A propos de la thèse (1) Même si l’envie n’est pas là

https://www.flickr.com/photos/levork/5026708729

Même si l’envie n’est pas là

Tous les docteurs et doctorants que j’ai croisé me l’ont confirmé : la rédaction est la partie la plus difficile de la thèse. J’ai d’ailleurs constaté avec amusement qu’ils/elles s’enquièrent plus volontiers de mon état d’esprit et de l’avancement de ma thèse depuis qu’ils savent que j’ai entamé la rédaction – et il me semble qu’ils le fassent avec cette légère pointe de compassion mêlée de pitié caractéristique de ceux-qui-sont-passés-par-là, mais il est possible que j’affabule. A tout prendre, ça permet de s’apitoyer ensemble sur notre sort quand nous nous retrouvons entre doctorants, en séminaire ou pour nos travaux annexes.

Récemment, dans une de ces conversations avec deux camarades de mon laboratoire (une américaniste et un historien), je leur ai fait part de ma réticence à attaquer un chapitre en particulier (qui doit me conduire à analyser la programmation des émissions de mon corpus – horaire, récurrence, canal de diffusion…[1]). Je leur ai donc demandé si eux aussi ont parfois le sentiment de devoir passer par des « étapes obligées » dans la rédaction et de devoir développer des points auxquels ils n’ont pas envie de consacrer autant de temps et d’énergie. A mon grand soulagement, ils ont répondu oui (l’inverse aurait pu signifier un problème dans mon plan, ce qui serait beaucoup plus inquiétant).

Un docteur en géographie ayant récemment soutenu, à qui j’ai ensuite posé la question, me l’a confirmé : la thèse admet des passages incontournables, quel que soit le sujet, et qui tiennent au sujet. Selon lui, la première partie est d’ailleurs celle qui est la plus codifiée et qui incarne le mieux les « passages obligés » de la thèse. Il faut en définitive, quelque soit le sujet, développer des points qui sont attendus du lecteur (et du jury) même si on aimerait consacrer ce temps (et cet « espace » en terme de mots et de pages) à d’autres points qui nous semblent infiniment plus stimulant et plus riches. Me concernant, je préfèrerais développer des idées qui tiennent véritablement à mon sujet et à ce qu’il met à jour, plutôt que de devoir présenter la répartition des émissions de mon corpus dans la grille de programmes. Or l’exercice qu’est la thèse impose que je traite de mon sujet de la façon dont un sujet comme le mien doit être traité : étudier des programmes de télévision, au niveau où je le fais (c’est à dire celui de la diffusion) ne doit pas se dispenser d’une étude de la programmation. Même si je suis presque certain qu’aucune observation pertinente n’en ressortira et que je resterai à un niveau très descriptif. Il y a une sorte d’accord tacite avec le monde académique, avec mes pairs, ceux qui m’ont précédé et ceux qui me sont contemporains, qui est que je dois traiter de ce point. Non pas qu’il s’agisse d’une règle fondamentale, comme par exemple la présence d’une introduction et d’une conclusion, plutôt d’une règle qui tient à la manière dont, dans ma discipline, on traite de ces sujets.

Peut-être s’agit-il alors seulement d’une réaction de frustration de ma part et que mon mauvais esprit essaie de trouver un chemin de traverse pour ne pas traiter un point qui me plait moins. En tout cas, ce passage obligé s’annonce relativement peu enthousiasmant – peut-être serait-il moins pénible si j’étais en avance sur mon planning de rédaction. Question de contexte aussi, sans doute. Le sentiment d’insatisfaction qu’éprouve celui qui rédige s’en retrouve d’autant plus grand. Mais il faut rédiger, même si l’envie n’est pas là.


[1] Mon sujet ressemble à cent autres travaux d’histoire des médias sur les programmes, pourtant dès le départ nous avons voulu, avec mon directeur, ne pas le limiter au niveau du seul programme. C’est à dire ne pas se borner à l’étude d’émissions dans leur contenu et leur programmation (ce que j’avais fait en master par exemple sur un autre corpus). Dès la formulation du projet de thèse, il y avait en effet l’idée de réfléchir à ce qu’apportent ces émissions à la compréhension de la notion de patrimoine par téléspectateur (entre autres). Sans apporter de réponse sur leur réception (ce que je ne ferai pas), mais, à partir du matériau qu’est l’émission de télévision sur le patrimoine, il était admis que je devais interroger la capacité de la télévision à diffuser et peut-être populariser un concept qui, on le sait, s’est démocratisé sur ma période d’étude.


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire, chercheur post-doctoral UVSQ-FSP Patrima.

1 pensée sur “A propos de la thèse (1) Même si l’envie n’est pas là”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *