Ils ne se doutaient pas qu’elle servirait à ça

http://samgoesdown.deviantart.com/art/Broken-Television-76685103

Ceux qui ont rêvé puis mis au point la télévision ne s’attendaient pas à ce qu’elle allait devenir. Comme beaucoup d’inventions qui ont changé la société en fait. Ni la radio ni le téléphone n’ont été mis au point pour les usages que nous en avons aujourd’hui. S’agissant de la télévision, je ne parle pas ici du plan technique mais bien des contenus.

Les pionniers de la télévision ne se doutaient pas que leur invention ferait de la misère sociale un spectacle. Qu’elle prospèrerait sur les inégalités culturelles, économiques et sociales, qu’elle mettrait en scène de manière obscène la pitié et le désespoir de gens ordinaires.
Mon but n’est pas d’opposer (une fois encore) télévision au cinéma car on sait en faveur de quel média cela se fait ordinairement, toutefois la comparaison me semble utile ici. Il existe de nombreux films documentaires ou de fiction qui montrent l’état de misère et de désespoir de franges entières de notre société : travailleurs démunis, familles pauvres, personnes isolées, précaires, sans abri, migrants, victimes de conflits. Au delà du fait qu’il s’agit d’un produit culturel, la plupart du temps payant, ils ont tout de même pour objectif de révéler ces situations pour éveiller le regard des spectateurs aux injustices et aux inégalités. Le genre documentaire à la télévision remplit ces mêmes fonctions informatives, et ce n’est pas de ces programmes dont je parle.

Je fais référence aux émissions de divertissement, parfois maquillées en émissions de « société », qui ont pour matériaux la détresse et la souffrance de citoyens ordinaires, quand bien même elles le feraient au prétexte fallacieux de leur venir en aide. On reconnait ces émissions à ce qu’elles ciblent des personnes de condition modeste dont elles dévoilent l’intimité aux téléspectateurs, que ce soit avec la caméra ou avec le concours d’un animateur-interrogateur. Ici, l’objectif n’est pas de sensibiliser mais seulement de proposer un contenu divertissant. On n’y trouve aucune réflexion sur les facteurs de ces situations, aucune dénonciation de leurs causes, ces émissions restent à la surface, au niveau de l’émotion. Ce sont pourtant bien des inégalités qui sont à la racine des problèmes de ces personnes, qui souvent ont fait peu d’études, ont des emplois mal payés (quand ils.elles en ont), et sont maintenues dans une situation d’infériorité dont elles n’ont pas toujours conscience.

Je ne suis pas certain que c’est cette télévision que les premiers penseurs, concepteurs et directeurs ont imaginée.

Quand on parle des pionniers de la télévision, il est facile de tomber dans une lecture antagoniste de l’histoire qui opposerait, à l’âge d’or des débuts de ce média, la« décadence » d’aujourd’hui. Je ne veux pas rentrer dans ce débat ici. Je me contenterai de rappeler quelques faits. En France, dans l’entre-deux guerre, « l’appareil » télévision est sorti de son statut d’objet de laboratoire, il techniquement au point mais n’a pas de public. Ce n’est qu’après la guerre que les nations réfléchissent à ses usages, pendant que les techniciens s’attachent à lever (lentement) les limitations à la réception de programmes sur le territoire (coût de l’appareil et distance de couverture des ondes). Or la télévision, pressentie alors comme un média de masse en devenir, provoque un enthousiasme stimulant chez les dirigeants et intellectuels. Très vite, les Nations Unies se montrent enthousiastes devant le potentiel éducatif des médias audiovisuels. Chloé Maurel rapporte des discussions allant dans ce sens à la Conférence constitutive de l’UNESCO en novembre 1945 et la première conférence générale de décembre 1946. L’institution invite à s’emparer des moyens de communication de masse pour des objectifs culturels. En fait, ces ambitions d’éducation et de culture semblent indissociables de l’histoire de la télévision en Occident après la Seconde guerre mondiale, avec toutefois des différences entre nations (les ambitions sont exprimées de manière plus forte au Royaume-Uni qu’en France, mais davantage en France qu’aux Etats Unis).
Déjà, la télévision est conçue comme d’un média vertical, dans un disposition frontale avec le téléspectateur (comme peut l’être la salle de classe). Cette configuration devait permettre à des programmes conçus dans une perspective éducative et informative de toucher un très large public.
Les sources dont nous disposons sur les deux décennies qui ont suivi la seconde guerre mondiale nous le confirment : beaucoup de créateurs et de directeurs avaient une haute estime de ce média, à tel point qu’ils lui prêtaient les capacités de combler les inégalités culturelles dans la société. L’idéal démocratique est indissociable d’un accès large à la connaissance et à l’éducation, et c’est dans cet esprit que les pionniers de la télévision envisagent ce média: comme un outil de la démocratie et de l’émancipation individuelle.

Dès lors, les émissions que j’ai décrites plus haut apparaissent complètement opposées à l’esprit des pionniers de la télévision: profiter que certains Français soient dans une situation d’indigence culturelle et abuser de leur crédulité pour produire un programme sans utilité sociale et sans objectif autre que de satisfaire les goûts de certains spectateurs, cela ne s’accorde pas avec les ambitions des promoteurs de la télévision des origines.

Pour le dire avec une formule à l’emporte-pièce, la télévision n’a pas été pensée pour TF1 et NRJ12.
On pourrait essayer, pour la formule et pour un jeu rhétorique, de soutenir l’affirmation suivante: si la télévision n’a pas été pensé pour cela, est-elle in fine conçue, dans son fonctionnement dans ses caractéristiques, pour faire de la misère un spectacle? La télévision, comme la radio, s’est invitée dans les foyers et s’est installée dans le principal espace de vie du domicile. Avec la démocratisation des téléviseurs individuels, elle est devenue un objet de l’intimité. C’est pourquoi on pourrait penser que la télévision est à même de diffuser des contenus touchant à l’intimité de gens ordinaires, et d’en faire un spectacle pour d’autres gens ordinaires. La thèse me parait toutefois difficile à soutenir car elle occulte une des dimensions fondamentales de ce média, dès sa naissance, qui est son ouverture sur le monde et son goût pour les grands événements, autrement dit sa capacité à offrir les images les plus étonnantes et tous les spectacles venus de l’autre du bout du monde. La télévision n’est pas recroquevillée à l’échelle de l’individu, elle n’a pas été pensée ainsi. Rien n’indique non plus que ce média, plus qu’un autre (la radio n’est-elle pas aussi un média de l’intimité?), doive se complaire dans le spectacle de l’indigence.
Avec ces émissions, aucun mal n’est fait, pourrait-on me répondre. C’est discutable. Je n’estime pas que les chaînes ont un devoir moral vis à vis de la société, ni qu’elles ont pour but de corriger ses maux. Les idéaux de ses pionniers ne sont pas gravés dans le marbre, et la télévision devait nécessairement évoluer. Le renoncement de certaines chaînes à assumer un rôle social peut, en revanche, être critiqué.
Nom régulièrement cité dans les travaux sur la télévision des années 1950, Jean d’Arcy, directeur historique de la télévision, considérait que leur production engageait la responsabilité des créateurs, et garantissait en cela une certaine qualité : pour lui, un des critères de qualité était qu’une émission soit faite avec un sens de la responsabilité sociale, dans le refus de la facilité et de la vulgarité. L’homme était par ailleurs attaché à des valeurs humanistes (comme la Déclaration universelle des droits de l’Homme) et voulait utiliser la télévision comme un outil de progrès.
Je ne critique pas ici les logiques d’audiences. Une chaine peut rêver de devenir une « grande chaîne ». Elle a le droit de viser des audiences de 4 millions de téléspectateurs. Cette ambition n’a rien de honteux. La télévision, en tant que média, a été conçue précisément comme un média de masse, pour toucher le plus de monde simultanément. Peu importe leur statut, leur identité, qu’elles soient publiques ou privées, généralistes ou thématiques, toute chaine a le droit de viser le public le plus large possible. Je ne vais pas critiquer la mécanique perverse des marchands de lessive ni l’influence directe ou indirecte qu’ils ont dans la composition des programmes. Les raisons d’une chaine pour parvenir aux hautes audiences peuvent être nombreuses, et les juger sur la nature de ces objectif serait limitatif. Ce sont les moyens pour y parvenir qui méritent que l’on critique certaines. Et – peut-être – qu’on en applaudisse d’autres.


Références bibliographiques

Jost François (dir), Pour une télévision de qualité, Bry-sur-Marne, INA, 2014.
Maurel Chloé, L’Unesco de 1945 à 1974, Thèse de doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, France, 2006.
Poels Géraldine, La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle des années cinquante aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 2013.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire, chercheur post-doctoral UVSQ-FSP Patrima.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *