« Le retour de la France moche »

En lisant le titre que le journaliste Luc Le Chatelier a donné à un billet de blog sur le site de Télérama, immédiatement ma thèse a ressurgi devant mes yeux. Le billet en question alerte des conséquences de la loi dite « Macron », accusée d’aller dans le sens du lobby publicitaire qui réclame un assouplissement des règles d’affichages. La loi doit en effet faciliter leur multiplication sur des territoires jusqu’à présent épargnés, notamment ruraux.

Le titre du billet est-il une référence à La France défigurée, le magazine de Michel Péricard et Louis Bériot qui fut la première émission de la télévision française consacrée à l’écologie ? L’affichage publicitaire était, en tout cas, le sujet du tout premier reportage diffusé le 19 juillet 1971. Les journalistes prenaient pour cela l’exemple de la route nationale 20 reliant Paris à la frontière espagnole, soit un trajet fréquemment emprunté par les vacanciers, pour dénoncer les « débordements de panneaux publicitaires » au bord des routes. Ils dénoncent des affiches « nombreuses et agressives » Ils pointaient du doigt autant la médiocrité esthétique de l’affichage que sa généralisation le long des nationales et aux abords des villes. En outre, les journalistes révèlent que les affichistes rémunèrent très mal les propriétaires des maisons sur lesquelles ils accrochent leurs panneaux.

Capture d’écran 2016-02-09 à 10.28.35Capture d’écran 2016-02-09 à 10.34.25

Quelques plans de l’émission du 19 juillet 1971.

C’est au nom de la défense des paysages français que ces journalistes dénoncent la prolifération de la publicité au bord des routes. Ils invitent les Français à exiger de « retrouver nos paysages ». L’argument est esthétique (et un peu chauvin) : « car elle est belle la France vue depuis la nationale 20 ».

On retrouve également chez Luc Le Chatelier une rhétorique de l’inclusion et, en filigrane, une défense des paysages et des formes d’habitat traditionnels : « ce projet de décret risquerait de changer radicalement le paysage de nos petites villes, villages et, même, de nos parcs naturels régionaux s’il était adopté. »

De 1971 à 2016 donc, il apparaît qu’un beau paysage est un paysage dénué de tout ce qui pourrait bloquer le regard, quand bien même il serait observé depuis un véhicule roulant sur une voie goudronnée qui opère une cassure de ce même paysage. La jouissance du paysage ne doit pas souffrir d’entraves visuelles qui perturbent le regard du spectateur, ce que les panneaux sont accusés de faire. Le débat évite tout de même de s’interroger sur des problématiques relevant de l’aménagement et de la géographie, et en premier lieu le problème de l’extension urbaine. Les entrées de villes sont les plus marquées par cette accumulation de panneaux, notamment en raison des nombreuses zones commerciales qui bordent les territoires urbains. La problématique est illustrée par cette photographie : difficile de soutenir ici que l’effacement des panneaux publicitaires améliorerait significativement ce paysage.

france-moche-le-retour,M297400

Photographie illustrant le billet de Luc Le Châtelier (Zone commerciale de Plan de Campagne. Photo: Ian HANNING/REA)

Dans le reportage de 1971, ce désagrément publicitaire est présenté comme une problématique émergente de la société de consommation, de l’urbanisation, de l’ère de l’automobile et du développement de l’autoroute. Le magazine, pourtant, est loin d’avoir un propos radical, même si pendant un peu moins de sept ans elle a porté, à la télévision, une parole alors rare dans un média audiovisuel public

Ce premier reportage est emblématique de l’angle pris par les journalistes de La France défigurée dans la plupart de leurs sujets : un croisement entre la question environnementale et le sujet de la consommation. Cette approche ne doit pas étonner à une époque où l’écologie est un sujet neuf et les journalistes spécialistes sur l’environnement ne sont pas courants. Louis Bériot lui-même était chargé des questions d’aménagement et d’urbanisme à France-Soir et réalisait des dossiers sur la construction de logement individuel ou collectif ; la dimension paysagère était présente mais c’est véritablement avec La France défigurée que son travail le conduit à se spécialiser sur l’écologie en général : au-delà des paysages, les sujets fréquemment traités dans l’émission sont l’épuisement et la contamination des ressources naturelles, la dégradation des milieux naturels, l’architecture. La publicité ne reviendra que très épisodiquement au sommaire du magazine (le 26 mars 1972, le 18 juin 1972, le 10 septembre 1972, le 14 avril 1973, le 26 janvier 1974, le 28 mai 1977) ; cependant, même quand la publicité n’est pas au centre d’un reportage, les journalistes ne se privent pas d’un petit tacle adressé aux affichistes (par exemple le 30 juillet 1972 dans un sujet sur la route touristique de Dijon à Beaune).

La position des journalistes de La France défigurée est d’ailleurs celle d’un compromis : ils sont favorables au développement économique, à la modernisation du territoire, à la consommation, du moment que l’environnement n’est pas affecté outre mesure. Leur campagne contre les panneaux publicitaires n’est pas une attaque portée au consumérisme tout entier.
Dès ce premier reportage, on relève aussi le ton polémique caractéristique de l’émission et qui a contribué à son succès.

« Bienvenue au pays de la laideur et de la grande distribution triomphantes ! », écrit encore le journaliste de Télérama. Je suis frappé de voir revenir ici des termes courants chez les journalistes de La France défigurée. Le lexique de la laideur fait partie de leur vocabulaire usuel et ils l’emploient au sujet de matériaux (le béton), d’architecture (les édifices publics), le logement individuel et collectif (au sujet de l’urbanisme francilien, ils déplorent « la morne laideur des grands ensembles », 21/01/1974). Les boutiques de souvenirs qui s’accumulent dans les rues du Mont-Saint-Michel ne leur inspirent que dégoût : « Ce qu’il y a de surprenant dans la beauté, c’est qu’elle engendre tant de laideur, et tellement toujours la même. » (19/04/1975). « Nous ouvrons le dossier. Nous ne le refermerons que quand ces laideurs auront disparu. » annoncent-ils au sujet des camps militaires attenants au château de Versailles (27/02/1972). Le 15 décembre 1973, à l’inverse, ils se félicitent du « recul de la laideur » dans le cadre de vie des Français.

Bien qu’estimée du public, La France défigurée n’était pas appréciée des gouvernements ni des directeurs de chaîne. L’émission, d’abord reprogrammée à des heures de moindre écoute, finit par être supprimée en 1978. En 1995, Louis Bériot, désormais directeur d’antenne de France 2, commande et fait diffuser durant l’été une série en dix émissions titrée La France défigurée vingt ans après. Les sujets reprennent des thèmes chers à l’émission de Péricard et Bériot et souhaitent montrer ce qui a changé (ou non le cas échéant) là où l’équipe de La France défigurée première du nom avait enquêté. Or justement, l’émission du 2 juillet 1995 revient sur la question de la publicité. Les promoteurs de l’affichage publicitaire tous azimuts, que pensent-ils de ces affichages dont ils ne cessent de minimiser l’impact ? Aimeraient-ils en voir sur la façade de leur maison ? C’est la question qui a été posée à une représentante de la chambre syndicale des afficheurs. Sa non-réponse est assez significative (à voir dans la vidéo ci-dessous). « Elle pourrait être si belle la France vue de la nationale 20 », déclare ensuite Béatrice Le Métayer, reprenant mot pour mot la phrase prononcée en 1971 par Michel Péricard.

Les paysages et leur défiguration sont un sujet dont la dimension polémique n’est plus à prouver. L’opposition frontale entre la défense du patrimoine et la poursuite d’intérêts économiques est également un angle journalistique bien connu. Le retour de ce sujet et de cet angle dans l’espace médiatique, à la faveur de la loi Macron, réactive des angoisses et des traitements journalistes qui n’avaient en fait jamais disparus.

Référence:

Concernant le discours tenu dans La France défigurée, je revoie à mon article : Thibault Le Hégarat, « La France défigurée, première émission d’écologie à la télévision », Le Temps des médias 2015/2 (n° 25), p. 200-213


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

2 réflexions sur « « Le retour de la France moche » »

  1. Merci de ce rappel, qui m’évoque de lointains souvenirs: j’avais quatorze ans lorsque « La France défigurée » a baissé le rideau et, si lointain et flou que soit le souvenir que j’en garde, cette émission a du jouer un rôle dans mon choix professionnel… patrimonial. Vous soulignez toutefois à raison les limites de la réflexion qui la sous-tendait. Avec un rien de perversité, on pourrait même trouver un charme rétro à certaines affiches de 1971…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *