Comment présenter une source audiovisuelle?

note de bas de page

Il n’existe pas, à ma connaissance, de norme de présentation unifiée des sources audiovisuelles. J’ai d’ailleurs été étonné de constater que les revues, qui adressent presque toutes des consignes rédactionnelles, omettent systématiquement la possibilité de citer de telles sources. Or il me semble que c’est là une lacune. Cette absence dénote, à mon sens, que les sources audiovisuelles ne sont malheureusement pas encore considérées à l’égal d’autres plus anciennement utilisées dans la recherche. Chaque auteur•e est donc libre de présenter une source comme il•elle l’entend. Et si on observe des différences, il me semble qu’elles résultent de traditions disciplinaires, chaque auteur•e prenant modèle les notes de bas de page des ouvrages qu’il•elle a lus. On observe encore malgré tout dans certains articles une présentation a priori arbitraire telle que « journal du 10 août 1966 » ou « épisode 1177 ». Même s’il est toujours possible d’accommoder la présentation selon les corpus ou les méthodes, une harmonisation a minima parait possible et même souhaitable. Les lignes qui suivent sont une proposition qui me semble correspondre aux usages et nécessités de la discipline historique, et pourront dans le même temps ne pas sembler si saugrenues à nos collègues de SIC, études cinématographiques et histoire de l’art.

Il faut dans un premier temps considérer un extrait audiovisuel comme n’importe quel autre document ou production. Aussi, le titre de cette production sera écrite en italique. Les éléments systématiquement attendus, hormis le titre, sont la date de diffusion et le canal de diffusion. Par canal il faut entendre la station ou la chaîne qui diffuse le contenu (mais ne l’a pas forcément produit). Le nom du canal est laissé en latin car bien qu’il soit le diffuseur, il n’est pas l’égal d’une publication comme La Croix ou L’Humanité). On peut voir le diffuseur comme l’équivalent, pour les ouvrages publiés, de l’éditeur. Cela donne alors comme suit:

Les raisins verts, 10 février 1964, 1ère chaîne

Lorsque l’on évoque une rediffusion, on indiquera explicitement la date de première diffusion de sorte de donner au lecteur•trice le contexte de production et de diffusion originel. Exemple:

Architecture et géographie sacrée, 10 mars 1978, FR3, rediffusé le 21 décembre 1988

(ou)

Architecture et géographie sacrée, 21 décembre 1988, FR3, première diffusion le 10 mars 1978

Les chercheurs qui travaillent sur le cinéma indiquent en premier lieu le nom du réalisateur, aussi leurs citations ressemblent beaucoup à celles d’ouvrages publiés. Exemple:

Chris Marker, La jetée, 1962

On pourra se dispenser d’indiquer le nom du réalisateur, lequel est moins pertinent en histoire que dans les études cinématographiques, où il peut être intéressant de replacer une oeuvre dans la filmographie d’un auteur. A la télévision, un réalisateur qui a fait sa carrière à la télévision aura à son actif un grand nombre de productions, souvent très diverses ; seuls les réalisateurs considérés comme les plus prestigieux verront leur nom associé à leur production – une sorte de faveur que leur accordent certains chercheurs. Toutefois, si le travail que l’on mène accorde une grande importance à l’identité des réalisateurs ou des producteurs, on peut ajouter cette information. Exemple:

Marcel Bluwal, Dom Juan ou le festin de pierre, 1965, 1ère chaîne
Quotidien, 15 janvier 2019, TMC, Bangumi production

Dans le cas d’une émission tirée d’une collection (= série d’émissions) ou d’un journal parlé/télévisé, on donnera d’abord le nom de l’émission entre guillemets et en latin avant le titre de la collection en italique. Le résultat est proche d’une citation d’article. Exemple:

« Signature d’une convention de coopération entre le ministère des Affaires culturelles et l’ORTF », Inter actualités 19h, 26 mars 1971, France Inter.

Bien sûr, le titre n’est pas inventé par le•la chercheur•e mais retranscrit depuis une source. On peut parfois être confronté à des sources contradictoires: le titre donné par la source audiovisuelle (dans l’annonce, en générique…) peut différer de celui d’un document accompagnant sa diffusion (le bulletin de presse, le rapport de diffusion, la notice du centre d’archive…). On signalera explicitement la source afin de faciliter au lecteur•trace la tâche de retrouver l’émission en question dans les catalogues, inventaires et bases. Exemple:

« Temples en péril » (titre écran), « Les temples de Nubie » (titre notice INA), Cinq colonnes à la Une, 4 décembre 1959

Certain•e•s auteur•e•s font le choix d’indiquer la durée totale du document. Cela est loin d’être courant en histoire, davantage en SIC. La pertinence de cette information dépend du travail entrepris. Exemple:

« Les nouveaux dieux du Nil: le barrage d'Assouan », Sept jours du monde, 22 mai 1964, 1ère chaine, 11 min

D’autres, enfin, ajoutent comme précision le minutage. Cela peut s’avérer très utile pour retrouver une citation exacte ou une image, mais fastidieux à la longue: cela implique de noter précisément le minutage dès la retranscription des sources. Si la pratique est courante en SIC où de courtes séquences sont analysées finement, de mon point de vue elle se révèle moins nécessaire en histoire. Exemple:

Édition spéciale, France 2, 11 septembre 2001, 17h38.

Les chercheurs qui travaillent sur de telles sources appartiennent à plusieurs champs disciplinaires différents et engagent des démarches différentes, même en histoire. In fine, on pourra donc adapter la présentation de la source à ses besoins ou pour la commodité des lecteur•trice•s. Il faut se souvenir que la fonction de l’apparat critique est à la fois d’appuyer la démonstration et de permettre la réfutation. Il apparait donc souhaitable de ne pas compliquer la recherche des lecteur•trice•s, sans se compliquer soi-même la tâche par un zèle excessif.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Une réflexion sur « Comment présenter une source audiovisuelle? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.