Penser l’architecture d’un site internet

Le projet TvPatMat doit aboutir l’an prochain à la mise en ligne d’un outil sur le patrimoine (voir la page dédiée pour une brève présentation). Je suis actuellement dans une étape de préparation des contenus et de leur organisation. Nous avons déjà établi ce que sera une page type du futur site internet: du texte bien sûr et aussi des extraits d’émissions de télévision directement consultables dans la page grâce au player exportable ina.fr.
Clairement, le texte sera la colonne vertébrale de chaque page. Les vidéos, sans être totalement illustratives, seront un complément au texte sans s’y soustraire. D’ailleurs elles seront toutes commentés, même brièvement. Ceci étant posé, il faut penser l’ensemble, c’est-à-dire en termes universitaires le « plan » de l’ouvrage, et en langage internet l’architecture du site.

Me voici donc en train de plancher sur le problème suivant et totalement nouveau pour moi : comment concevoir l’architecture d’un site internet? Très concrètement, je m’attache actuellement à peaufiner la hiérarchisation des contenus futurs. Dans le projet tel qu’il a été retenu, nous avons proposé deux manières d’appréhender les contenus:
–les entrées thématiques
–une entrée chronologique
J’aimerais dans la mesure de mes possibilités (notamment techniques) y ajouter une entrée géographique pour permettre la consultation des notices selon la région de France concernée. L’entrée chronologique ne devrait pas poser de problème car je reprendrai les ruptures chronologiques établies dans ma thèse. Ce sont en revanche les entrées thématiques qui concentrent mon attention. Combien? Avec des rubriques et sous-rubriques? Sur combien de niveaux?

Il y également la question de la navigation à prendre en compte, autrement dit penser aux catégories et aux « tiroirs », à leur affichage, aux renvois entre les pages, etc. Je ne sais pas encore à quel point cela doit-être anticipé mais j’ai le sentiment que ce n’est pas prioritaire et ne sera pas affecté par la rédaction des contenus. Pour préparer tout cela, j’en reviens à la méthode la plus naturelle pour moi: le papier et le crayon. Après quelques tests, je pense utiliser l’outil Scrivener pour préparer ce site. Il me parait adapté à la rédaction de contenus hiérarchisés de différentes natures. Il offre aussi assez de souplesse pour réorganiser les contenus, bien plus que de déplacer des fichiers word de fichier en fichier.

Il s’agira d’un outil de vulgarisation mais il comportera aussi une section dédiée aux chercheur.es avec des contenus supplémentaires. Même si j’entrevois assez bien ce que l’outil sera, il serait tout de même utile de démarcher ces deux publics pour connaitre leurs attentes vis à vis de l’outil.
A cette étape de la préparation, les acteurs impliqués sont les représentants de chaque institution partenaire: mon laboratoire (moi en l’occurence), la Fondation des sciences du patrimoine (en la personne de sa coordinatrice scientifique), et l’INA (représentée par la responsable de la valorisation scientifique des collections). Même si nous sommes déterminés à proposer un site de vulgarisation, nous gardons à l’esprit les exigences scientifiques qui doivent accompagner sa réalisation. Ce n’est que dans un second temps que je compte m’entretenir avec des acteurs du projet au profil moins scientifique et davantage tournés vers le public. Dans quel mesure leur expertise influencera l’architecture du site? Ce sera sans doute dans un prochain billet.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire, chercheur post-doctoral UVSQ-FSP Patrima.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *