Les journées du patrimoine (3)

Quel type d’information proposent les journaux télévisés au moment des journées du patrimoine ?

Dans les billets précédents, j’ai présenté la couverture globale des journées du patrimoine depuis leur création, et l’ai caractérisé comme une croissance importante du nombre de sujets diffusés dans les journaux télévisés. J’ai également proposé un aperçu des sujets traités par les journaux régionaux de FR3, qui m’a conduit à avancer que les antennes régionales cultivent un goût pour ces journées qui permettaient aux journalistes de mettre en valeur un territoire et sa culture.
Je souhaite avec ce dernier billet tenter d’expliquer ce que les journaux télévisés cherchent à faire avec le patrimoine et comment on peut caractériser leur couverture du sujet.

Naissance d’un sujet récurrent
J’ai procédé au relevé mensuel des sujets de JT portant sur le patrimoine sur l’ensemble des mois depuis 1984, année de création des « journées portes ouvertes des monuments nationaux ».

mensuel

Les mois de septembre (signalés par des points rouges) se révèlent être, quelques années après le début des journées des monuments historiques, des temps forts du patrimoine dans les journaux télévisés. Ceci ne débute toutefois pas dès leur création, les premiers pics s’observent à partir de septembre 1988. Le mois de septembre devient alors un des moments de forte visibilité de ce sujet, même s’ils ont pu selon les années être dépassés à d’autres moments.
Le mois de septembre devient en quelques années surreprésenté par rapport au reste de l’année : sur la période 1979-1999, sa part est de six à neuf points supérieure à celle des autres mois à la télévision régionale, de neuf à douze points supérieure pour la télévision nationale.

jt_natiojt_regio

Le sujet des journées du patrimoine est-il devenu un « marronnier » de la télévision ? Depuis 1987, le sujet devient incontournable en étant traité tous les ans par les JT nationaux. Le sujet est bien sûr imposé par le calendrier puisque les journées ont une date fixe, chaque troisième week-end de septembre.

Pour autant, en dépit d’un pic important des sujets au mois de septembre, le patrimoine reste très visible tous les autres mois de l’année. Autrement dit, la grande préoccupation pour le patrimoine en septembre n’a pas asséché le sujet le restant de l’année. La raison en est à mon sens la grande popularité du patrimoine depuis les années 1980.  Depuis 1980, il s’est installé dans les conducteurs des journaux comme un sujet récurrent (peut être comme un sujet ordinaire, mais cela appellera une lecture plus fine des données), un sujet souvent ponctuel, mais traité aussi en dehors des grands événements organisés par les ministères et les institutions culturelles.

Le déroulé de la couverture médiatique : de l’annonce au bilan
Pour tenter d’analyser cela, j’ai relevé les sujets, jour par jour, traitant des journées du patrimoine.

repartition_natio

(note : la catégorie J* regroupe à partir de 1992 les journées de samedi et de dimanche puisque cet événement, d’abord restreint au dimanche, a été étendu aux deux jours du week-end).

Les journaux de TF1, A2 et FR3 préfèrent traiter de ces événements le jour même. L’événement est peu anticipé, même à la fin des années 1990, puisque l’annonce des journées est faite à J-1, et de manière occasionnelle.
La comparaison avec les JT régionaux révèle que ces derniers font un travail beaucoup plus complet d’information sur ces événements.

repartition_regio

Première différence avec les JT nationaux : les JT régionaux, avant 1990, ne traitaient pas du sujet le jour J mais essentiellement la veille du dimanche concerné. Après 1990, le sujet est traité en grande partie les jours mêmes de ces événements. Il faut attendre 1992 et le dédoublement des journées du patrimoine pour que le traitement le jour J dépasse sensiblement les annonces à J-1.

La deuxième différence porte sur l’anticipation de ces journées. Les JT régionaux annoncent très tôt les journées du patrimoine, essentiellement entre J-4 et J-1. J’ai même recensé des sujets à J-10 en 1985 (ce qui est très précoce) et en 1999. De tels sujets, très en amont des journées, présentent leurs préparatifs dans quelques uns des lieux qui seront ouverts à la visite le jour J.
Avant 1990, l’essentiel des sujets précède le troisième dimanche de septembre. Et même après 1990, entre 30 et 55% des sujets sont diffusés avant les journées proprement dites.

Comment interpréter l’importance de cette couverture en amont des journées ? A mon sens, il y a une volonté des journalistes “d’annoncer le programme” en montrant autant que possible aux téléspectateurs les différents lieux remarquables qu’ils pourront visiter le jour J. Faire de l’information donc mais aussi donner des conseils et renseigner sur les sites à visiter, à la façon d’un agenda culturel, en espérant que cet « effet d’annonce » suscitera chez les téléspectateur la volonté d’aller à leur découverte. C’est la raison pour laquelle, avant 1990, il n’y a presque pas de sujets le jour J, les journalistes préférant informer à l’avance pour les visiteurs anticipent et choisissent les lieux à visiter. Les sujets diffusés le jour J peuvent toujours donner d’ultimes conseils de visite, mais l’essentiel se contente de montrer les visiteurs dans les lieux ouverts au public.

Troisième différence, les JT régionaux font plus souvent le bilan de ces journées (chiffres de fréquentation, retours en image sur les lieux ouverts au public). Ces bilans sont proposés généralement le lendemain (le lundi) et jusqu’à J+5. Sans être systématique pour toutes les antennes régionales de FR3, la pratique est plus répandue que dans les JT nationaux, qui font rarement le bilan.

L’approche est donc différente entre JT nationaux, qui privilégient l’information factuelle et le compte rendu des visites, et les JT régionaux qui revêtent un rôle d’annonceurs et de conseillers du public en amont des visites. Les journalistes régionaux proposent aussi un vrai suivi des journées en accordant plus de temps à leur préparation, et vont jusqu’à proposer un compte-rendu après coup.

Si les journées du patrimoine sont devenues un sujet incontournable pour les journalistes de télévisé français, ces résultats laissent entendre que les rédactions régionales de France 3 sont davantage en ébullition que celles de tous les autres journaux nationaux.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.