La tempête de 1999 (2/3)

(Billet 1/3)
Du point de vue du travail de thèse, la tempête est un exemple intéressant de ces petits objets qui se révèlent plus riches à mesure qu’on les analyse. Alors que je n’avais pas de problématique particulière en approchant ce sujet, j’ai au final quelques observations intéressantes à fournir. La possibilité d’une étude quantitative a permis de poser des questions plus poussées, et la représentation cartographique (en dépit de mes failles méthodologiques) m’a conduit à une analyse interrégionale que je n’aurais pas envisagée au départ.

Une couverture régionale conditionnée par l’ampleur du bilan

La situation géographique

Nous allons tenter de comparer le passage de la tempête avec sa couverture médiatique dans les journaux télévisés régionaux. Du 25 au 27 décembre, l’ouragan Lothar a traversé la France d’ouest en est, de la Bretagne à l’Alsace. L’ouragan Martin, du 27 au 28 décembre a suivi un trajet similaire en pénétrant le territoire au niveau de l’estuaire de la Loire, les dégâts se concentrant  cette fois au sud du fleuve.

Figure 1 Vitesses du vent des ouragans Lothar (g) et Martin (d) (Source : Météo France)
Figure 1 Vitesses du vent des ouragans Lothar (g) et Martin (d) (Source : Météo France)

La carte ci-dessous représente les portions du territoire métropolitain les plus touchées par la tempête.

Figure 2 Carte des dégâts causés à la couverture forestière par les ouragans Lothar et Martin
Figure 2 Carte des dégâts causés à la couverture forestière par les ouragans Lothar et Martin

Mettons ces cartes en regard d’une représentation cartographique de la couverture de la tempête à la télévision dans chaque région métropolitaine. La carte suivante a été obtenue en calculant la somme des sujets sur la tempête diffusés dans les éditions régionales des JT de France 3, entre le 25 décembre 1999 et le 31 janvier 2000[1].

Figure 3 Couverture de la tempête dans les éditions régionales des JT de France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000) (source : Thibault Le Hégarat)
Figure 3 Couverture de la tempête dans les éditions régionales des JT de France 3 (du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000) (source : Thibault Le Hégarat)

Cette carte montre des ressemblances avec la précédente qui décrivait la trajectoire des deux ouragans : les éditions régionales qui ont le plus traité de la tempête relèvent des régions qui ont été les plus touchées par le phénomène atmosphérique. Les deux trajectoires se lisent dans la situation des régions qui ont diffusé plus de 100 sujets sur la période : elles semblent former des rubans horizontaux pareils à ceux des zones les plus affectées au passage des ouragans.

On constate toutefois des discontinuités, que l’on peut essayer d’expliquer. Ainsi, la région Auvergne, en dépit de sa situation géographique, a diffusé moins de sujets que ses deux régions voisines (97 sujets, contre 212 pour le Limousin et 134 pour Alpes et Rhône-Alpes). De même pour la Picardie et pour l’Ile de France. On peut tenter d’expliquer le faible nombre de sujet pour cette dernière région par le fait que les éditions nationales des journaux de France 3 ont beaucoup couvert les dégâts en région parisienne (Paris et les Yvelines surtout), économisant à l’édition régionale d’avoir à le faire. Il s’agit aussi d’une région un peu moins boisée, or ce sont ces régions de forêts qui ont été les plus affectées et où les dégâts ont été les plus longs à réparer.

Il y a ainsi une corrélation entre la couverture médiatique et le passage des ouragans. Nous n’allons pas jusqu’à affirmer que les rédaction régionales de FR3 le font consciemment, ni même en comparant avec les dommages dans les autres régions. Il est plus raisonnable de penser que les réactions des régions très affectées ont connaissance d’un grand nombre de dégâts et choisissent d’en traiter le plus possible. Cette interprétation trouve son sens au regard du caractère régional de l’information des JT régionaux de France 3.

Voyons quel lien existe entre cette couverture médiatique et les effets sur le patrimoine.

Le poids du patrimoine

N’ayant pas visionné les 2071 sujets régionaux et les 640 sujets nationaux diffusés en décembre 1999 et janvier 2000, nous devons nous en remettre à la base de données de l’inathèque et à ses notices. L’introduction de mots clés dans la recherche a également un intérêt, même s’ils ont leurs limites[2].

Quand on restreint les sujets de JT sur la tempête à ceux qui concernent le patrimoine, les chiffres sont, nécessairement, moins importants. Le graphique suivant rend compte du nombre de sujets de JT relatifs aux dégâts subits par le patrimoine matériel bâti[3].

Figure 4 Sujets de JT régionaux portant sur une sélection du patrimoine matériel bâti après la tempête de décembre 1999 (du 25/12/1999 au 31/01/2000)
Figure 4 Sujets de JT régionaux portant sur une sélection du patrimoine matériel bâti après la tempête de décembre 1999 (du 25/12/1999 au 31/01/2000)

Il ne faut pas hâtivement conclure que les régions qui ont diffusé le plus de sujets sont celles où le patrimoine a été le plus affecté par la tempête. Il faut considérer d’abord la taille du territoire, l’existence ou non de patrimoine sur ces territoires et le nombre de ces œuvres, et enfin la notoriété de ce patrimoine. Il est ainsi remarquable de voir le poids de Versailles dans les sujets de JT nationaux avec 35 sujets sur 38 jours, du 25 décembre 1999 au 31 janvier 2000. Ce traitement privilégié s’explique par l’importance de ce monument dans la culture française et dans le paysage patrimonial. Le domaine national de Versailles a été durement frappé il est vrai. D’ailleurs, on note que les sujets se sont moins intéressés au château (dont seule la toiture a été touchée, et hormis quelques vitres brisées les pièces ont été épargnées), qu’au parc où beaucoup d’arbres ont été fendus et déracinés. Le bilan, de 4 000 arbres perdus le 26 décembre, s’élève le lendemain à 10 000. 300 hectares sur les 800 du domaine ont été endommagés[4]. L’impact symbolique est en outre fort dans le cas de Versailles : parmi les arbres déracinés dans le parc de Versailles, certains font figure de monuments, notamment le tulipier de Virginie planté pour Marie-Antoinette en 1783 et le Pin Corse planté pour Napoléon en 1810. Les liens qu’ils ont avec des grandes figures historiques renforcent la portée de ces deux pertes.

A la télévision, le patrimoine régional est essentiellement traité dans les éditions régionales, toutefois il est aussi possible de trouver des contre-exemples. Ainsi, le moulin de Valmy a été autant évoqué dans les journaux nationaux que dans le journal régional de Champagne-Ardenne[5]. Le moulin, qui avait été érigé pour fêter la victoire des révolutionnaires à Valmy en 1792, est devenu un symbole de la première République. Il fut entièrement détruit par le passage de la tempête alors qu’il avait été restauré l’année précédente[6]. Si les JT nationaux en ont également parlé, c’est bien sûr pour sa symbolique d’envergure nationale.

Les dégâts en régions

La notoriété du site historique de Versailles, haut lieu touristique français, explique son poids dans les journaux nationaux et le JT de France 3 Ile-de-France. Dans les autres régions, la couverture de la tempête est-elle également fonction du patrimoine et de l’ampleur des dégâts ? L’absence de visionnage systématique des JT nous empêche de répondre de manière catégorique, tout au plus nous pouvons apporter des pistes de réponse.

Les éditions de Basse et Haute-Normandie sont parmi celles qui ont le plus couvert la tempête[7], et ces deux régions ont été en effet particulièrement touchées. « Pas une commune de Normandie n’a été épargnée par la terrible tempête et les trombes d’eaux qui s’abattent sur notre région », dit le journaliste le 27 décembre 1999[8]. Quand on cherche à savoir le patrimoine dont il est question dans les sujets de JT régionaux, les résultats relèvent des écarts entre régions. Ainsi, la Basse-Normandie, qui a diffusé le plus de sujets sur la tempête en décembre et janvier (221), se distingue par le poids qu’y occupent les églises : 17 sujets entre décembre 1999 et janvier 2000 (et 29 en étendant jusqu’à décembre 2000), distançant de très loin toutes les autres régions[9]. La Basse-Normandie est effectivement réputée pour le nombre de ses églises, mais cela ne nous suffit pas à affirmer qu’il y a une corrélation entre la couverture du sujet, les dégâts de la tempête et la présence d’un riche patrimoine. De même, en Picardie et Champagne-Ardenne, ce sont les sujets « château » qui l’emportent (13 et 10 sujets en décembre-janvier). Le patrimoine picard compte en effet un certain nombre de châteaux, mais nous ne savons pas s’ils ont été particulièrement affectés, ni quelles placent ces monuments occupent dans le paysage patrimonial de la région (si l’attachement des Picards pour leurs châteaux est fort).
Cependant, il faut faire attention à un effet quantitatif : la couverture dans les JT régionaux dépend aussi de la qualité de monuments affectés, comme pour le château de Versailles en région Parisienne. Ainsi la Haute-Normandie se distingue par un grand nombre de résultats pour le mot-clé « cathédrale[10] » (17 en décembre-janvier). Cela ne signifie pas que les trois cathédrales de la région ont toutes été également affectées : c’est parce que la cathédrale de Rouen a fait l’objet de nombreux sujets que les résultats sont aussi élevés.
Toutefois, faute de ne pouvoir procéder au visionnage de tous ces sujets, nous ne pouvons pas déterminer, par exemple, leur redondance – si un même objet revient régulièrement dans les sujet parce que particulièrement touché par la tempête – ce qui semble être le cas pour la cathédrale de Rouen dans les JT de FR3 Haute-Normandie.

Cette étude quantitative ne permet pas d’approcher le texte et donc d’analyser le discours sur la tempête. Elle a tout de même l’avantage de montrer comment la télévision s’empare d’un sujet pour y plaquer des logiques médiatiques qui lui sont propres : réaction immédiate à l’événement, construction d’un récit étalé, retour sur l’événement.
La médiatisation du sujet dans les éditions régionales nous donne des indices sur l’attachement au patrimoine régional. Bien que la tempête soit un événement national, la comparaison régionale confirme que toutes les régions n’ont pas été affectées à égalité. La télévision régionale française est peu réputée pour vivre au rythme des régions, pourtant les JT ont rendu compte des conséquences de la tempête à la mesure de leur ampleur dans chaque région.

Le dernier billet nous amènera justement au niveau du texte, du discours et de la forme de ces sujets de JT.


[1] France 3 dispose de deux rédactions pour la région Rhône-Alpes (Alpes et Rhône-Alpes) et deux autres pour la région PACA (Côte d’Azur et Provence-Alpes). Pour la commodité de la représentation cartographique, les chiffres ont été fusionnés pour ne figurer qu’une seule région.

Ces chiffres ne tiennent pas compte des résultats des sujets diffusés dans les éditions locales (Albi, Bayonne, Bordeaux, Boulogne-sur-Mer, Brest, Brive, La Rochelle, Le Mans, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Nancy, Nîmes, Nantes, Perpignan, Rennes-Haute Bretagne, Rodez et Strasbourg). Leurs chiffres sont faibles dans l’ensemble et beaucoup de sujets de ces éditions locales sont repris de l’édition régionale.

[2] Les notices sont renseignées par les personnels de l’INA, donc subjectives. Certaines se limitent au texte de l’émission, d’autres extrapolent à partir du sujet pour trouver des mots-clés englobants.

De plus, il est certain que tous les sujets ne bénéficient pas d’une notice renseignée avec les mots-clés qui leur correspondraient. Sur les 2071 sujets régionaux de France 3 sur la tempête, seulement 202 sont renseignés par des mots clés sur le patrimoine.

Il y a aussi très certainement des sujets qui ont échappé à notre recherche parce que faisant référence à des monuments précis (et non identifiés textuellement dans les notices comme « monument » ou « patrimoine »), ou bien que des sujets très larges sur des communes ou des quartiers aient traité brièvement du patrimoine (quelques images visibles) mais que cela n’a pas été renseigné dans les notices.

[3] Les sujets ainsi recensés résultent du croisement des termes « tempête » avec l’un des suivants : « patrimoine », « église », « clocher », « cathédrale », « château » ou « monument ». Ces termes sont ceux qui permettent de rassembler le plus de résultats touchant effectivement à des édifices patrimoniaux. « Clocher » n’est pas toujours redondant avec « église » car il concerne souvent l’élément qui a souffert du passage de la tempête. Le terme « toiture » aurait pu être interrogé car les toitures de monuments anciens ont fréquemment été touchées, cependant ce terme n’a pas été retenu car étant trop large et renvoyant aussi à des sujets sur des maisons particulières. Enfin, il est difficile de circonscrire les sujets sur le patrimoine naturel endommagé. Même si beaucoup de forêts ont été affectées, toutes n’ont pas un caractère patrimonial comme certains grands domaines ; pour autant, toutes peuvent relever du patrimoine naturel. Le paysage ayant été presque partout transformé par le passage de la tempête, on ne peut mener de recherche sur ce patrimoine naturel. Enfin, tous les parcs publics et jardins municipaux ne sont pas non plus des lieux patrimoniaux. Quant aux arbres, bosquets, massifs précieux, ils sont en général attenants à des châteaux et se retrouvent traités dans d’autres sujets. C’est pourquoi nous n’avons pas retenu de recherche s’y rapportant car les résultats sont trop larges : sur la même période « tempête » et « forêt » renvoie à 974 résultats. Le terme « nature » à l’inverse ne fait pas partie du vocabulaire courant et ne renvoie qu’à 41 résultats, ce qui est trop faible compte tenu de la dimension des territoires ruraux affectés.

[4] « Intempéries/tempête/dégâts au château de Versailles », TF1 13h, 27/12/1999, TF1.

[5] Quatre sujets dans les JT nationaux : « Off Reims moulin de Valmy », 19/20, 26 décembre 1999, France 3 ; « Tournette France défigurée », Midi 2, 27 décembre 1999, France 2 ; « Dégâts électriques », JA2 20h, 27 décembre 1999 ; [Ile de France : les monuments du patrimoine endommagé], TF1 20h, 27 décembre 1999, TF1.

Quatre dans le journal de FR3 Champagne Ardennes : « Destruction complète du Moulin de Valmy lors de la très violente tempête », JT Soir Reims, 26/12/1999 ; « Première réunion du comité de souscription pour la reconstruction du Moulin de Valmy », JT Soir Reims, 15/01/2000 ; « Vers une reconstruction du moulin de Valmy, totalement détruit lors de la tempête de décembre », JT midi Reims, 23/05/2000, (sujet repris dans le JT du soir) ; « Moulin de Valmy et petites églises fortement endommagées lors de la tempête du 26 décembre 1999 », Emission spéciale sur la tempête du 26 décembre 1999, un an après, 26/12/2000, France 3 Champagne Ardennes, 19h.

Le journal régional de Paris y a aussi consacré un sujet : « Souscription pour le moulin de Valmy », Vu d’ici – 12/13, 17/01/2000, France 3 Paris Ile de France.

[6] La notice renseignée par les personnels de l’INA laisse peu de doutes quant aux reste du moulin puisqu’il est décrit : « ruines du Moulin de Valmy (tas de bois) ».

[7] Respectivement 221 et 167 sujets, représentant ainsi 11% pour la première et 8% pour la seconde du total de sujets de JT sur la tempête diffusés sur les 24 stations régionales en décembre 1999 et janvier 2000

[8] « Vue d’hélicoptère : les dégâts dans la région », JT Haute Normandie soir, 27 décembre 1999, France 3 Rouen.

[9] Suivent la Champagne-Ardenne avec 15 sujets sur les églises, l’Auvergne (14) puis l’Alsace, la Haute-Normandie et la Lorraine (11).

[10] 26 sujets sur les deux mois, de très loin supérieur à toutes les autres régions. La Basse-Normandie n’en compte qu’onze.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.