrets d’histoire ou les magazines d’enquêtes en général). Avec le patrimoine, sujet de plus en plus populaire en France dans les années 1980, la télévision applique le même principe et propose aux téléspectateurs une visite éclair des lieux les plus remarquables d’un monument historique. Dans quel but ? J’essaierai de répondre à cette question dans un billet suivant

A partir de 1992, l’événement change de nom. Les désormais « journées du patrimoine » s’étaient déjà élargies aux sites naturels en plus des monuments historiques. Désormais elles embrasse tout le patrimoine et reflètent le formidable élargissement que la notion a connu. De fait, les sujets se renouvellent dans le courant des années 1990 : enfin des sujets sur le patrimoine industriel, les manufactures, les mines. (Le patrimoine le plus classique reste toutefois visible.)
Le public a bien accueilli ce renouvellement des journées puisqu’il s’accompagne d’une hausse des visites. Les Français était-il lassé des grands et vieux monuments, et ont-ils apprécié pouvoir aussi visiter à l’occasion des journées du patrimoine des sites et des lieux moins prestigieux ? La curiosité du public semble avoir été satisfaite par cette initiative, qui en 2012 avait fait se déplacer 12 millions de visiteurs au cours du week-end (chiffres du ministère).

Enseignement et exemples : mes choix produisent-ils un discours historique ?

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.


Extrait : Géraldine Poels, La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années cinquante aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 2013, p.203 : L’histoire de la télévision n’en est plus à ses … Lire la suite

Montrer le populaire

Galerie

Cette galerie contient 7 photos.


Comme pour toute autre œuvre que le chercheur approche comme une source, les acteurs d'une émission doivent faire l'objet d'une étude. Si les auteurs d'un programme de télévision sont à considérer en priorité, les producteurs, réalisateurs, journalistes et présentateurs ne … Lire la suite