Les journées du patrimoine (2)

Une comparaison du traitement à la télévision nationale et à la télévision régionale

Dans le dernier billet, je mettais en évidence la frilosité de la télévision à rendre compte de l’initiative lancée en 1984, la journée portes ouvertes des monuments historiques. Les JT de TF1, Antenne 2 et FR3 (édition nationale seulement) n’ont pas traité de ce sujet avant 1987, et somme toute sans grand intérêt. De plus c’est à partir de 1992 que ce sujet prend du poids avec une couverture plus importante des événements organisés le troisième dimanche de septembre.

Dans ce billet, je souhaite souligner les différences de traitement entre télévision nationale et télévision régionale (la lecture du premier billet est nécessaire).

Ce qu’il faut entendre par « télévision nationale » en France est un peu différent de la situation des autres pays occidentaux, comme l’a mis en évidence Benoit Lafon dans son ouvrage Histoire de la télévision régionale. De la RTF à la 3, 1950-2012 (2012). Nous n’avons pas de véritables chaines régionales en France mais une chaine des régions comme elle s’est définie : France 3 est pour Benoit Lafon une « chaine nationale à décrochages régionaux ». Toutefois, c’est aux éditions régionales de JT de la troisième chaine que je fais référence quand je parle de la télévision régionale.
Or nous constatons que les JT régionaux se sont saisis des journées du patrimoine beaucoup plus tôt, de manière beaucoup plus affirmée et avec une croissance bien supérieure aux JT nationaux.

tv_natio_regio
Les JT régionaux accordent une place bien supérieure au traitement des journées du patrimoine

Les journées portes ouvertes sont couvertes par les JT régionaux de FR3 dès leur lancement en 1984. Pas par toutes les antennes cela dit : seuls les journaux de Toulouse, Bretagne, Limousin, Normandie, Centre, Corse et du Mans y ont consacré un sujet. Leur nombre va croissant avec le temps jusqu’à gagner toutes les antennes en dix ans.

Le patrimoine, sujet de prédilection de la télévision régionale
Cette précocité de la télévision régionale doit être rapprochée du traitement du patrimoine de manière générale. En effet, tous mois de l’année confondus (c’est à dire aussi en dehors des journées du patrimoine), les journaux régionaux ont installé de manière plus précoce et plus visible le patrimoine dans leurs sujets courants. Le patrimoine est devenu un sujet ordinaire d’abord à la télévision régionale, puis dans les JT nationaux.
On peut l’expliquer par la forte mise en valeur du territoire régional et de sa culture dans les éditions régionale de la troisième chaine. Ces JT accordent une place plus grande aux actualités qui se déroulent sur leur territoire et ont plus de temps à y consacrer. Il y a donc aussi une explication à tirer de la hiérarchie de l’information : puisque les grands titres de l’actualité mondiale et nationale ont été traités dans les JT nationaux de FR3, il est plus facile pour les éditions régionales de traiter des sujets moins importants, ou à une échelle géographique plus grande (vers le local), et surtout de parler de sujets de proximité comme le patrimoine local et régional.

De quoi traitent les JT régionaux ? Dès les premières années, les sujets proposent un aperçu des sites et monuments ouverts aux visiteurs pour chaque journée porte ouverte. Ce sont des sujets courts, parfois autour de 20 à 30 secondes, parfois longs de deux à trois minutes.
A partir de 1991, les invités sont de plus en plus nombreux sur les plateaux ou en duplex, convoqués pour parler de ces journées : les ministres de la culture d’abord, des responsables d’administrations et d’institutions culturelles (Direction du Patrimoine, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caisse Nationale des Monuments Historiques…) mais aussi artisans et artistes. De plus, on relève quelques sujets de « fond » sur la politique du patrimoine ou sur sa gestion et ses acteurs. De tels sujets sont toutefois rares, l’immense majorité préfère présenter des sites et lieux ouverts à la visite.

Les lieux de visite et objets patrimoniaux
Les JT régionaux ne se limitent pas aux musées et monuments historiques prestigieux (princiers, édilitaires ou religieux), dès la fin des années 1980 on trouve des sujets sur le patrimoine industriel. Le patrimoine rural et vernaculaire s’affirme au cours de la décennie 1990 : pressoirs, forges, mais aussi patrimoine maritime. Dans cette même décennie, les sujets sur les traditions, les sites naturels, les petits métiers se font aussi plus nombreux.
Toutefois, les journaux régionaux, pas plus que les JT nationaux, ne délaissent les châteaux et les églises qui demeurent toujours, à la fin du siècle, en très bonne place dans les sujets sur les journées du patrimoine.

A la fin des années 1990, la variété des objets patrimoniaux évoqués dans ces sujets reflète pleinement l’inflation patrimoniale abondamment évoquée par la littérature. Tout est devenu patrimoine. Quant aux « journées du patrimoine », elles se sont pour partie émancipé de leurs origines de « journées portes ouvertes des monuments historiques ». En effet, certains événements annoncés dans les JT régionaux ont peu à voir avec les monuments historiques : Beaubourg (FR3 Nord Pas de Calais, 1995), la visite d’un planétarium (FR3 Champagne Ardennes, 1995), le musée de l’Espéranto (FR3 France Comté, 1996), la visite d’un égout à Gap  (FR3 Provence Alpes, 1994), l’ouverture du centre de tri de la poste (JT Lille, 1997). Citons encore un sujet sur la taxidermie (FR3 Alsace, 1998), un autre sur la réalisation d’une jarre géante (FR3 Rhône Alpes, 1998).

Un moment particulier du calendrier de la culture
D’autre part, on voit de plus en plus de responsables de monuments ou de site se saisir des journées du patrimoine comme d’une occasion pour faire connaître de nouveaux lieux, des lieux fermés : fait nouveau, on voit ainsi les opérations de restauration des monuments anciens sont mises en tourisme à l’occasion des journées du patrimoine. On voit aussi coïncider avec ces journées la réouverture de monuments après leur restauration (le plus notable étant la réouverture du parlement de Bretagne pour les journées du patrimoine 1999 après son incendie spectaculaire en 1995).

De nombreuses activités culturelles et pédagogiques, des expositions et des démonstrations prennent aussi place pendant les journées du patrimoine, sans toutefois toujours se tenir dans des lieux patrimoniaux.
Quand ce ne sont pas tout simplement des projets qui sont dévoilés ce jour là (projets de rénovation, ou de musée, comme le projet de musée du ciment à Grenoble, c’est à dire sur un patrimoine non encore constitué ; FR3 Rhône Alpes, 1998). Enfin, des lieux de spectacle profitent de l’occasion pour annoncer leur saison dans leurs théâtres, et des concerts sont organisés (souvent de musique anciennes ou d’instrument anciens).
Encore une fois, ces annonces sont faites à ce moment pour profiter d’une subite hausse de la visibilité médiatique du patrimoine.
De plus, on voit coïncider des festivités et célébrations avec les journées du patrimoine dans l’espoir de capter plus de visiteurs en revendiquant cette étiquette : la ville d’Eu célèbre son millénaire à cette occasion (FR3 Haute Normandie, 1996)
Les partisans du patrimoine se mobilisent aussi à cette occasion afin de profiter de la venue en grand nombre des caméras de télévision : une manifestation contre la démolition d’un site est ainsi rapportée dans le JT de FR3 Champagne Ardennes en 1996, ou une contestation d’un projet d’aménagement dans celui de FR3 Rhône Alpes en 1999 (il y a peu de chances que ces informations, sauf situation spectaculaire, aient été évoquées dans un JT national).

On voit ainsi le monde la culture et du tourisme s’agiter au moment des journées du patrimoine afin de profiter de ces journées où le public est plus enclin à sortir de chez lui. La télévision se révèle à l’écoute de ces initiatives originales par rapport aux ambitions premières de ces journées (ce qui est sans doute à porter au crédit des services de communication des dits lieux et sites).

C’est donc un foisonnement de sujets très divers qui sont diffusés sur les antennes régionales de France 3 pendant quelques jours chaque année autour du troisième dimanche de septembre.
La télévision régionale est plus encline à détailler les événements organisés sur le territoire qu’elle couvre. Ayant visiblement adopté la cause du patrimoine régional, les journalistes des antennes régionales de France 3 sont attentifs de tout type de festivité, réceptifs à toutes les formes de patrimoine et de moins en moins discriminants dans les choix de sujet à la fin des années 1990. La confusion autour du terme de patrimoine est visible. Les journées du patrimoine semblent avoir lentement glissé vers un événement qui ne se limite plus aux monuments historiques et qui embrasse tout le champ de la culture. Ces événements apparaissent de plus en plus comme une fête annuelle célébrant l’ensemble des productions de la culture française, même si le poids qu’occupent toujours les grands palais, châteaux, églises et musées dans les sujets de JT permet de donner l’illusion qu’il y a toujours un rapport entre nos « journées européennes du patrimoine » d’aujourd’hui et les « journées portes ouvertes des monuments historiques » de 1984.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.