Glossaire & abréviations

Glossaire du chercheur en audiovisuel
Ce glossaire est à l’intention des chercheurs débutants travaillant sur des sources audiovisuelles (radio et surtout télévision), et qui sont amenés à fréquenter le centre de consultation de l’inathèque. Les termes définis renvoient donc au vocabulaire employé à l’inathèque mais aussi au vocabulaire des producteurs et diffuseurs de programmes, ainsi qu’à celui que l’on retrouve dans la presse télé de l’époque 1945-2000.
NB: travail en cours et ouvert aux suggestions.
L’astérisque signale les renvois entre les différentes entrées.

Angle : désigne la manière dont a été réalisée la prise de vue. L’angle dépend du positionnement de la caméra au moment de la réalisation du plan*. (voir les angles au cinéma: plongée, contre plongée…). A la télévision, les plans sont en pied ou serrés, et l’angle est généralement horizontal, à hauteur du torse ou du visage.

Audio : couche sonore d’une unité audiovisuelle (programme, publicité…). En radio, un audio, ou sonore, est une séquence enregistrée.

Archive : à la radio ou à la télévision, désigne un document visuel ou sonore produit à une date antérieure et donc rediffusé dans le cadre d’un programme plus récent. L’archive est une manière pratique pour d’inviter le spectateur à se remémorer ou découvrir une période passée grâce à l’évocation par l’image et par le son d’un événement ou d’une époque antérieure, et remplace avantageusement un récit oral. Dans ce dispositif médiatique, l’archive est considérée comme représentative de son époque ou particulièrement éclairante sur son sujet. L’archive a dans le dispositif une valeur historique, même si elle se prête parfois à une critique de la part des intervenants.
Pour le chercheur en audiovisuel, l’archive est le matériau de base pour l’étude d’un sujet.
L’inathèque désigne par « archives » uniquement les archives imprimées, papier et texte. Se distinguent ensuite quatre « domaines » : documents diffuseurs (issus des chaines), fonds d’archives écrites (du document de production aux études de marché et études d’opinion et d’audiences), monographies (ouvrages imprimés) et périodiques.

Banc-titre : l’expression désigne à la fois la séquence filmée et la technique mise en œuvre pour sa réalisation. Afin d’insérer des éléments de présentation ou explicatifs, un cameraman film à la verticale des documents posés sur un support plat (le “banc”). Le banc titre est un dispositif qui doit répondre aux ambitions explicatives et pédagogiques de la télévision en insérant des textes, des cartes ou des schémas. Ce procédé est peu employé dans les émissions de notre corpus, et surtout utilisé pour insérer des archives dans les séquences à caractère historique des documentaires.

Bande annonce : court segment destiné à promouvoir un programme à venir, souvent constitué d’extraits, lesquels sont choisis pour informer et susciter l’intérêt de l’auditeur ou du téléspectateur.

Base de données : outil du chercheur pour exploiter des sources de manière quantitative.
A l’inathèque, le programme installé sur les postes de consultation qui permet d’accéder aux archives et documents (numérisés ou non) prend la forme d’une base de données. Ce programme contient toutes les informations relatives aux documents et permet leur recherche puis leur consultation. Après avoir interrogé la base selon des critères d’une grande variété, les résultats sont affichés sous la forme d’un tableur, et chacun de ces résultats est assorti d’une notice*.

Bulletin de presse : document émis par un diffuseur* pour renseigner sur ses programmes à venir. Le bulletin de presse est hebdomadaire et ne renseigne que sur les programmes d’une seule semaine par édition. Le bulletin de presse est avant tout à destination des journaux, magazines et journaux de programmes* qui y trouveront matière à alimenter leur rubriques programmes, afin de sélectionner les programmes à mettre en valeur dans leurs pages ou pour organiser les visionnages en vue des critiques. A partir des années 1980, le bulletin de presse s’assortit parfois de clichés photographiques à visées promotionnelles, capturés sur le lieu de tournage. Ce sont ces clichés qui illustrent ensuite les pages programmes des journaux de programmes, s’épargnant ainsi la nécessité de devoir couvrir eux même un tournage ou la diffusion prochaine d’un programme.
voir Complément d’information*

Cadreur : opérateur qui manipule la caméra et réalise les prises de vue. A ne pas confondre avec le réalisateur* qui peut s’occuper de la prise de vue mais qui a en plus la responsabilité de la mise en scène, l’organisation des séquences et le choix du montage.

Canal : sous entendu « canal de diffusion », correspond à la chaîne de radio ou télévision qui émet le programme*.
Voir Diffuseur*.

Chaine : employé à l’origine pour ce que l’on appelle aujourd’hui les stations de radio, le terme s’est appliqué pendant un moment indifféremment à la radio et la télévision avant se fixer sur ce dernier média.

Champ/ hors champ/ contrechamp : tout ce qui est visible dans le cadre au moment d’une prise de vue. Le hors-champ est donc tout ce qui n’est pas visible au même moment mais qui existe, y compris dans la diégèse d’une fiction. La bande sonore peut révéler l’existence d’éléments hors champ.
Réaliser un contrechamp signifie filmer ce qui se trouve en vis-à-vis du plan* précédent.

Complément d’information : (parfois nommé supplément d’information) inclus à l’intérieur des bulletins de presse*, ils renseignent sur les programmes qui n’ont pas été évoqués dans le dernier bulletin de presse paru. Ils complètent donc des bulletins parus une à deux semaines précédentes.
Conseil: Toujours penser à consulter le complément d’information du bulletin suivant s’il n’est pas fait mention du programme recherché dans le bulletin censé contenir l’information.

Collection : oeuvre audiovisuelle complète. ensemble de programmes faisant l’objet d’une production commune ou relevant d’un même projet ou d’une même oeuvre. On parlera de collection dans le cas d’une production en plusieurs parties, aussi bien pour de la fiction que pour un magazine d’information ou de divertissement. Le feuilleton en 26 épisodes comme Thierry la Fronde est une même collection, au même titre que l’émission de plateau Les dossiers de l’écran ou le jeu Des chiffres et des lettres.
Une collection se subdivise donc en séries* comprenant plusieurs épisodes*.

Conducteur : Document détaillant les séquences d’un programme sous forme de liste chronologique, préétabli pour une unique émission. Les conducteurs sont utilisés en radio et contiennent la liste des titres diffusés, entre lesquels s’intercalent les coupures publicitaires prévues et prises de paroles de l’animateur. On citera aussi les conducteurs des actualités, c’est à dire le document renseignant sur l’enchainement des sujets d’un journal télévisé. Chaque JT dispose d’un conducteur établi à l’issue de la conférence de rédaction.
Voir : rapport de chef de chaine

Descripteur : équivalent de mot-clé. Les descripteurs sont employés pour faciliter la recherche à l’intérieur de la base de données de l’inathèque, qui ne rapporte pas à autant de résultats qu’un moteur de recherche classique. Les descripteurs renvoient aussi bien au(x) thème(s) du programme, à des indications géographiques du lieu du tournage, voire à des indications historiques (et pas uniquement pour les fictions). Les descripteurs se rapportent aussi à des éléments visibles dans les différentes séquences qui le composent ou à des sujets évoqués ou en rapport. Le renseignement des descripteurs est très inégal, parfois absent et très différent d’une notice à l’autre. Il semble difficile de les utiliser comme un critère pertinent d’analyse et le chercheur devra enrichir les descripteurs des notices par l’ajout de ses propres mots clés.

Diffuseur : société en charge de transmettre via ondes électromagnétiques une oeuvre audiovisuelle auprès du public. Le diffuseur est l’intermédiaire entre le producteur et le récepteur (auditeur ou téléspectateur). Il n’a pas en charge la production du programme mais uniquement sa mise à disposition du public (même si une chaine produit ses propres programmes, il faut distinguer la partie production et la partie diffusion qui mobilisent des équipes et répondent à des logiques différentes). Pour cela, le diffuseur réfléchit à la programmation*, à la promotion ainsi qu’aux aspects techniques de l’émission en vue de sa réception sur un poste.

EmissionAu départ pouvant être compris comme la transmission de signal électronique. Utilisé de manière courante dans un sens similaire à programme. A la différence qu’ « émission » renverra également à des objets audiovisuels hétéroclites et moins bien identifiés. On parlera moins de programme et davantage d’émission dans le cas des séquences d’ouverture et fermeture d’antenne, de la mire, des interludes et séquences des speakerines. Les temps d’antenne improvisés (direct imprévu) ou les pages de publicités ne peuvent pas exactement être appelés programmes, on préfèrera employer le mot émission dans le doute.

Episode : le terme est préféré pour le genre fictionnel et renvoie ainsi à la fiction sérielle. Plusieurs épisodes constituent ensemble une saison* (ou série) d’une collection*. Tous les feuilletons sont composés de plusieurs épisodes, mais tous ne comprennent pas plusieurs saisons. L’épisode est le signe du caractère sériel d’un programme.

Format : modalité de la diffusion d’une production audiovisuelle. Le format renvoie à la durée du programme (exprimée en minutes), à son caractère sériel (exprimé en nombre d’épisodes, et en saisons ou séries* le cas échéant).
Le format d’un programme au moment de sa diffusion peut différer de celui prévu au moment de la production (redécoupage des épisodes, coupes dans une émission…).

Générique : séquence d’ouverture ou de fermeture d’un programme. Le générique peut contenir des information comme les noms des participants et de l’équipe responsable.

Genre : le genre est un moyen de catégoriser un programme en prenant compte son format, sa thématique, sa structure et sa narration (exemple: les sports, les jeux, la publicité).
Les genres sont toutefois fluctuants, subjectifs et délicats à définir. Un même programme, selon la nomenclature de genres utilisée, pourra être qualifié de « information », de « magazine » ou de « reportage ». Le chercheur doit de façon préférentielle définir les dénominations de genres qu’il emploie, et au besoin peut en créer de nouvelles.

Grille de programmes : la grille de programmes est le document (virtuel ou réel) qui présente la distribution de la diffusion des émissions de radio ou de télévision sur une période généralement hebdomadaire. Elle organise les programmes selon les jours de la semaine et les horaires de la journée. La grille a une valeur prévisionnelle si elle est établie à l’avance, mais peut aussi refléter la diffusion réelle des programmes quand elle est réalisée après diffusion. La grille de programmes est mise au point par les station et chaînes selon des logiques de diffusion qui tiennent compte des heures, des journées, du public ciblé, ainsi que des logiques de concurrence.

Habillage : désigne les éléments visuels et sonores destinés à donner à un programme son identité. Il renvoie autant au générique, à l’illustration sonore qu’à l’iconographie (synthé, bancs-titres). L’habillage peut participer à l’identité d’une collection entière quand des éléments sont récurrents d’une émission sur l’autre. Il en va de même pour les chaînes de télévision. Antenne 2 est considéré comme la première chaîne à s’être dotée d’un habillage destiné à donner une cohérence à sa grille de programmes.

Image : représentation visuelle enregistrée sur un support physique ou numérique, ou seulement diffusée instantanément. Ce qui est « à l’image » est ce qui est donné à voir au téléspectateur, ce qui est visible dans son écran. Dans un script de programme par exemple, on distingue « l’image » du « son », les deux réunis forment les composantes sensibles du programme audiovisuel.

Indicatif : signal sonore, allant de la simple tonalité à une composition construite, utilisé pour indiquer l’ouverture de l’antenne, le début d’un nouveau programme, ou la nouvelle heure.
Voir générique*

Journal de programme : plus communément magazine télé, publication spécialisée hebdomadaire contenant les informations relatives aux programmes annoncés par les diffuseurs. Le journal de programme organise les informations selon leur jour, horaire et canal de diffusion, en les agrémentant selon les publications de critiques, illustrations et résumés. Les journaux de programmes collectent leurs informations principalement des bulletins de presse* des chaînes et de leur service presse.
Les journaux de programmes sont une source extrêmement riche qui renseignent non seulement sur les émissions mais sur tout l’environnement social et culturel de la télévision à un moment donné. Pour ce genre de source, la bibliographie recommande d’étudier conjointement les publications Télérama et Télé 7 Jours.

Kinéscope : appareil d’enregistrement de l’image utilisé dans les premières décennies de la télévision, avant l’apparition du magnétoscope. Le kinéscope permet de filmer un écran de télévision pour en conserver une copie sur film, dans une qualité d’image assez mauvaise cependant. Il constituait l’unique moyen pour enregistrer un programme diffusé en direct. Les services de la télévision ne s’en sont toutefois pas servi systématiquement, et certains programmes en direct n’ont pas été sauvegardés.

Lancement : le propos introductif à un reportage. Dans un flash info ou un JT, le présentateur introduit en quelques secondes le sujet réalisé par d’autres journalistes. Le lancement sert à poser les enjeux du sujet et à le replacer dans le contexte d’une actualité plus large.
De manière courante pour un JT on parle de « lancement plateau » parce que le sujet est lancé depuis le plateau de présentation du studio.

Ligne : unité de mesure de la résolution de l’image de l’époque des écrans de télévision à tube cathodique. Caméras de télévision et récepteurs doivent avoir le même nombre de lignes pour pouvoir échanger des images, ce qui a conduit à l’existence de standards nationaux. La France a choisi en 1949 la norme du 819 lignes (pour la 1ère chaîne uniquement). Plus le nombre de lignes est élevé, meilleure est la qualité de l’image. Le standard français assure donc une image plus fine que les 625 lignes britanniques et les 525 lignes américaines.
A Canal Plus, dans les années 1980 et 1990, le terme ligne recouvrait une toute autre signification.

Marronnier : se dit d’un sujet journalistique récurrent dont l’intérêt informationnel est discutable. Il existe le marronnier qui revient à une période fixe chaque année (le passage à l’heure d’été) et celui plus flottant (les francs-maçons).

Mixage : procédé de post-production destiné à rassembler toutes les couches sonores d’un programme (le son filmé et le son ajouté en illustration), et à les équilibrer les unes par rapport aux autres afin d’obtenir un résultat audible et agréable à l’écoute.

Notice : (dans la base de données) fichier comportant des renseignements et des métadonnées sur un programme. Chaque programme dispose obligatoirement d’une notice individuelle et unique. Les informations sont de différentes natures (dans le cas d’une archive audiovisuelle : canal, date, horaire de diffusion, titre programme, titre collection, descripteurs, notes des personnels, description des séquences). La notice est le document par lequel l’usager se renseigne sur l’identité et le contenu d’un programme.

Over : se dit d’une parole entendue sans que l’émetteur ne soit visible à l’écran. S’agissant de musique, on parlera de fond sonore ou de tapis musical et non de « off ». Le plus souvent dans les reportages, documentaires ou sujets de JT, le off correspond au commentaire parlé du journaliste. Il peut aussi s’agir de la parole enregistrée d’un interlocuteur, témoin, expert, interrogé par un journaliste, diffusée en tout ou partie en off sur les images filmées.
Le off n’est pas seulement une manière pratique d’associer de l’image et du texte parlé. Le off peut permettre grâce au montage de produire un discours journalistique. Un emploi courant est de diffuser en off les paroles d’un interlocuteur, tout en diffusant des images qui opposent une contradiction, parfois violente, destinée à remettre en question les propos qu’entend le téléspectateur.

Pastille : on peut voir désigner par ce terme un programme audiovisuel très court. Contrairement à la chronique ou à toute autre séquence courte qui est insérée dans un autre programme, la pastille est une unité audiovisuelle propre, un programme indépendant produit séparément. Une pastille n’excède généralement pas quelques minutes, et est intercalée entre d’autres programmes soit régulièrement soit pour réguler la grille de programme. Les interludes ont disparu aujourd’hui  de la télévision mais il reste des pastilles avant et après les JT des grandes chaînes.

Plan : Au cinéma, un plan est borné par deux coupes.
A la télévision on retrouve la majorité des plans existant au cinéma, même si certains sont privilégiés par le cadreur*. Le plan américain est rare à la télévision, qui préfère les plans serrés en raison, historiquement, de la faible qualité visuelle des premiers récepteurs. Le face caméra, qui n’est pas courant au cinéma, est en revanche beaucoup plus fréquent à la télévision.

Plateau : Désigne à la fois un lieu du studio, un espace de production journalistique et le segment d’une émission se déroulant dans cet espace. Un plateau est constitué d’au moins un journaliste officiant en maître de la parole, qu’il distribue à des invités présents en même temps ou qui se succèdent. Le plateau est un lieu d’échange qui peut être ponctué de débats. Il sert à confronter des points de vue, et en particulier à permettre à des experts de s’exprimer. Le plateau se suffit rarement à lui seul et est généralement entrecoupé de petits sujets filmés (Aujourd’hui madame, D’hier et d’aujourd’hui, La marche du siècle). Le plateau peut sortir du studio (Question de temps, Les dossiers de l’écran en juin 1980, Autour du Tour) ou même être métaphorique : le direct de Georges Pernoud sur le pont d’un navire mouillant dans la rade de Bordeaux pour un numéro de Thalassa, le magazine de la mer sera qualifié de plateau car c’est de là que le journaliste reçoit son invité et lance les reportages.

Producteur : pour les production audiovisuelles autres que le cinéma, on entend par producteur la personnalité juridique (société ou individu) responsable de la réalisation et la livraison d’un programme destiné à être diffusé à la radio ou la télévision. Le producteur est en charge des étapes de conception et de réalisation d’une œuvre audiovisuelle, qu’il livre ensuite à un diffuseur qui en a fait l’achat. Les études sur la culture de masse identifient le producteur comme le premier maillon de la chaîne production-diffusion-réception. Les sources pour appréhender la production sont assez variées pour que le chercheur trouve toujours matière à son étude (contrats, scripts, factures, mais aussi interviews ou communications sur le programme).

Programmation : autre aspect des modalités de diffusion d’une émission, renvoie à son créneau de diffusion : jour de la semaine, horaire, canal de diffusion. De ces aspects de programmation, le chercheur peut déduire certaines des volontés du diffuseur, en particulier le public ciblé ou la visibilité offerte.

Programme : correspond à un segment audiovisuel diffusé sur un canal, le programme fait l’objet d’une production identifiable, est associé à un genre et s’inscrit dans une grille de programmation*.

Rapport de chef de chaine (ou chef d’antenne) : Document rendant compte de la diffusion d’un programme dans ses moindres détails. Le rapport de chef de chaine fait mention des modifications de dernière minute voire des imprévus liés aux incidents techniques et aux aléas du direct. Contrairement au conducteur* établi à l’avance, le rapport de chef de chaine correspond donc à la réalité de la diffusion. Le rapport de chef de chaine est beaucoup plus détaillé et précis qu’une grille de programmes ou qu’un magazine télévisé : toutes les séquences sont mentionnées (un générique, un décrochage, une coupure pub ou une séquence speakerine font l’objet d’une mention séparée). De plus, ils comportent certains renseignements complémentaires sur les aspects techniques du programme (caméra, couleurs, format, diffusion) – toutes ces indications ne sont d’ailleurs pas toujours compréhensibles pour le chercheur qui n’est pas initié aux techniques de l’audiovisuel et de la diffusion. La plupart des rapports de chef de chaine sont des documents dactylographiés qui sont ensuite annotés – tous les changements y sont portés à la main, même si sur certaines périodes on trouve des documents intégralement manuscrits.

Réalisateur : Professionnel en charge de la mise en scène et qui supervise la captation audiovisuelle. A la télévision, les réalisateurs sont considérés comme des créatifs, non des techniciens. Ils sont des auteurs à part entière et le programme est considéré comme leur œuvre. Les réalisateurs de télévision ont été très puissants jusqu’au milieu des années 1960, formant un véritable groupe professionnel.
A la radio, le réalisateur a la charge d’enregistrer ou de diffuser en direct ce qui se déroule dans le studio, il choisit les effets sonores et lance les séquences enregistrées.

Régie : lors d’un direct, la régie est le lieu où convergent les images et les sons captés sur le plateau, lequel est généralement en vis-à-vis. Depuis la régie, le réalisateur* décide quels images sont montrées, et les opérateurs lancent les bandes pré-enregistrés (reportages, sons…).

Rushes : Ensemble des bandes filmées, matériau brut non destiné à être diffusé. Les rushes sont ensuite coupées et remontées pour correspondre à la trame narrative établie par le réalisateur ou le journaliste.

Saison-série : groupement d’émissions* d’une même collection* rapprochées par la période de diffusion. Une collection peut donc se diviser en plusieurs séries d’émissions ou d’épisodes.
Le terme série peut s’appliquer à des oeuvres non fictionnelles.

SECAM : (pour SEquentiel Couleur A Mémoire) standard mis au point par l’ingénieur Henri de France pour le marché Français. Il permet à la télévision française d’émettre en couleurs à partir de 1967. Même s’il a été exporté dans certains pays du monde, ce standard a isolé la France du reste de l’Europe qui a adopté le standard concurrent PAL. Les deux standards analogiques européens ont fusionné à la fin du XXe siècle. Les Etats-Unis ont leur propre standard baptisé NTSC.

Séquence/segment : au sens cinématographique, une séquence correspond à une succession de plans* formant un ensemble en terme d’action ou d’information.
De manière plus courante et à plus forte raison pour la télévision, on parlera de séquence ou de segment pour désigner une partie d’un programme. Si les deux peuvent se recouvrir et même sembler interchangeables, nous proposons la distinction suivante:
– La séquence est préparée et filmée à l’avance. Elle s’identifie par un thème (trois sujets successifs d’une émission correspondent ainsi à trois séquences différentes) ou par un lieu de tournage (passage du direct plateau à un direct extérieur).
– On privilégie le terme de segment pour des parties longues d’une émission. Un débat en plateau, intercalé entre deux reportages filmés, constituent trois séquences différentes.

Société de programmes : Pour la France, il s’agit des sociétés audiovisuelles qui produisent et diffusent des contenus, par exemple TF1, A2 et FR3. Avant 1975, et malgré les trois chaines de l’ORTF, l’Office compte pour une unique société de programme produisant des contenus pour plusieurs chaines de radio et télévision.

SLAV : Station de Lecture AudioVisuelle, le poste informatique et ses périphériques dans le centre de consultation, à partir duquel l’utilisateur accède aux fichiers distants, lit des supports physiques ou commande et consultes des monographies et des cartons d’archives.

Synthé : texte incrusté en régie ou en post-production par dessus l’image, par exemple pour afficher le nom d’une personne apparaissant à l’écran (terme un peu vieilli).

Télévision scolaire : renvoie aux programmes éducatifs réalisés pour être diffusés à la télévision. Ces émissions proposent des cours pour tous les niveaux, de la maternelle  à la Terminale, et se réfèrent dans leur contenu aux programmes de l’éducation nationale. La télévision scolaire comprend aussi des émissions de cours pour adultes et pour enseignants.

Abréviations des notices de l’inathèque

BT : banc titre
DP
 : différents plans
PE : plan d’ensemble
ZAV : zoom avant
ZAR : zoom arrière
GP : gros plan
VA : vue aérienne
VG : vue générale
INT : la plupart du temps, interview ; quand employé en complément (« DP INT ») signifie « intérieur »
EXT : extérieur
TRAV : plan travelling

JOU : journaliste (ayant préparé l’émission ou visible à l’écran)
PRE : présentateur
PRO : producteur (individu)
PAR : participant(s)
REA
: réalisateur (au sens de metteur en scène)
IMA
 : reponsable de la prise d’images
COM : commentaire dit par
MUS : compositeur de la musique
AUT : auteur (pour une fiction)
ADA : adaptateur (pour une oeuvre adaptée à l’écran)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *