Entretien avec les personnels de l’inathèque

Au mois de juillet, j’ai été contacté par la responsable des collections de l’inathèque qui avait remarqué que les billets de ce carnet étaient rédigés par un de leurs usagers. Trois billets en particulier avaient attiré l’attention de l’institution et avaient été diffusés en interne. Les deux premiers sont ceux qui présentaient au lecteur les notices de la base de donnée de l’inathèque (1) et (2), le troisième étant un où je m’interrogeais sur le processus d’identification des programmes et les titres qui leur sont attribués. Dans ces trois billets, j’expliquais à chaque fois que ce que j’en savais, soit ce qu’on m’avait expliqué lors de ma formation lors de la première visite, soit ce que j’avais compris par moi-même à force de pratiquer les outils et les sources sur place. J’y émettais des hypothèses face à mes incertitudes, mais mes propos ont du paraitre trop tranchés et ont fait réagir les personnels de l’inathèque.

Rrendez vous pris, je fus conduit depuis ma place au centre de consultation jusque dans les bureaux de l’inathèque à l’intérieur du site François Mitterrand. Sur le trajet, entre deux couloirs, j’ai traversé des salles étonnantes, notamment une remplie de supports physiques d’archives comme des vidéocassettes, et comprenant des machines que je n’ai pas eu le temps d’identifier. J’aurais aimé prendre des photos mais je n’ai pas osé demander la permission aux documentalistes qui m’accompagnaient.

Première raison pour laquelle j’avais été contacté : on se proposait de m’expliquer certains des aspects des collections afin de corriger certaines de mes impressions erronées. La démarche était très sympathique puisqu’on se proposait de m’éclairer sur tout ce que j’ignorais du travail interne à l’ina de renseignement des fiches et de traitement des sources, c’est à dire ce que je ne pouvais pas savoir en tant que simple usager.
L’autre raison à cette invitation, et à laquelle je souscris pleinement, je l’ai comprise une fois la discussion entamée. Avaient été conviés à cette conversation deux jeunes documentalistes de l’inathèque afin de leur permettre de mieux comprendre les interrogations des chercheurs usagers et de – peut être – mieux les renseigner afin de mieux comprendre leurs sources. L’initiative était très bonne et j’ai été heureux d’y participer, en espérant avoir aidé ces documentalistes.

Il a toutefois fallu que j’explique au départ ne pas avoir cherché à critiquer le travail des personnels de l’inathèque à travers mes billets, et une fois cela précisé, la discussion fut tout à fait cordiale.

Le contenu de mes billets a orienté la discussion. Les explications que j’ai obtenues concernaient le travail des personnels sur les sources et la manière dont elles sont renseignées dans les notices de la base de données. Ce que la responsable des collections a cherché le plus possible à me faire comprendre, c’est que les personnels de l’inathèque s’appliquent à ne pas modifier le document tel qu’il leur est parvenu. Les renseignements factuels (titre, auteurs, participants…) que le chercheur obtient sur place sont aussi proches que possible de ce qui a été produit. De plus, tous les renseignements ajoutés (description des séquences) ont été rédigés à une date proche de la première diffusion du programme.
La démarche exacte m’a été rapportée comme suit :

– Les personnels qui ont historiquement été en charge des archives de la télévision (c’est à dire un service de l’ORTF avant la création de l’INA en 1975) procèdent à un visionnage en direct du programme et renseignent une fiche d’analyse chronologique.

Fiche d'analyse chronologique
Fiche d’analyse chronologique

Ce document est destiné à être rempli de façon linéaire.
Le second document présente une fiche renseignée avec, tiret après tiret, les participants par ordre d’apparition ainsi que les séquences visibles.

Fiche 2Fiche 3

 

 

 

 

 

 

 

 

Le style est bref, télégraphique, exclusivement descriptif, et rappellera effectivement aux chercheurs habitués de l’inathèque la partie “séquences” des notices de programmes. Je comprends mieux ce style quand je le remets dans le contexte d’une retranscription immédiate du programme.

– Une semaine après le visionnage commence le travail du documentaliste : identifier des mots-clés, isoler des images réutilisables, identifier les personnages… Tout cela permet l’indexation de l’archive.

La notice que consulte aujourd’hui le chercheur n’est rien d’autre que la saisie de ce travail quasi immédiat des documentalistes.
En revanche, l’ajout des descripteurs (l’équivalent de mots-clés par lesquels le chercheur peut parcourir la base de données) est plus tardive. Au départ, la base de l’inathèque était privée et les chercheurs ou professionnels de l’audiovisuels n’y avaient pas accès librement. Les descripteurs devaient servir aux usagers lorsque l’accès au centre de consultation leur fut ouvert, il s’agirait donc du seul ajout postérieur à la diffusion. J’avais critiqué la grande hétérogénéité de ces descripteurs et le fait qu’ils n’apparaissent pas sur toute les notices. On m’a concédé cette remarque que les descripteurs étaient un moyen de faciliter la recherche pour leurs usagers, donc bien plus soumis à subjectivité que tous les autres renseignements compris dans les notices.

Pour la responsable des collections, la notice retransmet donc aussi le langage des documentaliste de l’époque. Cette explication faisait écho à la réserve que j’ai émise dans un billet à propos d’une archive visionnée sur le site ina.fr et dont le titre me semblait anachronique par son emploi du terme “patrimoine”. Les titres d’émission seraient donc en fait ceux donnés au départ par les producteurs, conservés par les documentalistes. Il m’a été dit que pour un JT, les titres de sujets sont repris directement du conducteur (document établi par le journalistes avant la retransmission du JT, listant et minutant les sujets dans l’ordre de leur diffusion à l’antenne). Aussi, je sais maintenant que lorsqu’un titre de programme apparait entre crochets dans la base, cela signifie qu’il est “restitué”. (Cela signifie-t-il que nous pouvons émettre des doutes à l’égard des titres n’étant pas entre crochets ?)
Mais ce que je crois avoir compris de cet entretien, c’est que je ne dois pas voir systématiquement la marque des documentalistes dans ces notices puisque leur travail de réécriture et d’explication est minime, m’a-t-on fait comprendre. La notice reprenant intégralement les informations contenues dans la source (par visionnage ou grâce aux documents de production qui l’accompagnent), c’est bien davantage la marque des producteurs qui transparait dans les archives.

Depuis cet entretien, je suis débarrassé de mes suspicions de réécriture et de réinterprétation du document source par les documentalistes de l’inathèque. Oui, les notices portent aussi la marque du langage de leur époque de rédaction, cependant ces notices reflètent bien davantage les intentions des auteurs producteurs. Sachant cela, la confiance que je porte dans “l’habillage” de mes sources (titre, mise en forme, éléments factuels renseignées, donc abstraction faite des descripteurs ou du contenu même de la source audiovisuelle) s’en trouve agrandie, même si je me réserve tout de même le droit de douter de manière ponctuelle.

***
Merci donc à Mme Christine B. pour cet entretien et la trop rapide visite des coulisses de l’inathèque, l’expérience serait à renouveler si le temps me le permet, aussi parce que cela aide les personnels à comprendre les interrogations de leurs documentalistes.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search