La sélection des programmes 1/2

Le futur site du projet TvPatMat doit comprendre un total de 100 vidéos, consistant en extraits d’émissions diffusées depuis 1950 à la télévision française. Mon corpus de thèse est évidemment mobilisé ici même s’il sera complété par les programmes des années 2000. L’avantage de ma situation (à savoir travailler dans le prolongement de ma thèse) me permet de directement sélectionner les extraits parmi les programmes d’un corpus que je connais déjà.
C’est de ce processus de sélection, déjà bien entamé, qu’il est question dans ce billet, et je souhaite faire part de mes interrogations. (Je passe pour le moment sous silence des contraintes qui pourraient contrarier ma sélection, dont je ferai état en temps voulu).

Les critères

D’abord, je voudrais exposer mes critères de sélection. A mon sens, les extraits choisi devront:

  • Essayer de reconstituer un panorama de l’ensemble des programmes de télévision sur le patrimoine. Il s’agira de montrer la diversité des programmes qui ont trait au patrimoine (en particulier au regard de l’appauvrissement observé depuis les années 1990), et de souligner la variété des artefacts présentés en dépit de la présence écrasante de certains types bien identifiés (patrimoine religieux, princier, naturel).
  • Constituer un bon exemple. Les vidéos ne doivent pas être illustratives, j’entends bien les intégrer à la démonstration. J’importe ainsi un principe du travail académique dans ce projet de vulgarisation. Le travail accompli dans ma thèse fournit déjà assez d’exemples pour faciliter ma recherche d’exemples pertinents.
  • Présenter un caractère d’exemplarité (et le souligner) : les sujets de JT étant très similaires et finalement assez interchangeables, il va falloir souligner ce qui est récurent sinon systématique : le vocabulaire, les manières de filmer.
  • J’entends également mettre en valeur des émissions oubliées. Les extraits étant tous accompagnés d’une notice descriptive et faisant l’objet d’une entrée dans le synopsis des programmes, le futur site permettra aussi de faire connaitre ces programmes, et peut-être d’indiquer des pistes pour d’autres recherches. Je pense par exemple à la collection Voyage sans passeport qui présente des petits films de voyage pour partie rapportés par des vidéastes amateurs, et dont les représentations transpirent le colonialisme des années 1950.
  • Enfin, je compte tout de même me faire plaisir en rendant disponible à la consultation de tout un chacun des extraits d’émission qui m’ont particulièrement plu pour leur éclairage inédit sur le sujet et pour ce qu’ils apportent à sa compréhension.

Représentativité/exemplarité

Faut-il, dans un soucis de représentativité parfait, viser à la juste représentation des différentes catégories de mon corpus? Par exemple, faut-il que les régions françaises soient représentées à la hauteur de leur part dans mon corpus? Si oui, alors l’Ile-de-France devrait avoir droit à 18 vidéos, la région PACA 9, la Bretagne 8, etc. Et la Corse et les DROM aucune (à cause de l’arrondi). Faut-il donc reproduire, sur le site, la domination écrasante de l’Ile-de-France que j’ai pu observer à la télévision? Je suis tenté de vouloir la corriger, et pourtant cette domination à un sens. Elle ne renvoie pas seulement à la concentration des monuments historiques dans la région parisienne, elle reflète une propension des journalistes à valoriser le patrimoine le plus connu et le plus apprécié des téléspectateurs français, qui se révèle être site de Paris à Versailles. D’où l’invisibilité des territoires ultramarins que j’ai pu constater dans ma thèse.
(NB: la carte affichée dans la colonne de droite du carnet rend compte du travail de sélection et est régulièrement mise à jour)

On pourrait aussi souhaiter appliquer un même objectif de représentativité aux genres télévisuels (parmi lesquels domine le magazine) et aux types de patrimoine (le patrimoine naturel et le religieux seraient les premiers), mais le croisement de ces différentes contraintes engendreraient un casse-tête sans fin.
Ces choix ne me paraissent pas s’imposer dans le cas qui est le mien. Mon travail a une assise scientifique mais ne doit pas nécessairement en respecter scrupuleusement les règles; ce que j’entends ici c’est que – à mon sens – les règles de l’échantillonnage n’ont pas à être appliquées. Mes statistiques peuvent tout de même me guider et pondérer mes choix.
Je penser plutôt viser une répartition à peu près équitable des vidéos dans les différentes sections du site.
Je m’autorise aussi à m’appesantir sur des moments importants de l’histoire de la médiatisation du patrimoine (la campagne de l’Année du Patrimoine sur toute l’année 1980), sur des émissions marquantes par leur succès ou leur apport. J’en reviens ainsi toujours à Chefs d’œuvre en péril non par goût personnel mais bien parce que je reconnais à cette émission un rôle déterminant dans le changement des représentations du patrimoine, et un effet durable sur la production télévisuelle. Si cette émission (comme La France défigurée) aura droit à un traitement de faveur, pour autant, toujours dans un souci d’équilibre, je pense me limiter à quatre extraits les concernant, ce qui est déjà notable sur un total de 100 extraits sur l’ensemble du site.

Quid des marges?

La quasi-totalité des collections de mon corpus est pour le moment représentée. Celles qui sont absentes sont les programmes très marginaux et les collections redondantes. Par exemple, les magazines régionaux sont très similaires les uns aux autres dans leur forme et leur propos, aussi il ne m’apparait pas pertinent de multiplier les exemples.
Quelle place accorder aux programmes les moins intéressants? Je prends pour exemple ici les reportages sans intérêt à la réalisation qualitativement très faible, les reconstitutions à petit budget. Faut-il également les mentionner?
Je ne me limiterai pas aux programmes les plus célèbres ni les plus importants (même si je leur accorderai plus de place).
Si je laisse de côté les programmes les moins intéressants, je risque de donner une image trop lisse des émissions sur le patrimoine. Mais si je n’ai rien de pertinent à en dire?
Tout au plus, ils permettent de voir que la télévision a aussi produit des programmes sans prétention, avec peu de moyens, un propos limité, avec un caractère un peu opportuniste (Un homme un château, 1980, année du patrimoine).

Les limites du projet: ce qui ne sera pas intégré

Je donne ici deux exemples de séquences que j’aurais aimé intégrer mais que je sais d’ores et déjà que je vais exclure.
Le magazine Rond-Point me parait trop compliqué à analyser pour ce projet. Il s’agit de l’une des très rares émissions à avoir pris le contrepied des mouvements de défense du patrimoine dans le sens où, en pleine polémique sur la rénovation du quartier des Halles (et l’annonce, déjà, de la disparition future des pavillons de Baltard), ce magazine prend le parti de la destruction. Son présentateur, le très fidèle[1] Charles Finaltéri, offre aux promoteurs du projet un espace de parole totalement libre et sans contradiction. L’analyse de cette séquence, menée mon travail de thèse, ne me parait pas appropriée à ce que sera le futur site. Elle réclamerait une longue contextualisation des grands chantiers parisiens et de leur médiatisation, et j’aurais également à longuement présenter les liens entre pouvoir et télévision pour expliquer cette séquence à caractère promotionnel.
Une autre séquence que j’adore et qui me semble très difficile à intégrer à ce future site date de 1973 et concerne également le chantier des Halles. Il s’agit d’un entretien avec une femme âgée, ancienne habitante du quartier des Halles, qui a été relogée suite à l’opération immobilière dans ce centre historique de Paris. Elle rapporte aux équipes de télévision le déchirement qu’elle a vécu à s’éloigner ainsi de son quartier, et sa difficile adaptation dans son nouveau lieu de vie. Outre le pathos qui se dégage de cette séquence, son intérêt réside aussi dans les quelques plans sur Riquet, l’oiseau de compagnie de cette dame, traumatisé lui aussi par ce déménagement, oiseau qui a donné son nom au sur-titre du reportage « Riquet ne chante plus. Les Halles de Paris ». Je m’étais délecté de cette séquence pathétique et lui avait accordé une page dans ma thèse avec transcription d’extraits et captures d’écran (elle faisait écho à d’autres du même genre et avait toute sa place dans mon développement). La manière dont la journaliste guide l’entretien et oriente les réponses de son interlocutrice faisaient le sel de cette séquence destinée uniquement à apitoyer le téléspectateur. Je ne pense pas toutefois qu’elle soit assez transparente pour être compréhensible ; il faudrait que je l’accompagne d’une longue explication alors que nous avons préféré des notices courtes.
Un prochain billet portera justement sur la manière de rédiger les notices.

Lire la deuxième partie de ce billet.


[1] La complicité du journaliste Charles Finaltéri avec le pouvoir est décrite dans Jean-Jacques LEDOS, L’âge d’or de la télévision. 1945-1975. Histoire d’une ambition française, Paris, Éd. L’Harmattan, 2007, et dans Claire SECAIL, « Mai 68 en procès à la télévision : la criminalisation de l’événement historique (1988-2008) », in Images et sons de mai 68, Paris, Nouveau monde éditions, 2011, p. 420.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CHCSC (UVSQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *