Un carnet de recherches

U

Un carnet de recherches, donc. Pourquoi ce carnet? Pourquoi ouvrir un carnet de recherches pendant cette thèse, et pourquoi un carnet tout court?

Je suis dans ma seconde année de doctorat. J’ai maintenant toutes les problématiques de mon sujet, lu une partie conséquente de ma bibliographie, identifié toutes mes sources et même exploité un certain nombre.
J’en suis à un point où les idées m’arrivent plus vite qu’auparavant, jusqu’à se bousculer, où l’une arrive alors qu’on n’a pas pris en note la précédente. La transcription télégraphique de ces idées dans un petit carnet ne suffit plus, chaque nouvelle pensée se prête désormais à la rédaction de véritables petits paragraphes. Or ce besoin d’écrire se fait plus pressant en ce moment. Cela tombe bien, la perspective de la rédaction n’est plus très loin. Il ne s’agirait pas de brûler les étapes cependant, et il me reste d’autres priorités à régler avant d’entamer la rédaction. En attendant, les pages s’accumulent.
Or c’est aussi parce que la rédaction n’est plus si éloignée maintenant que l’idée d’un carnet s’est faite sentir. J’ai besoin de susciter la réflexion en rédigeant des textes, envie de la « forcer » par le processus de l’écriture.

Pourquoi un carnet sous cette forme, et aussi, pourquoi un carnet de plus ? Tenir un carnet en ligne ne m’était pas apparu comme une nécessité au départ et l’intérêt m’en a été révélé par les autres, ici même sur hypothèse. C’est l’expérience d’Emilien Ruiz et Benoît Kermoal qui m’en a montré l’intérêt. La perspective de pouvoir m’adresser à une communauté de doctorants apprentis-historiens – comme moi – m’a aussi motivé, afin de rompre la solitude de la réflexion et espérer engager des échanges avec mes camarades de thèse.
De plus, il y a aussi l’idée de partage avec ce carnet, au delà ce ce que l’exercice peut m’apporter. Le partage de la découverte est au coeur de la démarche scientifique, c’est une évidence, mais je ne veux pas seulement faire part de l’avancement de ma recherche. Je souhaite aussi, avec ce carnet, rendre peut-être une certaine recherche un peu plus visible (sur cette plateforme notamment), la recherche en histoire des médias. Celle-ci est pareille à d’autres domaines de recherches sur bien des points mais possède ses particularités également. Ce carnet permettra aussi de partager ce quotidien du chercheur en histoire de la télévision, dont les exceptions et les contraintes ne sont jamais très éloignés des problématiques de la recherche.

 


Auteur : Thibault Le Hégarat

Docteur en histoire, chercheur post-doctoral UVSQ-FSP Patrima.

3 pensées sur “Un carnet de recherches”

  1. Je viens de découvrir ton blog : merci pour ce carnet aussi rassurant que stimulant pour tes « camarades » doctorants, à la fois par le témoignage qu’il porte sur le quotidien du chercheur sa pratique concrète (j’aime beaucoup ta conception du partage et de la communauté) et par le sujet précis de ta thèse qui m’intéresse tout particulièrement – moi-même doctorante en histoire contemporaine, je travaille sur/à partir de la publicité (objet et source que je souhaiterais rendre visible comme tu souhaites rendre visible l’histoire de la TV et des médias) et par désespoir devant l’étendue ou le gouffre qui s’ouvre devant moi, je me demandais si je n’allais pas étudier comment le patrimoine, ou plus largement l’histoire, étaient représentées sur et récupérées par les discours publicitaires, et même si et comment le rapport au passé, les rapports passé/présent/futur (autrement dit le « régime d’historicité » – cf. Hartog) étaient construits par les publicités, et si elle participait de la construction d’une mémoire ou conscience patrimoniale, mémorielle, historique… (vaste chantier…).

    Je suis tombée récemment sur une référence qui intéresse directement ton sujet – mais que tu dois déjà connaître : Veyrat-Masson, Quand la TV explore le temps. L’histoire au petit écran, 2000. Et concernant ta réflexion stimulante sur les archives numériques : un article récent de Frédéric Clavert (tout ce qu’il écrit sur le sujet est plus que fiable et stimulant) sur les défis de l’archivage à l’ère numérique (notamment la question des « born-digital » archives que tu abordes) et la menace d’une « fin de l’histoire »…. : http://www.clavert.net/wordpress/?p=1248

    Merci donc et continue surtout à écrire pour nous encourager et pour maintenir le flux tempétueux de tes pensées ! – car ça fonctionne dans les deux sens…

  2. Merci de ces encouragements !
    Bien sûr, je connaissais l’ouvrage tiré de la thèse d’Isabelle Veyrat-Masson, un texte fondamental pour nos sujets d’étude dont la structure même est riche d’enseignements.
    Merci pour le lien que je ne connaissais pas en revanche.

    J’aime beaucoup ton sujet (et en effet les travaux en histoire sur la publicité ont besoin d’être multipliés), et je réfléchis aux mêmes problématiques que toi (régime d’historicité, conscience du passé par la télévision – voir mon second billet).
    Concernant ton sujet, une doctorante du CELSA (Emmanuelle Fantin) travaille notamment sur les référence au passé dans la publicité. Tu devrais l’approcher ou au moins prendre connaissance de son sujet pour préciser le tien. Il me semble que se centrer sur le patrimoine serait une approche intéressante, mais je doute du volume de sources en revanche. A explorer, bon courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *