Écrire pour le « grand public »

Dans ce billet, je reviens sur le travail accompli au cours de l’année 2017 dans le cadre du projet TvPatMat et sur la conception de la Patrimathèque. Et particulièrement sur la rédaction des contenus.

Le défi de la patrimathèque était de s’adresser à un public large, indéterminé, dont la seule certitude était qu’il ne serait pas universitaire. Notre ambition était de retracer l’histoire du patrimoine et d’expliquer cette notion, ce qui devait nécessairement aboutir à un site au contenu textuel riche. En conséquence, avec le conseil scientifique, nous avions établi dès le départ qu’il faudrait adapter le propos. Même si je n’ai pas appliqué un canevas trop strict dans ma rédaction, je m’en suis tout de même tenu à un certain nombre de principes, auxquels j’avais réfléchi avant même de commencer à écrire les contenus.

Ne pas faire trop long

L’objectif était de donner au visiteur des éléments d’analyse et lui livrer des connaissances. Toutefois il ne fallait pas le décourager par des textes interminables. C’est pourquoi j’ai choisi de me limiter en nombre de caractères. Particulièrement dans les notices explicatives des vidéos, que je considère être les contenus les plus importants du site. J’ai déterminé que les parties « description » et « éclairage média » d’une notice devraient rester sous les 1000 signes (un peu plus de 150 mots) ce qui est déjà beaucoup. Bien sûr certaines notices sont plus courtes ou plus longues selon la richesse du sujet. Mais en limitant la longueur du texte, j’espérais que le lecteur aurait envie de rebondir sur d’autres vidéos. Dans les pages du parcours chronologique comme dans les fiches des dossiers thématiques, j’ai appliqué aussi une limitation autour de 4000 signes.

La somme des pages, des notices et des fiches atteint tout de même 400 000 signes. Quand on y ajoute la douzaine d’heures d’archives à visionner, l’exploration de la patrimathèque nécessitera plusieurs jours au plus enthousiaste des visiteurs.

Adapter le propos

Outre la taille des textes, la langue était l’autre point à travailler. Depuis le départ j’étais persuadé que le ton et la forme académique ne conviendraient pas au public envisagé. Pour tenter de vulgariser ou populariser le savoir scientifique, il fallait donc changer la langue, mais pas au point de l’abêtir.

Ayant visionné de nombreuses heures de programmes télévisés sur le patrimoine, je connais les tics et les facilités employés par les professionnels des médias. Il n’était pas question de les reprendre, même si cela aurait rendu mon propos plus accessible en entrant en résonance avec les contenus que connaissent les téléspectateurs. Je me suis tout de même surpris à adopter parfois un ton assez « journalistique » qui me rappelait des commentaires de JT ou de magazines du type Des racines et des ailes.

La rédaction des billets sur ce carnet m’a été utile et c’est ce ton que j’ai essayé de retrouver. Il est possible aussi que l’expérience d’enseignement m’ait servi. Concrètement, cela signifiait adopter une langue plus abordable, prendre moins de précautions pour être plus percutant, faire moins référence à des notions complexes. Adverbes et modalisateurs étaient à proscrire, tout comme l’hermétisme dans le vocabulaire ainsi que tout effet de style inutile. Énoncer un concept m’obligeait à l’expliquer. Cela m’a conduit souvent à faire des choix, et à limiter volontairement les développements, non pas pour éviter la complexité mais pour limiter la théorisation. Les conseils bibliographiques permettront peut-être aux visiteurs curieux de prolonger leur découverte.

Dominer ses réflexes d’universitaire

Mon travail antérieur (thèse, articles…) était un matériau précieux pour la rédaction des contenus de la patrimathèque. J’ai par exemple repris des analyses de séquences de ma thèse, mais les ai réécrites. Je donne au lecteur des clés pour comprendre la construction des émissions de télévision et les ressorts du discours, sur la base de conclusions qui sont issues de mon travail de recherche.

Toutefois, ce matériau devait être utilisé avec précaution. Le risque était de trop développer certains points, ou de vouloir tout traiter. Il n’était pas souhaitable de viser l’exhaustivité, d’une part par économie de place, d’autre part pour ne pas disperser le propos. C’est le problème de travailler sur une notion aussi riche que le patrimoine, et de produire tout seul les contenus du site (tout en mettant en place ledit site). J’ai donc lutté contre la tentation de reprendre des passages de textes antérieurs, et finalement chaque phrase de la patrimathèque a été rédigée spécifiquement pour ce site. Pour exemple, quelques pages et fiches de la patrimathèques portent sur les mêmes sujets que des articles que j’ai publiés. Si j’en ai repris les conclusions et quelques exemples, il était en revanche inpensable d’en reprendre le plan ou même des phrases. Mon entreprise de vulgarisation réclamait davantage d’effort dans l’exposition et la mise en mots des idées. Tous les points développés dans mes articles ne se retrouvent finalement pas dans le site, notamment les développements mineurs et les analyses trop axées médias ou représentations.

Un langage en soi?

Ai-je procédé à une « simplification » du propos? Ce n’est pas mon sentiment. Quand j’ai choisi de développer une idée ou une notion, je n’ai jamais cherché à la schématiser. Plutôt à l’exprimer de manière claire et accessible, en y consacrant donc davantage d’effort que si j’avais eu à le faire dans un format académique (communication, article). Cela m’a parfois conduit à réaliser des petits schémas pour sortir de l’écrit.

J’ai aussi essayé de mettre à profit les recommandations du journaliste Jean-Christophe Piot. J’ai toutefois choisi de ne pas recourir à l’humour, considérant que le sujet de la patrimathèque s’y prêtait mal (ce qui pourrait tout à fait se discuter).

Pour autant, je n’ai pas renoncé à la critique, qui est au cœur de mon travail d’historien. La majorité des productions « grand public » sur le patrimoine est marquée par un ton souvent pompeux, par un propos élogieux sinon dithyrambique, et par un discours consensuel voire démagogique parce que flatteur. J’ai choisi d’y opposer un discours non pas savant mais inscrit dans une tradition universitaire. J’ai voulu être exigeant dans la réflexion tout en restant accessible dans la forme.

La question qui se pose, maintenant que le site est en ligne, est la suivante: le public est-il prêt à accepter un propos, non pas iconoclaste, mais hétérodoxe sur le sujet? Je pense en particulier à mes fiches d’analyse sur les questions d’identité et de fierté nationale, sur les mythes historiques et sur la mémoire. Certaines de mes analyses sont contre-intuitives et vont à l’encontre de propos souvent entendus à la télévision. Peut-être qu’elles déplairont, peut-être que le site sera finalement jugé trop intello.

Parler au « grand public », ou envisager  l’hétérogénéité

Les chercheur.es spécialistes nous ont révélé que le « grand public » n’existe pas, j’emploie donc la formulation par abus de langage. J’avais envie de m’adresser à un public large et indifférencié. Mais comment donc appréhender la diversité des publics potentiels? Essentiellement en variant les contenus. Les vidéos, qui sont le « produit d’appel » du site, s’adressent à tous les publics. Les visiteurs ne souhaitant pas spécialement lire pourront sauter d’une vidéo à l’autre grâce à mes renvois. Les plus curieux pourront cliquer sur « document complémentaire » qui propose – quand cela a été possible et pertinent – une source. Ceux qui veulent en apprendre davantage sont invités à lire les pages consacrées à la période concernée, ainsi que des fiches d’analyse. Selon ses goûts, un visiteur pourra donc picorer, mais aussi approfondir quand il le souhaite. Il était essentiel pour moi de multiplier les renvois internes afin de proposer beaucoup de la souplesse dans la navigation du site. En plus des quatre parcours différents (chronologique, géographique, thématique et typologique), j’ai créé beaucoup de chemins de traverse qui permettent au visiteur de tracer son propre chemin à l’intérieur du site, de contenu en contenu. Faute de pouvoir personnaliser l’expérience en ligne, j’espère avoir anticipé les envies des différents publics.

 

Pendant le développement de la Patrimatheque, j’ai craint que le site ne rencontre pas son public. Maintenant qu’elle est en ligne, les visites et les retours m’indiqueront si l’entreprise est réussie. Le pari comportait une part de risque, un risque nécessaire si l’on souhaite s’adresser en tant que chercheur à un public extérieur à l’université.


A lire: Billet de Mélodie Faury sur la médiation et la vulgarisation des savoirs https://infusoir.hypotheses.org/4793


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

2 pensées sur “Écrire pour le « grand public »”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *