Images de la modernité

De tous les éléments contextuels de mon sujet, le plus important est sans doute la croissance économique des Trente Glorieuses et la modernisation de la France qui l’accompagne. L’urbanisation, l’industrialisation, la rénovation urbaine sont des éléments de contextes indispensables pour comprendre les mouvements de réaction en faveur de la sauvegarde des monuments et quartiers anciens, mais aussi de l’environnement et des paysages.

Deux imaginaires se confrontent ici – des représentations que je partage moi-même. D’une part les décennies d’après-guerres, le retour de la croissance, l’essor de la consommation. Cet imaginaire est nourri de toutes les affiches de pub pour les voitures et les réfrigérateurs, les produits de beauté féminins et le textile, l’émergence du marché « jeune ». Un imaginaire qui jouit d’une image plutôt positive donc (dans la mesure où on ne s’interroge pas encore à cette époque sur le prix à payer de cette croissance et de la consommation de masse), qu’on peut situer chronologiquement dans les années de Gaulle, un peu Pompidou. Cet imaginaire visuel m’a été transmis notamment par les manuels scolaires du secondaire lorsque j’étais moi même élève – et déjà très tôt attiré par l’image et l’affiche.

Le mandat de VGE étant marqué par le choc pétrolier, invariablement cette période est rapportée à la crise qui s’en est suivi. Premier élément de sa « légende noire » à considérer.
L’autre imaginaire qui entre en collision avec la modernisation et la croissance françaises du second vingtième siècle, c’est donc celle de l’industrialisation, de l’urbanisation, de la construction dans de grandes proportions. Les programmes de télévision sur lesquels je travaille me ramènent directement à ces situations : les dénonciations de pollutions des eaux souterraines et de surface par les rejets des usines y sont très nombreuses. Naturellement, les déclarations visiblement mensongères d’industriels en rajoutent à l’indignation du spectateur. L’urbanisation à outrance, les constructions d’autoroutes et de nationales, l’extension des zones industrielles… tout ceci est bien visible à la télévision. Enfin, comme je le disais, on y interroge aussi le coût de la croissance et le prix de la consommation de masse.

Avant de débuter ce travail de recherche, mes représentations sur la période avaient été enrichies par deux types de lectures qui tranchaient avec l’iconographie « positive » des années de croissance.
J’avais lu, avant la thèse, une anthologie de dessins et reportages de Cabu intitulée Les années 70 qui m’avait donné une image d’une grande noirceur de cette décennie. Les constructions nouvelles y sont laides, les petits villages rasés par les promoteurs, la nature contaminée (nucléaire ou simples produits toxiques). L’argent roi et les abus du capitalisme y sont dénoncés de façon franche, l’éthique n’a plus cours, la corruption est généralisée.
Mais c’est davantage la bande dessiné qui a construit, chez moi, l’image des années 1970. Et plus précisément Gaston Lagaffe. L’évolution du trait de Franquin n’échappe à personne dès lors qu’on compare les débuts, dans les années 1950, à rapprocher de la ligne claire, où Gaston a un corps filiforme et une tête en forme d’ampoule, à la fin de sa carrière où chaque case foisonne de détails et de vie, tracés par une plume fine comme un cheveu. Le décor de Gaston Lagaffe est avant tout urbain ; or quel est-il, ce décor, dans les années 1970 ? La ville y est salle, crasseuse, empestée de gaz d’échappements et de fumées nauséabondes ; l’urbanisme, rendu anarchique par les ajouts successifs, se désagrège ; la ville est en construction perpétuelle avec des chantiers partout. Les éléments classiques d’une iconographie de la vieille ville sale en déliquescence se repèrent dans de nombreuses cases (affiches murales en décomposition, miasme et crasse au sol et sur les bâtiments, déchets urbains). La voiture règne en maitre et la circulation impossible par les bouchons permanents ; la ville semble rendre ses habitants mauvais et malsains, les clochards avinés sont légion, les automobilistes sont cons, tout le monde crie et se plaint, même les chiens urinent n’importe où. Et par contamination, la ville rejette hors de ses murs ses propres déchets puisque la nature environnante est aussi couverte de déchets (boites de conserve…) quant au paysage rural, des cheminées d’usines sont visibles à l’horizon quand ce ne sont pas les lignes téléphoniques et électriques en pleine nature. [1]
Au-delà de ses prises de position Franquin mettait le doigt sur deux aspects qui sont au cœur des débats de cette décennie : le panneau publicitaire et la voiture individuelle. L’omniprésence de ces deux éléments a fini, chez moi, par les rendre emblématiques de la période. Aussi je n’ai pas été surpris de constater, dans les programmes des années 1970, de nombreuses émissions sur le problème de la circulation et de l’affichage sauvage (avant que ne soit mise en place une régulation plus stricte). Dans La France défigurée (puisque j’y fais référence depuis le début de ce billet), les plans de voitures, d’embouteillages en ville ou sur autoroute (sans négliger des gros plans sur les fumées d’échappement des véhicules) ont tôt fait de me rappeler les cases de Gaston Lagaffe.

Tout le jeu de la recherche consiste à se départir de ses idées reçues. Je ne suis pas militant écolo, seulement sensibilisé aux questions environnementales.[2] J’ai consciencieusement mis à distance les idées reçues, préjugés, ou même idées personnelles sur ces thématiques d’urbanisation et d’industrialisation.[3] La thèse ne sera pas le support d’une dénonciation. Impossible cependant de ne pas voir ressurgir le souvenir de ces planches de Gaston face aux séquences filmées des paysages qui les ont inspirées. Difficile de mettre à distance toutes les références qui ont construit un premier regard sur une période, et qui ont nourri chez moi le dégoût de la ville sale et polluée.

[1] Un combat d’une émission de télévision comme La France défigurée.

[2] Je n’ai pas été étonné de voir les bd de Gaston Lagaffe devenir des supports de l’éducation à l’environnement et à l’écologie, grâce à de nouvelles éditions des albums republiés par Dupuis, l’éditeur faisant du personnage une sorte d’icône de l’écologie alors que rien chez Gaston n’indique une démarche écologique – produisant même généreusement sa part de pollution, notamment avec son antique tacot. C’est davantage chez Franquin qu’on doit rechercher cette conscience écologique.

[3] S’agissant de préjugés, l’un des moins évidents à mettre de côté fut l’image du président Giscard d’Estaing tant j’ai été confronté aux multiples entreprises de dénigrement de sa personne et de son bilan (de la caricature illustrée à celle animée des Guignols de l’info) qui l’ont rendu irrésistiblement risible et ridicule à mes yeux.


Auteur/autrice : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search