Ce que les titres d’émissions nous apprennent: l’exemple de Des racines et des ailes

En explorant la liste des émissions de Des racines et des ailes, programme qui fête cette année ses vingt années d’existence, j’ai constaté que beaucoup de ses titres se ressemblaient. Plus encore, qu’ils étaient construits sur quelques modèles répétitifs et assez pauvres en termes informationnels. Je m’en suis d’abord amusé, mais à mesure que je déroulais cette liste (à raison de deux émissions par mois, elle se révèle assez longue), mes observations se sont multipliées.

Je propose ici une typologie des titres d’émissions de Des racines et des ailes. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un exercice obligatoire quand on étudie des programmes télévisés, je vois deux intérêts majeurs à l’entreprendre:

  • D’abord, afin de comprendre de quelle façon ce programme se donne à voir au public. Le titre est un affichage: que ce soit dans les bandes-annonces de la chaîne ou dans la presse spécialisée, il doit annoncer le contenu pour attirer le téléspectateur.
  • Ensuite, parce que les titres renferment également des informations. Je monterai ce qu’ils nous autorisent à déduire des intentions de leurs auteurs, et ce qu’ils laissent aussi entrevoir de leurs imaginaires.

Ce billet n’a pas la prétention d’être méthodologique. Il est simplement un petit exercice montrant que l’on peut retirer quelques informations d’éléments à première vue sans importance, dès lors qu’on systématise leur étude (en effet, c’est le volume important des émissions qui m’a permis d’établir cette typologie).

1ère catégorie: les titres descriptifs

1. Les parcours d’un point A à un point B

Le procédé est simple et factuel, il s’agit de présenter au téléspectateur le chemin qui sera suivi au fil de l’émission. Il est informatif d’un point de vue spatial, mais laisse le téléspectateur imaginer son contenu.

« De la Côte d’Emeraude à la vallée de la Rance »
« Du massif des Maures au golfe de Saint-Tropez »
« De l’Opéra au Palais Royal »
« De Barcelone aux Baléares »
« Des Vosges au lac Léman »
« De la Côte Vermeille aux Pyrénées » (incluant un reportage « De Collioure à Cadaques »)
« Des Maures aux îles d’or »
« Vaucluse, du Ventoux au Lubéron »
« De La Réunion à Mayotte »
« De la Riviera à l’arrière pays »

Je me suis limité ici aux années 2013 à 2017 car il s’agit d’une des modalités les plus courantes de titrer un numéro de Des racines et des ailes.

A quoi on pourrait ajouter les titres purement factuels, ceux réduits à un seul terme comme « Toulouse », ceux donnant le lieu de tournage comme « à Avignon », ou les « en direct de Bordeaux » forcément descriptifs.

2. Les territoires bordant des cours d’eau

Descriptifs également, ils indiquent le chemin qui sera suivi. Le parcours est toutefois libre et les reportages s’autorisent à s’éloigner des rives. Ces titres sont tous construits sur le même modèle, sans s’être jamais renouvelés depuis des années.

« Un voyage au fil du Rhône »
« Au fil de la Garonne »
« Passion patrimoine : La France au fil de l’eau »
« Au fil de la Seine »
« Au fil de la Loire »
« Budapest, au fil du Danube »
« Au fil de la Dordogne, de l’Auvergne à l’Aquitaine »
« Au fil du Rhin »
« Sur la Loire, entre Touraine et Anjou »
« Au fil de la Durance, des Hautes-Alpes à la Provence »
« Au fil du Tarn »
« Au fil de l’Allier »
« 400ème numéro : au fil du Tibre »
« De l’Atlantique à la Méditerranée, au fil de la Garonne et du canal du Midi »
« Au fil du Rhône, entre Camargue et coteaux du Lyonnais »
« En Andalousie, au fil du Guadalquivir »

Variante:

« Sur les chemins du Gers », 25 novembre 2015
« Sur les chemins de l’Aveyron », 1er octobre 2014

A mettre à leur crédit, ce plus original:

« En remontant le Lot »

3. Des territoires circonscrits

Il est courant de nommer le territoire qui fait l’objet d’une émission, en utilisant par exemple des noms de régions ou des éléments de géographie physique. Les titres de Des racines et des ailes  se distinguent toutefois par l’utilisation fréquente de la préposition « entre » qui a pour intérêt de borner le parcours et donc de resserrer le territoire à explorer.

« La Riviera, entre Cannes et Portofino »
« Les Pyrénées, entre France et Espagne »
« Savoie : entre lacs et montagnes »
« La Picardie entre terre et mer »
« La Drôme, entre Vercors et Provence »
« Sur la Loire, entre Touraine et Anjou »
« Au Pays basque entre Bayonne et Saint-Sébastien »
« En Bourgogne, entre Saône et Loire »
« De l’Atlantique à la Méditerranée, au fil de la Garonne et du canal du Midi »
« Entre Sarthe et Mayenne »
« Au fil du Rhône, entre Camargue et coteaux du Lyonnais »
« Entre Rhin et Moselle »

4. Les « pays »

Variante à la catégorie précédente, l’indication des « pays », notion assez complexe d’un point de vue géographique, voire confuse.

« Le goût de l’Aude et du pays catalan »
« Du Cotentin au pays de Saint-Malo »
« En Normandie, du Mont-Saint-Michel au pays de Caux »
« Terres de Bretagne, du pays rennais à la presqu’île de Crozon »
« En Provence, du pays d’Aix aux Alpilles »
« A travers les pays de Savoie »
« De la Vendée au pays nantais »
 » Le pays d’Arles »

L’utilisation du terme « pays », similaire à « terroir » indique la reconnaissance d’une identité culturelle régionale sur un territoire mal délimité. On l’a vu fleurir dans le vocabulaire du marketing territorial, mais aussi sous l’impulsion de l’intercommunalité. En effet, si certaines appellations sont courantes et anciennes comme le pays de Caux et le pays catalan, le pays d’Arles en revanche n’est pas une entité historique mais administrative née en 1999. Le fait que les journalistes y souscrivent tend à montrer qu’ils assument produire un programme touristique.

Variante:

« En terre de Bourgogne »
« Terre de Languedoc »
« Terre de Bourgogne »
« Terre de Gascogne »
« Voyage en terre des papes »

2e catégorie: les titres évocateurs

1. Des villes à l’identité marquée

Ce type de titre associe un nom de ville à un qualificatif évocateur, qui renvoie à divers imaginaires. Ce procédé est utilisé pour piquer la curiosité des téléspectateurs au moment où ils vont décider du programme qu’ils vont regarder.

« Budapest: la belle du Danube »
« Bruges la vivante »
« Prague l’envoûteuse »
« Séville la métisse »
« Gênes la secrète »
« Fès l’éternelle »
« Marrakech authentique »
« Salvador la métisse »
« Meknès l’impériale »

Ces qualificatifs me semblent avoir comme objectif d’éviter l’effet « guide touristique » contenu dans des titres nus comme « Londres », « Barcelone », « Genève ». Ces derniers sont probablement jugés insuffisamment attractifs, d’autant que les villes de cette liste ne sont pas les premières destinations touristiques dans leurs pays respectifs. Il faut donc attirer le téléspectateur en lui promettant de l’inattendu.

2. Les transformations de villes

Avec ce type de titre, les auteurs des programmes laissent entendre qu’il y aurait des nouveautés à découvrir, quand bien même il s’agit de villes ayant fait l’objet de nombreux reportages auparavant. Que le renouvellement soit vrai ou non, de tels titres attirent le public avec la promesse d’un contenu inédit.

« Lisbonne: la métamorphose »
« Naples, la métamorphose »
« Riga, la révélation »
« Chantilly, la métamorphose »
« Venise, le renouveau »
« Orsay, la métamorphose »
« Mostar la renaissance »
« Londres la métamorphose »
« La métamorphose de Marseille »

Ce registre connote également le dynamisme des villes, devant lesquels les journalistes sont enthousiastes. Souvent, dans Des racines et des ailes, le « renouveau » signifie l’entrée dans mondialisation, l’ouverture au tourisme de masse et la métropolisation. L’émission s’attarde volontiers sur les effets positifs de ces changements: rénovation des centre-villes historiques, attention renforcée au patrimoine culturel, bon accueil pour les touristes français. En revanche elle néglige la plupart du temps ses effets négatifs: gentrification et hausse des prix pour les locaux, précarisation des métiers de service et du tourisme, conséquences environnementales de la pression touristique. Ce revers est davantage traité dans les magazines d’information d’autres chaînes – Des racines et des ailes était pourtant au départ un magazine de grands reportages.

3. le registre amoureux

La particularité de Des racines et des ailes – et semble-t-il une des raisons du succès du magazine – est de toujours humaniser ses sujets. C’est-à-dire que, contrairement à ce qui se faisait auparavant, ce ne sont pas les monuments qui sont au cœur des reportages mais des individus pris de passion pour le patrimoine. Et c’est à leurs côtés, à travers leurs yeux, tout en découvrant leur métier ou leur action, que les téléspectateurs voient le patrimoine. Cet angle recherche avant tout l’empathie du téléspectateur. Plusieurs titres reflètent ce traitement en puisant dans les champs lexicaux de la passion, de l’émotion et de l’amour.

« Fous de châteaux »
« Dunkerque à la folie »
« Les fous de châteaux »
« Les amoureux de Montmartre »
« Séville passionnément »
« Montparnasse à la folie »
« Fous de France »
« Les amoureux du Lubéron »
« Les amoureux du Mont »
« Pour l’amour des jardins »
« Ces étrangers amoureux de Paris »

A quoi on pourrait ajouter toutes les émissions de la collection titrée « passion patrimoine », qui sont diffusées environ une fois par mois dans le magazine.

4. le registre du mystère

Il est courant à la télévision de piquer la curiosité du téléspectateur en construisant une atmosphère mystérieuse autour du patrimoine. Les auteurs des programmes, toutes époques confondues, ont une prédilection pour les mythes et les petites histoires. Les auteurs de Des racines et des ailes ont produit plusieurs émissions qui explorent ce filon.

« Gênes la secrète »
« Rome secrète »
« Saint-Pétersbourg secret »
« Paris secret, Paris insolite »
« Enquête sur le Nil : les secrets des pharaons bâtisseurs »
« Riviera secrète »
« Paris vu d’en haut, Paris en coulisses »

5. Les titres « exotiques »

Enfin, de nombreux titres évoquent l’exotisme pour susciter l’intérêt du téléspectateur. Au risque parfois de tomber dans des excès troublants.

« Essaouira: l’ensorceleuse »
« Iran lève le voile »
« Kaboul lève le voile »
« Séville la métisse »
« Salvador la métisse »
« Au pays de l’or et du café » (le Brésil)
« Au pays de l’or blanc » (le Mali)
 » Au pays des Maharadjahs » (l’Inde)

Ces titres posent question pour leur perspective ethnocentrique et leurs accents colonialistes.

« Essaouira l’ensorceleuse », tout comme la désignation de « pays des Maharadjas » pour l’Inde, évoque l’orientalisme, soit une fascination pour les « charmes de l’orient » développée par les européens au XIXe siècle. Le Mali et Brésil, quant à eux, sont désignés par des périphrases qui renvoient à leur exploitation économique par les Européens (or, café). Il faudrait ensuite confronter ces titres aux reportages pour vérifier si leur contenu est lui aussi marqué par des représentations colonialistes de l’Afrique et de l’Asie.

Ensuite, l’expression « lever le voile » signifie le dévoilement et la révélation, ce qui relèverait du registre du mystère. Sauf que les médias occidentaux, lorsqu’ils traitent de pays comme l’Iran et l’Afghanistan, mentionnent systématiquement la place de l’islam dans la société et la soumission des femmes aux lois religieuses. Il est donc probable que, sous la forme d’un jeu de mot malheureux, ces deux titres renvoient au voile islamique. Mon interprétation est la suivante: les auteurs de ces titres souscrivent à l’idée reçue selon laquelle l’abandon du voile islamique est un indicateur de progrès dans les pays musulmans. Autrement dit, ils projettent un regard d’occidental sur ces pays et leur culture, ce qui est une limite à l’ouverture que pourrait proposer un programme de découverte comme celui-ci.

Enfin, je m’interroge sur l’usage du terme « métisse » au sujet de Séville et de Salvador de Bahia. Si à mon sens ces titres renvoient au brassage ethnique, il est possible que pour leurs auteurs ils désignent seulement le mélange des cultures. En tout cas, cette caractéristique semble primer sur toutes les autres puisqu’elle figure dans le titre de l’émission. Je laisse le bénéfice du doute mais, s’il s’agissait bien d’une référence au métissage racial, alors ces titres connoteraient une vision resserrée et ethnocentrique des sociétés espagnole et sudaméricaine.

Bilan

Au final, deux ensembles émergent de la typologie que j’ai proposée. Une première catégorie qui se distingue par une pauvreté formelle des titres et un contenu informationnel limité. Une seconde catégorie se veut plus évocatrice et succombe à la tentation « exotisante » (une tentation présente dès les premiers programmes de télévision sur le patrimoine, dans les années 1950). Dans l’une comme dans l’autre catégorie, toutefois, je constate à titre personnel un grand manque d’imagination de leurs auteurs.

Bien sûr à ce stade de l’étude, il serait prématuré de tirer des conclusions quant au contenu des programmes. Le visionnage permettra de confirmer certaines hypothèses que j’ai formulées ici. Reste que les titres auront conditionné certaines attentes chez moi et que je regarderai donc ces émissions avec un a priori. Et si les chercheurs peuvent analyser systématiquement les titres, ils ne doivent pas oublier que les téléspectateurs, eux, ne le font pas forcément.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *