Les notices de l’inathèque (1)

Ce billet sera divisé en deux en raison de sa longueur. Les remarques préalables qui devaient me servir à expliquer ce qu’est une “notice” de l’inathèque ont pris une place plus longue que prévue. Or cela constitue tout de même un aperçu pas inutile sur le travail concret de la recherche (au sens premier) dans les fonds de l’INA, et justifie de constituer un billet séparé.

Comment travaille-t-on à l’inathèque quand on est chercheur et apprenti chercheur ? Ce billet se propose d’y répondre à travers l’étude d’un outil de recherche développé par l’INA (qui doit ici être vu comme un centre d’archives) et qui devient également source pour le chercheur : il s’agit de la notice de programme.

L’INA a, par sa mission de conservation de la mémoire audiovisuelle, accumulé avec les années une quantité d’archives de toutes natures. On s’attend naturellement à trouver à l’inathèque (centre de consultation de l’ina, hébergé par la BNF) les archives audiovisuelles, et c’est la raison première qui fait y venir le chercheur. Sur place, des milliers d’heures de radio et de télévision sont consultables. Je n’ai pas les chiffres en tête mais l’information est trouvable, elle est même un élément important de leur communication, chiffres régulièrement mis à jour selon l’enrichissement de leur fonds (l’équivalent de ces centres d’archives qui parlent en kilomètres d’archives).
Le chercheur trouvera aussi, dans la salle P (audiovisuel) de la BNF où se trouve l’inathèque, des rayonnages de revues et d’ouvrages sur la radio, la télévision, le cinéma.
Le fonds dit « monographies » de l’ina est incroyablement riche en comparaison avec les bibliothèques franciliennes relativement pauvres en ouvrages sur la télévision. [1]
Sur place, également, des archives parmi mes préférées : les journaux de programmes. Sont consultables (en volumes reliés) tous les numéros (ou presque) des Télé 7 Jours, Télé Magazine, Télé Poche, Télérama (numérisé).

A tout cela il faut encore rajouter ce que l’INA appelle sobrement ses « archives » et que l’on a coutume d’appeler les archives papier. C’est le carton, avec ses liasses de documents, ses chemises et sous chemises, son bordereau. Le pain de tout chercheur. Ces archives sont constituées de tous les fonds versés à l’INA par des professionnels de la télévision, présentateurs, animateurs, journalistes, techniciens, réalisateurs… ces versements étant faits sur la base du volontariat, ils sont aléatoires, en aucun cas automatiques [2], et c’est le fonds dont on peut le moins présumer de son contenu. Il faut interroger la base de références et naviguer dans les résultats en espérant y trouver une archive intéressante. J’ai rencontré des archives d’une surprenante diversité :
- des dossiers de coupures de presse constitués au moment de la diffusion des programmes
- des plans préparatoires d’un décorateur pour le décor d’un plateau de tournage d’une fiction
- des scénarii de feuilletons et de reportages
- des archives privées, documents de travail et notes conservées par un journaliste, versés à l’ina par sa veuve.

Ce dont je veux parler plus précisément c’est de l’intermédiaire entre le chercheur et son archive, qu’elle soit audiovisuelle ou papier. Le chercheur a accès à l’inathèque à un poste de travail d’où il peut interroger une base de données. Il choisit la base à interroger (archives, monographies, périodiques, audiovisuel) et la questionne comme un catalogue de bibliothèque, en précisant les critères à interroger : auteur, titre, date naturellement ; pour une archive audiovisuelle : canal de diffusion, horaire de diffusion, première diffusion/rediffusion, etc… La comparaison avec un catalogue est plus pertinente que de parler de moteur de recherche car la base est assez capricieuse, ne s’embarrasse pas d’approximations, et la syntaxe de la recherche est assez importante. Il est préférable d’être rodé aux ordinateurs et à l’internet tant la base a la réputation d’être rebutante au premier abord. Les résultats se présentent sous la forme d’une base de donnée, façon tableur. Chaque résultat occupe une ligne, laquelle est cliquable. En cliquant sur un résultat s’affiche, dans une fenêtre séparée du programme, une notice.
Une notice comprend un certain nombre d’informations qui permettent de situer immédiatement le programme dans son environnement premier qu’est la grille de programmation : canal, horaire et date de diffusion, durée, organisme producteur, année de production ; il y a aussi des indications cryptiques, vers le bas, que je ne sais pas interpréter (mais qui à mon avis ne me concernent pas). Comme tout document de ce type, il comporte des annotations à usage interne.
Ces informations sont déjà utiles en soi.[3] Aussi, puisqu’elles figurent sur la notice, cela m’évite d’avoir à recourir à une autre source pour trouver l’horaire et la date de diffusion par exemple, ce qui est toujours fastidieux. Toutefois, un bon nombre (trop à mon gout) d’émissions n’ont pas ces renseignements élémentaires parce qu’au moment de leur enregistrement dans la base, la fiche qui accompagnait l’archive (sur cassette, sur dvd) ne les comportait pas.

Ce que j’ai cherché à montrer dans un premier temps, c’est que la notice doit être apparentée au petit papier que trouver le chercheur qui ouvre son carton d’archive et qui en recense le contenu. La notice est l’entrée indispensable, incontournable dans l’archive audiovisuelle. Elle est, à première vue, un document annexe, un outil élaboré par les conservateurs.

Dans la suite du billet, je reviendrai sur les notices les plus riches et les plus utiles, j’expliquerai les usages que le chercheur peut faire des notices et je ferai part d’interrogations parfois gênantes dans mon travail et auxquelles je suis confronté à la lecture de ces notices – ou plutôt face à la manière dont elles ont été renseignées par les personnels de l’INA.

Une notice de la base de donnée de l'INA pour un programme de télévision.

Une notice de la base de donnée de l’INA pour un programme de télévision.


[1] L’ina, par sa mission de recherche, a aussi passé des commande d’ouvrages à des professionnels, chercheurs et spécialistes non universitaires. Ces ouvrages sont naturellement consultables à l’inathèque et introuvables ailleurs car jamais publiés, réservés à une consultation interne. Ces ouvrages, uniques et très riches, ne sont pas pour autant condamnés à l’oubli puisqu’on les retrouve régulièrement dans les bibliographies des chercheurs en audiovisuel passés par l’inathèque.

[2] Il faudrait rentrer dans les détails pour les fonds des chaines de télévision notamment. Au moment de la création de l’INA en 1975, celle-ci a hérité de missions gérées par divers services de l’ORTF, notamment des archives. Elle a donc immédiatement constitué des fonds à partir d’archives internes. Aussi, durant la période de la télévision publique, je pense que beaucoup de versements réguliers ont été faits par TF1, Antenne 2 et FR3. A confirmer.

[3] Transcrites dans ma base de données personnelle, elles vont me permettre une étude quantitative de mon corpus notamment.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 thoughts on “Les notices de l’inathèque (1)

  1. Joli coup de projecteur sur ces archives riches et passionnantes !
    Effectivement, le renseignement des notices recèle quelques perles – je ne sais pas s’il existe quelque part un historique plus ou moins précis de la façon dont cette tâche a évolué et a été prise en charge par l’INA ?
    Je suis impatient de lire la suite, moi qui ai également longuement fréquenté la salle P (et plus récemment l’antenne de l’INA à Marseille).

    • Ce sont aussi des questions que je me pose : la manière dont ces notices sont renseignées, à quel moment… J’ai posé quelques questions aux personnels de l’INA d’ailleurs, j’en ferai part.
      Effectivement les perles nous interpellent et cela fait partie des interrogations que je mentionnerai dans la suite du billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">