Enseignement et exemples : mes choix produisent-ils un discours historique ?

Extrait : Géraldine Poels, La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années cinquante aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 2013, p.203 :

L’histoire de la télévision n’en est plus à ses débuts. Elle a déjà ses synthèses, sa chronologie, et repose sur quelques grands schémas narratifs qui deviendront rapidement des lieux communs. Elle est illustrée par des émissions canoniques, considérées comme représentatives d’une époque de l’histoire des programmes et/ou d’une certaine importance historique. Ce sont ces canons de l’histoire de la télévision que nous voudrions ici interroger, à la lumière des données concernant la réception.
Toute liste de « canons » opère des choix inévitables si l’on veut ordonner un peu la foule d’informations dont nous disposons. Ces choix sont décisifs : ils déterminent par exemple les « grandes émissions » et les genres sur lesquels vont travailler les étudiants au détriment des autres, moins significatifs. Or, à la suite de plusieurs chercheurs britanniques[1], il semble désormais important de revenir sur les biais, les présupposés et les logiques qui sous-tendent cette historiographie. Comme le dit Glen Creeber, qui a dirigé un ouvrage sur les « cinquante programmes-clés de la télévision » : « If canon construction is inevitable, then should we not talk about their construction and influence openly, discuss how and why they have been constructed and who has constructed them ?[2] »


[1] Helen Wheatley (dir), Re-viewing Television History : Critical Issues in Television Historiography, Londres/New York, IB Tauris, 2007, 256 p.
[2] Glen Creeber, 50 Key Television Programmes, Londres, Arnold, 2004, p. 15


Avant toute chose, je tiens à préciser que ces lignes sont une autocritique sur ma pratique de l’enseignement et ne doivent pas être généralisées. Sous forme de bilan d’un enseignement que je dispense depuis trois ans, ce billet est né d’une interrogation sur mes motivations dans la sélection des thèmes et des sujets explorés dans mes cours.

 Je me suis interrogé sur les choix qui m’amènent dans mes cours à préférer un sujet à un autre, et je me suis demandé si ces choix conduisent à orienter mon propos vers une certaine lecture de l’histoire. Je m’appuierai ici sur mon expérience de l’enseignement sur l’histoire de la télévision. Ma grande satisfaction, en ayant accepté d’assurer ce cours (CM et TD), c’est d’avoir une totale liberté dans la structuration des séances et dans le choix des sujets étudiés. Je ne suis pas, comme dans le secondaire, tenu par un programme qui serait inscrit dans une historiographie particulière. A l’inverse je dois ma plus grande frustration à la contrainte qui a pesé le plus sur la préparation de ces cours, la contrainte temps – qui me semble importante à rappeler ici car elle permet de comprendre ce que j’entends et comment je justifie mes choix de sujets.

Si ma connaissance de la bibliographie est loin d’être parfaite, notamment en dehors des études historiques, j’ai toutefois acquis par mes recherches une bonne connaissance de l’histoire et des programmes de cette période. Pourtant je dois reconnaître ne jamais faire preuve d’une grande originalité dans les choix d’exemples et de sujets d’études. Cela a été le point de départ de mon autocritique.
Voici quelques uns de ces choix sur lesquels je me suis récemment interrogé :

  • De la naissance de la télévision, j’attends (ou espère) que mes étudiants retiendront les noms de quelques pionniers comme Pierre Sabbagh et Jean d’Arcy.
  • Pour l’information, c’est Cinq colonnes à la Une que je les invite à connaître avant tout. Pourtant, ce magazine est-il emblématique de l’information télévisée des années 1960 ? Non, et l’écart avec le JT, beaucoup plus surveillé, a depuis longtemps été mis en évidence par les historiens. Si le magazine de Lazareff, Dumayet, Desgraupes et Barrère est donc un rare cas de liberté à la télévision (surtout sur des sujets d’actualité politique), il n’est pas représentatif de l’ensemble de son genre. Pourtant il semble incarner, dans la bibliographie et dans les cours, l’information télévisée dans sa forme magazine pour les années 1960, voir pour toute l’époque RTF-ORTF. Il est vrai que ce magazine, en plus d’être un succès d’audience, était estimé par les journalistes et est devenu une référence pour les professionnels de l’information à la télévision, mais ne fut, semble-t-il, jamais égalé. Accorder une telle place à Cinq colonnes comporte un risque : que les étudiants réduisent l’information des années 1960 à ce seul magazine, qu’ils généralisent en pensant que l’information était du niveau de ce programme.
    Pourquoi, à côté ou à la place de celui-ci, n’ai-je pas favorisé les exemples des magazines de la deuxième chaine, témoignant d’une aussi grande liberté de ton sur les sujets de société ? A ceux-là, je reconnais n’accorder qu’une phrase ou deux, place infime à côté de celle de Cinq colonnes dans mes cours.
  • De la télévision culturelle des années 1950-1960, je développe dans mon cours le cas de Lectures pour tous. Pourquoi ce choix ? D’abord pour la qualité des invités, Desgraupes et Dumayet y ayant interrogé Mauriac, Barthes, Duras et Colette (entre autres). L’émission illustre très bien la place de la culture à la télévision avec un programme littéraire diffusé à un horaire de milieu de soirée (après la piste aux étoiles en 1961).
    Toute cette partie de mon cours sur la culture à la télévision publique doit souligner le contraste avec la télévision fin XXe-début XXIe que mes étudiants connaissent, d’où le choix de Lectures pour tous. Ce faisant, je valide aussi une vision décliniste de la télévision, où la culture a perdu une place auparavant honorable. Tant pis si le programme littéraire de la première chaine est un d’un accès peu facile, on sait qu’il était regardé (mais à une époque sans concurrence).
  • Des relations tendues entre la télévision et le gouvernement, je demande aux étudiants de retenir la grève de 1968 qui a l’avantage de concorder avec les grèves ouvrières et étudiantes de ce printemps. Plutôt que d’étudier toutes les grèves de la télévision (ce qui aurait pourtant l’avantage de montrer la permanence des revendications, en plus de produire un effet d’accumulation), je privilégie un exemple unique. La grève de 1968 n’est pourtant pas exemplaire sur tous les points : elle fut plus longue et plus massive que les précédentes, mais comme les autres le gouvernement de céda pas aux revendications des grévistes, et beaucoup de licenciements furent prononcés après coup.

Voilà pour mes choix.

J’ai pris conscience que ces choix m’amènent à survaloriser des époques, des genres, ou des programmes tout entiers. Oui, Cinq colonnes et La caméra explore le temps sont des programmes importants pour leur époque, qui ont chacun duré dix ans (ce qui en télévision est très long) et dont la postérité est immense, d’abord dans les références des professionnels de la télévision, mais aussi dans la mémoire de ce média. Mais n’avoir le temps de traiter que ces exemples m’apparait de plus en plus problématique.
Un des problèmes étant que ces exemples reflètent trop peu la télévision ordinaire et le quotidien de sa programmation pour privilégier les succès, les émissions qui sont considérées comme les « meilleures » de leur genre ou de leur époque. L’éventail des programmes que je présente dans mes cours, issu d’un « écrémage » de la bibliographie, est en fait très réducteur.
Ainsi, je suis forcé de constater que mon propos est par certains aspects très schématique. Guidé par la bibliographie, je perpétue des découpages chronologiques ou thématiques qui méritent d’être critiqués, mais que je ne peux pas faire dans un cours de licence (aussi et surtout parce qu’il s’agit là d’une recherche restant à faire).

J’ai aussi et enfin cerné ce qui est peut être un autre problème lié à l’ensemble de mes choix. En privilégiant les grands acteurs de l’histoire la télévision (directeurs, réalisateurs, journalistes), en accordant une place importante à quelques émissions validées par la bibliographie comme incontournables, j’ai le sentiment de mythifier cette histoire de la télévision ; en particulier, mon cours risque de produire chez mes étudiants l’image d’un âge d’or de la télévision circonscrit quelque part entre 1949 et 1975. Une collègue me témoignait récemment son impression que, sur des sujets touchant à cette période de l’histoire de la télévision, un parfum d’hagiographie flotte sur certaines publications et certains colloques. J’ai conscience d’avoir moi-même souscrit à cette vision d’un âge d’or de la télévision publique avant de l’en distancer, un sentiment qui me semble nourri par les sources, par la bibliographie, et surtout par les témoignages des grands acteurs de cette télévision. Que ce soient les entretiens filmés de Pierre Dumayet, la biographie souvenirs de Marcel Bluwal ou toutes les émissions souvenirs, la mémoire de la télévision oriente le regard et renforce l’importance symbolique de certaines productions et d’une certaine époque. Or une large part de la bibliographie de base pour des étudiants est friande de ces témoignages. Les « grands acteurs » et les « grandes émissions » apparaissent donc incontournables, et pour le moment, indépassables. De plus, il manque encore à l’histoire de la télévision une approche sur le temps « long ». Nous sommes trop souvent attachés aux rythmes courts que nous dicte l’histoire politique et institutionnelle. Or je dois reconnaître que les exemples que je propose dans mes cours conduisent à privilégier l’événement à la durée et les changements à la continuité.

On pourra me reprocher d’avoir une lecture insuffisamment critique de la bibliographie, pourtant je ne peux pas, dans un cours de licence d’introduction à l’histoire des médias, proposer des problématiques qui relèvent de la recherche. Pour ma défense, ce cours doit fixer un certain nombre de repères chez des étudiants qui découvrent les médias. Il leur faut connaître cette chronologie et ces exemples, d’abord pour la suite de leurs études, aussi parce que la bibliographie mobilise les mêmes exemples. Avec cette perspective, je ne peux faire l’économie du premier JT de Pierre Sabbagh, ni de Cinq colonnes à la une, ni de Lectures pour tous. La connaissance de la période que j’attends des mes étudiants impose qu’ils soient capables de citer ces exemples, tous comme les dates de l’ORTF ou la loi sur la communication audiovisuelle de 1982.

Quelques éléments de satisfaction toutefois : cette année, j’ai fait exploser le cadre classique information-culture-divertissement en citant, avec les émissions culturelles, des jeux télévisés à questions de culture générale particulièrement exigeants en termes de connaissances : L’homme du XXe siècle, réputé pour sa difficulté, et même Télé-Match et La tête et les jambes qui posent des questions parfois difficiles pour les candidats.
Egalement, j’ai ajouté à Lectures pour tous d’autres exemples qui accordent mieux l’exigence culturelle avec un impératif populaire, notamment l’émission pour enfants de Claude Santelli, Le théâtre de la jeunesse. Il est affirmé très tôt dans les objectifs de la télévision qu’apporter la culture est une forme de service au public, et la manière dont Claude Santelli s’y prend pour mettre la culture livresque à la portée des enfants m’apparait d’un efficacité rare.

En attendant d’avoir acquis la certitude que les étudiants lisent assidûment la bibliographie au delà des manuels de cours, je dois composer avec mes contradictions et mes incertitudes, et accepter les défauts de mon cours.
Rechercher la nuance en toute chose, dépasser par petites touches les ruptures chronologiques et thématiques fixées par la bibliographie, donner pour chaque « grand exemple » un petit contre-exemple, pourrait être des compromis intéressants à ma situation. A condition d’en avoir le temps.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

2 réflexions sur « Enseignement et exemples : mes choix produisent-ils un discours historique ? »

  1. Merci beaucoup pour ce billet fort intéressant qui m’inspire quelques remarques dont je te prie d’avance d’excuser le désordre.

    1. Ce que tu dis de la contradiction entre le temps imparti pour dispenser l’enseignement et la nécessité de brosser un tableau en clair-obscur est très juste et c’est une contrainte que l’on rencontre souvent, de la même manière, dans l’enseignement de la littérature. Je suis toujours partagé entre la volonté de transmettre une vision globale d’une époque ou d’un genre et l’obligation d’inscrire au programme de chaque cours une lecture longue, c’est-à-dire l’étude d’une œuvre, puisque c’est la politique pédagogique de l’université dans laquelle j’exerce. Typiquement, cette année, je partage un cours ambitieusement intitulé « Littérature du XVIIe-XVIIIe siècles » avec un collègue : cinq séances pour moi, sept pour lui. Les modalités de contrôle continu prévoient au moins deux dissertations sur œuvre, donc deux œuvres au programme. Un programme aussi consistant implique nécessairement que les œuvres passent de simple objet illustratif à propos principal du cours et il n’y a décidément pas le temps de faire de la nuance.

    S’agissant de la petite portion des travaux sur la télévision que je connais, ceux qui concernent les séries télévisées, plutôt dans une perspective culturaliste angliciste/media studies anglo-étasunienne, cette habitude de l’herméneutique littéraire a entraîné la sélection et la légitimation de quelques programmes, qui occupent seul le devant de la scène. Les conclusions que l’on formule à leur propos sont transférées à la catégorie à laquelle ils appartiennent, comme si la télévision étasunienne, par exemple, ou même simplement HBO était The Wire. Les dangers d’une pareille attitude sont innombrables et les moindres ne sont pas la participation active de l’Université au développement d’une mythologie professionnelle de la télévision et du discours marketing de certaines grandes chaînes, qui effacent habilement, par de pareilles opérations culturelles, tout ce que leur production a de plus simplement mercantile — je pense par exemple, pour HBO, à la téléréalité.

    En général, quand j’en ai la possibilité, je préfère toujours sacrifier l’étude d’un texte particulier pour privilégier celle d’un grand nombre d’extraits, ce qui exige en effet de travailler au pas de course et peut gravement entamer, dans certains cas, la compréhension des cas les plus difficiles.

    2. Ton passage sur la vision décliniste de la télévision française est le revers de la médaille du récit glorieux que l’on fait de l’histoire de la télévision américaine, qui rentrerait ou serait rentrée depuis quelques années dans son Nouvel/Second/Troisième Âge d’Or, essentiellement parce que les séries télévisées occupent le devant de la scène académique dans le champ transdisciplinaire (c’est moins vrai dans les champs disciplinaires circonscrits et plus ou moins autonomes, comme les SIC ou l’histoire, apparemment) et sont par ailleurs la figure de proue de la stratégie marketing des grandes chaînes étasuniennes, puis des politiques d’import des chaînes internationales.

    À côté de cela, la télévision française est laissée à sa contrition, quitte à ignorer complètement des créations originales imposées contractuellement à certains diffuseurs, comme Canal+, qui produit pourtant des séries de très bonne tenue comme Hard ou Mafiosa. Bref, cette histoire de déclinisme m’a fait penser à l’intervention de Jean-Christophe Averty à un colloque où je participai, il y a deux ou trois ans, à l’INA, et qui déplorait l’état prétendument lamentable de la télévision française, parce que c’était bien mieux avant.

    La variabilité des situations de concurrence que tu évoques me parait pourtant essentielle à souligner, si le critère d’une bonne télévision, c’est la conjonction entre un programme de qualité et un public susceptible de le suivre. Examiner les parts d’audience des télévisions semi-monopolistiques aurait à peu près autant de sens que de prétendre Rede Globo suscite l’adhésion populaire au Brésil, seulement parce que c’est l’acteur dominant d’un marché bien contrôlé. La volonté de financer des programmes marginaux sur la longue durée me parait un indicateur beaucoup plus sûr de l’état d’un paysage audiovisuel et la présence continuée à la télévision française ou franco-allemande de programmes comme Tracks ou Appassionata, pour citer seulement deux problèmes musicaux susceptibles d’attirer des publics socialement (très) différents est une marque que la télévision française contemporaine à un contenu important à proposer.

    3. Il y a sans doute un problème dans le fait de traiter la télévision française comme la télévision française. Évidemment, et malgré le lissage des disparités nationales dans le paysage audiovisuel occidental — parce que les choses se passent quand même très différemment en Amérique du Sud et je ne parle même pas de cas aussi atypiques que la télévision japonaise, pour autant que j’y comprenne quelque chose —, les disparités nationales sont encore très fortes. Reste qu’une perspective comparatiste, même ponctuel, permet de cerner la spécificité d’un paysage audiovisuel donné et des logiques de production qui le sous-tendent. Le témoignage de Paul Overton, le producteur sur la BBC des documentaires Dissected est par exemple un excellent cas à opposer au discours décliniste ou, dans le même thème, l’activité sur Channel 4 de Gunther von Hagens.

    Reste que la contrainte de temps est toujours importante, mais je suis persuadé qu’un simple signalement de quelques secondes, un extrait d’une minute, pour montrer que ça existe (ou ça a existé, dans les programmes du passé) est suffisant pour remettre les choses en perspective et, dans le meilleur des cas, donner de la curiosité. Quant à exprimer les difficultés de la recherche devant des étudiants de licence, je le fais pour ma part systématiquement — sans quoi, ils pourraient tout aussi bien être en classes préparatoires, pour apprendre la doxa.

    1. Je suis d’accord avec toi sur le danger de la généralisation de nos sujets d’études. J’avais rédigé un petit paragraphe sur la question de l’exemplarité dans l’enseignement mais je l’ai supprimé pour ne pas étendre le billet. Cette question me préoccupe aussi et ta remarque montre qu’elle est bien liée à ce que j’ai exposé.

      Je ne saurais dire si les études sur la télévision française ont leur équivalent des séries américaines, ni quel genre de programme actuellement diffusé ferait l’objet d’un retour en grâce ou d’une vision positive. Je sais que la télé réalité est étudiée par une partie importante des chercheurs, mais je doute que ce soit avec bienveillance. Les études historiques sont sans doute beaucoup plus déclinistes que les autres parce que nous remontons plus loin que les autres chercheur, et que la mythification est un effet induit à mon sens de la comparaison passé/présent. Ce qui masque sans doute la création contemporaine, qui échappe encore il me semble aux historiens.

      Ton appel à l’étude des marges de la production pourrait être entendu, beaucoup a déjà été écrit sur les « grands » programmes, le reste devrait suivre. En tout cas je partage ton point de vue et je ne suis pas le seul, il faut aller voir ce qui sort de la norme pour avoir un panorama complet, et aussi par honnêteté intellectuelle. C’est ce que j’avais appliqué à l’étude de mon corpus en master, et mon obsession récente (dont j’ai fait état sur le carnet) pour la « télévision du quotidien » en est un signe (pour sortir enfin de l’événement !).

      Pour la comparaison internationale, je confesse que ce n’est pas dans mes capacités. Je me suis toujours restreint au cadre français, comme une majorité de chercheurs. Nous avons un telle masse de sources et d’archives pour la télévision en France qu’il y a beaucoup à faire pour comparer systématiquement avec les chaines étrangères. Cette approche dépend des problématiques, mais quelques chercheurs le font depuis plusieurs décennies.

      Ton dernier encouragement me pousse à évoquer des pistes de recherche en cours, les étudiants sont toujours très intéressés par le sujet de la télévision et cela pourrait effectivement les stimuler.

Répondre à François-Ronan Dubois Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.