Couleurs ou noir et blanc ?

La France défigurée est une émission qui débute le 19 juin 1971 sur la deuxième chaine. En passant sur la première chaine le 29 septembre 1972[1], l’émission passe de la couleur au noir et blanc.
Le choix de changer la chaine de diffusion était sans nul doute lié à la volonté de la proposer à un plus grand nombre de spectateurs puisque tous n’étaient pas équipés pour recevoir la seconde chaine. [2] L’émission connaît rapidement un vif succès et le public français a sans doute souhaité qu’elle ne soit plus réservée aux possesseurs de postes de télévision récents.
Le fait que l’émission doive être diffusée en noir et blanc est une conséquence de ce que la première chaine ne diffusait pas ses programmes en couleurs (et ne le fit pas avant 1976).

Si la justification est compréhensible, l’inconvénient n’est cependant pas négligeable. La France défigurée est une émission qui propose des sujets dans toutes les régions de France, avec des plans très nombreux sur les paysages, aussi divers soient-ils, des territoires où se déplacent les journalistes. Malgré les limitations techniques de l’époque qui ne permettaient qu’une couleur fade ou tantôt teintée de jaune, la couleur est un atout pour un programme qui propose un grand nombre de séquences filmées dans les champs, les forêts, sur les plages ou les prairies de la France.
Or le passage de l’émission de la couleur au noir et blanc provoque un amoindrissement considérable de l’intérêt du programme, même si le propos et le ton de l’émission n’étaient bien sûr pas affectés. Ce programme qui pouvait prétendre à un intérêt géographique ou touristique se voit privé d’une de ses dimensions. Comment ne pas y voir un affaiblissement de la force de l’image, et donc du message de l’émission ? Tout le discours sur la beauté des paysages et des sites se trouve pour partie affaibli par la perte de la couleur. Or quand le but d’une émission est de faire adhérer à l’idée de défense des sites et de l’environnement, l’image devient un argument en soi. Un plan d’une décharge a, à mon sens, la même force en noir et blanc ou en couleurs. En revanche, une séquence sur un beau paysage a davantage de force de conviction en couleurs. Le sentiment de sympathie et l’adhésion des spectateurs me semblent plus faciles à susciter avec la couleur, alors que l’indignation pourrait plus facilement se contenter du noir et blanc puisqu’elle repose bien davantage sur le discours que sur les images (et j’en parlerai dans un futur billet). [3]

Le journaliste Michel Bériot, co-créateur et rapidement principal présentateur de l'émission.Le journaliste Louis Bériot, co-créateur et rapidement principal présentateur de l’émission.

TF1 propose la couleur à partir de 1976, ce qui fait tout de même trois années consécutives d’émissions en noir et blanc sachant que La France Défigurée a existé de 1971 à 1978.
Néanmoins, je crois pouvoir dire que cette « rétrogradation technique » n’a pas causé trop de tort à l’émission et que les spectateurs contemporains y ont trouvé plus de satisfaction que de matière à reproche puisque, comme je viens de le dire, l’émission n’est arrêtée que six ans après son changement de chaine et la disparition temporaire de sa couleur.

Ce que je ne m’explique pas, en revanche, est la raison pour laquelle je trouve, sur le site ina.fr, des archives de La France défigurée aussi bien en noir et blanc qu’en couleurs à la période où elle passait sur la première chaine.
Je confronterai cela avec les programmes de la même période directement dans le centre de de l’inathèque car c’est intriguant. Je vais creuser. [4]


[1] la dernière émission sur la deuxième chaine est alors celle du 17/09/1972.

[2] Lorsque la seconde chaine a été créée, les postes de télévision vendus auparavant n’étaient conçus que pour recevoir une chaine unique. Les Français qui ont souhaité profiter de la deuxième chaine ont du investir dans un nouveau poste.
Idem pour la couleur lorsqu’elle est apparue – d’abord exclusivement sur la deuxième chaine – en 1967, un nouvel appareil était requis pour en bénéficier.
Toute proportion gardée (surtout d’un point de vue technique) c’est un peu comme lorsque la TNT est apparue et nécessitait, soit un nouveau téléviseur, soit un boitier numérique.
Jusque dans les années 1980, il n’était pas rare de trouver encore des foyers équipés seulement de récepteurs noir et blanc.

[3] Je ne dis pas que le noir et blanc est forcément laid, il y a du « beau » noir et blanc, ça a parfois été une volonté des réalisateurs (bien davantage s’agissant de fiction en fait). Il faut replacer mon sentiment dans le cadre de ce programme spécifique et de ses ambitions, car le noir et blanc m’a semblé moins gênant dans d’autres programmes contemporains qui avaient pourtant la même charge militante que La France défigurée.

[4] Deux explications possibles : soit erreur de datation dans les métadonnées des programmes sur le site ina.fr ; soit les programmes, filmés en couleurs, ont été diffusés en noir et blanc mais ont aussi été conservés en couleur pour archive ou pour rediffusion sur un autre canal (en couleurs). Initiative intéressante, si c’est le cas, et unique, de proposer la version d’origine dans les archives, même si cela fausse l’idée qu’on pourrait avoir de la réception du programme, qui fut diffusé en noir et blanc.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

2 pensées sur “Couleurs ou noir et blanc ?”

  1. Le présentateur de la France Défigurée n’est pas Michel mais Louis Bériot
    et l’émission s’est intéressée tout autant aux paysages qu’à l’architecture l’urbanisme et les pollutions.

  2. Oui, les émissions ont été produites très tôt en couleur, même pour la première chaine 819 lignes (en natif 625 lignes). Ainsi on doit trouver les archives en couleur.

    Si on trouve les archives en NB à des dates avancées, ca peut être parce qu’ils ont perdu le master original mais ont retrouvé une bande de sauvegarde d’archive…

    Sans compter le mauvais travail de l’INA qui pour la première chaîne produite en 819 natifs, au lieu de conserver les bandes video en 819, les ont simplement refilmées en 625 lignes avec une caméra pointée sur un vulgaire écran TV ! le résultat en est une horreur…

    Que d’émissions ont été ainsi salopées par ces organismes incompétents et radins en bons équipements.
    Sans compter le son souvent massacré : ils faisaient faire le travail de numérisation par des prisonniers ces dernières années, dans leurs cellules de prison, avec un tout petit matériel de conversion cheap…

    Quand on n’a pas les moyens d’aller au restaurant, on pique-nique, et on a un résultat médiocre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *